mardi, 24 juillet 2012

Marseille ou la ville du grand n'importe quoi.

Marseille : les architectes dénoncent le "massacre" de l'espace public


Publié le mardi 24 juillet 2012  laprovence.com

Source Photos: http://www.sa13.org/ D'autres photos sont à voir sur le site


 
 

Le Syndicat a dressé un inventaire des rues défigurées par négligence. Parcours édifiant

 

Marre des trous béants, des trottoirs défigurés, d'un espace collectif qui ressemble à une zone en chantier permanente, voire à un champ de bataille.

"C'est une spécialité marseillaise de se foutre du travail qui a été fait mais là, c'est trop".

Ils sont plutôt discrets d'habitude les membres du très sérieux Syndicats des architectes des Bouches du Rhône. Sauf que voilà, à force de voir nos rues balafrées, ces 120 représentants de la profession poussent un vrai coup de gueule :"Le Syndicat s'émeut du peu d'importance accordée par les collectivités locales, Ville et MPM, à l'entretien des espaces publics. On ne souhaite pas rentrer dans le débat du bien fondé ou non de la vidéo surveillance."

"En revanche, on regrette que particulièrement à l'occasion de ces travaux de voirie, aucune considération ne soit donnée à l'espace public. Crevasses, trous devenant dépotoirs le temps des travaux rebouchés sans aucune attention particulière par les responsables et entreprises en charge des travaux",
 explique ainsi Nicolas Masson. Et pourtant nous sommes très attachés à l'espace public. On sait que c'est une spécialité marseillaise de se foutre du travail qui a été fait mais là, c'est trop".

Armés d'un objectif, les architectes ont sillonné les rues les plus fréquentées de la ville pour immortaliser de vraies perles qui ponctuent le quotidien des Marseillais. Comme rue de l'Olivier (5e) par exemple : "Ils ont refait des canalisations d'eau et ils ont rebouché n'importe comment". Même stupeur face aux dalles en pierre de la Canebière "qui pour certaines sont venues spécialement de carrières lointaines" et remplacées parfois par du simple ciment ou du goudron. "C'est un massacre sur la Canebière", déplore Nicolas Masson.

"Que les collectivités montrent l'exemple !"

Le syndicat soulève d'autres questions qui ont le mérite d'être posées :"Quel est le coût pour le contribuable de ce manque d'exigence quand il faudra refaire d'ici quelques années un espace public complètement dégradé ? L'objectif est de faireprendre conscience aux décideurs et aux entreprises que l'espace public est un bien précieux. C'est aussi une question de respect. Sans parler du danger que cela peut représenter. Il faudrait peut-être que les collectivités montrent l'exemple et entretiennent correctement. Ça éviterait de dépenser de l'argent et cela montrerait la voie aux citoyens. Surtout qu'avec la piétonnisation, on met en avant la volonté de donner plus de place aux piétons et en même temps on massacre l'espace, le bien collectif. C'est contradictoire !"

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

GAUDIN fout le camp,va à la retraite,tu n'es bon à rien,casse toi.

Écrit par : BERNET ROGER | vendredi, 27 juillet 2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.