Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 août 2010

La barbarie s'affiche fièrement !

Affichée du 2 au 10 août, sur plus de 6 000 panneaux publicitaires répartis sur tout le territoire français, la campagne sera visible par plus de 40 millions de Français et constitue la plus grande campagne d’affichage jamais réalisée sur le marché du halal.

 

Abattage halal en vidéo. Images choquantes.

 


Abattage sans étourdissement : la réalité
envoyé par GAIA-TV. -

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Communiqué.

DSC_8486(2).JPG

Communiqué de presse de Stéphane RAVIER

Conseiller du 7ème secteur municipal de Marseille

Conseiller Régional P.A.C.A. Vice Président du groupe.

Secrétaire départemental adjoint FN13.               

 

 

Viol sur la plage des Catalans à Marseille, la banalisation de l’ignoble !

Le viol d’une adolescente de 17ans par deux « jeunes » sur la plage des Catalans met une fois de plus Marseille sous les feux de l’actualité de l’ignoble et du dégoût.

Du maire socialiste du 1er secteur Patrick Menucci qui « n’imaginait pas que deux jeunes de cet âge – 14 et 16 ans – aient déjà le profil de délinquants sexuels » à Jean-Claude Gaudin, pour qui Marseille est un havre de paix, les responsables politiques de l’UMPS font preuve dans le domaine de l’insécurité, comme dans beaucoup d’autres, d’une ignorance qui n’a d’égale que leur incompétence.

Laxisme moral, abandon des valeurs, sexualité devenue simple produit de consommation courante … un cocktail explosif qui entraine certains jeunes à commettre l’irréparable.

Pendant ce temps le Marseille de Gaudin, c’est « Poubelle la vie » au quotidien, et ce n’est malheureusement pas une fiction …

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Super incompétent nous ressort la campagne de 2007

"Une fois de plus, Nicolas Sarkozy s'aligne sur les thèses du FN"


Nicolas Sarkozy, avec Michèle Alliot-Marie et Brice Hortefeux, en déplacement à Grenoble pour un discours sur la sécurité, le 30 juillet.
AFP/PHILIPPE DESMAZES
Nicolas Sarkozy, avec Michèle Alliot-Marie et Brice Hortefeux, en déplacement à Grenoble pour un discours sur la sécurité, le 30 juillet.

Les propos de Nicolas Sarkozy établissant un lien entre délinquance et immigration continuent à faire réagir, au lendemain d'un discours destiné à conforter son camp. A Grenoble, le chef de l'Etat a notamment menacé de déchoir de la nationalité française toute personne d'origine étrangère qui porterait atteinte à la vie d'un policier, d'un gendarme ou de tout autre représentant de l'autorité publique.

Les dispositions permettant, comme l'a demandé vendredi Nicolas Sarkozy, de déchoir certains délinquants de la nationalité française pourraient être présentées au Parlement fin septembre, a-t-on indiqué samedi au ministère de l'immigration.

Interrogée par l'AFP, une source qui a demandé à rester anonyme au ministère de l'immigration a rappelé que le ministre Eric Besson avait présenté le 31 mars au Conseil des ministres un projet de loi "relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité". Ce projet prévoit notamment le durcissement des conditions d'entrée en France et la création d'une zone d'attente spéciale en cas d'arrivée massive de réfugiés.

"Les annonces d'hier par le président de la République pourraient faire l'objet d'amendements et être portées par ce projet de loi, a indiqué la même source. Au ministère, nous travaillons actuellement à la réflexion de ces amendements. Nous sommes au tout début de cette réflexion. Nous avons un peu de temps." – (avec AFP)

"Il n'y a pas de différence à faire entre un Français de souche et quelqu'un qui aurait acquis la citoyenneté plus récemment", s'est indigné vendredi Benoît Hamon, porte-parole du PS, qui considère que la menace de déchéance de la nationalité française "est en contradiction la plus absolue avec le principe d'égalité entre les Français". Ségolène Royal, ex-candidate socialiste à la présidentielle, a de son côté qualifié l'intervention de Nicolas Sarkozy de "nouvelle étape dangereuse et indigne, dans une surenchère populiste et xénophobe".

"SURENCHÈRE POPULISTE ET XÉNOPHOBE"

"Notre République est en train de pourrir par le sommet", a pour sa part déclaré le porte-parole du Parti communiste, Olivier Dartigolles dans un communiqué. "Par de telles déclarations, c'est au principe républicain et aux valeurs démocratiques que Nicolas Sarkozy déclare la guerre", poursuit-il, estimant que "Nicolas Sarkozy fait le choix du pourrissement, avec un cocktail explosif jouant sur les peurs".

Les critiques des associations de défense des droits de l'homme, qui font état d'une "stratégie de la tension" et d'une xénophobie affichée destinée à reconquérir un électorat perdu, sont tout aussi virulentes que celles de la gauche. "Ce qui est en cause, ce n'est pas le débat légitime en démocratie sur la manière d'assurer la sécurité républicaine, c'est l'expression d'une xénophobie avérée", a indiqué la Ligue des droits de l'homme (LDH) dans un communiqué.

Le Mouvement contre la racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) dénonce lui "des annonces démagogiques, contraires aux droits de l'homme, et inefficaces". "Une fois de plus, Nicolas Sarkozy s'aligne sur les thèses du Front national", déplore-t-il.

"CE SONT TOUJOURS DES MOTS"

Le Front national estime pour sa part que les propos de Nicolas Sarkozy ne sont que de vaines paroles. "Avec M. Sarkozy, ce sont toujours des mots, des mots, toujours des mots. Il ferait mieux de rétablir la double peine qu'il a supprimée et qui permettait d'évacuer hors de France les gens qui ont été condamnés par les tribunaux", a déclaré Jean-Marie Le Pen, président du Front national. "Ce qui justifie notre mécontentement et celui d'un nombre croissant, c'est qu'au-delà des paroles, il n'y a pas d'actes", a renchéri Bruno Gollnisch, vice-président du FN.

Pour sa part, l'UMP dit ne pas voir matière à polémique, invoquant les résultats – contestés par la gauche qui parle d'échec contre l'insécurité – du gouvernement dans la lutte contre les violences urbaines. "Loin de toute polémique, l'UMP tient à souligner que jamais un gouvernement n'a obtenu d'aussi bons résultats en matière de lutte contre la délinquance. (...) Depuis 2002, les indicateurs sont tous à la baisse", déclare-t-il. sans rougir !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

La lie de l'humanité..

Décès d'un enfant battu de trois ans

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 31/07/2010

Sa mère et son compagnon ont été écroués pour violences présumées ayant entraîné la mort.
Décès d'un enfant battu de trois ans

AFP/Archives

Voiture de police

Une mère âgée de 30 ans et son concubin ont été mis en examen samedi 30 juillet par un juge d'instruction de Senlis (Oise). Ils ont été écroués, à la suite de violences présumées ayant entraîné la mort d'un enfant de trois ans, à Méru.

Le beau-père de l'enfant, âgé de 26 ans, est poursuivi pour violences volontaires habituelles ayant entraîné la mort sans intention de la donner, et violences volontaires sur sa concubine.

Cette dernière a été mise en examen pour non-empêchement de crime ou de délit et non assistance à personne en danger.

Tous deux sont également poursuivis pour privation d'aliments à l'égard de l'enfant et pour effacement de preuves, car ils avaient nettoyé les traces de la scène de violence à leur domicile, à la suite de laquelle le garçonnet a perdu la vie.

"Cet enfant était maltraité depuis plusieurs mois"

Celui-ci a succombé à ses blessures dans la nuit de mercredi à jeudi à l'hôpital Necker à Paris. Son beau-père est soupçonné de l'avoir frappé sur le corps à de nombreuses reprises à mains nues.

Le jeune homme avait conduit l'enfant à l'hôpital de Méru (Oise), mercredi soir, avant qu'il ne soit transféré à Necker, où les médecins, ayant décelé des signes de mauvais traitements, ont effectué un signalement auprès de l'autorité judiciaire.

Le beau-père et la mère avaient été placés en garde à vue quelques heures plus tard, dans la journée de jeudi.

"Cet enfant était maltraité depuis plusieurs mois", a-t-on indiqué au parquet, précisant que la mère ne frappait pas l'enfant, mais "elle n'a pas su la protéger".

Le beau-père et la mère, tous deux sans emploi, ont eu ensemble un enfant d'un mois, qui a fait l'objet d'une mesure de placement.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

dimanche, 01 août 2010

Bonne question...

 

Après le viol des Catalans, est-on en sécurité sur les plages de Marseille ?

Publié le dimanche 01 août 2010 La Provence

http://www.nicematin.com/media_nicematin/imagecache/article-taille-normale-nm/webpipe/2010-07/2010-07-05/NM-303019.jpg

Ils sont 170 policiers et médiateurs à surveiller les plages marseillaises, où la fréquentation bat des records cet été.

 

Comment cela a-t-il pu se produire? La question taraude les habitués de la plage des Catalans (Marseille, 7e ), qui ont découvert hier dans La Provence le récit de ce viol commis jeudi, en plein après-midi, sur une jeune fille de 17ans. La victime raconte avoir été abordée par deux jeunes garçons alors qu'elle se baignait. Immobilisée par l'un d'eux, elle aurait été violée par le plus âgé.

L'un des agresseurs présumés, qui ont été interpellés peu après, a reconnu les faits. Tous deux, âgés de 14 et 16ans, ont été présentés au Parquet.

S'il faut rester prudent sur les circonstances, comment cet acte a-t-il peu se produire, alors que chaque jour, les plages marseillaises sont surveillées par 170personnes, fonctionnaires de police, détachés sur le littoral pour l'été et vacataires de la Ville? Ces effectifs suffisent-ils à sécuriser les sites de baignade, dont la fréquentation ne cesse d'augmenter?

"On en est déjà à plus de 650000 baigneurs", indiquait la semaine dernière le préfet de police Philippe Klayman qui annonçait que le record de l'été dernier (2millions de personnes sur les plages) serait battu à la fin de la saison. "Qui dit plus de monde, dit plus d'insécurité. Nous en sommes déjà à 70 interpellations pour des délits (vols, coups et blessures), soit davantage que pour l'ensemble de la saison estivale 2009", reconnaissait le préfet… face aux riverains des Catalans ulcérés par la multiplication des actes de petite délinquance dans leur quartier: vols de portable sur la plage, vols à l'étalage chez les commerçants, actes de vandalisme.

"Catalans et Malmousque posent cette année un souci particulier", confirmait Philippe Klayman, en rappelant toutefois "l'effort de sécurisation important consenti par la police nationale". C'est qu'à Marseille, il faut déshabiller les quartiers pour habiller la police du littoral.

La Ville n'ayant pas le label de "station balnéaire", elle n'a pas droit aux effectifs supplémentaires octroyés par le ministère de l'Intérieur à des communes comme Arcachon, Sète ou Antibes. Du côté de la Ville, si l'on pêche du côté de la police municipale (230agents sont en poste, c'est-à-dire autant qu'à… Amiens), on innove avec les médiateurs: trois équipes de deux vacataires à Corbières, cinq équipes aux Catalans patrouillent pour "désamorcer les conflits". Neuf cents interventions ont déjà été réalisées. Lundi, ce sont d'ailleurs des médiateurs qui ont permis l'arrestation d'un exhibitionniste à Malmousque. Dans ce cas, comme pour le viol, les auteurs ont été interpellés.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Si c'est Arte qui le dit, alors...

Documentaire sur le dopage génétique diffusé le 30 juillet sur la chaîne franco-allemande ARTE.

Merci à Desouche

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Allez la ... quoi ???

L'équipe de "France " de football des mojns de 19 ans, championne" d'Europe "

Une photo valant mieux qu'un long discours...

 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Barack Hussein Obama: Président des Etats-Unis d'Europe ?

Quand Obama distribue les bons et mauvais points en Europe

Laurent Pinsolle - Blogueur associé | Samedi 31 Juillet 2010 Marianne2


Obama ne fait guère mieux que ses prédécesseurs en matière d'ingérence. Donner des leçons aux autres pays semble être devenu une vieille tradition aux Etats-Unis. A Sarkozy de dire stop.



Le bilan du président étasunien est décidément mi-figue mi-raisin. Dans les plus : la réforme du système de santé, le plan de soutien à l’économie ou le changement de ton vis-à-vis d’Israël. Dans les moins : une réforme de la finance totalement insuffisante ou quelques dérapages impérialistes.

Burqa or not burqa ?

La polémique n’est pas nouvelle. Comme le rappelle le Figaro, Barack Obama avait « appelé les pays occidentaux à ne pas gêner les musulmans dans la pratique de leur religion, critiquant ceux d'entre eux qui dictent les vêtements qu'une femme doit porter » lors de son discours du Caire de juin 2009 qui avait suivi les débuts du débat sur la burqa en France. Le porte-parole du département d’Etat a répliqué au vote de la loi il y a quelques jours en affirmant « nous ne pensons pas qu'il faille légiférer sur ce que les gens ont le droit, ou pas, de porter en fonction de leurs croyances religieuses ».

Bref, dans un pays où la liberté passe avant tout, même quand cette liberté consiste à dire n’importe quoi ou à défendre des idées particulièrement extrémistes, l’interdiction du port de la burqa passe mal. Le souci de liberté n’est pas encadré par le besoin d’égalité ou de fraternité. La liberté de faire tout ce que l’on souhaite, dans la mesure où cela ne porte pas atteinte à autrui tout de même, est au cœur de la mentalité étasunienne, même si cela revient à accepter la discrimination à l’égard des femmes de certains islamistes extrémistes, sous couvert de respect des pratiques religieuses.

Les Etats-Unis, grand frère de l’Europe

En fait, cette attitude de Barack Obama est profondément révélatrice du rapport que Washington a avec l’Europe. Rien n’a changé depuis soixante ans. Les Etats-Unis nous considèrent toujours comme dans sa sphère d’influence, se permettant des déclarations sur la politique de nos gouvernements qui seraient vues comme scandaleuses si elles étaient faites dans l’autre sens. Imagine-t-on en effet l’effet qu’aurait eu outre-Atlantique la critique par la porte-parole du ministère de l’Economie du plan de réglementation de la finance voté par le Congrès ?

 

Il est donc totalement anormal que les Etats-Unis persistent dans cette distribution de bons et de mauvais points, comme lorsque Barack Obama était intervenu pour soutenir l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. Pourtant, cette question ne regarde en rien les Etats-Unis. Sommes-nous intervenus pour réclamer l’intégration du Nicaragua dans l’Alena ? Le gouvernement d’un pays n’a pas à commenter les décisions d’un autre gouvernement souverain quand ces décisions ne le regardent pas. Il serait temps que les Etats-Unis cessent de se comporter comme le régent de l’Europe.
Malheureusement, le gouvernement a répondu bien mollement à cette immixtion des Etats-Unis dans notre politique intérieure. Pour que ces déclarations scandaleuses cessent, Nicolas Sarkozy aurait dû, a minima, convoquer l’ambassadeur des Etats-Unis sur le champ.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |