Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 mars 2014

Mennucci, tout est permis !

© CITIZENSIDE / GEORGES ROBERT / AFP

Les listes déposées par le socialiste Patrick Mennucci à Marseille laissent songeur... Un ancien braqueur "qui a payé sa dette à la société" en position éligible. Un ex-homme de main d'Alexandre Guérini qui a été visé par une plainte. Mais aussi une ancienne employée au service déchets du conseil général - le secteur d'activité qui vaut aux Guérini leur mise en examen pour association de malfaiteurs - très proche du frère du président du conseil général des Bouches-du-Rhône, ainsi que des guérinistes de toujours ou leurs familles, et des "repentis", comme l'ex-directeur général des services de Jean-Noël Guérini... Des dynasties familiales renforcées alors même qu'elles avaient été dénoncées dans le rapport sur la rénovation du PS des Bouches-du-Rhône, car "elles financent leur réseau grâce à l'argent des institutions qu'elles dirigent". Il y a aussi sur ces listes la femme d'un centriste qui a rallié l'équipe de Mennucci. Sans parler de plusieurs rabatteurs communautaires, dont un salarié à la caisse d'allocations familiales - "désigné parce qu'il y côtoie beaucoup de monde" -, le représentant de l'Association du bien-être du soldat israélien - un soldat qui peut être également marseillais et électeur -, et de leur côté les Comoriens et les Arméniens n'ont pas non plus été oubliés. Des collaborateurs parlementaires du député Mennucci, des subventionnés du conseil régional, dont il fut vice-président, ainsi que l'élue en charge de ces subventions ont trouvé leur place. Il faut aussi compter avec la cousine du candidat, son mandataire financier ou encore l'expert-comptable de son ancien garage, élu par ailleurs. Et tout un tas de cumulards. Lire la suite

Source :  

Les commentaires sont fermés.