Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 août 2012

Aubry: la meilleure ennemie d'Hollande et de la France française !

Le Point.fr - Publié le 27/08/2012

Sur RMC, Hervé Gattegno rappelle que la première secrétaire entretient le flou sur son départ de la direction du PS. Et quand c'est flou...

À La Rochelle, Martine Aubry, première secrétaire du PS entourée de Jean-Marc Ayrault, et des deux prétendants à sa succession, Harlem Désir (à droite) et Jean-Christophe Cambadélis.

À La Rochelle, Martine Aubry, première secrétaire du PS entourée de Jean-Marc Ayrault, et des deux prétendants à sa succession, Harlem Désir (à droite) et Jean-Christophe Cambadélis. © Robert / Aperçu/Sipa

Martine Aubry a réaffirmé, ce week-end à l'université d'été duPS, son intention de quitter la direction du parti au prochain congrès, en octobre. Mais elle a montré aussi qu'elle veut organiser elle-même sa succession. Votre parti pris : Martine Aubry ne pense qu'à elle. Expliquez-nous...

Martine Aubry aime se donner l'image d'une femme d'équipe, mue par l'intérêt, le goût du débat et le don de soi. La réalité est à peu près inverse : elle est souvent brutale, autoritaire jusqu'à l'autocratie et son sens du sacrifice est moins développé qu'elle ne le dit. Elle se félicite de son bilan parce que les socialistes sont au pouvoir. C'est oublier qu'elle ne s'est ralliée à l'idée des primaires qu'en pensant qu'elles pourraient lui servir de tremplin ; qu'elle s'est effacée élégamment devant Hollande après sa défaite, mais qu'elle n'a presque pas fait campagne pour lui ensuite. Comme chacun sait qu'elle n'a digéré ni son élimination aux primaires ni sa mise à l'écart par François Hollande, on peut parier qu'en organisant elle-même sa succession elle n'est pas complètement désintéressée...

Vous voulez dire qu'elle n'exclut pas forcément de vouloir rester à la tête du PS ?

Il ne faut pas l'écarter, puisqu'elle a toujours dit qu'elle partirait "si les conditions sont réunies pour éviter les divisions". Avec ça... Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'elle va organiser un arrangement en coulisse entre les deux principaux prétendants - Harlem Désir etJean-Christophe Cambadélis, qui à eux deux n'ont pas plus de charisme que Jean-Marc Ayrault, c'est dire.... Son objectif, c'est d'éviter tout débat sur la ligne du PS - on voit bien qu'elle réclame que tous les chefs du PS et les ministres signent la contribution qu'elle a déposée avec le Premier ministre et qu'elle refuse le débat sur le traité budgétaire européen. Ce qui ne l'empêche pas de revendiquer, dans son bilan à la tête du PS, des progrès spectaculaires dans la démocratie interne !

Entre Harlem Désir et Jean-Christophe Cambadélis, est-ce qu'elle va vouloir en avantager un ?

C'est là le comble : même les principaux dirigeants du PS disent qu'ils n'en savent rien - comme si c'était une élection si serrée qu'on ne peut pas deviner le résultat. En fait, c'est une campagne électorale avec un seul électeur : Martine Aubry ! Les deux candidats rivalisent de flagorneries et de soumission envers elle et c'est elle qui tranchera toute seule, puisque, apparemment, François Hollande a donné pour consigne de ne surtout pas la fâcher. Il n'empêche qu'en attendant elle entretient le flou - et comme disait sa grand-mère (je la cite) : "Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup..."

Donc, si je vous suis bien, le "loup", c'est que Martine Aubry n'a pas renoncé à toute ambition politique...

Qui pourrait le croire ? Elle a dit qu'elle voulait se consacrer à sa ville de Lille. Donc, préparer les municipales de 2014, qui constitueront la première grande échéance électorale pour François Hollande. D'ici là, elle veut être loyale envers le gouvernement, mais sans s'interdire des critiques - comme la semaine dernière sur les évacuations de camps de Roms. Et si, comme c'est plausible, François Hollande est à la peine à ce moment-là, Martine Aubry espère qu'elle sera, elle, en position de force pour s'imposer à Matignon. Sur le fond, elle reste persuadée qu'entre la gauche molle et la gauche folle, il y a une troisième voie qu'elle pourrait incarner mieux que personne - toujours ce dévouement au collectif... Elle a dit ce week-end que, même éloignée du PS, elle "continuerait à échanger" avec Jean-Marc Ayrault. Elle pensait évidemment d'abord à échanger... sa place contre la sienne !

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.