Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 mai 2013

Les Marseillais enfin en sécurité... entre la Mairie et le Bar de la Marine !

Depuis le début de MP 2013, Marseille vit-elle une spectaculaire embellie ?

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE SAMEDI 11 MAI 2013 À 16H20
 

Le week-end dernier, 400 000 personnes ont défilé sur le Vieux-Port à l'occasion du spectacle "Flamme et Flots". Dans le calme

 

Le week-end dernier, 400 000 personnes ont défilé sur le Vieux-Port à Marseille, à l'occasion du spectacle "Flamme et Flots". Un seul incident à relever au cours de ces deux jours et on se prend à rêver. L'heure est-elle à l'apaisement ? Dans notre article du 9 mai, le sociologue Jean Viard voit en ces rassemblements populaires un réel "outil d'équilibre de l'ordre social". Même si certains Provençaunautes sont prêts à suivre son analyse, ce n'est pas le cas de tous...

Pour Sombreromarseille, il ne faut pas être dupe, les acalmies ne sont que temporaires et localisées : "Ok le Vieux-Port effraye les agresseurs, mais dès qu'on s'éloigne, des groupes attendaient leur proies ! Je ne sortirai plus !" Vicajoute : "Les hyènes étaient là, je les ai vu roder." La métaphore animale en dit long... 

C'est par l'ironie que certains comme mordikus témoignent de leur désarroi : "De plus en plus navrant... Tout va bien dans le meilleur des mondes , il n' y a jamais eu autant de cambriolages et d'aggressions, la ville est crade comme jamais, à part ça tout va bien."

Les politiques remis en cause

MP 2013 aura-t-elle un impact structurel sur les moeurs ? Surement pas, pour beaucoup de Provençaunautes qui ne croient pas en la capacité de cet évènement à solidifier les rapports sociaux. Les représentants sont contestés, comme parBICHON, taxés de ne pas comprendre les habitants. "Pour les élus de Marseille la culture se limite aux feux d'artifices des bougies allumées, c'est bien ce qui convient à cette ville de l'artifice rien de plus." D'autres vont plus loins et font porter le chapeau aux élus. Pour papeleo, les coupables sont tout trouvé : "Ce n'est pas Marseille qui fait parler d'elle, mais malheureusement ceux qui la dirige qui sont indignes."

Calandrino s'agaçe des critiques systématiques envers sa ville. Il la compare aux autres grandes métropoles françaises et promet à ses adversaires que Marseille n'est pas la cité invivable que certains se complaisent à démonter. La seule cause de déséquilibre provient selon lui de l'immobilisme. "La ville n'est pas qu'aux politiques, elle appartient aux citoyens. Si nous la décidons et la désirons joyeuse et festive, alors elle le sera."

Quand l'actualité sème la zizanie

"Triste retour à la réalité", comme l'évoque D T C. Jeudi soir, un homme âgé de 17 ans a été abattu dans les quartiers nords (voir notre article). La preuve pour nombre de Provençaunautes que l'embellie du week-end dernier n'était qu'un phénomène mineur dans le quotidien marseillais.

Pour leo133, ce 6e meurtre en 2013 est l'incarnation du mal phocéen et prévient :"Continuez à aimer cette ville qui pourrie à chaque minute, et surtout gardez bien la tête dans le sable pour ne pas voir la réalité, mais le jour où vous vous reveillerez ce sera trop tard. D'ailleurs, c'est déjà trop tard!"

Des contre-arguments qui se veullent rassurants

Méthode coué ou réalité, nombre de Provençaunautes s'estime heureux d'être marseillais : "Je n'ai jamais eu peur de me balader à Marseille ...",  assuredalot3. Et, c'est certain pour Cmaville, les choses ont évolué depuis les années 80/90. 

Et dans le bon sens. "Quel bonheur de voir en semaine, le jour comme en soirée, le nombre de gens, en famille, en couple ou en amoureux qui se promènent sur le nouvel espace du Vieux-Port jusqu'au MuCem. De voir les terrasses des cafés envahies. Il fut un temps, pas très lointain, où passé 20 heures, c'était quasiment le couvre-feu."

chris62, lui, répond aisément aux critiques : "Vous pensez vraiment qu'ailleurs, quand il y a rassemblement de foule, l'herbe y est plus verte et tout se passe bien dans le meilleur des mondes. Alors là je rêve et crois finalement que les grincheux de tout horizon devraient vraiment rester chez eux à regarder leurs lucarnes abrutissantes de conneries, il s'y sentiront sûrement bien et surtout pas en danger et ne seront pas mangés tout cru par ces charognardes de hyènes...!"

On peut simplement se dire que chaque ville dispose de failles autant qu'elle dipose d'atouts. Le mot de la fin appartient à nelly007 :"Oui il y avait du monde! Oui c'était des Marseillais jeunes, vieux, pauvres ou riches ! Oui, il y avait simplement des 'Marseillais'."

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.