Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 octobre 2013

La réalité à portée de main et de bulletins

Marine Le Pen veut faire du rêve de son père une réalité

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE LUNDI 07 OCTOBRE 2013laprovence
 

La présidente du FN a un objectif : "gagner le plus possible de villes"en 2014

 

Jamais Marine Le Pen et encore moins son père, n'avait disposé de sondages aussi favorables. Moins de trois ans après son arrivée à la tête du parti, elle pointe en 3e position des personnalités que les Français souhaitent voir jouer un rôle politique important dans les mois à venir.

Jusqu'à présent, la possibilité de conquérir le pouvoir relevait au FN plus de la méthode Coué que du vraisemblable. Cette fois, elle y croit. Pour elle, ce sondage "suit la progression de la cote de confiance dont bénéficie le FN, qui apparaît aux yeux des Français comme le seul capable d'apporter des réponses à des problèmes qui s'aggravent tant sous les gouvernements de droite que de gauche".

"Obtenir des centaines de conseillers municipaux"

Selon la leader frontriste, "le FN fera très probablement, une poussée électorale majeure aux municipales". Marine le Pen pense que son parti sera "présent dans le plus grand nombre de municipalités possibles ". Elle espère "gagner des villes et obtenir des centaines de conseillers municipaux. Puis sur cette lancée, arriver en tête aux élections européennes, pour pouvoir , explique-t-elle, changer le cours de l'Europe et faire disparaître cette Union soviétique européenne qui est aujourd'hui une structure profondément antidémocratique . Et surtout , qui multiplie les échecs sur le plan de la protection de l'identité des peuples".

Pour atteindre son objectif, la présidente du FN a défini une stratégie qu'elle applique à la lettre. Elle dit "exclure systématiquement" du parti tout militant signalé pour ses appartenances à des groupes néo-nazis. Elle se pose en avocate de la laïcité.

Et quand bien même, elle prône de la laïcité une version essentiellement destinée à juguler l'islam, elle a réussi à "dédiaboliser" son parti, à le rendre "respectable"et "normal" aux yeux de beaucoup de Français.

Poursuivre le travail de normalisation

Aujourd'hui, elle récuse l'étiquette d'"extrême droite". Une étiquette qui est accolée au parti depuis 1972, date de sa création. Tout comme l'avait fait son père, elle menace de poursuivre tout ceux qui accoleraient cette étiquette à son parti.

À l'époque, Jean-Marie Le Pen avait perdu ses procès. Néanmoins, Marine Le Pen se dit déterminée, convaincue que ses détracteurs ne cherchent qu'à la placer sur la même ligne que le mouvement grec néo-nazi "Aube dorée". Elle est décidée à ne plus rien laisser passer, au nom, dit-elle, "des millions d'électeurs du FN qui sont insultés et qui composent", insiste-t-elle, "le premier parti de France".

Une posture qui lui permet de poursuivre le travail de normalisation entamé depuis son arrivée à la tête du FN. Même si son discours paraît plus ouvert, elle n'hésitait pas, à Marseille à affirmer qu'elle se montrerait "dure".

Succès du FN à l'élection cantonale partielle de Brignoles

Elle dénonçait les élites, le "système UMPS", l'immigration, le mondialisme et la trahison de l'Europe. Seul bémol par rapport aux thèses de son père, elle prônait la "priorité nationale", au lieu de la "préférence nationale". Des thèmes qui montrent que l'idéologie du FN reste la même, loin de l'image d'Epinal que Marine Le Pen cherche à en donner.

Avec un certain succès. Hier lors du 1er tour de l'élection cantonale partielle de Brignoles (Var), l'extrême droite a réuni plus de 49% des voix (40,4% pour le candidat FN Laurent Lopez et 9,1% pour un autre candidat d'extrême droite). La candidate UMP Catherine Delzers est arrivée 2e avec 20,8% des voix. Alors que la gauche sera absente du 2e tour, le PS appelait hier soir "à faire barrage au FN."

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.