Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 février 2013

La kalach ' ? C'est le nouveau Savon de Marseille des cités: Ca nettoie à fond !

Marseille : "On avait peur d'ouvrir la porte"

 


Nouveau symptôme aigu de la violence qui secoue toujours les cités, un homme a été blessé à la kalachnikov, hier matin
Le projectile a perforé le mur de béton. En arrière-plan, la cité La Solidarité d'où est originaire la victime.

laprovence.com 1/2/13

 

 

Un balai-brosse à la main, ils lavent à grandes eaux le chemin de béton rougi par le sang, qui serpente autour de la maison, en se remémorant les scènes terribles de la veille. L'image de cet homme ensanglanté, tambourinant à coups de poing sur les volets pour échapper aux tueurs, hante encore les habitants de la maison, avenue du Vallon Dol, dans le 15e arrondissement de Marseille.

Tentative de règlement de comptes ou intimidation criminelle, le banditisme de cité s'est encore invité dans l'actualité marseillaise, la nuit dernière. Après plusieurs semaines d'un calme relatif et le début des opérations de reconquête des quartiers sensibles, les kalachnikovs ont rouvert les hostilités.

Un enlèvement mais pour quel mobile ?

La victime, 26 ans, originaire de la cité La Solidarité (15e), toute proche, est tombée dans un guet-apens. Alors que le jeune homme descendait l'avenue au volant de sa Renault Clio, il a vu une BMW lui barrer la route et trois hommes en descendre brusquement. Au moins deux d'entre eux portaient un kalachnikov. Tétanisée, la victime a suivi du regard les malfaiteurs postés de chaque côté de son véhicule. À l'aide de la crosse de leurs armes, ils ont brisé les deux vitres à l'avant et ont ouvert les portes pour forcer le conducteur à descendre.

Selon la version que le blessé a livrée aux enquêteurs de la police judiciaire, il aurait ensuite été pris en poids par les suspects, qui ont tenté de le transférer dans le coffre de leur véhicule. Un enlèvement. Pour quel mobile ? Le garçon n'a rien révélé aux enquêteurs. Tout juste savent-ils de lui qu'il s'est déjà retrouvé au coeur d'une affaire de trafic de stupéfiants. Ceux qui ont tenté de le séquestrer ont bataillé pendant plusieurs secondes.

Quatre balles, dans les jambes et le bas du dos

Mais le jeune homme a fini par s'échapper. Et les coups de feu ont retenti. Plusieurs rafales, une trentaine de projectiles d'armes de guerre qui ont arrosé un très large périmètre. Le garçon a reçu quatre balles, dans les jambes et le bas du dos, puis a réussi à s'enfuir, sans que ses bourreaux ne décident de l'achever. Cent mètres plus haut, il s'est réfugié dans le jardin d'Antoine : "Il a tapé sur les volets mais on avait peur de lui ouvrir la porte. On avait entendu les coups de feu et on craignait qu'il y ait quelqu'un derrière".

Pendant dix minutes, l'homme a cogné contre les fenêtres closes, craignant que les tueurs ne reviennent l'éliminer. Il a finalement quitté les lieux, pour s'effondrer au milieu de la chaussée. Les marins pompiers ont pu lui venir en aide dix minutes plus tard. Son pronostic vital n'était pas engagé et il a pu répondre aux questions des enquêteurs quelques heures après.

Le 3 septembre dernier, le corps d'un jeune homme assassiné d'une balle dans la tête et carbonisé avait été retrouvé non loin de là, dans une maison abandonnée. Les investigations n'ont pas encore permis de faire un lien entre les deux affaires.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Bruno Gollnisch arbore son plus beau sourire... vertical !

Le Point.fr -01/02/13

Le député européen et conseiller régional FN a montré son séant à l'assemblée de Rhône-Alpes, jeudi, pour protester contre des subventions à la jeunesse.

Bruno Gollnisch, conseiller régional FN et député européen, a esquissé jeudi un "geste rabelaisien", selon ses propres termes, en montrant son séant à l'assemblée de Rhône-Alpes, pour protester contre des subventions à la jeunesse. Dans un communiqué, Bruno Gollnisch estime que, "sous prétexte de culture", "la gauche socialo-écolo-communiste subventionne des sites informatiques classés comme pornographiques ou incitant à montrer son cul". Il visait le site M'RA à destination des jeunes, financé par la région, par le biais duquel des chansons sont téléchargeables.

"Quand une élue Front national leur lit en séance les paroles des auteurs qu'ils subventionnent, les Tartuffe en sont choqués !" relate l'élu frontiste qui, "pour leur faire honte, (a) esquissé le geste rabelaisien auquel ces élus incitent les citoyens". Sa collègue Liliane Boury lisait alors les paroles suivantes du groupe Brice et sa pute : "Si tu es écrivain célèbre, par contre, je te montre mon cul : cul simple, cul double, cul triple."

Vendredi alors que les discussions sur le budget se poursuivaient au conseil régional, plusieurs élus ont regretté la "grossièreté de certains" et déploré que "la réalité des débats de (leur) assemblée" soit occultée par ce type d'épisode. Interrogé par l'AFP, le conseil régional lui-même n'a pas souhaité réagir.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Un fer à cheval qui portera chance au Front National, et réciproquement...

Marine Le Pen (FN) : "On pourrait créer la surprise aux municipales en 2014"

laprovence.com 01/02/13

 

Marine Le Pen vient de quitter la savonnerie du Fer à Cheval, dans les quartiers Nord de Marseille où elle était venue "défendre le patrimoine, l'industrie et les consommateurs français alors que les politiques s'en désintéressent."




La présidente du Front national en a profité pour glisser que son parti, représenté par Stéphane Ravier, pourrait"créer la surprise aux municipales en 2014. Marseille est une ville importante pour nous. Je reviendrai."

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

lundi, 28 janvier 2013

Le dernier National 13 bientôt dans les boites, déjà sur le blog !

Encore en cours d'acheminement postal, nous faisons profiter en avant-première à nos fidèles bloggueurs du dernier n° de National 13. En ligne, en couleurs, et interactif s'il vous plaît !

national 13, journal, bouches du rhône

cliquez sur l'image pour lire National 13

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Bilan de l'insécurité à Marseille: Communiqué de presse de Stéphane RAVIER

Communiqué de presse de Stéphane RAVIER.

Conseiller F.N. du 7ème secteur municipal de Marseille

Candidat tête de liste « Marseille bleu Marine »

aux élections municipales à Marseille en 2014.



Bilan catastrophique de l’insécurité en 2012 à Marseille :

Y’a-t-il -jamais eu- un pilote dans l’avion municipal ?

 

Le Préfet de Police et le Procureur de la République ont rendu public ce 25 janvier le bilan de l’insécurité à Marseille pour l’année 2012. Les chiffres sont sans appel :

-          10.760 vols avec violence équivalent à 29 agressions par jour (déclarées !) soit une hausse de 5% par rapport à 2011.

-          38  homicides dont 18 règlements de compte et 77 tentatives (chiffres les plus élevés depuis 5 ans)

-          10.134 cambriolages et des « Home jacking » ou attaques au domicile en forte hausse.

Inutile de commenter trop longuement ce bilan calamiteux, c’est le Procureur lui-même qui résume le mieux la situation en évoquant « Marseille, rues barbares et larmes de sang… »

Quant à Jean-Claude Gaudin,  le premier magistrat de la ville et donc le premier responsable de cette situation, il est, il était, comme durant les 18 années de son règne municipal, aux abonnés absents.

Car un acte criminel, l’acte de trop manifestement, a poussé le sénateur-vice président de l’UMP-maire, à faire une sortie tonitruante dans la presse :

 « La police doit rapidement retrouver les auteurs de cet acte haineux et stupide ! »

Mais quel « acte haineux » quel crime insoutenable, a permis au  maire-muet de retrouver la parole après 18 ans de silence ? Un braquage, un viol, un assassinat, un enlèvement d’enfant ? Bien plus odieux que ça encore ! : il s’agit de l’incendie du bus électoral de son ami Dominique Tian !

Décidément, Jean-Claude Gaudin a perdu le sens des priorités et des réalités, se préoccupant davantage des petits malheurs de ses amis politiques que des grandes souffrances de ses administrés.

En 2014, les Marseillaises et les Marseillais pourront compter sur Stéphane RAVIER et ses colistiers pour appliquer la tolérance zéro pour que Marseille devienne enfin, la capitale européenne de la sécurité !

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

dimanche, 27 janvier 2013

Bus de Tian: il a fait deux p'tits tours et il est parti..en fumée !

Le bus de campagne de Dominique Tian

incendié

Publié le samedi 26 janvier 2013 laprovence.com

Ce véhicule, un bus à impériale qui sillonnait la ville depuis 2 jours a été retrouvé carbonisé ce matin, sur le parking de l'immeuble le Corbusier où des militants UMP l'avaient garé la veille. Le député Dominique Tian, candidat aux municipales dans ce secteur exclut la piste politique : "Il s'agit selon moi d'un acte de vandalisme gratuit." L'élu a déposé plainte contre x ce matin.

"L'incendie du Bus Impérial, utilisé conformément à la loi par Dominique Tian, nous ramène aux pratiques détestables de campagne politique qu'on croyait révolues. Manifestement, l'action de Dominique Tian dérange. La police doit rapidement retrouver les auteurs de cet acte haineux et stupide", a, de son côté, commenté le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Je pense donc je vote

Marine Le Pen : "les Francais pensent comme nous"

Le Monde.fr | 26.01.2013 à 11h01Par Abel Mestre

 

 

Marine Le Pen a lu Le Monde daté du 25 janvier où était publiée l'enquête d'Ispos,"France 2013, les nouvelles fractures" et réalisée par le Cevipof et la fondation Jean-Jaurès. Elle a longuement cité cette étude qui lui a servi de trame pour une bonne partie de son discours de près d'une heure, délivré devant un peu moins de deux cents militants réunis à Boulogne-Billancourt vendredi soir, pour une "galette des rois" avec les militants des Hauts-de-Seine.

"Il y a un bond spectaculaire des idées du FN", a notamment affirmé Mme Le Pen."Que dit cette étude? Elle dit que les Français pensent comme nous", a-t-elle ajouté. Puis, la présidente du parti d'extrême droite a entamé une longue litanie de chiffres issus de l'enquête, pour montrer l'adhésion des Français à son discours: aussi bien sur la "crispation autour de l'immigration", l'islam, la "mondialisation menace pour la France", ou encore le protectionnisme économique.
Marine Le Pen s'est aussi félicitée que "Les Français réclament un chef""Il serait effectivement largement temps!", s'est-elle exclamée.

Mme Le Pen s'est aussi lancée dans des saillies contre la supposée "corruption"du pays, reprenant le refrain classique au Front national du "tous pourris". Citant une nouvelle fois l'étude d'Ispos, qui établissait que 62% des sondés estimaient que "la plupart des hommes et des femmes politiques sont corrompus"Marine Le Pen s'est amusée à répliquer: "Il y a 38 % d'optimistes!" Elle a ensuite énuméré certaines affaires - Tapie, Karachi, "pétrole contre nourriture", le Carlton de Lille...- qui prouveraient, selon elle, la corruption de la France.

"Tous les jours on nous apporte la démonstration que le niveau de corruption nous place probablement dans les dix pays les plus corrompus du monde", a-t-elle affirmé. Il faut noter ici que l'ONG Transparency international place la France au 22e rang des pays perçus comme les moins corrompu du monde, sur 176.

 

 

LA VIE POLITIQUE, UN "IMMENSE JACCUZI"


"Ils (les responsables politiques, NDLR) transforment la vie politique en un immense jacuzzi: on fait des bulles pour ne pas voir ce qu'il y a au fond de la piscine et notamment les crocodiles qui y rôdent. (...) Pour ne pas parler de l'essentiel", a encore harangué Mme Le Pen. Qui en rajoute : "Et je ne parle que de la tête pourrie du poisson, je ne descends pas le long de son arrête principale qui descend dans toute une série de conseils régionaux, des conseils généraux, de communes..."

Elle poursuit: "Et après Le Monde s'étonne : 'Mais d'où vient donc cette absence de confiance brutale entre les Français et leurs responsables politiques?' (...) Je vais donner une explication toute simple au Monde: Les Français lisent les journaux, regardent la télévision, ils ont un cerveau et des yeux et des oreilles et commencent à juger que ça commence à bien faire".
Mais, devant ses militants, Marine Le Pen a aussi repris ses habits de chef de parti.

Elle a mobilisé ses troupes. "Notre ennemi c'est la fatalité, maladie mortelle introduite insidieusement dans l'âme et dans le coeur des Français. (...) Elle nous tue, elle anesthésie notre peuple, elle empêche le sursaut de notre pays. La situation dans laquelle est la France est une opportunité de changer 40 ans de politique!", a-t-elle conclu.


Abel Mestre

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Le Centrisme, c'est la rencontre de toutes les contradictions...

Marseille : les voeux de l'UDI butent sur la métropole

 



Pour son tout premier discours de voeux en tant que présidente départementale de l'UDI, Arlette Fructus a joué de la mesure

Publié le jeudi 24 janvier 2013 laprovence

 

 

Arlette Fructus venait de le dire. "Nous ne sommes pas dans les postures, les coups d'éclat, les coups de menton." Et c'est vrai que pour son tout premier discours de voeux en tant que présidente départementale de l'UDI, mouvement fondé par Jean-Louis Borloo à l'automne 2012, la radicale a joué de la mesure.

N'évoquant que de très loin les municipales 2014, où rien ne l'empêchera de conduire une liste à Marseille. Ne parlant plus de la constitution d'un groupe centriste au conseil municipal, même si l'idée, formulée par Jean-Louis Borloo, avait sérieusement avancé ici.

"Lors des voeux, il ne faut pas parler de sujets qui fâchent"

"L'excès n'est pas inscrit dans notre logiciel, répète-t-elle. Certains ricanent, parlent du royaume des indécis. Nous sommes une start-up politique. Dans le bon tempo et dans l'opposition constructive." Tout va bien. Alors Arlette Fructus s'enhardit. "Qu'attend-on pour faire la métropole ?", lance-t-elle, introduisant un plaidoyer en faveur d'une structure couvrant une grande partie du département. "Lors des voeux, il ne faut pas parler de sujets qui fâchent", glisse la Ciotadenne Mireille Benedetti. Effectivement.

Comme sortie de sa boîte, la sénatrice aixoise Sophie Joissains prend le micro et s'indigne. "Nous avons réuni huit intercommunalités contre la métropole. Borloo ne s'en est pas mêlé. Ce n'était pas à toi de le faire, Arlette. Je te dis au revoir." Et de se glisser derrière l'estrade, où Yves Jego, vice-président de l'UDI venu en guest star, reste interdit. Devant, après que le Marseillais Robert Assante a tenté de calmer le jeu, l'Aixois Bruno Genzana exprime à son tour son soutien aux propos de Sophie Joissains.

Quelques sifflets partent. Puis reparle d'une "unité au centre qui n'avait pas été vue ici depuis longtemps". Après que la fille de Maryse, maire d'Aix, s'est excusée pour sa "réaction épidermique", Yves Jego essaie la synthèse. Reparle de son "shadow cabinet" et "d'un candidat UDI à l'Élysée en 2017". Oui, mais la métropole, alors ?

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |