Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 juillet 2012

La loi républicaine ? Désormais pour certains, c'est onze mois sur douze !

Contrôle d'une femme voilée : la tension ne retombe pas à Marseille

 


 

Publié le samedi 28 juillet 2012

la provence

 

Mardi soir, une jeune fille avait refusé de montrer ses papiers d'identité.

voile 150x150 Le port du voile islamique est un motif de licenciement pour faute grave 

 

Le contrôle, mouvementé, mardi soir sur le boulevard National, d'une femme voilée, va-t-il se transformer en bras de fer entre les syndicats de police et la justice ? Ce simple contrôle d'identité sur la voie publique d'une jeune fille de 18 ans intégralement voilée a, en effet, provoqué en cascade d'autres procédures…

Opéré pendant la période du ramadan et à proximité d'une mosquée, ce contrôle d'identité nocturne avait été plutôt mal perçu par la jeune femme. Refusant d'obtempérer bruyamment, elle avait été rapidement rejointe par plusieurs individus. Une échauffourée avait alors éclaté au cours de laquelle trois policiers avaient été légèrement blessés.

Quatre personnes, dont un mineur, avaient été interpellées et entendus dans les locaux du commissariat de la Division Nord. Audition à l'issue de laquelle elles étaient ressorties libre, après avoir reconnu les faits mais, aussi, affirmé avoir été également victimes de violences de la part des policiers… Cette décision avait suscité la colère des syndicats de police, reprochant au Parquet "de ne pas avoir pris de mesure de garde à vue à l'issue des interpellations, dans un souci d'apaisement en période de ramadan"

Et de regretter : "un mauvais signal à l'opinion alors que les violences contre les policiers sont régulières dans la ville". "C'est exact mais incomplet, rectifie-t-on au Parquet. Les syndicats oublientl'aspect procédural. Ces personnes étaient en audition libre, on ne pouvait donc pas les déférer. Par ailleurs, on essaie d'avoir une réponse mesurée et proportionnée à la gravité des faits. Ces personnes ont reconnu les faits et se sont excusées".

Si elles ont été remises en liberté, elles sont néanmoins reparties avec une convocation devant le tribunal. Deux hommes seront jugés le 6 septembre prochain pour "violences volontaires en réunion sur agent de la force publique", un mineur a été convoqué le 14 août devant le juge des enfants et la jeune fille voilée a également fait l'objet d'une convocation devant le délégué du procureur pour un rappel à la loi.

Enfin, concernant les violences policières dont se plaignent certains mis en cause, le Parquet a indiqué avoir saisi "la commission de discipline". Une enquête administrative a donc été ouverte.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.