Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 septembre 2013

Reportage de Canal + sur Stéphane RAVIER

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Publié dans Blog, Vidéos | Commentaires (0) |  Facebook | | |

dimanche, 22 septembre 2013

Après le PSG, le Qatar aurait il acheté le Palais de l'Elysée ?

Le Point.fr - Publié le 22/09/2013 à 12:31 - Modifié le 22/09/2013 

La présidente du FN a accusé la France de soutenir "le fondamentalisme islamique terroriste" en raison de ses actions en Libye et en Syrie.

Marine Le Pen a accusé la France dimanche, par ses actions en Libye et en Syrie, de soutenir le "fondamentalisme islamique terroriste".Marine Le Pen a accusé la France dimanche, par ses actions en Libye et en Syrie, de soutenir le "fondamentalisme islamique terroriste". © Claude Paris / AP / SIPA

La présidente du Front national a accusé dimanche la France de soutenir "le fondamentalisme islamique terroriste" du fait de ses actions en Libye et en Syrie. "J'accuse de manière extrêmement claire le gouvernement d'aujourd'hui de François Hollande, et celui d'hier de Nicolas Sarkozy, d'être en Libye et en Syrie intervenu directement au soutien du fondamentalisme islamique terroriste", a-t-elle affirmé lors du "Grand-Rendez vous" Europe1/i-Télé/Le Monde.

Elle était interrogée au lendemain de l'attaque meurtrière menée samedi dans un centre commercial de Nairobi par un commando d'islamistes somaliens shebab. "Le fondamentalisme islamique, et notamment d'al-Qaida, est aidé de manière absolument directe par un certain nombre de capitales européennes dont hélas la France, comme cela a été le cas hier en Libye et comme c'est le cas directement par la fourniture d'une aide, de conseils et même d'armes en Syrie", a affirmé la responsable du parti d'extrême droite.

"Il s'agit d'une faute morale, politique, historique de la part de nos dirigeants, a-t-elle ajouté. Les gouvernants français ont fait de notre pays la catin d'émirs bedonnants, la catin du Qatar et de l'Arabie saoudite", a poursuivi Marine Le Pen, reprenant une expressionqu'elle avait déjà employée lors de l'université d'été du FN à Marseille. Interrogée sur le fait de savoir si c'était la "meilleure solution" que Bachar el-Assad reste au pouvoir, elle a répondu "c'est la moins pire" entre "des fondamentalismes islamiques et un pouvoir certes autoritaire (...) mais laïque qui était capable de préserver les minorités ethniques et les minorités religieuses (...)".

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Un mariage et deux enfermements

Le mariage dégénère, trois policiers blessés

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE SAMEDI 21 SEPTEMBRE 2013 laprovence

L'union avait été célébrée peu avant. Mais sur le Vieux-Port, hier, vers 16h, l'enthousiasme débordant des invités, dans le cortège, a vite dégénéré. Jusqu'à l'interpellation d'une patrouille de VTTistes, dont trois membres ont été légèrement blessés et choqués.

L'un d'eux a d'abord demandé au pilote d'un scooter, opérant plusieurs manoeuvres dangereuses, de s'arrêter. Il a alors accéléré, percutant le fonctionnaire et son vélo. Le ton est alors monté d'un cran, d'autres personnes intervenant et se montrant violentes avec les policiers. En tentant d'éviter un autre scooter, un deuxième VTTiste était même percuté par un bus, heureusement sans trop de gravité. Un suspect a été finalement interpellé. Un deuxième est en fuite.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Marseille: Sea, sex and...gun !

Marseille : "On a vu une arme au milieu de la plage"

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE DIMANCHE 22 SEPTEMBRE 2013 laprovence

Témoignages d'une incroyable course-poursuite, hier, à la Pointe-Rouge

La Pointe Rouge: sait il encore où cela se trouve ? NDLR

Non, on ne tournait pas un épisode d'Alerte à Malibu, hier, sur la plage de la Pointe-Rouge. À notre connaissance, il ne s'agissait pas non plus d'un clip alternatif sur fond de gangsta-rap. Se peut-il alors que des dizaines de Marseillais et de touristes aient été victimes d'une hallucination collective ?

À la mi-journée, sur le sable de la Pointe-Rouge, il ne subsistait aucune trace des événements. Mais la précision et la similitude des récits ne laissent guère de doute sur la réalité de cette irruption de violence au coeur de l'été indien. Au beau milieu des parasols et des châteaux de sable.

Une scène traumatisante, même si elle n'a duré que quelques minutes. "Moi j'ai tout vu, et j'ai eu tellement peur que je suis partie me réfugier dans les toilettes, comme des dizaines d'autres personnes", raconte une mère de famille, qui se remet de ses émotions devant un Perrier-menthe. "Un scooter, suivi d'une moto, a déboulé par le passage qui rejoint le parking du port. Les deux engins ont traversé la plage à toute allure. Puis le scooter a brutalement tourné en direction de la mer, toujours suivi par les deux types à moto", confirme José, qui se trouvait dans l'eau à ce moment-là.

Comme Franck, encore choqué : "Il y avait des enfants sur la plage, les gars ont déboulé à 50 km/h, c'est allé tellement vite ! Après j'ai parlé à une dame qui était à un mètre, elle a tout vu". Et notamment, comme plusieurs témoins qui se trouvaient sur le sable ou attablés à la terrasse de restaurants, le passager de la moto brandissant... une arme. "Il a fait le geste de tirer sur le conducteur du scooter qui s'enfuyait à pied, mais il n'y a pas eu de détonation", précisent-ils.

L'arme s'est-elle enrayée ? S'agissait-il d'un simple jeu de gamins, avec un pistolet factice ? Y avait-il même réellement une arme ? "Tout ce que je peux vous dire, c'est que la vue de cet engin a semé la panique ", commente une dame. Les deux hommes à moto auraient alors rebroussé chemin tandis que le conducteur du scooter prenait la fuite. Quelques minutes plus tard, il serait revenu récupérer son engin. Hallucination toujours ?

Aux dires des témoins, il aurait à son tour sorti "un objet", "une arme", ont cru discerner certains. Autant de témoignages que les fonctionnaires de police, s'emploient à recouper depuis hier. Mais c'est surtout le récit du conducteur du scooter, rapidement identifié et longuement entendu hier après-midi qui devrait déterminer la nature exacte des événements. D'ores et déjà, une chose est sûre : dans le lourd climat qui règne à Marseille, cette scène témoigne de la psychose ambiante. Et alimente la paranoïa. "Avant, les règlements de comptes, c'était la nuit, dans les cités chaudes. Aujourd'hui, c'est en plein jour et n'importe où",commentait un baigneur.

Hier, après l'incident, ils ont été nombreux à quitter la plage. "Il y avait un couple de touristes qui a aussitôt remballé ses affaires. Eux, je pense qu'ils ne mettront plus un pied à Marseille"...

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

samedi, 21 septembre 2013

Stéphane RAVIER, tel qu'il est vraiment. Vraiment ?

 

Photo et dessin trouvés sur le net' et qui m'ont bien fait rire. S.R.



 Le Mollah Ben Stéphane...

 

Sur un blog dont l'écho se perd dans la cuvette des chiottes...


...Et le Ravi-Ravier !

Stephane-Ravier-platre_Ysope.jpg

 

 

Dans le brûlot gauchiste "Le Ravi"

 (En vente dans toutes les bonnes fosses à purin)

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Vauzelle: les électeurs pourront bientôt lui présenter la facture.

Vauzelle à l'épreuve de la Chambre des comptes

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE SAMEDI 21 SEPTEMBRE 2013 laprovence
 

Officiellement, ce n'est que le 25 octobre que sera rendu public le rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la Région. La Provence s'est néanmoins procuré ce document qui contient de fortes critiques. Certains d'entre elles promettent de sérieux remous, puisqu'elles visent directement le président PS Michel Vauzelle et son entourage. Comme dans un précédent rapport de 2005, la Chambre pointe l'usage d'hélicoptères pour des déplacements. Entre 2006 et 2009, les dépenses se sont élevées à 206 000 euros. Selon nos informations, la Chambre s'est étonnée qu'un tel moyen de transport qui devrait rester exceptionnel soit utilisé dans des circonstances qui ne le sont pas, par exemple"la signature d'une convention, l'inauguration d'une rame de TER, des obsèques, etc." D'ores et déjà, dans une décision du 6 septembre, la CDC vient d'exiger le remboursement de 27 624 euros.

Dans le collimateur de la Chambre, on trouve également l'usage du bureau du Conseil régional à Arles, la ville historique de Michel Vauzelle : "Il ne figure pas dans l'organigramme et il se confond avec la permanence parlementaire du président de Région, située au même endroit." Si la Chambre note que Michel Vauzelle paye une partie du loyer, elle considère qu'affecter trois agents de la Région pour traiter 143 demandes de subventions comme ce fut le cas en 2011"ne paraît pas relever d'une bonne économie des moyens".

