Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 mars 2013

Municipales: le compteur national s'affole aussi !

Municipales : premier sondage avant le scrutin

Par Albert ZennouPublié le 07/03/2013 lefigaro


INFOGRAPHIE - Selon le sondage CSA pour Le Figaro-BFMTV, la droite ne profite pas des actuelles difficultés de la gauche, qui totalise 42 % d'intentions de vote au premier tour.

À droite comme à gauche, les municipales réservent autant de motifs d'espérances que de craintes. C'est en tout cas la leçon qu'on peut tirer de notre sondage CSA pour Le Figaroet BFMTV. À près d'un an des élections (on ne connaît toujours pas la date précise des deux tours de scrutin, mais tout porte à croire qu'ils auront lieu fin mars 2014), la gauche ne voit pas la sanction électorale de l'impopularité vertigineuse de l'exécutif, tandis que la droite peut y déceler des motifs de victoires à venir.
Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie

Pas de vague bleue

Le rapport de forces politiques en vue des municipales donne toujours un avantage à la gauche. En regroupant l'ensemble des partis qui ont soutenuFrançois Hollande au second tour de la présidentielle, le bloc gauche - PS et ses alliés (27 %), Europe Écologie-Les Verts (6 %) et le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon (9 %) - recueille selon CSA 42 % d'intentions de vote. À noter qu'en soustrayant le FdG, dont les attaques sont de plus en plus fortes contre le gouvernement, le résultat tombe à 33 %.

 

À droite, les 38 % réalisés par l'UMP et l'UDI sont encore insuffisants pour d'ores et déjà tabler sur une vague bleue. «La défiance majeure de l'opinion ne se mesure pas en intentions de vote pour les candidats de l'opposition», résume Jérôme Sainte-Marie, directeur du département opinion de CSA. Pour autant, le désir de voir la droite l'emporter est légèrement plus fort: 33 % des personnes interrogées préféreraient au second tour qu'un maire de droite l'emporte, contre 31 % pour un représentant de gauche et 13 % pour un candidat du centre.

Fiscalité et sécurité

Si les Français sont unanimes à penser que l'élection municipale se jouera en fonction de considérations purement locales (62 %), seuls 7 % voient dans cette élection un vote de soutien à Hollande. À l'inverse, 19 % voteraient en 2014 pour signifier leur opposition au président de la République. «Cette différence montre que l'électorat de gauche est plus porté à l'abstention que celui de droite dont a la volonté de sanctionner François Hollande est plus manifeste», explique Jérôme Sainte-Marie.

L'ordre des sujets prioritaires établi par le Français révèle quelques motifs d'inquiétude pour la gauche et a contrario d'espoir pour la droite. En effet, c'est le montant des impôts locaux qui arrive en tête des préoccupations (45 %), suivi de la lutte contre la délinquance (37 %), deux thèmes régaliens qui sont plus porteurs pour l'opposition que pour la majorité. Surtout, ce sont deux thèmes qui peuvent être «nationalisés» et donc dépasser les simples priorités locales. Elles rejoignent les préoccupations des Français sur l'excès de pression fiscale et sur la sécurité. «Cela crée un terrain très favorable aux candidats de droite, lance Jérôme Sainte-Marie. Pour ce faire, ils devront appuyer sur la fiscalité et la sécurité, deux thèmes bien plus favorables à la droite.»

Autre enseignement: la percée du FN dans ces élections locales. Crédité de 12 % au premier tour, le résultat montre que la dynamique enclenchée par le parti de Marine Le Pen n'est pas près de se résorber. L'ancrage local pourrait être réel en 2014. En 2008, le FN n'avait récolté que 0,93 % des suffrages. Mais il est vrai qu'il n'avait pas eu de candidats dans toutes les communes de France.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.