Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 décembre 2012

Stéphane RAVIER sur France Bleu Provence

Vendredi 23 Novembre à 7h50, Stéphane RAVIER répondait aux questions de David Aussillou sur France Bleu Provence.

Au menu:

La Guerre des chefs à l'UMP

La sécurité à Marseille

La métropole marseillaise

 

 

 

podcast

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Du Luxembourg on a une meilleure vue d'ensemble sur la guerre civile à l'UMP...

FRANCE  UMP = Union de la Magouille Politique

COURRIER INTERNATIONAL: LE QUOTIDIEN. CAMILLE LEROUX FRATI (LUXEMBOURG)

Créée par Jacques Chirac, la "machine de guerre" UMP voulait rassembler toutes les forces de la droite. Mais elle semble aujourd'hui condamnée à exploser, constate cette éditorialiste luxembourgeoise.

Un dessin de Chappatte Un dessin de Chappatte

On pouvait s'attendre à un contre-coup douloureux après dix ans d'existence, dont cinq de sarkozysme hyperactif, et une présidentielle ratée par celui-là même qui s'était employé à donner un visage plus jeune et décomplexé à la droite. Mais la rivalité entre François Fillon et Jean-François Copé transparaissait dès la fin de la présidentielle, au point de perturber la campagne des législatives. Et contrairement aux dernières élections internes, aucun autre candidat n'a pu se présenter faute de parrainages sur fond de pressions croisées. Le ton était donné.

Les deux hommes et leurs soutiens se sont livrés une bataille âpre, émaillée de phrases assassines et de coups bas. Le scrutin final en est la démonstration : des bulletins plus nombreux que les votants dans un bureau de vote, comptage aléatoire... Il était déjà invraisemblable que la commission de contrôle valide ce vote entaché d'irrégularités et ne donnant que 98 voix d'avance au vainqueur. La suite du feuilleton laisse encore plus perplexe - voilà que les voix des militants d'outre-mer auraient été oubliées.

Tout cela dessine un bien piètre tableau de la démocratie en politique, démontrant l'intérêt bien plus vif des partisans pour les luttes de pouvoir que pour le quotidien des citoyens. Aucune remise en question du quinquennat de Nicolas Sarkozy ni de sa campagne Aucune réflexion sur les liaisons dangereuses avec le Front national vers lequel une partie de l'UMP louche ouvertement.

L'UMP, forgée pour soutenir la seconde présidence de Jacques Chirac, détournée par son fidèle ennemi Nicolas Sarkozy, se voulait un bloc unissant les forces du centre à la droite. Mais la machine de guerre autoproclamée a perdu quasiment toutes les élections de la dernière décennie. En panne d'homme providentiel capable de l'unifier, l'UMP (Union de la Magouille Politique ?) semble condamnée à exploser. Une aubaine pour les "indépendants" oubliés de Jean-Louis Borloo et aussi pour Nicolas Sarkozy, qui gardera l'image d'un rassembleur charismatique.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

samedi, 01 décembre 2012

Quand "Le Point" passe de "L'AGRESSION" à "LA BOUSCULADE" !

Un militant du Front national a été "bousculé" samedi matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) où il faisait campagne avant un scrutin législatif partiel, et un drapeau du parti lui a été volé, a-t-on appris de source policière.

Un militant du Front national a été "bousculé" samedi matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) où il faisait campagne avant un scrutin législatif partiel, et un drapeau du parti lui a été volé, a-t-on appris de source policière.

Un militant du Front national a été "bousculé" samedi matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) où il faisait campagne avant un scrutin législatif partiel, et un drapeau du parti lui a été volé, a-t-on appris de source policière.

 

Le militant, qui se plaignait de légères douleurs à la tête, a été transféré à l'hôpital. Aucune plainte n'avait été déposée samedi après-midi, selon cette source.

Le militant a été "agressé par "un groupe de six racailles" qui l'ont "frappé violemment", a pour sa part assuré le FN dans deux communiqués distincts.

Des élections législatives partielles sont prévues les 9 et 16 décembre dans la 13ème circonscription des Hauts-de-Seine, où l'élection de Patrick Devedjian (UMP) a été invalidée car son suppléant était déjà le remplaçant d'un sénateur.

Le scrutin s'annonce serré, M. Devedjian n'ayant été élu en juin qu'avec 191 voix d'avance.

Cet article est presque le même que celui ci dessous mais le titre a changé ! Le militant du FN n'est plus victime d'une "agression" mais a simplement été "bousculé "! Le déviationniste a du être rappelé à l'ordre par le "comité de salut public" du journal ! Bel exemple de déontologie !  ndlr

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

La racaille sait pertinemment qui saura utiliser le "kärcher "

Un militant du Front national a reçu des coups samedi matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), où il faisait campagne pour une législative partielle, a-t-on appris de source policière et auprès du FN.

Un militant du Front national a reçu des coups samedi matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), où il faisait campagne pour une législative partielle, a-t-on appris de source policière et auprès du FN.

Un militant du Front national a reçu des coups samedi matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), où il faisait campagne pour une législative partielle, a-t-on appris de source policière et auprès du FN.

 

Le militant, qui se plaignait de douleurs à la tête, a été transféré à l'hôpital, selon la source policière. Mais selon Julien Dufour, directeur de campagne du candidat FN Michel Georget à la législative partielle des 9 et 16 décembre, le militant a été violemment frappé à l'arrière de la tête, nécessitant huit points de suture.

Le militant blessé a l'intention de déposer plainte dimanche, a assuré le FN. Il a été "agressé par "un groupe de six racailles" qui l'ont "frappé violemment", a assuré le parti dans deux communiqués distincts.

Par ailleurs, une plainte a été déposée pour vol de matériel, un sac contenant des tracts du FN et un chéquier ayant été volés sur le marché voisin de Sceaux.

Cette législative partielle concerne la 13ème circonscription des Hauts-de-Seine, où l'élection de Patrick Devedjian (UMP) a été invalidée car son suppléant était déjà le remplaçant d'un sénateur. Le scrutin s'annonce serré, M. Devedjian n'ayant été élu en juin qu'avec 191 voix d'avance.

Samedi, M. Devedjian a fait allusion sur son compte Twitter à l'agression du militant : "4/5 loubards d'extrême gauche nous invectivent ce matin à Sceaux. Le FN est agressé physiquement. Qui crée ce climat inhabituel ?", écrit-il.

Son opposant Julien Landfried, candidat PS-MRC-EELV-PRG, fait état de son côté d'une "opération commando inacceptable contre le FN ce matin au marché de BLR", ajoutant : "Cela ne profite qu'aux ennemis de la démocratie".

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

France 3 encense Gaudin au moment même où le chauffeur de car assassiné reçoit les derniers sacrements !

Un documentaire sur Gaudin est diffusé sur France 3 cet après-midi

Publié le samedi 01 décembre 2012 laprovence.com

 Pascal CUEFF, 47 ans. Victime d'un salaud et de 20 ans de laxisme ! ndlr
 

 

France 3 consacre un documentaire intime au sénateur-maire UMP de Marseille, diffusé cet après-midi à 15h20. On y voit l'homme politique mais aussi  "Monsieur le professeur" devenu premier magistrat qui raconte sa ville et sa vie. Jean-Claude Gaudin, peu habitué à parler de sa vie privée, a laissé entrer les caméras chez lui, à Mazargues. 

"Mazargues" quartier du "Professeur" où un honnête homme a été abattu en début de semaine, par une petite ordure et pour quelques euros.

Aujourd'hui à 15h20 Gaudin paradait sur France 3 et à cet instant précis,  la famille, les amis et des militants du Front National accompagnés par leur responsable départemental, rendaient un dernier hommage au funérarium de St Pierre à Pascal Cueff.

Le documentaire s'intitulait " En entendant Gaudin" Au funérarium, nous n'avons entendu que des pleurs, mais assurément pas ceux de l'enfant de Mazargues...

S.R.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Au coeur de la Gaudinie, une petite ordure a tué un innocent...

Marseille : le calvaire du conducteur de car enregistré sur vidéo

 


 

Publié le mercredi 28 novembre 2012 laprovence.com

 

Une caméra révèle les détails de l'agression mortelle au bar de Mazargues


 

C'est une scène insoutenable. Où la terreur se lit sur le visage de Pascal Cueff, quelques secondes avant qu'il ne reçoive une balle en plein coeur. Le système de vidéosurveillance du bar de Mazargues dans lequel a été tué le conducteur de car, lundi matin (notre édition d'hier) a pu enregistrer le film de l'agression dans son intégralité, entre le moment où le malfaiteur pénètre dans l'établissement, jusqu'à celui où la victime s'effondre devant le comptoir, face à des clients médusés.

Cet enregistrement, qui a longuement été visionné par les enquêteurs, montre d'abord l'acharnement du voleur, qui va bientôt se transformer en meurtrier. Pendant près d'une minute, il tente en vain d'arracher la sacoche à laquelle se retient péniblement la victime. Le braqueur, qui tire la sacoche d'une main et brandit son pistolet automatique de l'autre, semble moins robuste que la victime.

Tué à terre

L'agresseur finit alors par cogner sur le crâne du malheureux conducteur, avec la crosse de son arme. Pascal Cueff tombe alors à terre. Les images défilent encore pendant plusieurs secondes où l'on voit le conducteur de car se retenir encore et encore à son bien. Mais cette fois, le malfaiteur déraille et bascule dans l'horreur. Aiguillonné par son complice resté sur le scooter, à l'extérieur, il ouvre le feu, à bout portant, sur l'homme luttant encore de toutes ses forces. Les images semblent formelles. Pas un seul instant il ne peut ignorer que son coup de feu sera fatal.

Forts de ces éléments très précis, les enquêteurs de la brigade criminelle ne comprennent en revanche toujours pas pourquoi le tueur s'est à ce point acharné pour une sacoche vide.

Sans doute les petits braqueurs se sont-ils mépris sur la personne. Peut-être ont-ils cru avoir affaire à un chauffeur transportant la recette des tickets vendus pour son trajet. À proximité, d'autres car assurant la liaison vers Cassis ou Luminy s'arrêtent aussi régulièrement sur le site, à deux pas de l'Obélisque.

Les images devraient fournir un signalement assez précis des braqueurs en fuite. Mais il pourrait correspondre à de nombreux petits malfrats qui sévissent dans ce quartier et même dans tout le secteur Sud où les vols à l'arraché et les vols avec arme sont légion.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

A Marseille, on égorge aussi les avocats...

Marseille : une avocate retrouvée égorgée dans son bureau

1/12/12 la provence

 


 

Maître Raymonde Talbot, âgée de 66 ans, a été découverte morte dans son cabinet, hier, en début de soirée


 

Un nouveau drame a endeuillé, hier, Marseille. À deux pas de la préfecture de police. Rue Saint-Ferréol, l'artère la plus commerçante de la ville. Au troisième étage d'un immeuble, situé en face de Virgin mégastore, c'est une avocate, cette fois, qui a perdu la vie. "Il s'agit d'un homicide !", a confirmé, vers 22 heures, le procureur de la République Jacques Dallest, après plus de trois heures de vérifications pour évacuer la thèse du suicide.

Le cadavre de Raymonde Talbot, avocate âgée de 66 ans, spécialisée dans le droit à la famille et le recouvrement de créances, avait été découvert en début d'après-midi par son associé. "Il était inquiet car elle ne répondait pas à ses appels, indique une source proche de l'enquête, confiée immédiatement à la brigade criminelle de la police judiciaire de Marseille. Il s'est donc rendu au cabinet..." Me Talbot gisait à côté de son fauteuil, une plaie béante à la gorge. Une blessure mortelle.

Le médecin légiste et les techniciens de l'identité judiciaire, lors de l'examen externe du corps, mettront également en évidence des coupures au niveau des épaules, du cou et de la carotide, probablement faites au moyen d'un cutter. "Mais l'arme du crime n'a pas été retrouvée", regrettait hier Jacques Dallest. Si une autopsie sera diligentée dans les prochains jours, les causes de la mort semblent être entendues pour les enquêteurs.

"Dès que j'ai appris le drame, j'ai fermé à clé la porte de mon cabinet"

En revanche, reste le mobile. Vengeance d'ordre privé ? Crime crapuleux ? Violences mortelles liées à son activité professionnelle ? Si la victime, une mère de famille mariée à un élu de Gardanne, ne faisait pas de droit pénal, elle traitait en revanche les nombreux divorces qu'elle traitait ainsi que les cas de recouvrements de créances ont pu la conduire à recevoir un client qui aurait basculé dans le crime face à une situation désespérée. "La priorité pour l'instant est de reconstituer son emploi du temps", souligne le procureur de la République. Avec une horaire clé : 17 heures. "C'est à peu près vers 17 heures que j'ai entendu crier, témoigne une voisine. Les murs sont fins. Puis, trèsvite, les pompiers sont arrivés". Suivis des policiers, du préfet, du bâtonnier Gavaudan, du procureur de la République, du patron de la police judiciaire et de son adjoint.

L'annonce de la mort violente de cette avocate, appréciée dans le quartier, a été accueillie avec effroi par les voisins commerçants. "C'est pas possible, mais pourquoi ? Que lui a-t-on fait ?" lâche, terrifié, un ami. "C'était une femme adorable et généreuse", confie, bouleversé, un autre. "Maintenant on vient tuer une avocate dans son cabinet ! Mais ça va s'arrêter un jour ?", se désespère un passant, les bras chargés de cadeaux de Noël.

Même incompréhension chez les avocats. "Dès que j'ai appris ce drame, j'ai fermé la porte de mon cabinet à clé", confie, sous le choc, une consoeur de la victime. "Nous ne pouvons qu'être révulsés, s'indigne Caroline Pozmentier, élue à la sécurité, par un acte odieux qui ébranle une profession mais aussi toute une ville". Une ville qui, malheureusement, en a vu d'autres : deux crimes de sang en moins d'une semaine, dont celui d'un chauffeur de bus, lundi, qui venait boire un café dans un bar de Mazargues.


Le bâtonnier Jérôme Gavaudan a réuni un conseil de l'ordre exceptionnel : vive émotion chez les 1 850 avocats marseillais

Le bâtonnier Jérôme Gavaudan, chef de file des quelque 1 850 avocats marseillais, s'est immédiatement rendu sur les lieux du drame, dès qu'il a appris la triste nouvelle hier soir. Reclus dans l'appartement en compagnie du procureur de la République de Marseille Jacques Dallest et des enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire, il n'en sortira que très tard, peu avant 22 h, quand il a appris qu'il s'agissait d'un homicide.

Un mort de trop chez les robes noires, comme celui qui a coûté la vie le mois dernier, à Ajaccio, sur la route des Sanguinaires, à un avocat corse, Me Antoine Sollacaro, pénaliste très connu sur l'île de Beauté, mais qui venait aussi très souvent plaider dans les dossiers de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille. Pendant de longues heures, le bâtonnier de Marseille est resté hier attentif aux investigations menées sans cacher son émoi.

Il a vécu en direct les investigations de la police technique et scientifique en quête du moindre indice qui permettrait d'orienter définitivement les investigations. "Je tiens à exprimer, au nom du barreau de Marseille, ma profonde sympathie à la famille, aux amis, aux proches de Me Talbot. Ce drame est particulièrement désarmant et choquant. C'est d'autant plus traumatisant pour le barreau que c'était quelqu'un d'ouvert, quelqu'un qui recevait volontiers, qui pacifiait les relations".

Le bâtonnier a pris la décision de réunir un conseil de l'ordre exceptionnel à 23 h, afin d'évoquer le cas de sa consoeur décédée. "Ce n'est pas seulement l'émoi du barreau de Marseille. C'est l'émoi de tous les avocatsqui s'est concentré sur Marseille ce soir. Je reçois des appels de tous les coins de France. J'en ai même reçu de la conférence des bâtonniers, qui fédère tous les avocats." L'arbre de Noël du barreau de Marseille, --700 personnes prévues-- qui devait avoir lieu aujourd'hui, a été annulé.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Au coeur du royaume de la "reine Sylvie"

Il meurt percuté par une voiture volée



 

Publié le samedi 01 décembre 2012 larovence.com

 
 

 

Un homme est mort ce soir dans le 13e arrondissement de Marseille, percuté par une voiture volée à bord de laquelle se trouvaient six personnes qui ont pris la fuite. Agé d'une trentaine d'années, la victime, qui conduisait un deux-roues, n'a pas pu être réanimée par les secours, et est décédée sur place.

Selon une source policière, un important dispositif de sécurité a été dépêché sur les lieux, et deux des six passagers de la voiture ont été arrêtés dans leur fuite, munis de cagoules. Ils sont originaires de la Cité des oliviers, dans les quartiers nord de la ville. Dans la voiture, volée sous la menace d'une arme plus tôt dans la semaine, deux armes dont une factice ont été retrouvées.

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |