dimanche, 16 décembre 2012

Après un couteau, une guillotine pour Laidi ?

Avocate tuée à Marseille : le film de l’enquête

 


 

Publié le samedi 15 décembre 2012 laprovence

 

Le tueur présumé de Me Talbot a été mis en examen et écroué hier soir. Retour sur 15 jours d’investigations éclairs


Chronique d’un drame qui a chahuté les Marseillais : l’enquête démarre au cabinet de Me Talbot rue St-Ferréol, rassemblement devant la Maison de l’Avocat dès le lendemain, obsèques à Gardanne, interpellation à la cité La Maurelette (15e).

 

 

Comme un couvercle de douleur qui se serait refermé sur Marseille. Et derrière, comme un sursaut unanime. Comme si cette affaire-là, il fallait absolument la "sortir", parce que le vendredi 30 novembre au soir, elle a semé la consternation sur la ville. Affaire symbole.

Après un papetier poignardé, après un chauffeur de car exécuté de sang-froid pour sa sacoche, c’était l’affaire de trop. Une avocate de 66 ans, Me Raymonde Talbot, versée dans le droit de la famille, attaquée dans son cabinet du centre-ville, rue Saint-Ferréol, réputé sanctuaire, lieu privilégié de défense des petites gens et des autres, poignardée une dizaine de fois. Mais pourquoi ?

Les pistes explorées

D’emblée, les enquêteurs n’ont négligé aucune piste. Ils ont découpé le carton qui se trouvait sur le bureau de Me Talbot et y ont cherché de l’ADN. Ils ont aussi tenté de reconstituer le film du drame. Ils ont passé au crible son agenda, sur lequel figurait le nom de Sahki. Ils ont retrouvé son image sur les caméras de vidéosurveillance, découvert que Me Talbot avait défendu il y a dix ans le père Sahki, un des trois hommes placés en garde à vue mercredi, "dans une affaire grave, un crime de sang", a indiqué hier le procureur Jacques Dallest.

Mais, selon nos informations, c’est un renseignement anonyme qui aurait définitivement mis la brigade criminelle de la police judiciaire sur la piste des Sahki. L’associé de Me Talbot, interrogé, indiquera qu’il a ouvert la porte, le 30 novembre, en milieu de matinée. "Laisse, c’est pour moi !" aurait alors lancé Me Talbot à Me Jean Wilkin. Les deux avocats avaient en effet deux rendez-vous à la même heure. L’associé a donc vu le tueur présumé, mais il se trompe. Fragilité des reconnaissances humaines. Il reconnaît le frère cadet.

Les éléments qui désignent le suspect

"On retrouve un certain nombre d’éléments lourds et convergents dans sa chambre qui donnent à penser qu’on a l’auteur présumé", a indiqué hier Jacques Dallest. Or l’auteur présumé, c’est le frère aîné, Laidi Sahki, 28 ans. Sous son lit, en perquisition, les enquêteurs découvrent un sac en plastique. A l’intérieur, la carte d’identité de la victime, son passeport, sa carte d’avocat, son permis de conduire, un relevé d’identité bancaire, mais aussi son sac et les bijoux de la victime (montre, collier, bagues...)


Ce qu’il ditSur un pantalon de survêtement du suspect, qui porte des traces de sang, on va mettre au jour l’ADN de Me Talbot. On trouve aussi le couteau du crime dans un tiroir de sa chambre. On découvre enfin l’ADN de la victime et celui du suspect sur le couteau. Le bout de la lame est cassé. Or l’autopsie a révélé qu’un morceau métallique avait été découvert planté dans son oreille. Troublante coïncidence...

Il conteste les faits pour l’essentiel. Il affirme avoir ramassé le sac de la victime dans une poubelle.

Son profil

Grand amateur de couteaux, sans emploi, "en errance intellectuelle" selon le procureur, le suspect a aussi un profil psychologique inquiétant. Interrogé, il a parfois donné des réponses précises, mais il a fait beaucoup de réponses incohérentes, précise-t-on de source proche de l’enquête. Simule-t-il ou bien a-t-il de réels problèmes ? Il ne faisait en tout cas l’objet d’aucun suivi ou traitement psychiatrique régulier.

Sa mise en examen

Laidi Sahki, dit "Hadou", a été mis en examen hier soir par les juges Patricia Krummenacker et Caroline Charpentier pour "homicide volontaire commis en concomitance avec le crime de vol à main armée". Il a ensuite été présenté au juge des libertés et de la détention, qui l’a placé en détention conformément aux réquisitions du parquet. Dans l’intervalle, dans les geôles du palais, oubliant la gravité des faits qui lui étaient reprochés, le suspect a pointé un policier, mimant une étrange scène, comme s’il lui tirait dessus... Son père et son frère avaient été remis en liberté jeudi soir.

L’introuvable mobile

"On n’a pas d’explications sur sa présence au cabinet de Me Talbot, notera le procureur. Elle avait déjà rencontré le père pour les aider à trouver un logement, mais pas spécialement le fils." On peut penser qu’il n’a pas pris rendez-vous pour la voler. Voulait-il absolument un logement ? Un échange de mots aura-t-il dégénéré ?

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

C est très bien de tout mettre en œuvre pour retrouver l assassin de cette avocate , mais le chauffeur de car, le papetier ?!
Pas de confrérie pour eux ! Les enquêtes avancent moins vite...
En tout les cas, cela démontre que quand on veut, on peut !!!!

Écrit par : Victoire | dimanche, 16 décembre 2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.