Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 avril 2012

Un trafiquant assassiné à Marseille: au suivant !

Un obscur du banditisme abattu devant chez lui à Marseille

 



 

Publié le jeudi 12 avril 2012 laprovence.com

 

Farid Tir, assassiné hier soir, serait lié au trafic de machines à sous

 

Dans la rue Édouard-Vaillant (3e), celle qui relie le boulevard de Plombières au Théâtre Toursky, en plein coeur de la Belle-de-Mai, des dizaines de personnes se recueillent dans le calme. Il y a bien des badauds, ceux qui n'expriment qu'une curiosité mal placée, mais là sur le bitume, face à la voiture blanche recouverte d'un linceul tout aussi immaculé, ce sont bien des proches qui pleurent Farid Tir. Des femmes, assises sur le sol, sanglotent à chaudes larmes. Des jeunes gens, des amis, des connaissances, tous semblent sincèrement effondrés après l'assassinat d'un des leurs. La victime, 40 ans, a reçu plusieurs projectiles, hier soir vers 20 h 30. Il est mort sur le coup. Les premiers éléments de l'enquête laissent imaginer qu'un fusil d'assaut, de type kalachnikov a été utilisé pour perpétrer le crime.

Farid Tir rentrait chez lui et s'apprêtait à garer sa voiture dans son garage lorsqu'il a été pris pour cible par un ou plusieurs hommes, qui ont ouvert le feu sur lui. Il a bien tenté une manoeuvre désespérée en reculant brusquement, mais les tueurs ne lui ont laissé aucune chance. Il est décédé avant l'arrivée des marins-pompiers.

Farid Tir est le cousin de Saïd Tir, considéré comme le parrain des quartiers Nord et abattu à l'âge de 60 ans dans des circonstances similaires, le 27 avril 2010, et présenté plutôt comme un trafiquant de drogue. Mais les deux hommes semblaient ne pas fréquenter les mêmes équipes. Selon une source policière, il ferait partie du même groupe que Rolland Gaben, le "parrain du Panier" ou Souhel Hanna-Elias, "l'empereur des machines à sous", abattus tous les deux en juillet dernier . Selon un policier retraité, qui connaît bien le parcours de Farid, celui-ci était jusqu'ici resté dans l'ombre, se contentant de récupérer les recettes issues des "bingos", ces machines installées dans les bars et qui rapportent de très juteux bénéfices. L'enquête, confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire, va tenter d'identifier ceux qui éliminent, un par un, les membres de ce réseau.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.