Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 11 septembre 2010

Comme le chantait l'autre: Ca balance pas mal à Paris, ça balance pas mal !

 

Affaire Bettencourt : un collaborateur de Michèle Alliot-Marie accusé de fuites


L'affaire Bettencourt aurait fait une victime supplémentaire, cette fois dans l'entourage de la garde des sceaux, Michèle Alliot-Marie. Selon Le Nouvel Observateur, un de ses proches conseillers, le magistrat David Sénat aurait été remercié, car accusé d'avoir été à l'origine de de fuites dans la presse concernant l'affaire Bettencourt. "Son éviction brutale montre à quel point le pouvoir surveille la presse et s'inquiète de ce feuilleton politique et judiciaire", note le site de l'hebdomadaire.

http://www.jakouiller.com/share/mam.jpg

Miam-Mam..

La version officielle concernant le départ du magistrat du cercle des collaborateurs de la ministre de la justice est qu'il souhaitait lui-même changer d'affectation. "En réalité, écrit Le Nouvel Observateur, MAM a été sommée en haut lieu de se débarrasser de son fidèle conseiller qui l'avait suivie de la défense à l'intérieur, en 2007, puis à la justice, en 2009, et qui était au cœur de la réflexion sur la réforme de la procédure pénale."

Selon le journal, il y aurait en plus des procédures de justice sur l'affaire elle-même, des enquêtes sur les sources des fuites dans la presse. Le Nouvel Observateur affirme qu'il y a eu "un éclairage" de la direction centrale du renseignement intérieur, et que l'inspection générale des services (IGS) a été saisie sur d'éventuels dysfonctionnements policiers.

 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

"L'islam de France" en serait pas tout à fait français ?

Le patron de l'antiterrorisme français "inquiet"


Le patron de l'antiterrorisme français Bernard Squarcini assure que la menace d'un attentat sur le sol français "n'a jamais été aussi grande", citant comme principale source d'inquiétude Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), dans un entretien publié, samedi 11 septembre, par le Journal du Dimanche.

"Nous sommes aujourd'hui au même niveau de menaces qu'en 1995", année marquée par une vague d'attentats en France, estime le chef de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). "Tous les clignotants sont dans le rouge", ajoute-t-il. "Aujourd'hui, compte tenu des signalements qui nous sont transmis par nos partenaires étrangers et de nos propres observations, il y a des raisons objectives d'être inquiets.".

Le patron de la DCRI estime que la France "fait l'objet d'un intérêt très particulier de certains mouvements islamistes radicaux", "à cause de son histoire, de son engagement en Afghanistan, de prises de positions fermes en matière de politique étrangère et de débats de société comme la loi sur le voile intégral".

Mais le chef de la DCRI dément toute radicalisation significative des musulmans de France. "Sur 6 millions de musulmans en France, il y a peut-être 300 individus qui posent problème" et une "trentaine" de lieux de culte sur quelque 1 800. Interrogé plus précisément sur le niveau de menace que représente AQMI, le patron de l'antiterrorisme répond: "On s'attend à avoir des attentats sur notre territoire". Il a répété que ses services déjouaient "en moyenne deux attentats par an".

"AL-QAIDA EST FOCALISÉ SUR SA PROPRE SURVIE"

Ces déclarations interviennent alors que le réseau Al-Qaida apparaît plus affaibli. "Les efforts de contre-terrorisme ont placé l'organisation dans une de ses positions les plus difficiles depuis la fin 2001", a assuré cet hiver Dennis Blair, alors directeur du Renseignement national américain.
"Mais ces efforts, s'ils ont rendu plus difficile l'organisation des complots et des opérations extérieures, n'ont pas été suffisants pour les stopper (...) Tant que la pression sur le sanctuaire d'Al-Qaïda, sur ses chefs et ses cadres opérationnels ne sera pas supérieure à ses capacités à récupérer, l'organisation restera capable de monter une attaque", a-t-il ajouté.

"Le réseau est focalisé sur sa propre survie, qui est intimement liée au sort de ses alliés djihadistes au Pakistan", estime Jean-Pierre Filiu, professeur à l'Institut d'études politiques (Sciences-Po) de Paris et auteur des "Neuf vies d'Al-Qaida".

Bien qu'affaiblie, Al-Qaida reste capable d'accueillir des volontaires étrangers, qui sont formés dans les zones tribales pakistano-afghanes et repartent tenter d'organiser des attentats en Occident. Ce fut le cas de l'Américain d'origine pakistanaise Faisal Shahzad, qui a placé une voiture piégée à Times Square en mai. Mal conçue, elle n'a pas explosé.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Islamisation de nos quartiers : la déferlante !

Pour célébrer la fin du Ramadan, les musulmans du 7ème secteur de Marseille ont pu se procurer sans difficultés les produits nécessaires à la rupture du jeûne.

Ces boucheries et autres sandwicheries certifiées halal n'existaient pas, il y a seulement 10 ans.


DSC03105.JPG

Le Canet dans le 14ème arrondisement. A cinquante mètres de cette boucherie, l'école coranique "L'Olivier" ....

 

photo-4.jpg

Les Flamants , qui n'ont rien de rose, dans le 14ème.

Une nouvellle mosquée devrait voir le jour dans ces quartiers; un projet soutenu par l 'UMPS !

