Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 mars 2013

Bientôt chez vous !

Législative dans l'Oise : Le Pen se frotte les mains

lefigaro.fr

Par Guillaume Perrault| publié le 18/03/2013 
Marine Le Pen, présidente du Front national.
Marine Le Pen, présidente du Front national. Crédits photo : FRANCOIS BOUCHON/FRANCOIS BOUCHON


La candidate du Front nationale Florence Italiani est arrivée deuxième devant la socialiste dans la législative partielle de l'Oise dimanche. Un bon score pour le parti de Marine Le Pen mais qui doit être relativisé.

Marine Le Pen ne cache pas sa satisfaction. Lors de la législative partielle dans la deuxième circonscription de l'Oise, sa candidate, Florence Italiani, a réussi à accéder au second tour avec 26,58 % des voix, soit 7 249 suffrages. Cette «mariniste» revendiquée a devancé la candidate socialiste, Sylvie Houssin (21,37 %), qui a été éliminée. Le secrétaire général du Front national, Steeve Briois, s'est réjoui du «rejet» du gouvernement. Le lieutenant de Marine Le Pen a qualifié de «contre-performance» le résultat du candidat UMP, Jean-François Mancel, pourtant arrivé largement en tête.

Plusieurs faits conduisent néanmoins à nuancer le succès obtenu par le parti d'extrême droite. L'abstention a atteint un niveau très élevé: 67,21 % contre 40,25 % dans cette circonscription aux législatives de juin 2012. Voilà neuf mois, Florence Italiani avait recueilli 11.534 suffrages, soit quelque 4 000 voix de plus que dimanche. Une partie de l'électorat du FN s'est donc elle aussi abstenue, mais dans des proportions bien moindres que l'électorat socialiste.

Par ailleurs, le parti de Marine Le Pen a toujours obtenu des scores élevés dans l'Oise. À la présidentielle de 2012, ce département est un des quinze où la présidente du FN est arrivée deuxième avec 25,05 % des suffrages. En mars 2011, au premier tour des cantonales, scrutin qui n'est guère favorable au FN, les candidats de Marine Le Pen avaient recueilli 24,84 % des voix dans l'Oise. Le FN était même arrivé en tête dans quatre cantons du département (Noyon, Crépy-en-Valois, Mouy et Noailles).

Il reste que le résultat obtenu dimanche par Marine Le Pen contraste avec la déconvenue qu'elle avait connue à Béziers lors de la législative partielle intervenue en décembre 2012. À l'époque, dans l'Hérault, sa candidate, France Jamet, n'avait obtenu que 23,3 % des voix. Elle n'avait pu accéder au second tour, qui donna lieu à un duel classique entre la gauche et l'UMP, gagné par la droite. L'abstention avait été de neuf points moins élevée à Béziers que dimanche dans l'Oise, ce qui suggère que l'électorat de gauche s'était alors un peu plus mobilisé.

«Tartufferie»

La qualification de Florence Italiani pour le second tour de la partielle de l'Oise confirme en tout cas que les bastions de Marine Le Pen se trouvent désormais, pour la plupart, dans les villes petites et moyennes de la France périurbaine. L'élimination de la gauche dès le premier tour lors de cette élection va offrir à la présidente du FN l'occasion de dénoncer à l'envi «la collusion de l'UMPS». Le PS, en effet, a appelé ses électeurs à voter pour Jean-François Mancel afin de barrer la route à la candidate du FN. «UMP et PS, qui font semblant de s'opposer toute l'année, versent dans la même tartufferie dès que leurs postes sont en jeu», a tonné Florian Philippot, vice-président du FN.

Si la réélection du sortant UMP ne fait guère de doutes, Marine Le Pen veut croire que le résultat de cette partielle est un indice de son potentiel aux municipales de 2014.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.