samedi, 15 mars 2014

Mennucci est un menteur !

© Photo Philippe Laurenson

Yazid est un miraculé et à 35 ans, il ne songeait pas un instant à un tel développement de carrière. C'est lui qui, le 8 juillet 2013, a sauvé un couple et son bébé du lynchage sur la plage des Catalans (7e) à Marseille. Mais c'est lui, du coup, qui a été pris pour cible et aurait dû mourir noyé, s'il n'avait bénéficié à son tour de l'intervention efficace d'un de ses collègues réservistes. Cet homme tente péniblement de se reconstruire de jour en jour.

Mais le 17 février dernier, rue Breteuil (6e), il a de nouveau croisé l'un de ses agresseurs, l'un de ceux qui a été mis en examen puis a été un temps écroué, qui n'a pas hésité à le menacer. Le 3 mars, le même scénario s'est reproduit sur la place Félix-Baret aux cris d'"On va te tuer !" Alors, Yazid a décidé le même jour de déposer plainte au commissariat Noailles. Dans un courrier qu'il vient de lui adresser, le juge d'instruction Valéry Müller a pris la mesure des événements et s'en dit "navré". Il va s'efforcer d'achever rapidement ses investigations pour que l'affaire dans laquelle Yazid est victime soit jugée à l'automne. Lire la suite

Source :  

jeudi, 13 mars 2014

Tapie se met à table... avec Stéphane Ravier

1ère partie :

2ème partie :

3ème partie :

Publié dans Vidéos | Commentaires (4) |  Facebook | | |

mercredi, 12 mars 2014

l'intégrale du débat Ravier-Mennucci-Coppola

A l’occasion des municipales 2014, Europe soir part à la rencontre des acteurs de ces élections à bord du train aménagé aux couleurs d’Europe 1 dans la gare de Marseille.

Publié dans Vidéos | Commentaires (0) |  Facebook | | |

mardi, 11 mars 2014

Ravier à Mennucci :"c'est vous qui êtes un négrier de l'immigration, pas moi !"

Nicolas Poincaré reçoit Patrick Mennucci (candidat PS EELV), Jean-Marc Coppola (Front de Gauche) et Stéphane Ravier (candidat FN) à bord du Train Europe 1 des municipales en gare de Marseille. Le débat est houleux entre les deux candidats sur la question de l’immigration.

Publié dans Vidéos | Commentaires (9) |  Facebook | | |

Ravier à France 3 : "Nous sommes incontournables !"

Publié dans Vidéos | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Tous à Marseille avec Marine et Stéphane Ravier !

Publié dans agenda | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Justice pour Jérémie !

Photo Guillaume Ruoppolo

L'été 2013 fut noir à Marseille. Une vague d'agressions mortelles et d'effrayants tirs à la kalach', place de l'Opéra, avaient saisi, un peu plus que d'ordinaire, les habitants. Mais la mort de Jérémie Labrousse, cet étudiant modèle de 22 ans, originaire des Vosges, qui s'apprêtait à rejoindre une amie à la gare Saint-Charles, avait déclenché une série de polémiques. Lire la suite

Source :  

Mennucci, tout est permis !

© CITIZENSIDE / GEORGES ROBERT / AFP

Les listes déposées par le socialiste Patrick Mennucci à Marseille laissent songeur... Un ancien braqueur "qui a payé sa dette à la société" en position éligible. Un ex-homme de main d'Alexandre Guérini qui a été visé par une plainte. Mais aussi une ancienne employée au service déchets du conseil général - le secteur d'activité qui vaut aux Guérini leur mise en examen pour association de malfaiteurs - très proche du frère du président du conseil général des Bouches-du-Rhône, ainsi que des guérinistes de toujours ou leurs familles, et des "repentis", comme l'ex-directeur général des services de Jean-Noël Guérini... Des dynasties familiales renforcées alors même qu'elles avaient été dénoncées dans le rapport sur la rénovation du PS des Bouches-du-Rhône, car "elles financent leur réseau grâce à l'argent des institutions qu'elles dirigent". Il y a aussi sur ces listes la femme d'un centriste qui a rallié l'équipe de Mennucci. Sans parler de plusieurs rabatteurs communautaires, dont un salarié à la caisse d'allocations familiales - "désigné parce qu'il y côtoie beaucoup de monde" -, le représentant de l'Association du bien-être du soldat israélien - un soldat qui peut être également marseillais et électeur -, et de leur côté les Comoriens et les Arméniens n'ont pas non plus été oubliés. Des collaborateurs parlementaires du député Mennucci, des subventionnés du conseil régional, dont il fut vice-président, ainsi que l'élue en charge de ces subventions ont trouvé leur place. Il faut aussi compter avec la cousine du candidat, son mandataire financier ou encore l'expert-comptable de son ancien garage, élu par ailleurs. Et tout un tas de cumulards. Lire la suite

Source :