Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 avril 2013

Mariani, un "tonton flingué" !

 

Le Point.fr - Publié le 17/04/2013 

Le chef de file de la droite forte estime qu'il est choquant qu'"un immigré qui vient d'arriver" touche les prestations familiales.

Le député UMP Philippe Mariani.Le député UMP Philippe Mariani. © Bertrand Guay / AFP


Thierry Mariani, l'un des vice-présidents de l'UMP, préfère que la baisse des allocations familiales vise les immigrés récemment installés en France plutôt que les foyers aux plus hauts revenus. Interrogé sur les déclarations de Jean-Marc Ayrault, selon lequel les 15 % de Français les plus aisés seraient concernés par la baisse des allocations familiales, ce chef de file de la Droite populaire a regretté que le gouvernement "n'explore qu'une piste".

Selon lui, il y en a "d'autres" : "Un étranger installé en France depuis un certain temps, qui a une carte de dix ans, cela ne me choque pas qu'il touche des prestations familiales, mais un étranger qui vient d'arriver, qui a une carte d'un an, ça me choque", a expliqué ce député des Français de l'étranger (Europe de l'Est, Asie, Océanie), soulignant que cette idée était inspirée par la Grande-Bretagne. 

Fiscalisation

L'objectif de la réforme des allocations familiales est de faire des économies pour ramener à l'équilibre la branche famille de la sécurité sociale, dont le besoin de financement est évalué à 2,2 milliards d'euros à l'horizon 2016. "À partir d'un certain niveau de revenus, ça sera progressif", a déclaré le Premier ministre mercredi au sujet de la baisse déjà annoncée des allocations pour les familles les plus aisées, tout en assurant que le seuil à partir duquel les allocations seraient réduites n'avait pas été tranché.

Le sujet des allocations familiales est ultrasensible. Aujourd'hui, les allocations familiales sont versées à tous les foyers, sans condition de ressources, à partir du deuxième enfant, un principe auquel la droite et les associations familiales sont particulièrement attachées. Le président des députés UMP, Christian Jacob, avait notamment critiqué début avril "la mise sous conditions de ressources des allocations familiales" par le gouvernement.

De son côté, Luc Chatel, ancien ministre redevenu député UMP de la Marne, a plaidé de nouveau mercredi dans les couloirs de l'Assemblée pour "une fiscalisation des allocations familiales", "moyen le plus juste de maintenir le caractère universel de ces prestations".

 

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

l'enfumage c'est maintenant..!!! ça montre qu'à l'UMP le ridicule ne tue pas ce qui me dérange le plus c'est le fait de prendre les Français pour des BOEUFS...!!!
Vive le FN vive MLP

Écrit par : fred | mercredi, 17 avril 2013

Les commentaires sont fermés.