Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 janvier 2013

A Marseille, la crapulocratie fait ses courses

Vol à main armée au supermarché Dia


laprovence  1/1/13
 
 

 

Est-ce le même malfaiteur que celui qui s'est manifesté 5 minutes plus tôt à Endoume ?

Les enquêteurs de la Sécurité publique n'exluent pas cette hypothèse. Agissant seul et muni d'une arme de poing comme précédemment, l'individu a surgi au supermarché Dia du Bd Vauban (7e), menaçant la caissière et la gérante, il s'est fait remettre le contenu des caisses : 400 €.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

"Pas d'incidents majeurs" selon la presse aux ordres !

1193 véhicules brûlés lors de la nuit du Nouvel an (Valls)

Le Figaro.fr Mis à jour le 01/01/2013 à 19:38 | publié le 01/01/2013 à


Manuel Valls a annoncé auourd'hui que 1193 véhicules avaient été incendiés la nuit dernière sur l'ensemble du territoire national. Sur ces véhicules brûlés, 344 l'ont été par propagation. "L'ensemble des chiffres a été comptabilisé en cette fin d'après-midi", a précisé le ministre.

Dans le détail, en zone de police nationale, 907 véhicules ont été brulés, dont 267 par propagation. En zone de la police d'agglomération (Paris et les trois départements de la petite couronne), 209 voitures ont été brulées, dont 54 par propagation. En zone gendarmerie, 77 véhicules ont été incendiés. Il y a neuf départements avec plus de 40 incendies, dont Seine-Saint-Denis (83 véhicules incendiés), Haut-Rhin (72), Bas-Rhin (70), Nord (61) et les Bouches-du-Rhône (51).

Affrontements à Strasbourg et à Mulhouse

Le ministre a en outre annoncé 339 interpellations et 244 gardes à vue. Il a également indiqué :  "trois policiers et quatre gendarmes ont été blessés. Toutefois, il n'y a pas eu d'affrontements lors de la nuit, sauf à Strasbourg et à Mulhouse." 

"Cette nuit, en terme de faits et de phénomènes, correspond aux autres années", a indiqué Valls tout en déplorant le décès d'un jeune près de Strasbourg après l'utilisation ratée d'un mortier. 

Le ministre a ajouté : "Je veux rendre hommage aux forces mobilisées hier soir et qui ont permis que les rassemblements, les fêtes, puissent se dérouler dans les meilleures conditions."

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

lundi, 31 décembre 2012

En "France" l'année se termine comme elle a commencé: dans la violence et la barbarie !

Bagneux: 2 jeunes séquestrés et tabassés

AFP Publié le 30/12/2012 lefigaro.fr


Deux jeunes ont été séquestrés hier soir à Bagneux (Hauts-de-Seine) par trois personnes qui les ont violentés à bord d'une camionnette et dans une cave, sur fond d'affaire de drogue, avant de les libérer, a-t-on appris dimanche de sources concordantes. "Deux individus de 19 ans ont été séquestrés et molestés avant d'être délivrés dans la soirée", a indiqué une source policière.

Un des trois auteurs présumés de l'agression, âgé d'une vingtaine d'années, a été interpellé samedi soir "à proximité" des lieux où se sont déroulés les faits, dans la cité des Tertres, au volant de la camionnette, et placé en garde à vue, a ajouté cette source.
La police judiciaire est chargée de l'enquête. Hier, "trois personnes ont fait monter deux jeunes de force dans une camionnette, vers 18H00, où ils les ont violentés avant de les conduire dans la cave d'un immeuble, pour finir le travail", a confirmé une source préfectorale, précisant que les victimes avaient été "amochées".

Les deux jeunes se sont alors rendus dans la soirée au commissariat de Bagneux pour raconter leur agression. Ils ont expliqué aux agents qu'ils avaient été visés "parce qu'ils avaient trouvé des produits stupéfiants, du shit semble-t-il, qui devaient appartenir aux trois agresseurs présumés", a-t-on expliqué de même source. Ils ont également donné un signalement de leurs agresseurs et de la camionnette.

"Les agresseurs présumés sont connus de la police pour trafic de drogue", a ajouté la source préfectorale, tandis que l'une des victimes est connue pour "usage de stupéfiants". Les deux jeunes, souffrant de multiples blessures sur le corps et le visage, ont été transportés à l'hôpital Antoine-Béclère à Clamart (Hauts-de-Seine).

Ce matin, des inscriptions tracées à la bombe de peinture sont apparues sur des murs de la cité des Tertres, avec des insultes visant la commissaire et la maire de Bagneux, et d'autres graffitis ciblant nommément un fonctionnaire de police, a précisé la source préfectorale

 

Asnières: un chauffeur de bus blessé

AFP Publié le 30/12/2012 lefigaro.fr

Un conducteur de bus de la RATP a été frappé et aspergé de gaz lacrymogène hier soir à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) par un ou plusieurs passagers qui l'ont légèrement blessé. L'homme, qui terminait son service, a été pris à partie par un ou plusieurs passagers qui l'ont aspergé de gaz lacrymogène et lui ont porté des coups de poing.

Les faits se sont déroulés vers 23H20 dans un bus de la ligne 165 reliant la porte de Champerret (XVIIe arrondissement de Paris) à Asnières, alors que le chauffeur effectuait son dernier trajet et regagnait le terminus. Ce matin, les conducteurs de bus n'avaient pas fait usage de leur droit de retrait, a indiqué la source préfectorale dimanche soir.
Le ou les agresseurs présumés ont pris la fuite.

Le conducteur a été transporté à l'hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine), a-t-on ajouté de même source
.


.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Accident, à confirmer...

Deux personnes meurent carbonisées dans un accident de la route à Marseille

Avec AFP Midi Libre
30/12/2012, 09 h 58
MERCI A ZOE

Deux personnes, dont le véhicule avait quitté la chaussée, ont péri carbonisées dimanche matin à Marseille. L'accident, dont les causes ne sont pas encore connues, s'est produit vers 3 h dans les quartiers nordde la citée phocéenne.

Six véhicules de secours et 19 marins-pompiers ont été dépêchés sur place mais les militaires n'ont pu que constater le décès des occupants du véhicules après l'extinction de l'incendie.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

samedi, 29 décembre 2012

Hollande, le Président du chômage pour tous !

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé jeudi que la nouvelle hausse du chômage en novembre est "la confirmation du désastre social produit par la politique du gouvernement socialiste, conforme en tout point à celle de l'UMP".

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé jeudi que la nouvelle hausse du chômage en novembre est "la confirmation du désastre social produit par la politique du gouvernement socialiste, conforme en tout point à celle de l'UMP".

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé jeudi que la nouvelle hausse du chômage en novembre est "la confirmation du désastre social produit par la politique du gouvernement socialiste, conforme en tout point à celle de l'UMP".

Quelque 29.300 demandeurs d'emploi sans activité se sont inscrits à Pôle emploi en novembre en métropole, marquant un 19ème mois consécutif de hausse et portant leur nombre à 3,13 millions (+0,9% en un mois, +10,8% en un an), a annoncé le ministère du Travail.

"Ces chiffres sont la conséquence évidente de la politique de désindustrialisation et de délocalisation massives dont les socialistes, hier complices, sont à présent coupables, dans le cadre d'une Union européenne qui étouffe la croissance", dénonce dans un communiqué la présidente du parti d'extrême droite.

"Les Français, ce mois-ci comme ceux qui suivront, sont les martyrs de l'idéologie mondialiste, ultra-libérale et antisociale à laquelle adhère la grande majorité de la classe politique française", fait-elle valoir.

La patronne du FN critique également comme "une aberration économique et sociale", "l'abandon des PME/PMI, principales créatrices d'emplois dans notre pays" et qui, dit-elle, sont "pourtant accablées par une fiscalité injuste".

"Ce chômage de masse consacre la victoire par abandon de la grande finance sur François Hollande, lequel s'est couché sans broncher devant ses maîtres", fustige également l'ex-candidate à la présidentielle.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Encore un exemple de la tolérance islamique

Bataille pour le contrôle de la mosquée d'Épinay-sur-Seine

Mots clés : 

Par Angélique Négroni lefigaro.fr| publié le 28/12/2012
La mosquée d'Épinay-sur-Seine en octobre dernier.
La mosquée d'Épinay-sur-Seine en octobre dernier. Crédits photo : MEHDI FEDOUACH/AFP


Depuis plusieurs mois, deux associations se disputent la gestion du lieu de culte musulman d'Épinay-sur-Seine, du coup menacé de fermeture. L'électricité a été fermée et l'eau vient d'être coupée.

Il y a du rififi aux portes d'une mosquée de Seine-Saint-Denis. Depuis plusieurs mois, deux associations se disputent la gestion du lieu de culte musulman d'Épinay-sur-Seine, qui pourrait, du coup, fermer ses portes. Depuis novembre, les lieux n'ont plus d'électricité et, depuis quelques jours, c'est l'eau qui a été coupée.

Cette situation est liée à un contexte pour le moins électrique entre deux structures qui veulent chacune avoir la main sur la mosquée. Il y a d'un côté l'Organisme de gestion de la mosquée d'Épinay (OGME), émanation de laGrande Mosquée de Paris, et, de l'autre, l'Union des associations musulmanes d'Épinay-sur-Seine (UAME). La première est officiellement chargée de la gestion à la suite d'une convention passée avec la mairie, propriétaire des locaux. Pour son responsable, Aïssa Nakkes, les fidèles en sont là aujourd'hui à cause de cette autre structure qui veut lui ravir le pouvoir. «Ils sont seulement une quinzaine de personnes», dit-il. Et ce petit groupe qui, lui, prétend regrouper 500 personnes, joue les grains de sable en déposant des recours, en manifestant dans la rue. L'UAME est même accusée d'organiser des collectes parallèles aux portes de la mosquée pour récupérer les dons des fidèles. «En une année, ils ont obtenu 160.000 euros! Or on s'acquitte des charges avec l'argent des fidèles», se désole Aïssa Nakkes.

«On nous accuse de tous les maux»

Du coup, les factures d'électricité n'ont pas été payées, à hauteur de 74.000 euros. EDF a donc fini par couper le courant, obligeant le maire de la ville, Hervé Chevreau (DVD), à réagir. Car qui dit absence d'électricité, dit absence de chauffage et risque de gel pouvant endommager les canalisations. Par précaution, l'édile a donc coupé l'eau, il y a quelques jours. Les fidèles qui priaient déjà dans le noir sont donc aussi privés de l'usage des sanitaires.

Cette situation qui, dit-elle, pénalise les musulmans pratiquants est liée à l'attitude du maire, selon l'OGME. «Il intervient dans la gestion de la mosquée. Il refuse l'imam que l'on soutient. Les fidèles devraient choisir leur représentant. «Notre combat est un combat pour la liberté de culte. C'est tout ce que l'on demande», rectifie son responsable, Nabil Abdellaoui. Une accusation que conteste l'élu, qui réfute toute ingérence dans les affaires religieuses. Mais Nabil Abdellaoui persiste: «Hier, on était des gens bien. Aujourd'hui, on nous taxe d'intégristes, de salafistes! L'imam que l'on soutient et qui est depuis quinze ans sur la ville est soudain taxé de prêcher un islam archaïque. On nous traite de violents, on nous accuse de tous les maux, même d'organiser des quêtes parallèles, alors que c'est une autre association qui le fait!», dit-il.

Ce sont les fidèles qui, les premiers, devraient faire les frais de cette «querelle de minarets». La commission de sécurité, qui devrait prochainement passer, ne pourra, à l'évidence, faire autrement que de fermer les lieux, devenus trop dangereux.

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Quand je serai grand, je veux être Suisse !

Le Point.fr - Publié le 29/12/2012 

En plus de chasser les criminels et violeurs étrangers, la droite populiste veut s'attaquer aux simples escrocs à l'aide sociale.

Christoph Blocher, leader de l'Union démocratique du centre (UDC), parti le plus à droite de l'échiquier politique suisse.

Christoph Blocher, leader de l'Union démocratique du centre (UDC), parti le plus à droite de l'échiquier politique suisse. © Peter Klaunzer / Sipa


Pour lancer une "initiative populaire" en Suisse, il faut recueillir 100 000 signatures en dix-huit mois. Il n'a fallu que cinq mois à l'Union démocratique du centre (UDC), le parti le plus à droite de l'échiquier politique, pour déposer vendredi à la chancellerie fédérale, à Berne, 154 000 signatures réclamant l'expulsion des criminels étrangers.

Cette collecte a rencontré le même succès en Suisse alémanique qu'en Suisse romande, pourtant réputée plus modérée. Mais pourquoi l'UDC, du milliardaire Christoph Blocher, revient-elle sur une victoire obtenue en novembre 2010 ? Une majorité de Suisse (52,9 %) avait alors approuvé "l'initiative" réclamant l'expulsion systématique de tous les étrangers condamnés pour meurtre, viol, brigandage ou trafic de drogue.

Le gouvernement traîne des pieds

Seulement voilà, le Conseil fédéral (gouvernement) ne se presse guère pour que cette "initiative" se traduise dans un texte d'application. Il estime en effet qu'elle est incompatible, sinon inconciliable, avec de nombreux traités internationaux signés par la Suisse, et notamment avec la Convention européenne des droits de l'homme. En effet, on ne peut tout de même pas expulser un étranger né dans le pays, marié et père de famille, sous prétexte qu'il serait reconnu coupable de lésions corporelles ou de vols... Le gouvernement (composé de sept membres, dont un seul membre de l'UDC) n'envisage de soumettre un texte au Parlement que dans la première moitié de 2013.

L'UDC, principal parti du pays, avec 27 % des voix aux élections de 2011, remet donc la pression, sur le même thème, mais en proposant un texte clé en main. La Tribune de Genève en fait la longue énumération, "meurtre, assassinat, traite d'êtres humains, contrainte sexuelle, viol, encouragement à la prostitution", mais il réclame également l'expulsion pour des délits nettement moins graves, comme "vols répétés, escroquerie et abus à l'aide sociale et aux assurances sociales et infraction à certains articles de la loi sur les stupéfiants".

Ben Laden sur une carte d'identité

Cette "initiative", si elle passe, ne paraît guère plus applicable que la précédente. Peut-on expulser un Français vivant en Suisse pour avoir fumé du haschich ou s'être battu à la sortie d'une boîte de nuit sans que la réciprocité s'applique aussitôt pour un Suisse domicilié dans l'Hexagone ?

L'UDC devrait une nouvelle fois mettre les moyens pour faire triompher ses idées. En 2011, cette formation avait placardé dans toute la Confédération la photo d'un barbu à la mine patibulaire, avec pour slogan "Ivan S. violeur et bientôt suisse ?". On lui doit également des portraits d'Oussama Ben Laden sur une carte d'identité suisse, et des minarets transformés en missiles.

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

vendredi, 28 décembre 2012

Dans le Var, la Justice passe et la magouille électorale trépasse !

Les élections du canton de Brignoles de

nouveau annulées


Publié le mercredi 26 décembre 2012 

 
 

Le tribunal administratif de Toulon a annulé l'élection cantonale partielle de Brignoles (dans le Var) de l'été dernier, qui avait vu le communiste Claude Gilardo l'emporter de seulement 13 voix face au FN Jean-Paul Dispard, a-t-on appris aujourd'hui. Dans son jugement, notifié le 21 décembre, et dont l'AFP a obtenu copie, la juridiction administrative estime que "le nombre de suffrages exprimés au second tour de l'élection contestée devant être regardés comme irréguliers est supérieur à la différence de voix entre les deux candidats lors de celui-ci".

A l'audience, le 13 décembre, le rapporteur public avait demandé l'annulation du scrutin, évoquant notamment "une disparité entre le nombre de bulletins et l'émargement sur les listes électorales", ainsi que "des différences de signatures entre les deux tours".

Préconisant de déduire 22 voix aux résultats de Claude Gilardo, il en avait conclu qu'il fallait annuler l'élection, l'écart entre les deux candidats n'étant que de 13 voix.

L'élection avait eu lieu les 24 juin et 1er juillet, déjà à la suite d'une précédente annulation du scrutin de mars 2011. Cette fois-là, c'est Claude Gilardo qui, battu de 5 voix, avait introduit un recours devant la justice administrative, et obtenu gain de cause. Les électeurs devront donc se rendre aux urnes une troisième fois.

 

 

 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |