Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 juillet 2012

Guérini: une des branches pourries du PS marseillais

Affaire Guérini : le juge Duchaine enfonce le clou

 


Patrick Boudemaghe de nouveau mis en examen pour des marchés truqués

Publié le mercredi 25 juillet 2012 laprovence.com

 

 

Le juge Duchaine ne lâche rien. En charge des multiples instructions qui composent l'affaire Guérini, il a vu au mois de mai la cour d'appel d'Aix annuler pour des raisons de forme plusieurs des mises en examen de Patrick Boudemaghe.

Considéré comme "le blanchisseur" et "le faux facturier" du dossier, ce chef d'entreprise qui a été arrêté fin 2010 en Espagne n'en avait pas moins regagné sa cellule à Luynes en raison de multiples chefs d'accusation.

"Complicité et recel de favoritisme"

Le magistrat n'a toutefois pas tardé à remettre les choses en ordre : après avoir réalisé divers actes de procédure, notamment concernant l'acte d'extradition adressé à Madrid, il a réentendu hier matin Patrick Boudemaghe et l'a de nouveau mis en cause pour les éléments annulés par la cour d'appel.

Cette session de rattrapage a été l'occasion d'apprendre qu'un marché public suspect avait connu une traduction judiciaire : Patrick Boudemaghe a en effet été mis en examen pour "complicité et recel de favoritisme" à propos de la réhabilitation réalisée en 2007 d'un Foyer pour personnes âgées dépendant de l'Entraide, une association liée au Conseil général. Situé rue de Convalescents, ce bâtiment a été rénové pour 300 000 euros par ABT, une des sociétés de Boudemaghe.

"C'est important pour mon frère"

Chargé de piloter le chantier, Treize Développement, un satellite du CG 13, aurait reçu l'ordre de favoriser ABT. Lors de sa garde à vue, Jean-Marc Nabitz, son ancien directeur, a ainsi mis en cause Alexandre Guérini, le frère du président PS du Département : "La rénovation était primordiale dans le cadre des élections de 2008. Il m'a dit 'C'est important pour mon frère que ce projet aille vite et il faut que ce soit ABT qui travaille sur ce chantier'". À ce jour, Alexandre Guérini n'a pas été interrogé sur ces accusations.

Parlant d'"une entente tacite", Jean-Marc Nabitz aurait alors favorisé la désignation d'un architecte. Lequel a rapporté aux enquêteurs qu'ABT disposait d'informations confidentielles pour remporter l'appel d'offres : "Je me souviens qu'ABT était informé du dossier en même temps que moi. Ils étaient comme d'habitude la société la moins disante car ils avaient connaissance du budget".

L'Entraide a fait confiance à "13 D"

Contactée par La Provence, l'Entraide explique avoir totalement ignoré les dessous de la rénovation de son bâtiment : "L'immeuble menaçait péril, il était urgent de démolir l'intérieur et de le réaménager. L'opération a été confiée à Treize Développement parce que c'est une structure qui dépend du CG et nous avons suivi leurs recommandations". Réalisé dans les délais, le chantier a donné lieu à quelques malfaçons qui ont toutefois été réglées.

Interrogé par le magistrat, Patrick Boudemaghe a adopté sa ligne de défense habituelle : "C'est totalement faux". Il est ensuite reparti à Luynes, au grand dam de ses avocats qui ne comprennent pas la durée de sa détention provisoire : "Il est en prison depuis 18 mois, s'étonne Me Catherine Martini. Pourtant, s'il était libéré, il ne s'enfuirait pas à l'étranger".

Une nouvelle saisie du juge des libertés et de la détention doit être étudiée au mois d'août. Sans grand espoir, le juge Duchaine ayant annoncé à Patrick Boudemaghe qu'il compte le réentendre dans les prochains mois.

 

 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.