mercredi, 29 février 2012

Les bobos chahutés: Marine Le Pen et le FN sont les vraies victimes !

POLITIQUES 28/2/12 Libération

Affaire Pulvar - Montebourg : le FN évoque «une provocation»

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, le 19 janvier à Lille.
Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, le 19 janvier à Lille. (Photo Philippe Huguen. AFP)
 

 

Marine Le Pen, candidate FN à l'Elysée, interrogée ce mercredi surl'agression dont ont été l'objet la veille Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg, a dénoncé une «provocation» destinée à «ternir sa campagne» et a jugé «indigne» que le couple «vienne chercher» sa responsabilité.

Et son père, président d'honneur du parti, a déclaré à FTVi, qu'il veut porter plainte contre «monsieur Montebourg, madame Pulvar, et les journaux qui rapportent ces termes. Je ne crois pas monsieur Montebourg et madame Pulvar assez naïfs pour croire que des gens qui les agressent en criant 'Le Pen, morts aux juifs !' pourraient être des gens du FN», a lancé Jean-Marie Le Pen.

Interrogée par la presse en marge d'une interview télévisée à Paris sur l'ampleur prise par cette affaire, la présidente du Front national a estimé : «Elle est utilisée de manière absolument scandaleuse et indigne par Mme Pulvar, qui sort totalement de son rôle de journaliste, et son compagnon M. Montebourg.»

Tous deux, a-t-elle affirmé, «savent pertinemment, puisqu'ils en ont été informés par la police, que ce groupe est un groupe de supporteurs de foot probablement lié au PSG, dont on connaît la radicalité et qui n'a strictement rien à voir avec le FN».

«Tenter de venir chercher ma responsabilité est indigne de leur part à tous deux. J'aurais bien aimé d'ailleurs entendre Mme Pulvar s'indigner lorsque les amis de sa famille de pensée m'ont attaquée à la Réunion», a-t-elle poursuivi.

«Libération d'une parole raciste»

Comme on lui faisait observer que le groupe d'agresseurs clamait des slogans du FN, l'eurodéputée a rétorqué : «C'est donc si simple que cela ! Il y a quelqu'un qui va venir vous agresser en hurlant "vive Montebourg !" et vous allez faire un communiqué de presse pour dire que M. Montebourg est responsable de votre agression...»

«Ça s'appelle une provocation en politique et ce n'est pas la première fois que ces jeunes, dont certains, j'en suis sûre, participent du KOP (groupe de supporteurs) de Boulogne font ce type de provocation». «Vous savez que j'ai avec eux des relations extrêmement hostiles et difficiles depuis de nombreuses années», a assuré Marine Le Pen.

«J'ai été la première ce matin à dire que bien évidemment je condamnais», a-t-elle observé. «Le but d'une provocation, c'est évidemment de tenter de ternir ma campagne. Dieu merci, les Français sont plus intelligents que cela.»

Arnaud Montebourg a mis en cause le FN en commentant l'agression dont il a été victime avec sa compagne, y voyant le témoignage d'un«climat de libération d'une parole raciste et à connotation fascisante dans le parti de Mme Le Pen».

«Manque de respectabilité de l'extrême droite»

Jean-Pierre Bel, président du Sénat, s'insurge dans un communiqué contre cette «lâche agression (...) a fait tomber le masque de respectabilité dont l'extrême droite tente de se parer. Il faut espérer que cet incident révélateur contribue à éclairer l'opinion sur la nature profonde de cette mouvance et son rapport inchangé à la violence politique».

L'association SOS Racisme, elle, «dénonce l'agression dont ont été victimes Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg dans la soirée du 28 février, manifestement organisée par des supporters de Marine Le Pen, ainsi que les propos et les insultes antisémites entourant ce passage à l'acte des plus graves».

L'association «alerte depuis des mois sur les dangers de la stratégie de banalisation enclenchée par le Front National qui reste le parti de la haine, ayant une responsabilité morale et politique dans le climat délétère de notre pays, abîmant sournoisement les fondations du pacte républicain et du vivre ensemble».

Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires (Cran)  considère pour sa part que «cette affaire montre que ceux qui affirment qu'il ne faut pas diaboliser le FN ne font que faire le jeu de Marine Le Pen qui tente elle même de dédiaboliser le FN (...). A nos yeux, le FN est et demeure un parti dangereux et c'est pourquoi nous demandons à la fois à la presse et aux autorités publiques d'enquêter sur les nébuleuses d'extrême droite avec toute la rigueur qui s'impose».

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Du duo Pulvar/Montebourg et de leurs agresseurs: lesquels étaient les plus bourrés ?

Pulvar/Montebourg : les agresseurs étaient "bourrés"

 

Par Europe1.fr avec Martin Choteau

 

Publié le 29 février 2012 

 



TEMOIGNAGE - L'employé d'un restaurant confirme "les insultes", "des trucs racistes".

En rentrant chez eux mardi soir, Arnaud Montebourg et Audrey Pulvaront été agressés par un groupe d'individus. Un incident raconté peu de temps après, sur Twitter, par la journaliste. Europe 1 a recueilli de son côté le témoignage d'un employé de restaurant qui a assisté à la scène.

"Il y avait des groupes de jeunes au café, la dame est passée et ils l'ont agressée", raconte-t-il. Ce qu'il a entendu ? "Des insultes, 'la France pour les blancs', des trucs comme ça, des trucs racistes", précise encore ce témoin.

L'employé n'a pas vu en revanche que des verres ont été lancés sur le couple, comme le racontait Audrey Pulvar sur Twitter. "Il y a eu des jets de verres mais pas sur eux. Ils ont balancé des verres, ils étaient bourrés, les mecs, ils étaient là depuis l'après-midi. Je n'ai pas vu s'ils avaient été jetés sur eux, mais j'ai vu des verres cassés", assure-t-il.

Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg ont recueilli le soutien de nombreuses personnalités politiques après le récit de leur agression, au cours de laquelle ont été notamment scandés des slogans favorables au Front National.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Islamisation de l'Europe: ce sont les musulmans qui en parlent le mieux

L’Islam, un enrichissement culturel pour de nombreux citoyens européens

 

Ajib.fr  Merci à Desouche

Ce que pensent les européens de l’Islam

Le sondage de l’IFOP, réalisé principalement en Allemagne, au Pays-Bas, en France, et au Royaume-Uni, a questionné entre 600 et 800 personnes dans chacun de ces pays. Effrayant au premier abord, la majorité des participants penserait que la communauté musulmane de leur pays présente un réel attachement aux enseignements islamiques, qui pourrait être une menace pour leur identité européenne. Cependant lorsque l’on creuse, on se rend compte que 50 % des sondés expriment, soit une indifférence à la question posée, soit une certitude que cet attachement est un facteur d’enrichissement de la part de cette communauté musulmane pour leur pays.

Un constat général, de la part de ces citoyens, l’échec d’intégration des musulmans dans les sociétés européennes. Les participants à ce sondage expliquent cet échec par le refus des populations de s’intégrer, et ce très loin devant les causes économiques et sociales. Les sondés regroupent toutes les générations. Toutefois, une forte majorité des moins de 35 ans, Français et Anglais, tend à considérer la présence de la communauté musulmane comme un facteur d’enrichissement culturel. Au delà de ce sondage, d’autres statistiques prouvent qu’une curiosité infinie envers la religion apportée par le prophète Mohammed (sws) est bien née dans ces Etats européens.

Les conversions à l’Islam s’accélèrent…

La curiosité suscitée par l’Islam touche de plus en plus de personnes à travers le monde. Non pas dans le sens de la critique ou de la peur, bien au contraire. Une volonté de connaitre et même d’embrasser cette religion, même si celle-ci n’est pas celle de leur aïeul. Les statistiques le prouvent : en avril 2010, nous rapportions que 40 000 français se seraient convertis à l’Islam, soit environ 3 600 conversions annuelles. L’article expliquait que les chiffres différenciaient selon les sources, puisque le magazine « L’express » comptabilisait plus de 60 000 convertis en 2006, ce qui représentait à peu près 74 400 personnes en 2010. Des chiffres qui nous paraissent sous évaluer la réalité du terrain.

Dans un article datant de janvier 2011, nous découvrions que la Grande Bretagne était le pays où la population musulmane augmenterait 10 fois plus vite qu’ailleurs, du fait de ses conversions, qui atteindraient un chiffre record mais aussi de son fort taux de natalité et de l’augmentation de l’immigration. Les statistiques indiquent d’autre part que les pays arabes comme Dubaï, ou les pays du Maghreb recenseraient à leur tour un nombre grandissant d’étrangers qui se convertiraient chaque jour ! Les convertis seraient principalement des Français, des Belges, des Anglais, des Américains mais également des Chinois.

L’islam s’étendrait petit à petit dans le cœur d’innombrables personnes, et ceci malgré les controverses relatives à notre Religion. Les statistiques parlent d’elles mêmes, et prouvent que l’Islam est une religion universelle, acceptant tout être touché par la Miséricorde de notre Créateur. La lumière de l’Islam peut être partagée par tous el hamdouLILLAH. Q’Allah nous guide tous sur le Droit Chemin et nous arme de patience et de sincérité.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Muselier le chevalier blanc, ne serait il que l'écuyer de Guérini ?

Affaire des HLM de Marseille: lvaldi nie tout favoritisme

 

 

 

Muselier le Petit.

Maritima.  Merci à Simianais

 
 
 
 
 
Le directeur de l'office HLM de Marseille, Jean-Luc Ivaldi, un proche du député UMP Renaud Muselier, a récusé mercredi tout soupçon de favoritisme dans des marchés publics visés par une information judiciaire, après la révélation d'une écoute téléphonique dans la presse.

"Je suis ravi d'avoir appris par la presse que je suis sur écoute", a déclaré à l'AFP le directeur de Habitat Marseille Provence (HMP), dont le nom figure, parmi d'autres, dans une conversation interceptée par les enquêteurs de la PJ.

"Je regrette que des extraits soient retranscrits sans que l'on reprenne le fond de l'affaire, ni les propos dans leur intégralité, alors que le peu que je dis est plutôt à décharge de l'office, sur la transparence des marchés passés, dont on peut discuter le côté éthique mais pas la légalité", a-t-il dit.

Dans cette conversation, interceptée le 16 janvier par les policiers qui enquêtent sur des faits de favoritisme présumés à HMP, des proches de M. Muselier s'inquiètent des conséquences de l'affaire pour le député: sa femme, avocate, est visée pour avoir remporté, parmi d'autres conseils, un appel d'offres pour des prestations juridiques au sein de HMP.

L'information judiciaire, ouverte fin 2011, concerne aussi des sociétés engagées pour le recouvrement des loyers ou la communication de l'office HLM, qui gère 15.000 logements à Marseille. Une autre enquête concerne les conditions de départ de l'ex-directrice de HMP, remplacée par M. Ivaldi fin 2008.

A l'origine de l'affaire, un rapport de la Mission interministérielle d'inspection du logement social sur HMP, en janvier 2011, avait relevé des "irrégularités" en matière de commande publique, "réalisée sans mise en concurrence". M. Ivaldi assure y avoir mis un terme en lançant des appels d'offres via la commission des marchés, attribués à la régulière.

Mais la justice soupçonne que celui passé pour les avocats ait été "pipé", notamment au bénéfice de Mme Muselier, qui a été entendue par les enquêteurs en janvier à l'instar de deux autres avocats, de M. Ivaldi et de salariés de HMP.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

"On ne peut pas porter deux drapeaux sur les mêmes épaules" Hassan II

 

Le Point.fr - Publié le 29/02/2012 

Pour la candidate FN, la binationalité "pose plus problème" avec les pays du Maghreb qu'avec les États-Unis.

Après ses propos sur la viande halal, Marine Le Pen fait de nouveau polémique.

 

La candidate du FN à la présidentielle Marine Le Pen a affirmé mercredi que "la double nationalité avec un certain nombre de pays du Maghreb pose plus de difficultés d'assimilation" qu'avec les États-Unis, tout en réaffirmant son intention de l'interdire, sauf pour les Franco-Européens. La présidente du FN était interrogée lors de l'émission France 2012 (TV5 Monde/AFP) sur son projet de supprimer la double nationalité et ses implications pour les nombreux Franco-Américains expatriés aux États-Unis.

"Il y a des pays avec lesquels ça pose plus de problèmes que d'autres. On va pas se cacher derrière notre petit doigt (...) on sait très bien que la double nationalité avec un certain nombre de pays du Maghreb pose plus de difficultés d'assimilation que ne pose la double nationalité avec les États-Unis", a affirmé la présidente du parti d'extrême droite, sans préciser quelles difficultés. "Mais pour ne pas effectuer de discrimination entre les uns et les autres (...) oui pour la double nationalité avec les pays européens", mais non pour "des pays étrangers à l'Europe", a-t-elle précisé.

"Je suis contre la double nationalité, ce qui n'empêche pas d'ailleurs que quelqu'un peut parfaitement venir en France en ayant la nationalité d'un autre pays. Il peut même y vivre, il peut même y rester toute sa vie, il peut même avoir des enfants qui sont français", a aussi déclaré Marine Le Pen. Son projet pour la présidentielle prévoit de ramener en cinq ans d'environ 200 000 à 10 000 le nombre annuel d'immigrés accueillis en France. Marine Le Pen prône aussi la suppression du droit du sol, qui permet à un enfant né en France de parents étrangers de devenir français.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Rien ne nous sera épargné.

Le FN contraint d'annuler des meetings faute d'argent

Par Chloé Woitier lefigaro.fr publié le 28/02/2012 
Deux meetings du Front national ont été annulés et la convention de Lyon réduite à une journée.
Deux meetings du Front national ont été annulés et la convention de Lyon réduite à une journée. Crédits photo : JOEL SAGET/AFP


Les banques refuseraient d'accorder des prêts au parti tant que ce dernier n'aura pas l'assurance de participer au premier tour.

Annulés! Les meetings de campagne de Marine Le Pen du 11 mars à Auxerre et du 25 mars à Clermont-Ferrand ont été rayés de l'agenda de la candidate du Front national, tout comme la grande convention de Lyon. Initialement prévu les 7 et 8 avril, ce rassemblement national va se transformer en simple meeting de quelques heures, faute d'argent. Selon le parti, les banques rechignent en effet à prêter des fonds au Front national tant qu'il n'est pas certain que Marine Le Pen participera au premier tour.

«Les banques aujourd'hui, elles ne vous prêtent que l'argent que vous avez! Ce n'est pas difficile: elles prennent un énorme parachute, et ce parachute ce sont les 500 signatures», explique Louis Aliot, porte-parole de la candidate,au Talk Le Figaro-Orange. Avoir au moins 500 signatures, et donc pouvoir participer au premier tour de l'élection présidentielle, ouvre en effet le droit au remboursement des frais de campagne par l'État. Le montant de cette aide est conditionné par le score réalisé au premier tour. En dessous de 5%, l'État verse 800.000€ au candidat ; au delà, l'aide peut aller jusqu'à 8 millions d'euros, soit la moitié du plafond des dépenses de campagne autorisées par la loi.

Recours aux prêts de micropartis

Certain de franchir le palier des 5% au premier tour, le parti cherche à emprunter ces 8 millions d'euros qu'il est assuré de pouvoir rembourser aux banques, ni plus, ni moins. «Nous n'avons pas de trésor de guerre, nous ne sommes pas aidés par qui que ce soit, donc nous dépensons le minimum», explique au Figaro Jean-Michel Dubois, trésorier de la campagne. Mais sans l'apport des banques, la campagne est pour le moment financée par des prêts de «différentes associations reconnues comme Jeanne ou Cotelec», affirme-t-il.

Ces structures sont des micropartis dont le principal objectif est de récolter des fonds des sympathisants. Ces derniers peuvent opter pour un don partiellement déductible des impôts, ou bien un prêt d'un montant minimum de 1500€. «Si vous avez des moyens financiers disponibles, en particulier si vous avez un Livret A, qui vous donne 2,25% par mois, et bien prêtez de l'argent pour la campagne électorale à Cotelec qui vous offre du 3%», avait lancé Jean-Marie Le Pen, à la tête de Cotelec, en début d'année sur le site du Front national.

La générosité des sympathisants -en 2008, Cotelec avait recueilli 235.481€ de dons, et 2,2 millions d'euros de prêts- est cependant loin d'être suffisante pour couvrir toute une campagne électorale. Avec le blocage des banques, le Front national a donc été contraint de réduire la voilure. «Un meeting nous coûte environ 100.000 euros», rappelle Jean-Michel Dubois.

Un point sur les parrainages en fin de semaine

L'équipe de campagne a également annulé des déplacements prévus Outre-mer et les a remplacés par des vidéoconférences à destination de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française. «Cela nous revient entre 3000 et 4000 euros, alors que déplacer toute l'équipe là-bas nous coûterait de 15.000 à 20.000 euros», note le trésorier. «La visioconférence n'est pas la forme de présence sur le terrain que l'on souhaitait, mais on essaye de faire au mieux», affirme-t-il, en rappelant que le parti «n'a pas les moyens financiers de l'UMP ou du PS».

À deux semaines de la remise des parrainages cruciaux au Conseil constitutionnel, Jean-Michel Dubois reste confiant. «Disons que je suis moins pessimiste qu'à un moment donné», confie-t-il. «On part du principe que le bébé va arriver à terme et qu'il n'y aura pas de problème.» Louis Aliot se veut plus prudent, et affirme qu'un point sera fait en fin de semaine par le parti sur les parrainages définitifs obtenus jusqu'à présent.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Partout en France, la vague bleu-Marine enfle...

Dans la France péri-urbaine, le "survote" pour le Front national exprime une colère sourde

LEMONDE | 28.02.12 | 

L'âge, le sexe, la catégorie socioprofessionnelle sont les variables auxquelles on songe spontanément pour expliquer le comportement des électeurs. Elles ne sont pas les seules. Depuis une dizaine d'années, quelques spécialistes de géographie électorale s'intéressent à ce qu'ils appellent le "gradient d'urbanité". Derrière cette expression barbare se cache une idée au fond assez simple: selon la distance qui les sépare des grandes aires urbaines, les individus votent de façon très différente.

 

Intentions de vote en faveur des trois principaux candidats au premier tour de la présidentielle.

Intentions de vote en faveur des trois principaux candidats au premier tour de la présidentielle.Enquête IFOP/Infographie "Le Monde"

 

 

L'IFOP, dans une étude que Le Monde publie en exclusivité, en fait la démonstration édifiante. Cette enquête se fonde sur les données cumulées de plusieurs sondages d'intentions de vote réalisés entre le 9 janvier et le 14 février. Au total, 8 052 électeurs ont été interrogés. Le principal résultat est le suivant: dans les zones situées à environ 50 km d'une aire urbaine de plus de 200 000 habitants, les trois favoris du premier tour de l'élection présidentielle – François HollandeNicolas Sarkozy et Marine Le Pen – obtiendraient quasiment les mêmes scores: autour de 25% chacun.

Pour le chef de l'Etat, il s'agit là d'un score assez proche de sa moyenne nationale. Pour le candidat socialiste, il s'agit en revanche d'une contre-performance. Dans ces zones situées à une cinquantaine de kilomètres des grandes aires urbaines, François Hollande obtiendrait des scores inférieurs d'environ 6 points à ceux qu'il réaliserait sur l'ensemble du territoire. Nulle part l'écart avec son niveau moyen d'intentions de vote n'est plus grand.

RICHES VIVIERS

Pour Marine Le Pen, c'est exactement l'inverse. Ces territoires périurbains sont précisément ceux où elle obtiendrait ses meilleurs résultats: jusqu'à 9 points de plus que sa moyenne nationale. Dans ces espaces situés à une quarantaine de kilomètres des grandes villes, la présidente du Front national pourrait même arriveren tête au premier tour de l'élection présidentielle.

Ce "survote" frontiste de la France périurbaine n'est pas une nouveauté. En 1995, 2002 et 2007, c'est déjà là que Jean-Marie Le Pen avait obtenu ses meilleurs résultats. Mais l'écart avec son score national était alors beaucoup plus ténu: 2 points de plus, pas davantage. Si Marine Le Pen dépasse les 16,9% de son père en 2002, elle le devra donc en premier lieu à la percée qu'elle aura réalisée dans ces territoires dont les graphiques montrent qu'ils constituent pour elle de riches viviers.

Comment expliquer ces chiffres ? La sociologie recoupe la géographie. Au cours des dernières décennies, ces grandes couronnes périurbaines ont connu de profonds bouleversements sociodémographiques. Les agriculteurs n'y sont plus qu'une poignée. Autour des vieux noyaux villageois se sont adjoints des lotissements pavillonnaires et de petits immeubles d'habitat social. Là se sont installées des populations venues des centres-villes ou, plus souvent, des banlieues proches.

FRUSTRATIONS SOCIALES

"Elles sont là par choix autant que par contrainte, explique Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion de l'IFOP. Le choix, c'est celui de la verdure, de la mise à distance de la grande ville et de ses nuisances. La contrainte, c'est celle du prix du foncier et de l'immobilier. Pour pouvoir acheter un petit pavillon à la propriété, les ménages modestes doivent aller de plus en plus loin."

Selon Michel Bussi, professeur de géographie à l'université de Rouen, les"frustrations sociales" générées par ce "mélange d'éloignement choisi et de relégation subie" seraient propices à l'expression d'un "vote de protestation". Selon lui, ces populations sont victimes d'une "ascension sociale inachevée". Le prix àpayer pour la vie qu'ils ont choisie est élevé: emprunts immobiliers, temps de transports, éloignement par rapport aux services publics. L'isolement, qui peut êtrele fruit de stratégies individualistes, a aussi ses revers: le repli sur soi et le rejet de l'autre.

De la réponse qu'apporteront les candidats à la colère sourde de cette France silencieuse dépendra en grande partie le résultat de la présidentielle: 28% des électeurs vivent aujourd'hui dans ces territoires périurbains.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Le radar: l'autre "bandit-manchot" grâce auquel l'Etat gagne à tous les coups

Le Point.fr - Publié le 28/02/2012 

Au bord de la nationale 20, dans l'Essonne, la candidate du FN a décliné, mardi, son programme sur la sécurité routière.

Marine Le Pen s'est rendue mardi au bord de la RN 20, où se trouve le premier radar automatique inauguré en 2003 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur.

Marine Le Pen s'est rendue mardi au bord de la RN 20, où se trouve le premier radar automatique inauguré en 2003 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur. © Ségolène de Larquier / Le Point.fr

 

"Stop à la politique du tout-radar !" Sous un ciel gris, Marine Le Pen longe la nationale 20 au niveau de La Ville-du-Bois, dans l'Essonne, pour s'approcher d'un radar automatique. Et pas n'importe lequel : "Ce radar a été inauguré en 2003 par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy", précise la candidate du FN à l'Élysée. Prenant place derrière un petit pupitre, elle décline au micro son programme sur la sécurité routière. "Le radar est devenu une machine à sous ! Les automobilistes sont devenus des vaches à lait", lance Marine Le Pen. Avec quelque 2 000 radars existants, les amendes radars devraient rapporter environ 520 millions d'euros à l'État en 2012. 

Entourée d'une vingtaine de militants, Marine Le Pen promet ainsi d'annuler l'installation des 400 radars prévus par le gouvernement pour l'année 2012 et de signaler chaque radar existant par un panneau. Pour "relancer la baisse de la mortalité", elle ambitionne de rétablir l'éclairage sur les routes urbaines, de mieux entretenir les voies de circulation et de pénaliser davantage la conduite sous l'emprise de drogues et de l'alcool.

Amnistie présidentielle

Autres "mesures-chocs" pour séduire les Français : la suppression du permis à points et l'instauration d'une amnistie présidentielle pour les automobilistes. "Aujourd'hui, mieux vaut voler et piller que d'avoir des excès de vitesse. L'amnistie doit aussi bénéficier aux automobilistes", insiste la présidente du FN dans un discours d'une vingtaine de minutes. Surpris d'apercevoir Marine Le Pen au bord de la route, quelques automobilistes ralentissent et appuient sur le Klaxon. "On est beaucoup plus sévère avec les automobilistes qu'avec les délinquants", s'indigne la présidente du FN. 

À moins de 60 jours de la présidentielle, Marine Le Pen caresse les automobilistes dans le sens du poil. Se présentant comme la "candidate du peuple", elle se prononce sur un sujet sensible qui tient à coeur (et au portefeuille) à la quasi-totalité des électeurs. Mais la ficelle est un peu grosse. "Il y en a marre des radars, c'est vrai. Mais je ne suis pas prête à voter Le Pen juste pour cela. Je n'aime pas les idées qu'elle défend", lâche une automobiliste interrogée gare Montparnasse. "Les radars ont leur utilité. Moins d'excès de vitesse est égal à moins de morts sur les routes", renchérit un autre. Depuis le début des années 2000, le nombre de morts sur les routes est en baisse constante, étant passé d'environ 8 000 à 3 970 en 2011.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |