Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 mars 2013

Gaudin n'est plus en phase avec Marseille

Gaudin : «Le gouvernement doit aider Marseille»

lefigaro

Par Aliette de Broqua publié le 17/03/2013 
Jean-Claude Gaudin: «Le gouvernement précédent avait fait des efforts pour lutter contre l'insécurité. Le gouvernement actuel va dans le même sens».
Jean-Claude Gaudin: «Le gouvernement précédent avait fait des efforts pour lutter contre l'insécurité. Le gouvernement actuel va dans le même sens». Crédits photo : Sébastien SORIANO/Le Figaro


INTERVIEW - Le sénateur maire UMP, Jean-Claude Gaudin, demande au gouvernement d'apporter l'aide dont la deuxième ville de France a besoin. Il compare les 30 milliards du Grand Paris à l'aumône faite à Marseille.

LE FIGARO.- Tout en disant qu'il ne veut pas polémiquer avec vous, Manuel Valls, dans une interview au JDD, vous reproche d'avoir trop attendu pour mettre en place la vidéosurveillance à Marseille et surtout de ne pas en avoir équipé les cités sensibles. Il vous appelle également à tenir vos engagements en matière de police municipale. Que pensez-vous de ces reproches?

Jean-Claude GAUDIN.- Quand Nicolas Sarkozy était président de la République, les socialistes criaient en chœur que ce qui se passait à Marseille était scandaleux et que quand ils seraient au pouvoir, tout cela serait éradiqué, effacé, que les forces de police seraient démultipliées, etc., etc. Aujourd'hui, on peut constater avec amertume que les choses sont inchangées. Il y a toujours des meurtres entre voyous sur fond de trafics de drogue! Il est clair que le gouvernement précédent avait fait des efforts pour lutter contre l'insécurité. Le gouvernement actuel va dans le même sens. Nous avons un accord avec l'État pour mettre en place la vidéosurveillance. L'État participe pour 50 % de l'investissement, mais l'État sait qu'il y a des règles de passation des marchés publics à respecter. Cela freine le déploiement du dispositif. La ville de Marseille fait un effort considérable. Nous venons d'inaugurer avec Manuel Valls le centre de supervision de la vidéoprotection qui représente un investissement de 10 millions d'euros. L'État y participe en nous donnant 3,7 millions et le conseil général 400.000 euros. Le reste est pour nous.

Nous faisons de gros efforts, mais la sécurité des personnes et des biens dépend essentiellement de l'État. Dans la deuxième ville de France où on a vu défiler une procession ininterrompue de ministres ces derniers mois, il est clair que les choses n'ont pas beaucoup changé et pourtant nous nous efforçons d'apporter un effort complémentaire, mais la vidéoprotection et la police municipale ne viennent qu'en appui.

Où en est le déploiement  de la vidéosurveillance? Des cités  seront-elles équipées de caméras?

On commence par le centre-ville puis on ira dans les noyaux villageois. Les cités en font partie, mais j'ai des doutes sur leur utilité, car elles ne vont pas durer très longtemps…

Que pensez-vous de la recrudescence  de la violence dans la ville? Selon vous, quelles en sont les causes?

Il n'y a pas eu d'accalmie, ni à Marseille, ni en Corse, ni ailleurs en France d'ailleurs. Je souhaiterais que le gouvernement prenne vraiment conscience qu'il faut aider Marseille. Il est scandaleux d'annoncer 30 milliards pour le Grand Paris et de donner zéro à Marseille. On nous fait un écran de fumée avec la Métropole dont on ne sait pas de quels moyens elle sera dotée.

Il est question de 51 millions de dotation supplémentaire…

Quand bien même cette somme serait donnée, permettez-moi de comparer avec les 30 milliards du Grand Paris. Nous ne demandons pas l'aumône pour la deuxième ville de France et ses 860.000 habitants!

Est-ce un échec pour le gouvernement  de Jean-Marc Ayrault qui a fait  de Marseille une priorité nationale?

Attendons avant de porter un jugement, mais il est clair qu'à Marseille on ne peut constater que la chute vertigineuse des ambitions du gouvernement. Moi, depuis que je suis maire, je n'ai cessé de faire baisser le chômage qui est tombé de 21,6 % à 13 %. Cela a été ma principale préoccupation pour la création des deux zones franches urbaines, le développement d'Euroméditerranée et la transformation de la ville.

La recrudescence de la violence ajoutée aux affaires touchant des élus socialistes ne va-t-elle pas favoriser le renforcement du FN lors des prochaines municipales et vous handicaper pour  une éventuelle réélection?

Les prochaines municipales ne sont que dans un an. Je conduis ma réflexion et je dirai le moment venu si je me représente ou pas. Mais les Marseillais voient la transformation de leur ville. Le 12 janvier dernier, lors du week-end d'inauguration de la capitale européenne de la culture, il y avait 400.000 Marseillais dans les rues pour s'opposer à la surmédiatisation des règlements de comptes et au «Marseille bashing». Quand les médecins marseillais sont en pointe dans la recherche sur le sida, on n'en parle pas. On ne montre que les meurtres entre voyous. Il est clair que si l'on se réfère aux sondages, leFN sera très haut. En 2008, j'étais arrivé en tête avec 41 % des voix avec un FN à 9 %. Selon un des derniers sondages, je suis toujours en tête au premier tour avec 36 % environ, mais avec un FN à 19 %. Il est clair qu'un FN à 19 % viendrait bouleverser la situation. Ni la droite ni la gauche ne pourrait avoir une majorité absolue… Mais il me semble que cela peut se redresser d'ici un an.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.