Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 juillet 2012

L"islamisation se voit aussi par son absence ...

Il manque 200 000 baigneurs à Marseille

laprovence 31/7/12


Baisse du flux touristique et ramadan ont fait tomber de 15 % la fréquentation des plages, pourtant équipées et surveillées

Une plage à moitié vide sous un soleil brûlant un 27 juillet : c'est rare mais c'est possible à Marseille. On aurait presque pu organiser un concours de boules sur celle de Corbières vendredi. C'est que, à cause du ramadan, cette plage réputée être celle des quartiers nord était particulièrement calme. Le phénomène se reproduit un peu partout à Marseille où les plages ne font pas toujours le plein depuis 10 jours. En 2011, entre le 1er juin et le 29 juillet, le bord de mer avait attiré 1,4 millionde baigneurs. Cette année, à la même période, il en a manqué 200 000.

 

 

Pourtant le ramadan avait été respecté l'année dernière aussi mais il tombait en août. Si on ajoute que le soleil n'a pas brillé de mille éclats et que, malheureusement, les touristes ne s'attardent guère sur nos plages, on comprend pourquoi les baigneurs ont été à l'aise en ce début de saison. Ce qui ne veut pas dire que les journées ont été de tout repos pour les agents de la police nationale qui, avec les vacataires de la Ville, gèrent quinze plages comme chaque année.

Placés sous la responsabilité du Major Philippe Brunetti, 80 policiers surveillent en permanence le littoral. "On a un vrai maillage avec des hommes qui veillent sur l'eau, sur la plage et sur l'arrière plage. Autrement dit, nous sommes partout et nous pouvons également compter sur des réservistes de la police nationale qui connaissent bien les jeunes..". Les jeunes. Le mot est lâché. Et il peut parfois faire peur. C'est que les mentalités ont changé et le respect n'est plus vraiment une valeur première chez certains. "Ils peuvent faire du bruit avec les transistors ou commettre des vols en réunion. La violence peut être très rapide. Dès qu'on en interpelle un, ils peuvent arriver à 20 ou 30 pour essayer d'intervenir.".

Et dans les moments délicats, les baigneurs peuvent compter sur la CRS 22 "qui intervient dès qu'il y a un attroupement, assure Philippe Brunetti. Mais d'une manière générale, ça se passe bien. La municipalité et la police nationale font de gros efforts. On peut venir se baigner tout à fait normalement à Marseille et en plus il existe un confort que d'autres villes n'ont peut-être pas." Dans cette première partie de l'été, 82 personnes ont été interpellées par les forces de l'ordre.

17 vies sauvées en juin

Mais ces "anges gardiens du littoral", policiers et agents municipaux confondus, ont d'autres missions. Ils peuvent sauver des vies. Trois personnes, victimes d'un arrêt cardiaque, ont été réanimées. Autre tragédie évitée : la noyade. 17 personnes ont ainsi été sauvées et 87, souffrant de différents problèmes de santé, ont été évacuées par les marins-pompiers.

Il y a aussi les petits bobos du quotidien, comme les piqûres. 2371 soins ont été apportés sur les différentes plages où les surveillants ont également pris l'habitude de ramener des enfants... à leurs parents. En deux mois, 247 se sont ainsi égarés. Il y a les enfants que la police ramène et les enfants qu'elle garde auprès de soi, ceux des centres sociaux par exemple, qui n'ont souvent comme loisirs que ceux proposés par le CLJ (Centre de loisirs et de jeunesse) de la police nationale. "On en a reçu 1845,conclut Philippe Brunetti. Ces activités leur permettent d'éviter le désoeuvrement dans les cités.."

Et de mieux apprendre à connaître la police dont certains jeunes n'ont peut-être pas une très bonne opinion.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.