Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 08 septembre 2013

Marseille:Les chefs des familles (politiques) réunis pour sceller un pacte. Il ne manquait plus que Vito Corléone

Pacte national pour Marseille : une réunion "constructive"

MARSEILLE / PUBLIÉ LE SAMEDI 07 SEPTEMBRE 2013 laprovence

De 10h à 13h, s'est tenue à la préfecture, à Marseille, une "réunion de crise" entre institutions, fonctionnaires et parlementaires marseillais

 

 

Depuis 10h ce matin, se tient à la préfecture, à Marseille, une "réunion de crise" entre institutions, fonctionnaires et parlementaires marseillais, présidée par le préfet de région Michel Cadot et le préfet de police Jean-Paul Bonnetain.

Ce rendez-vous, initié par Matignon après les révélations concernant la prise d'otages à l'hôpital Nord et deux nouveaux règlements de compte jeudi, donnera les premières indications sur les pistes pour sortir la cité phocéenne de la violence. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait appelé à "un pacte national pour Marseille", synonyme d'"union sacrée".

Suivez cette matinée avec notre reporter à la préfecture.

Donnez votre avis sur ce pacte dans notre forum.


14h24. Des renforts de police (pas chiffrés) d'ici la fin de l'année.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls "m'a confirmé que d'ici la fin de l'année des renforts supplémentaires seront accordés", a déclaré le préfet de police des Bouches-du-Rhône Jean-Paul Bonnetain, sans préciser l'importance de ces renforts. Il a également indiqué que les collectivités s'étaient toutes engagées à prendre des mesures dans les domaines éducatif, scolaire, social, et a promis la finalisation rapide d'un "pacte". "Nous sommes tombés d'accord sur une démarche de courte durée. L'objectif est de finaliser un pacte de sécurité et cohésion sociale dans les trois mois, avec un comité de liaison permanent", a-t-il dit, insistant sur le fait que "tous les élus ont fait bloc pour construire ensemble cette importante politique".

13h23. Bennahmias plaide pour "un véritable plan Marshall".

A l’issue de la réunion, le député européen du MoDem Jean-Luc Bennahmias s'est félicité que cette réunion se soit "déroulée dans un esprit républicain, et constructif". Il a plaidé pour le rétablissement d'une police de proximité et "un véritable plan Marshall". Et de préciser : "Que l’Etat et les collectivités locales lancent enfin un grand plan d’investissement à la hauteur de la situation. Un plan Marshall qui génère une importante activité économique et de nombreux emplois, et permette surtout de dépasser les économies parallèles et les petits et gros trafics en tous genres".

12h57. Fin de la réunion, jugée "constructive" par le préfet.

La réunion vient de se terminer... Avec une heure de retard. Selon le préfet de région Michel Cadot, cette réunion a été "constructive". Il a fait état d'une mobilisation collective pour répondre aux attentes des Marseillais.

En revanche, le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin et le président du CG13 Jean-Noël Guérini se sont plaints de tweets mensongers envoyés pendant cette réunion à huis clos.

12h25. Peu de propositions.

Pendant la réunion, chacun a développé ses idées mais rares sont ceux à avoir fait des propositions, selon nos informations. L'Etat semble un peu dépassé. Prévue pour durer deux heures, la réunion n'est toujours pas terminée.

11h59. Carlotti boycotte le point presse en présence de Guérini.

La ministre déléguée aux Personnes handicapées, candidate à la primaire PS, Marie-Arlette Carlotti n'assistera pas au point presse commun aux préfets et présidents d'exécutif, qui doit faire suite à la réunion sur la violence à Marseille qui se tient ce matin en préfecture. En cause, la présence du président du CG13 Jean-Noël Guérini, mis en examen pour "association de malfaiteurs", déjà regrettée plus tôt par un autre candidat à la primaire, le député-maire de secteur Patrick Mennucci.
Elle tiendra un point presse 15 minutes après, devant la Préfecture.

11h53. Passe d'armes Carlotti-Gaudin sur l'emploi des jeunes.

Selon nos informations, une première passe d'armes a eu lieu entre la ministre Marie-Arlette Carlotti, par ailleurs candidate à la primaire PS, et le maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin en pleine réunion sur l'insécurité et la violence à Marseille. Marie-Arlette Carlotti aurait reproché à Jean-Claude Gaudin de ne pas en faire assez pour l'emploi des jeunes, regrettant la faiblesse de l'engagement de la Ville pour les dispositifs comme les emplois d'avenir et les contrats de génération alors que 12 000 jeunes sont inscrits à la mission locale. Ce à quoi le maire aurait répondu : "C'est déjà assez, nous n'en ferons pas plus !"

De son côté, Dominique Tian s'est accordé une pause. S'il n'a fait aucun commentaire, il a mimé un joueur de violon...

11h01. Réunion à huis clos.

La réunion est en cours. Les nombreux journalistes présents, ce qui montre l'intérêt du pays pour le "cas marseillais" ne peuvent y assister.

10h51. Carlotti et Andrieux ont fait leur entrée.

La ministre Marie-Arlette Carlotti a pour sa part dit être "venue dans un état d'esprit très ouvert, pour proposer des choses très concrètes et efficaces." A noter que Sylvie Andrieux a fait une entrée plus discrète.

10h29. Vauzelle cible le soutien, par des subventions aux associations, à "des réseaux mafieux".

Le président PS de la région Paca, Michel Vauzelle, également présent, a estimé qu'"il faut cesser, par des systèmes d'associations qui sont subventionnées par de l'argent public, de soutenir des réseaux mafieux. Il faut que la Région, le CG, la Ville et l'Etat fassent très attention à ça".

10h18. Mennucci regrette la présence de Guérini.

A son arrivée, le député-maire de secteur, candidat à la primaire socialiste, Patrick Mennucci, a réagi à la présence du président du CG13 Jean-Noël Guérini. "Nous sommes dans une réunion qui a pour objectif de lutter contre le grand banditisme et le trafic de drogue et je viens de m'apercevoir que dans cette réunion, nous avons une personnalité mise en examen pour "association de malfaiteurs" qualifiée dans le rapport du juge de système mafieux. Ce n'est pas un bon signe que nous envoyons."
S'il n'a pas quitté la réunion pour autant, Patrick Mennucci a conclu par ce dicton populaire : "Quand on veut nettoyer un escalier, on commence par le haut".

9h47. Boyer ne veut pas d'"espoirs inutiles". Guérini est là.

Après Samia Ghali et Henri Jibrayel, ce sont Jean-Claude Gaudin et Valérie Boyer qui sont arrivés. Le maire UMP de Marseille n'a pas fait de déclaration, tandis que la députée a dit être là "pour attendre et voir ce que le ministre va proposer", ne souhaitant pas que l'on soit "dans la com" et que l'"on suscite des espoirs inutiles".
Jean-Noël Guérini, président PS du CG13, les a suivis. Il n'a pas souhaité s'exprimer.

9h32. Ghali et Jibrayel ouvrent le bal.

Samia Ghali et Henri Jibrayel, deux parlementaires candidats à la primaire PS à Marseille, sont les premiers à être arrivés.
Samia Ghali a regretté son absence ce matin, alors qu'on lui avait d'abord annoncé la participation du ministre de l'Intérieur. Elle ne voit pas trop l'intérêt de "répéter aux préfets de région et de police ce qu'[elle a] déjà dit".
De son côté, Henri Jibrayel a demandé, devant les nombreux journalistes présents, la création de 1000 emplois d'avenir par le gouvernement et est revenu sur sa proposition de créer une "Compagnie d’Opération Spéciale (COS)", qui serait composée de 400 gendarmes et dirigée par un préfet spécialement nommé. 

Publié dans Blog | Commentaires (3) |  Facebook | | |

Commentaires

Quand on pense que GUERINI à l'audace de venir faire la morale au français.............. et proposer des "solutions" aux Marseillais.
C'est totalement ahurissant.
Voilà des gens qui n'ont honte de rien, que rien ne fait honte. Manquait plus qu'ANDRIEUX !!!!!

Écrit par : JC MARCO | dimanche, 08 septembre 2013

Andrieux était bien là, elle aussi !!

Écrit par : Ravier | dimanche, 08 septembre 2013

De l'enfumage les amis, ils n'ont jamais été capables jusqu'à présent de régler le problème alors je ne vois pas comment et pourquoi ils trouveraient la solution aujourd'hui ! l'UMPS regroupe l'incompétence et le laxisme le plus scandaleux que notre république ait connue. La situation est telle, à Marseille mais aussi dans un bon grand nombre de villes débordées par cette population étrangère qui n'a que faire de nos lois, sauf quand il s'agit de profiter de ses avantages sociaux.

Écrit par : gueguen | dimanche, 08 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.