Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 août 2012

Bientôt dans nos quartiers de la "di-vert-cité" ?

« Les chrétiens doivent s’en aller, sinon ça va dégénérer »
lacroix.fr 26/8/12

La Croix    s’est rendue dans le faubourg d’Islamabad où une fillette chrétienne, trisomique selon plusieurs ONG, a été accusée de blasphème, arrêtée par une foule en colère et remise à la police.

Enfants chrétiens à Islamabad. La banderole comdamne l’arrestation de la jeune Rimsha et demande ...

(B.K. Bangash / AP)

Enfants chrétiens à Islamabad. La banderole comdamne l’arrestation de la jeune Rimsha et demande l’arrêt du terrorisme contre leur minorité.

Les habitants du faubourg de Mehrabad, qui a déjà été fui par la plupart des chrétiens sur place, estiment qu’ils n’ont plus leur place parmi eux.

Des militants des droits de l’homme redoutent une manipulation montée de toutes pièces pour débarrasser le quartier de ses 800 chrétiens et de leur lieu de culte.

 

Avec cet article

 

Des ruelles boueuses jonchées d’ordures s’enfoncent dans le quartier de Mehrabad, un faubourg misérable d’Islamabad, la capitale du Pakistan. C’est ici dans cette localité mi-rurale mi-urbaine qu’une fillette chrétienne, âgée d’une dizaine d’années selon des voisins et de 16 ans selon la police, a été arrêtée le jeudi 16 août .  

Elle a été accusée par ses voisins musulmans d’avoir brûlé des feuilles de papier sur lesquelles auraient été écrits des versets du Coran. Si elle est reconnue coupable, elle tombera sous le coup de loi sur le blasphème. Une loi qui, au Pakistan, punit de mort quiconque insulte le Prophète et de prison à perpétuité ceux qui profanent le livre saint.

Le propriétaire de la maison de la jeune Rimsha est posté à l’entrée du quartier et semble attendre le visiteur pour lui raconter une histoire bien rodée : « C’est mon neveu qui a vu la fille tenir dans ses mains des pages brûlées avec des versets du Coran. Il est venu à la mosquée pour l’annoncer. Tout le monde, sous le choc, s’est dirigé vers la maison de la fille, mais il n’y a eu aucune violence »,  assure Malik Amjad. « ça fait des années que nous vivons en très bonne entente avec nos voisins chrétiens, on n’a rien contre eux »,  prétend-il.

La maison de Rimsha, une bâtisse grise en ciment, est fermée avec un cadenas de fortune. Sa famille ne reviendra plus. Elle a fui le quartier où habitent environ 800 chrétiens. Un voisin, aux yeux imprégnés de khôl, commente : « Nos sentiments de musulmans ont été heurtés par cette affaire et si cette fille est coupable, elle doit être punie par la loi. »  

Aucun des hommes présents ce jour-là ne semble savoir si la petite Rimsha souffre de trisomie 21 comme l’assurent des ONG chrétiennes et de défense des droits de l’homme. « Mais ce qu’on sait,  souligne un badaud, c’est que ni son père ni ses trois frères qui étaient absents du quartier ne sont revenus, ils ont dû être prévenus par sa mère ou sa sœur. »  

LES CHRÉTIENS REPRÉSENTENT ENVIRON 2 % D’UNE POPULATION À 95 % MUSULMANE

Ce ne sont pas les seuls à avoir choisi de quitter le quartier dans lequel les portes closes sont nombreuses. Certaines familles pourtant sont revenues. C’est le cas d’Arshad qui vit dans une maison aux murs décatis, avec son jeune frère, sa femme et ses enfants en bas âge. Il est balayeur dans une entreprise privée. « Avant, ça se passait très bien avec nos voisins musulmans »,  dit-il à voix basse. « Enfin, aussi bien que ça peut se passer pour une minorité qui vit au milieu d’une majorité comme c’est le cas pour nous dans ce quartier »,  sourit-il.

Au Pakistan, les chrétiens représentent environ 2 % d’une population à 95 % musulmane. Comme tous les chrétiens de la colonie, Arshad, le jeune père de famille, a été effrayé par la foule qui s’est massée autour de la maison de Rimsha. « On a eu très peur. Les gens étaient très en colère, ils se sont rendus chez elle. Rimsha, terrorisée, s’était enfermée dans la salle de bains. Ils ont enfoncé la porte pour la faire sortir avant de la remettre à la police. »  

A quelques ruelles de là, la maison de David Masih présente un décor similaire : un univers spartiate, des branchements électriques anarchiques et des murs suintant la misère. « L’événement s’est produit un jeudi. Au début je ne voulais pas partir, mais mon voisin et ami, qui est musulman, m’a dit :  “Va-t’en demain, après la grande prière on ne sait pas ce qui peut se passer.” Il n’y a pas eu d’incidents et je suis  finalement revenu. Mais on a reçu l’ordre de quitter les lieux dans les dix jours qui viennent.  »  

« ILS FONT TROP DE BRUIT AVEC LEURS CHANTS ET LEURS PRIÈRES »

L’ordre de qui ? Difficile à dire. Un ordre diffus mais qui s’est répandu dans tout le quartier. Or, il arrive régulièrement que les accusations de blasphème soient montées de toutes pièces au Pakistan, pour persécuter les minorités ou régler des conflits de voisinage.

A la sortie de la mosquée les langues se délient. Moncef Dar, un propriétaire foncier, est très virulent : « Après l’incident, on s’est réunis à la mosquée avec les propriétaires de maisons qui louent à des chrétiens et les mollahs, martèle le vieil homme, et on a décidé qu’il fallait que les chrétiens s’en aillent. A cause de cet événement, mais aussi parce qu’ils font trop de bruit avec leurs chants, leur musique et leurs prières. Nous, à la mosquée, ça nous dérange dans nos prières. »

Dans l’assistance, l’homme au regard noir de khôl essaye de faire taire le vieil homme, sans succès. « De toute façon, maintenant, il faut que les chrétiens s’en aillent, sinon ça va dégénérer », assure Moncef Dar énervé.

A quelques pas de lui, se tient debout Hafiz Mohamed Zubair, l’un des deux mollahs de la mosquée. Lui ne perd pas son sang-froid mais explique avec calme : « Oui, c’est vrai, aujourd’hui les chrétiens doivent partir. Nous ne pouvons plus cohabiter, ce ne sont plus nos frères. Ce n’est plus possible de vivre ensemble. »

Rimsha, la jeune chrétienne, devrait comparaître devant la cour dans quelques jours. Elle a déjà présenté ses excuses aux habitants. Mais il semble d’ores et déjà acquis que les chrétiens de Mehrabad n’ont plus leur place dans leur quartier.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.