Concernant les subventions versées aux associations (190 millions d'euros en 2010), un autre chapitre du rapport montre que la Région a toujours du mal à dépasser le désordre qui fut une des causes de l'affaire Andrieux"La faiblesse des dispositifs de contrôle interne mis en place par la Région a conduit à diverses irrégularités : défaut de convention obligatoire, absence d'intérêt régional de la dépense, atteinte au principe de la neutralité religieuse ou politique..." Des faiblesses qui ont d'ores et déjà poussé la Chambre à prendre des sanctions financières.

Contacté par La Provence, l'entourage de Michel Vauzelle a fait savoir qu'il ne s'exprimerait pas sur nos révélations, la procédure légale prévoyant que le rapport soit d'abord remis aux élus puis débattu en séance plénière : "La Région respecte les règles, même si des fuites sont orchestrées une nouvelle fois." Une référence aux indiscrétions qui avaient émaillé la campagne des élections régionales de 2004, à partir d'une lettre d'observations provisoire de la Chambre

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

jeudi, 19 septembre 2013

La petite bête -immonde- qui monte, qui monte, qui monte...

Taubira, la pire ennemie du PS ?

|LE FIGARO

Il monte, il monte dans les sondages, Stéphane Ravier, le candidat frontiste à la mairie de Marseille. L’homme n’est certes pas un inconnu dans la ville. Il a failli battre la députée PS, Sylvie Andrieux, aux législatives de 2012. Mais on parlait peu de lui jusqu’à ces dernières semaines, tellement le cas Gaudin tenait alors tout le monde en haleine. Et puis, quelques assassinats et transports gouvernementaux plus tard, il est partout Ravier. Sur toutes les bouches, dans tous les journaux, sur fond d’insécurité. Au point d’éclipser le match de la candidature, à gauche.

Le « phénomène » Ravier est symptomatique. Sans doute résume-t-il l’état des lieux dans nombre de villes, petites et grandes, en France. Où, contrairement à ce qui est dit, le candidat de gauche a peut-être plus à craindre du FN que celui de droite. Les législatives partielles de l’Oise, en mars, et du Lot-et-Garonne, en juin, ont d’ailleurs, à chaque fois, opposé un UMP à un FN, le PS étant éliminé dès le premier tour.

Anticipation n’est pas raison, mais la tendance pourrait se confirmer aux municipales. Pour deux raisons : fiscale et sécuritaire, les principaux motifs d’inquiétude des électeurs, si l’on en croit les sondages. La première est imputable à François Hollande et au gouvernement, champions des hausses d’impôts et de taxes depuis quinze mois. Lesquelles ne touchent pas que les riches, mais surtout les classes moyennes qui n’ont que leurs yeux pour pleurer. La seconde découle du projet de réforme pénale de Christiane Taubira, laxiste, irréaliste et irresponsable aux yeux de beaucoup, toutes sensibilités confondues.

Autrement dit, le PS pourrait tout autant que l’UMP faire les frais de la montée du Front national aux municipales. Et devrait se poser quelques questions sur la fuite possible de son électorat sous d’autres cieux plutôt que se gausser des guéguerres internes à son adversaire entre le « ni ni » de Copé et le « moins sectaire » de Fillon.

En 2002, on a souligné que la candidature de Christiane Taubira à la présidentielle avait en partie causé l’élimination de Lionel Jospin au soir du premier tour. Et si un nouveau « 21 avril » se profilait pour 2017, avec cette fois François Hollande dans le fossé ?  Taubira serait-elle la pire ennemie du PS ? 

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Flashball d'un côté, kalach' de l'autre: Préparez vos mouchoirs !

Les policiers municipaux privés de lacrymogène

BIENTÔT LA NOUVELLE GAZEUSE:  100% inoffensive pour rafraîchir les idées des racailles (NDLR)


 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE JEUDI18 SEPTEMBRE 2013 LAPROVENCE                                                                                                                                                    Un décret du ministère de l'Intérieur, qui modifie le système de classification des armes, leur interdit de fait le port de la "gazeuse", un aérosol lacrymogène de 300 ml couramment porté en ceinture. A Marseille, cette bombe lacrymogène est à ce jour la seule arme qui équipe les agents (avec le tonfa). Les policiers municipaux marseillais devraient être équipés de flash ball "dans les prochains jours".

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |