Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 mars 2012

Sarkozy: le Président qui rit dans les cimetières... de l'emploi !

Légère (!!!) hausse des demandeurs d'emploi en février

Le Monde.fr | 26.03.2012 

Par Jean-Baptiste Chastand


 

 

En pleine campagne, Nicolas Sarkozy n'a pu s'empêcher de l'annoncer lui-même sur France Info, dès lundi 26 mars au matin. La Dares, le service statistique du ministère du travail, est venue le confirmer lundi soir : le nombre de demandeurs d'emploi a bien connu une augmentation modérée en février, même si c'est pour le dixième mois consécutif. Seules 8 400 personnes de plus qu'en janvier sont inscrites en catégorie A, soit une hausse contenue à 0,3 %. Ils sont ainsi 2 930 800 (DOM compris) à rechercher un emploi sans avoir pu exercer aucune activité en février.

Le président-candidat s'est réjoui par avance de ce chiffre, affirmant qu'il"manifeste une amélioration de la situation avec une baisse tendancielle de l'augmentation du nombre de chômeurs". En incluant les demandeurs d'emploi ayant eu une activité réduite au cours du mois (catégories B et C), la hausse est toutefois beaucoup plus forte puisqu'elle s'établit à +0,5 %, soit 21 400 personnes de plus. Un chiffre comparable à celui des six derniers mois.

Se réjouir d'une limitation de la hausse démontre par ailleurs la fragilité de la situation réelle de l'emploi. Si les variations mensuelles diminuent, la hausse s'établit, sur un an, à près de 6 %. Surtout, elle est limitée par l'utilisation de contrats aidés. Le chiffre des demandeurs d'emploi en catégorie E, qui regroupe les individus employés dans le cadre de tels contrats, s'établit ainsi à un nouveau record historique en février à 370 100 personnes.

BAISSE DES LICENCIEMENTS

Xavier Bertrand, le ministre du travail et de l'emploi, avait spécifiquement demandé à ses services, au début de l'année, de concentrer les contrats sur les six premiers mois de l'année. Les deux tiers du budget annuel qui leur est consacré devraient être ainsi dépensés avant l'été. Les entrées en stage augmentent aussi très fortement (+ 6,2 % en un an). Cette méthode permet d'éviter une trop forte hausse des catégories A, B et C, qui sont les plus observées par les politiques et les médias. "Comme en 2009-2010, les contrats aidés sont concentrés sur les périodes de dégradation de l'emploi", justifie-t-on au cabinet de Xavier Bertrand.

Les chiffres de février montrent en tout cas, une nouvelle fois, que ce sont les seniors qui viennent grossir les rangs des chômeurs. Les plus de 50 ans sont ainsi 1,3 % de plus qu'en janvier, quand le nombre des plus jeunes est stable. En rythme annuel, le chiffre est encore plus inquiétant : les seniors sont 14,6 % de plus, soit 111 200 personnes supplémentaires en catégorie ABC. Le nombre de demandeurs d'emploi de longue durée (plus d'un an) augmente de 0,8 %, et celui des inscrits depuis plus de trois ans de 1,8 %.

Seule touche réellement positive, le nombre d'entrées au chômage à la suite de licenciements économiques recule, de manière spectaculaire, de près de 10 % en un mois. Si elle se confirme, cette baisse spectaculaire pourrait traduire un début d'amélioration de l'activité. Les entrées pour fin de CDD reculent, de leur côté, très légèrement, celles pour fins de mission d'intérim augment de moins de 1 %. Mais comme les sorties pour reprises d'emploi reculent de plus de 5 %, le stock des demandeurs d'emploi n'est pas entamé. Ce stock, toutefois, ne devrait pas passer le symbolique seuil des 3 millions lors de la prochaine publication de la Dares, qui tombera pile entre les deux tours de la présidentielle.

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

C'est un homme riche, qui fait croire qu'il est un homme du Peuple, un nouvel entrant en politique. La réalité est toute autre :

"Militant socialiste à partir de 1977, il est successivement élu conseiller municipal de Massy, conseiller général de l'Essonne (1983), sénateur de l'Essonne en 1986, 1995 et 2004, député européen en 2009 dans la circonscription Sud-Ouest. Il est ministre de l'Enseignement professionnel de 2000 à 2002, dans le gouvernement de cohabitation de Lionel Jospin.

Il fait partie de l'aile gauche du Parti socialiste jusqu'au congrès de Reims en novembre 2008, date à laquelle il quitte ce parti pour fonder le Parti de gauche (PG)..."

Il fait croire qu'il est "frais" en politique, il oeuvre en réalité depuis 1977... Il n'a guère envie effectivement que l'on dévoile son véritable patrimoine accumulé au cours des différentes et importantes fonctions qu'il a occupé depuis des années...

Écrit par : Victoire | lundi, 26 mars 2012

Il faut que Sarkozy dégage !!!

Écrit par : Henri | lundi, 26 mars 2012

Les commentaires sont fermés.