Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 octobre 2012

Après de peuple, la France change de culte...

Cher: une église transformée en mosquée?

lefigaro.fr publié le 10/10/2012 


Selon une information révélée par LeBerry.fr reprise par La Croix une église de Vierzon (Cher), qui n’avait plus d’utilité pastorale, a été mise en vente au prix de 170 000 €. Le site du quotidien indique qu’une association marocaine a approché la paroisse avec l’intention de transformer le lieu de culte en mosquée, .

Économe du diocèse de Bourges, Patrice Lemaréchal confirme à La Croixqu’une visite a effectivement eu lieu mais qu’aucune promesse de vente n’est encore signée. Conscient que la décision de céder l’église à la communauté musulmane risque de provoquer un émoi, il ajoute qu’une telle vente, encore hypothétique, nécessitera "un accompagnement" et "une réflexion" spécifiques. 

En tout état de cause,"c’est l’évêque qui tranchera", l’association diocésaine étant propriétaire de l’édifice, construit après 1905. "Avec sa nef de 26 mètres de long par 11,30 m de large, pouvant accueillir plus de deux cents personnes, l’église Saint-Eloi a été bâtie dans le quartier de Puits-Berteau en 1955, une époque marquée par une forte croissance de la population", écrit le quotidien catholique.
 

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Cataclysme migratoire: la France change de peuple...

France: 12 millions d'immigrés et d'enfants d'immigrés

Par Stéphane KovacsFigaroMis à jour le 10/10/2012 
7 millions de personnes nées à l'étranger résident en France.
7 millions de personnes nées à l'étranger résident en France. Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro


INFOGRAPHIE - Selon l'Insee, la deuxième génération est plus importante en nombre que la première. Une situation originale en Europe.

C'est une position originale en Europe: en France, les descendants d'immigrés sont plus nombreux que les immigrés. Selon l'étude «Immigrés et descendants d'immigrés en France», publiée ce mercredi par l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), plus de 5,3 millions d'immigrés vivaient en France en 2008, les deux tiers natifs de pays hors UE. Leurs descendants sont près de 6,7 millions, soit 11% de la population. Au total, plus de 7 millions de personnes nées à l'étranger résident en France.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

«Jusque dans les années 1970, l'immigration est surtout économique, plutôt masculine et reste principalement limitée à cinq origines (Algérie, Espagne, Italie, Maroc et Portugal), note Gérard Bouvier, chef de division au sein du département des statistiques, des études et de la documentation du Secrétariat général à l'immigration et à l'intégration. Puis, l'immigration change avec les motivations des immigrés: de plus en plus de femmes, et une immigration familiale qui signifie l'installation définitive en France, et qui favorise la constitution d'une population de descendants d'immigrés». Tandis que s'opère une diversification des origines, avec notamment une forte croissance de l'immigration d'origine africaine (hors Maghreb), turque et chinoise, la part des immigrés dans la population augmente à nouveau: elle représentait 8,4% en 2008.

«Depuis les années 2000, les flux annuels d'immigration sont un peu plus faibles en France que dans les principaux pays européens, poursuit Gérard Bouvier. Cette relative faiblesse, combinée à l'ancienneté de l'immigration, place la France un peu en deçà de la plupart de ses voisins au regard des personnes nées à l'étranger». En revanche, la France figure parmi les pays où la «deuxième génération» est la plus présente, tant en proportion (13,5% des 25-54 ans) qu'en nombre.

Dans les zones frontalières, urbanisées et industrielles

La première caractéristique de cette «deuxième génération» est sa jeunesse. Les moins de 35 ans représentent plus de 40% des descendants d'immigrés adultes, contre un quart pour les «ni immigrés, ni descendants d'immigrés».

La moyenne 2005-2010 des premiers titres de séjour délivrés à des étrangers est de l'ordre de 190 000 par an. Hormis les étudiants (environ 60.000 en 2010), il s'agit de «migration familiale» (85.000), de migrants économiques (20.000) et d'environ 10.000 réfugiés. Parmi ces 190.000 nouveaux bénéficiaires de titres de séjour, quelque 100.000 personnes -des ressortissants de «pays tiers» s'installant durablement en France- signent un Contrat d'accueil et d'intégration (CAI). Ce contrat entre l'État et le nouvel arrivant, qui propose par exemple des formations linguistiques, est très majoritairement délivré au titre de la migration familiale (73%). Moins d'un titre sur dix est accordé pour motif professionnel.

Où s'installent ces immigrés? Principalement dans les zones frontalières et les régions urbanisées et industrielles. Quelque 43% des immigrés et 32% de leurs descendants résident en Ile-de-France, alors que la population francilienne ne représente que 18% de la population totale. La part des immigrés dans la population active est également supérieure à la moyenne (entre 10 et 20%) dans les régions du Sud-Est (Paca, Languedoc-Roussillon, Corse) et en Alsace.


L'Afrique en hausse

Du milieu des années 1970 au début des années 2000, souligne l'étude de l'Insee, la part des immigrés en France est restée proche de 7,5% de la population totale. Ce chiffre, stable avant de passer à 8,4% en 2008, cache pourtant de multiples évolutions.

Entre 1975 et 2008, la part des immigrés venus de l'ensemble de l'Europe a constamment diminué, passant de 66% à 38%. Une grande partie des travailleurs venus d'Espagne, d'Italie ou du Portugal sont rentrés chez eux. Depuis 1999, on note également une diversification des pays d'origine européens: le nombre de natifs du Royaume-Uni a augmenté de 73.000, de Serbie de 51.000 et de Russie de 40.000.

L'immigration en provenance du Maghreb s'est elle aussi considérablement développée. De 554.000 en 1975, le nombre d'Algériens a augmenté de 28%, pour atteindre 710.000 en 2008. L'immigration marocaine a presque triplé depuis 1975: les Marocains constituent désormais 12% de la population immigrée. Celle des autres pays d'Afrique est plus récente. Si elle ne représente aujourd'hui qu'un huitième de la population étrangère, elle a contribué à raison d'un quart à son accroissement depuis 1999. Il s'agit principalement de Camerounais, d'Ivoiriens et de ressortissants de la République démocratique du Congo.

En ce qui concerne l'Asie, l'immigration en provenance des pays autres que Cambodge, Laos et Vietnam -dont les ressortissants étaient arrivés pour l'essentiel à la fin des années 1970- a bondi de 51% entre 1999 et 2008. L'immigration d'origine asiatique est aujourd'hui principalement d'origine turque et chinoise. Le nombre de nouveaux arrivants natifs de Chine a plus que doublé depuis 1999, pour atteindre 80.000 en 2008.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.


Le poids de l'histoire

En 2008, 3,7 millions d'étrangers et 5,3 millions d'immigrés, selon la définition proposée par l'Insee dans son rapport ont été recensés en France. Quatre immigrés sur dix avaient déjà acquis la nationalité française.

L'étude porte également sur les descendants directs d'immigrés, ayant au moins un parent immigré. Fin 2008, parmi les plus de 18 ans résidant en France, 4,5 millions de personnes correspondent à cette définition. Parmi les enfants mineurs nés en France, 2,1 millions vivent dans une famille dont au moins un des parents est immigré. Au total, l'Insee estime donc à environ 6,7 millions de personnes le nombre de descendants directs d'immigrés nés en France, soit 11% de la population.

La part, dans l'Hexagone, des résidents nés à l'étranger est également d'environ 11%. Cela situe la France, comme d'autres grands pays européens (Allemagne ou Royaume-Uni), et les États-Unis, dans une position médiane. C'est bien moins que dans certains États comme l'Australie, le Canada, le Luxembourg ou encore la Suisse. Mais c'est beaucoup plus que dans bien des pays d'Amérique du Sud ou les géants asiatiques (Chine, Inde, Japon).

En Europe, les liens géographiques et historiques sont déterminants: la quasi-totalité des immigrés algériens, par exemple, se retrouvent en France, tandis que les Turcs ont choisi l'Allemagne. Le Royaume-Uni connaît un changement important: alors que ses habitants sont nombreux à être nés en Irlande, en Inde ou au Pakistan, on enregistre depuis 2004 des arrivées importantes de Polonais.

Entre 2004 et 2008, le flux annuel de personnes ayant migré pour s'installer dans un pays de l'Union européenne, qu'elles aient la nationalité d'un pays communautaire ou non, est d'environ 3,5 millions.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

mardi, 09 octobre 2012

Une peste verte qu'il nous faut éradiquer !

Le Pen/terrorisme: "des mesures fortes"

AFP lefigaro.fr| publié le 09/10/2012 
 


La présidente du Front national Marine Le Pen a prôné mardi "des mesures extrêmement fortes", notamment le renvoi des "imams radicaux étrangers", pour combattre l'Islam radical en France, après l'opération déclenchée samedi contre une cellule islamiste présumée.

"Il faut maintenant prendre des mesures extrêmement fortes et fermes. Il faut regarder qui entre sur notre territoire, quels sont les prêches qui y sont prononcés, il faut renvoyer les imams radicaux étrangers", a déclaré Marine Le Pen en marge d'une action symbolique de son parti contre le traité budgétaire européen, à L'Etoile (Somme).

"Il faut prendre conscience qu'il y a aujourd'hui une hybridation entre la criminalité et l'islam radical sur notre territoire. Il faut aller chercher les milliers, les dizaines de milliers d'armes qui circulent dans nos banlieues", a-t-elle poursuivi.

Selon la dirigeante du parti d'extrême droite, les différents gouvernement ont minimisé la menace terroriste en France.

"Ils n'ont pas pris la mesure du danger qui existe sur ce territoire et ils n'ont pas pris la mesure des erreurs massives, géopolitiques et géostratégiques, qu'ils sont en train de commettre en Libye hier et en Syrie aujourd'hui", a-t-elle dit.

"Je crois que rien n'a été fait dans ce sens, ces dernières années et je crois que rien ne sera fait dans les prochaines", a-t-elle ajouté.

"J'avais entendu des hurlements lorsque j'avais dit que le prosélytisme avançait en France, qu'il y avait un véritable danger. On n'a pas voulu m'entendre", a-t-elle déploré.

Selon Marine Le Pen, "on sait qu'il y a toute une série de cellules de ce type qui se sont développées. Le fait d'en arrêter une ne démontre pas que les autres sont sous la surveillance nécessaire, sous laquelle elles devraient être".

Dans le cadre d'une enquête sur un attentat contre un magasin casher à Sarcelles, une vaste opération policière a été menée samedi à Strasbourg, à Cannes et en Seine-et-Marne qui s'est soldée par douze interpellations alors qu'un homme de 33 ans a été tué en riposte à ses tirs
.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

L'heure de choisir va bientôt sonner

Des alliances UMP/FN aux municipales ?

AFP lefigaro.fr Publié le 09/10/2012 


La présidente du Front national, Marine Le Pen, a indiqué mardi qu'elle n'excluait pas de conclure des alliances locales avec l'UMP, voire avec "des élus divers gauche", aux  prochaines élections municipales de 2014.

"Nous n'excluons rien. Nous n'excluons pas de faire des accords locaux, des listes d'intérêt communal avec d'autres élus, pourquoi pas des élus divers droite, des élus divers gauche. Il n'y a pas des patriotes que dans un camp ou dans un autre, il y en a partout", a déclaré Mme Le Pen, en marge d'une action symbolique de son parti contre le traité budgétaire européen, à L'Etoile (Somme).

Concernant l'UMP, la leader frontiste a estimé que certains élus "se sentent objectivement beaucoup plus proches de nous qu'ils ne se sentent proches de la direction" de ce parti de droite. "Alors, il va falloir que ces élus prennent leur responsabilités", a-t-elle insisté.

"Est-ce qu'ils acceptent de participer à un rassemblement des patriotes, des souverainistes, ou est-ce qu'ils veulent rester sous le diktat de M. Fillon et de M. Copé?", s'est-elle interrogée. "S'ils le font, ils démontreront qu'ils ont une totale liberté d'action et qu'ils font passer l'intérêt général au-dessus des intérêts particuliers d'un parti dans lequel ils se reconnaissent de moins en moins", a-t-elle ajouté.

Selon un sondage publié jeudi, près d'un sympathisant de l'UMP sur trois est favorable à une alliance avec le FN dans la perspective des prochaines élections.

Le président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, avait jugé "logique" jeudi que son parti passe des accords au niveau local avec des candidats UMP, divers-droite ou indépendants
.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Fourest et Venner: le couple du mauvais goût et de la diffamation

 

POLITIQUE JUSTICE LIVRES

Les auteurs d'une biographie de Marine Le Pen condamnés pour diffamation

Créé le 09/10/2012 RTL

Marine Le Pen, le 15 mai 2012 à Hénin-Beaumont

Marine Le Pen, le 15 mai 2012 à Hénin-Beaumont / AFP

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mardi les auteurs d'une biographie de Marine Le Pen, Caroline Fourest et Fiammetta Venner, ainsi que leur éditeur, pour certains passages de leur livre, "Marine Le Pen", jugés diffamatoires.

Reconnu coupable de diffamation, Olivier Nora, le représentant de l'éditeur Grasset, a été condamné à une amende de 800 euros. Condamnées pour complicité, Fiammetta Venner et Caroline Fourest devront s'acquitter d'une amende du même montant, Mme Fourest bénéficiant du sursis.

Tous trois devront en outre verser solidairement un total de 3.300 euros de dommages et intérêts à Marine Le Pen, au Front national, à Jean-Marie Le Pen et à Franck Chauffroy, premier mari de Marine Le Pen et ancien membre du FN. 

Au total, une quinzaine de passages du livre publié en juin 2011 étaient visés par une citation directe, mais la 17ème chambre correctionnelle n'a reconnu la culpabilité des prévenus que pour certains passages, les relaxant pour le restant. 
 
A l'audience du 5 juillet, le parquet avait requis leur relaxe "pour pratiquement tous les chefs de poursuites".

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

80 % des détenus en France sont musulmans: l'Islam, une richesse pour l'administration pénitentiaire !

Aumôniers musulmans en prison: une goutte d'eau dans un océan de misère

Par , publié le 08/10/2012 

A l'occasion du démantelèment d'une cellule terroriste, on redécouvre la radicalisation salafiste en prison, faute d'aumôniers musulmans. Dans son budget 2013, la Chancellerie avait mis en avant la création de 15 postes supplémentaires. 


Aumôniers musulmans en prison: une goutte d'eau dans un océan de misère

JUSTICE - Les centres de détention et maisons d'arrêt françaises manquent d'aumôniers musulmans, ce qui entraînerait la radicalisation de certains détenus.

REUTERS/Regis Duvignau

[Chronique] Après le coup de filet antiterroriste de samedi dernier à Strasbourg, des informations circulent sur le passé de Jérémie Louis-Sidney, tué pendant son interpellation, l'arme au poing selon le procureur de Paris. Cet homme de 33 ans converti à l'islam, condamné à Grasse pour trafic de drogue à deux ans de prison, se serait radicalisé pendant sa détention. 

Un imam, interrogé sur RTL ce matin, a affirmé, comme à chaque évènement de ce type, que la radicalisation serait moins importante derrière les barreaux si les aumôniers musulmans accrédités étaient plus nombreux dans les maisons d'arrêts et les centres de détention. C'est très probable, mais le gouvernement ne semble toujours pas prendre le problème à bras le corps. 

Le 28 septembre, la Chancellerie a dévoilé son budget 2013 où, sur le volet pénitentiaire, la création de 15 emplois d'aumôniers musulmans a été mise en valeur. "Pour permettre l'exercice du culte", ose même le document distribué à la presse. Ce mardi sur France Inter, le Ministère de la Justice a finalement annoncé le financement de 30 nouveaux aumôniers musulmans pénitentiaires sur deux ans. En réalité, c'est une goutte d'eau dans un océan de misère. 

20% de détenus catholiques et 80% d'aumôniers chrétiens

En regardant les quatre principaux cultes (catholique, protestant, musulman et israélite), la proportion d'aumôniers ne change pas vraiment. La part des détenus catholiques ou protestants est à peine de 20% alors que 80% des aumôniers en prison sont chrétiens. Près d'un détenu sur deux est musulman, selon l'administration pénitentiaire, alors que la proportion d'aumôniers de cette religion n'atteint pas 14% (en quatre ans, la progression est de 0,4%, malgré les 15 postes en plus)! Jean-Marie Delarue, le contrôleur général des lieux de privation de liberté, avait pourtant dénoncé en 2011 cette situation de discrimination dans un rapport explosif révélé par L'Express

Rien ne change donc. Le conservatisme domine. Les parties se renvoient la balle. L'administration pénitentiaire reproche au culte musulman de ne pas présenter suffisamment de candidatures d'aumôniers. Et les représentants du culte musulman accusent les pouvoirs publics de n'offrir aux aumôniers qu'une indemnisation ridicule, faute d'un budget décent. 

MERCI A SIMIANAIS

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Samia Ghali: et si l'armée débarquait d'abord chez elle ?

Les Grandes Gueules en 2011.

MERCI A ZOE

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

lundi, 08 octobre 2012

Terrorisme : Hollande va mieux faire surveiller les lieux de culte...

4556772.jpg

François Hollande a assuré les représentants de la communauté juive d'une "mobilisation totale de l'Etat" contre "les menaces terroristes", dimanche lors d'une rencontre à l'Elysée, après le démantèlement d'une cellule islamiste radicale présumée.  François Hollande a souligné que le "projet de loi antiterroriste sera soumis au Parlement dans les plus brefs délais", et permettra, a-t-il dit, "renforcer encore les instruments pour être plus efficace contre ce fléau".

Il a "réaffirmé l'intransigeance qui sera celle des pouvoirs publics pour lutter contre le racisme et l'antisémitisme". "Rien ne doit être toléré, rien ne doit passer, tout acte, tout propos sera poursuivi avec la plus grande fermeté", a-t-il dit, en assurant que "les lieux de culte seront encore davantage surveillés car la laïcité dans notre pays, qui est un principe fondamental, conduit l'Etat à protéger tous les cultes".

"Donc, a poursuivi François Hollande, le ministre de l'Intérieur renforcera encore ces prochains jours, ces prochaines heures les protections dont les lieux de culte ont besoin pour ne pas être soumis, comme cela été encore le cas hier soir, à des agressions".

"Refus de tout amalgame"

Le chef de l'Etat a insisté en outre sur "le refus de tout amalgame". "Les musulmans de France ne doivent pas pâtir de l'islamisme radical. Ils en sont aussi victimes. Je ne tolèrerai pas que dans notre République des hommes et des femmes, parce qu'ils ont des convictions religieuses, puissent être mis en stigmatisation par des propos qui seraient déplacés", a-t-il dit.

"Notre pays a besoin d'unité et non de division. Ma mission est d'être ferme et capable de porter les valeurs de la République", a déclaré le président.

L'Elysée a indiqué que le chef de l'Etat avait téléphoné au président du conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui. L'Elysée a ajouté, dans un communiqué, que le chef de l'Etat avait "exprimé" à Mohamed Moussaoui "sa volonté de rassemblement autour des valeurs de la République, rappelé que les auteurs d'actes criminels ne sauraient être confondus avec l'ensemble de la communauté musulmane de notre pays, et réaffirmé que l'Etat continuerait à conduire une lutte intransigeante contre toutes formes de menaces terroristes".

La communauté juive avait exprimé samedi son soulagement mais aussi son inquiétude après le démantèlement de la cellule islamiste radicale, soupçonnée d'avoir participé au jet de grenade contre une épicerie juive de Sarcelles le 19 septembre.

Dalil Boubakeur appelle les musulmans à une prise de conscience

La Grande mosquée de Paris a par ailleurs appelé dimanche les organisations musulmanes chargées du culte "à réfléchir aux solutions pouvant permettre d'éviter la propagation d'activités terroristes contraires aux valeurs de la république et aux principes humanistes de l'islam".

Dans un communiqué, le recteur de la Grande mosquée, Dalil Boubakeur, souligne que "depuis les odieux attentats perpétrés par Mohammed Merah, chacun peut en effet regretter que cette affaire, loin d'être isolée et exceptionnelle, révèle malheureusement la présence et la formation de nouveaux candidats à la radicalisation d'un islam djihadiste".

Dalil Boubakeur rappelle, dans son communiqué, "les récents événements qui ont mis en cause la sécurité intérieure de notre pays liés à des agissements de groupes terrorristes émanant d'une certaine frange de la jeunesse".

"Il est bien sûr opportun de rappeler que la quasi-totalité de la communauté musulmane de France refuse de se reconnaître dans ces dérives qui sont sources d'amalgames constituant un grave préjudice pour elle", ajoute Dalil Boubakeur.

Le Nouvel Obs, le 7 octobre 2012

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |