Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 juillet 2012

L'Allemagne d'abord !

Le Point.fr - Publié le 29/07/2012 

D'après un sondage, ils sont 51 % à penser que leur pays serait dans une meilleure situation économique s'il sortait de la zone.

71 % des Allemands demandent que la Grèce sorte de la zone euro si elle ne tient pas ses promesses d'austérité.

71 % des Allemands demandent que la Grèce sorte de la zone euro si elle ne tient pas ses promesses d'austérité. © Herbert Spichtinger / AFP

Une majorité des Allemands pensent que leur pays serait dans une meilleure situation sans l'euro, selon un sondage paru dimanche, alors que le ministre de l'Économie a répété ses doutes sur le maintien de la Grèce dans la zone euro. Selon le sondage Emnid pour l'hebdomadaire Bild am Sonntag, 51 % des Allemands pensent que l'économie de la première puissance européenne serait dans une meilleure situation si elle ne faisait pas partie des 17 pays de la zone euro. Vingt-neuf pour cent pensent que la situation serait pire.

Le sondage montre également que 71 % des Allemands demandent que la Grèce sorte de la zone euro si elle ne tient pas ses promesses d'austérité. Le ministre allemand de l'Économie, Philipp Roesler, a de son côté estimé dans un entretien au journal qu'il y avait "des doutes considérables sur le fait que la Grèce tienne ses promesses de réformes". "La mise en oeuvre (des réformes, NDLR) est hésitante. Aucune administration fiscale fonctionnelle n'a encore été mise en place. En outre, il n'y a eu pratiquement aucune avancée dans la privatisation des biens publics promise," a déclaré Philipp Roesler.

La Grèce sous pression

"Si la Grèce ne remplit pas ses obligations, il n'y aura plus d'argent. Le pays sera alors insolvable", a-t-il ajouté. Roesler et son parti libéral FDP, membre de la coalition au pouvoir, ont souvent exprimé leurs doutes sur la volonté de la Grèce de mener à bien les réformes douloureuses nécessaires à son maintien dans l'union monétaire. Ravagée par la crise de la dette, la Grèce subit une lourde pression pour mettre en oeuvre un programme de réformes structurelles, contrepartie d'un programme d'aide de milliards d'euros accordé au pays depuis 2010.

Les bailleurs de fonds (UE, BCE, FMI) sont actuellement en Grèce pour évaluer les progrès du gouvernement dans la conduite de ces réformes. Leur rapport déterminera si la Grèce recevra la prochaine tranche de 31,5 milliards d'euros du programme d'aide nécessaire pour maintenir son économie à flot. De son côté, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a rappelé la position de Berlin, qui demande l'exécution des réformes à la lettre. "Le programme d'aide est déjà très accommodant. Il n'y a pas de place pour de nouvelles concessions", a déclaré le ministre dans une interview à l'hebdomadaire Welt am Sonntag.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.