Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 février 2013

Marine, Stéphane et l'autruche marseillaise...

Marine Le Pen lance la campagne municipale à Aix

 
AIX-EN-PROVENCE MARSEILLE / PUBLIÉ LE DIMANCHE 17 FEBRUARY 2013 laprovence
 

Aux portes de Marseille, la présidente du FN a surtout parlé insécurité

Marine Le Pen et Stéphane Ravier, candidat à Marseille, ont rivalisé de formules hier.
Photo Sophie Spiteri
Marine Le Pen et Stéphane Ravier, candidat à Marseille, ont rivalisé de formules hier.

 

Marine Le Pen a du mal à y croire. "Vous pensez que Gaudin va se représenter ? Il n'y a pas de ras-le-bol des gens ?" interroge-t-elle en soufflant la vapeur de sa cigarette électronique. Non pas que la présidente du Front national semble inquiète. Portée par un sondage TNS-Sofres indiquant début février qu'un tiers des Français "adhèrent aux idées" du FN, Marine Le Pen était même d'humeur joyeuse avant de déjeuner avec des militants, hier, dans un restaurant de la zone des Milles à Aix.

Venue visiter une savonnerie marseillaise il y a quinze jours afin de "soutenir les traditions", elle est cette fois en mode campagne. Celle des municipales 2014, s'entend. Concentrée, donc. "Par tradition, nous partons tôt parce que nous n'avons pas les mêmes moyens que les autres." Le choix d'Aix n'est pas anodin. Il est l'occasion de dire que, contrairement à 2008, "il y aura un candidat FN à Aix."

En l'occurrence Catherine Rouvier, professeure de droit arrivée en septembre du Nord de la France et longtemps passée par l'UMP. Surtout, il s'agit de remettre le doigt sur Marseille où, disait Marine Le Pen il y a deux semaines, "le FN peut créer la surprise." Ce ne sera sans doute pas via une entente avec l'UMP, même si la frontiste ne "rejette jamais d'accord local par principe. On peut trouver des points de convergence. Mais on va rédiger une charte de points non négociables sur la sécurité ou la fiscalité."

La sécurité justement. Quoi de mieux pour un tour de chauffe et resserrer les rangs, aux portes d'une ville où l'actualité est comme le mistral, faites de violentes rafales ? Candidat déclaré à l'Hôtel de Ville en 2014, Stéphane Ravier n'a qu'à se servir dans les chiffres. "10 760 vols avec violence, soit 29 agressions déclarées par jour en 2012, 38 homicides, plus de 10 000 cambriolages, c'est la capitale européenne de la Kalachculture, se régale-t-il. 

Avant de dénoncer "l'explosion des braquages" et "les crapules à capuche et à cocarde". Puis de considérer que le maire de Marseille "nie le phénomène. On ne l'a pas entendu sur l'attaque du train. Si c'est un animal politique, Gaudin est une autruche qui ne voit ni n'entend rien. Avec lui, poursuit l'élu des quartiers Nord,c'est l'ensemble de la classe politique qui est atteinte de couille-mollisme !"Chacun appréciera...

La suite est logique. "Avec nous, ce sera la tolérance zéro, le triplement des effectifs de police et le retour de la double peine face à la surdélinquance des jeunes issus de l'immigration", souligne Stéphane Ravier. Mais Marine Le Pen"veut aller plus loin. Parler de l'ensauvagement de notre nation, d'une société qui a perdu ses repères face au terrorisme de l'ultra-violence. Les gens ont peur. Le danger de la terreur peut susciter des réactions disporportionnées, comme le policier hors service qui a tué après avoir été attaqué à Marseille." Pour le coup, la leader frontiste refuse l'idée de légitime défense. Mais tient à "remettre le pays dans les rails de la civilisation contre la loi de la jungle." Un démarrage de campagne sur les chapeaux de roues.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.