 

DSC03106.JPG

Le Merlan dans le 14ème. Cette boucherie qui se trouve  à 500 mètres de la précédente a ouvert ses portes il y a quelques mois.

 

DSC03118.JPG

La Rose dans le 13ème. Cette boucherie n'est pas le seul établissement halal sur l'avenue...

 

 

DSC03220.JPG

 

Saint Just dans le 13ème. Deux autres établissements sur l'avenue de Saint Just sont également "halal"...

 

 

DSC03117.JPG

 

La Croix Rouge dans le 13ème....

 

 

DSC02395.JPG

Le Vieux Port, le soir de la victoire de l'équipe nationale de football...d'Algérie !

 

Photos: Stéphane Ravier

 

 

 

Qui osera encore affirmer que l'islamisation de la ville de la Bonne Mère est un fantasme ?

 


 

 

 

 

 

 

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

vendredi, 10 septembre 2010

10 septembre:Dernier briefing de la "Fine équipe du 11" avant l'atterrissage entre la machine à café et la photocopieuse...

Publié dans Blog | Commentaires (7) |  Facebook | | |

La nuit porte conseil: Castro, Fidèl à lui-même.

CUBA

Volte-face : Castro croit toujours au "modèle cubain"

Le Point.fr (Source AFP)

Volte-face : Castro croit toujours au "modèle cubain"

Fidel Castro avait suscité l'étonnement avec ses déclarations en forme de mea culpa, comme ici le 3 septembre 2010 devant des étudiants de l'université de La Havane © Jose Goitia / MAXPPP

'); ]]> Click here to find out more!

Machine arrière toute. Fidel Castro a finalement affirmé, vendredi, que ses propos, selon lesquels le modèle cubain "ne marche même plus" sur l'île communiste, avaient été mal interprétés par le magazine américain The Atlantic avec lequel il s'est récemment entretenu. "Je le dis sans amertume ni préoccupation. Cela m'amuse maintenant de voir comment il l'a pris au pied de la lettre, puis a consulté Julia Sweig, la journaliste qui l'accompagnait, avant d'élaborer la théorie qu'il a exposée", a déclaré Castro.

"La vérité, c'est que ma réponse signifiait exactement le contraire de ce que les deux journalistes ont interprété au sujet du modèle cubain", a ajouté l'ancien président cubain au cours de la présentation de la deuxième partie de son autobiographie.

Fidel Castro a cédé la présidence, le 31 juillet 2006, à son frère pour des raisons de santé. Il reste cependant le premier secrétaire du Parti communiste. Depuis un peu plus de trois ans, il multiplie les "billets" dans la presse cubaine sans pratiquement jamais aborder la politique menée par son frère cadet.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Andrieux vs Vauzelle : Qui aura la peau de l'autre ?

PACA

SUBVENTIONS DOUTEUSES - Michel Vauzelle entendu pendant trois heures par un juge

Source AFP lepoint.fr

SUBVENTIONS DOUTEUSES - Michel Vauzelle entendu pendant trois heures par un juge

Michel Vauzelle, président socialiste de la région Paca, a été entendu dans le cadre d'une enquête sur des détournements de fonds © Sipa

'); ]]> Click here to find out more!

Le président (PS) de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Michel Vauzelle, entendu jeudi comme témoin assisté, s'est expliqué pendant trois heures sur une affaire de détournements présumés de subventions à la Région, affirmant notamment "avoir sous-évalué la gravité de la situation". Michel Vauzelle, 66 ans, est sorti vers 18 heures du palais de justice de Marseille sans faire de déclaration, après son audition par le juge Franck Landou. "Mon client est entré comme témoin assisté, il en est sorti témoin assisté. Il n'a donc pas été mis en examen", a insisté Maître Jean-Yves Dupeux, avocat de Michel Vauzelle. Le président de la région Paca, qui s'est constituée partie civile, est le second élu convoqué dans ce dossier après la députée (PS) des Bouches-du-Rhône, Sylvie Andrieux, en juillet. Sylvie Andrieux avait été mise en examen pour complicité de tentative d'escroquerie et de détournement de fonds publics, dans ce dossier ouvert depuis plus de trois ans, avec une vingtaine de personnes déjà mises en cause.

L'enquête porte sur le détournement de quelque 740.000 euros, entre 2005 et 2007, par des associations présumées fictives subventionnées par la Région. Selon les déclarations de certains mis en examen aux policiers, ce détournement aurait servi à acheter les services de responsables associatifs dans certains quartiers, où Sylvie Andrieux a son fief, pour la campagne des législatives de 2007. Maître Dupeux a expliqué que "le juge (avait) fait préciser à (son) client quel était le processus administratif concernant les subventions", la gestion des dossiers de demande d'aides de la Région et quels étaient "les procédés de contrôle qu'il avait mis en place". "Selon Michel Vauzelle, ses services auraient sous-évalué la gravité de la situation, ils étaient sous la pression de Mme Andrieux et ils n'ont pas percuté", a ajouté l'avocat. Maître Dupeux a enfin souligné que le juge n'avait pas donné de date pour une éventuelle nouvelle audition mais qu'il était convaincu "qu'il n'y en aurait pas".

Selon Patrick Mennucci, vice-président (PS) de la région, le résultat de l'audition "n'est pas une surprise parce que la Région est la victime dans cette affaire". "Michel Vauzelle s'était porté partie civile, il était normal que le juge l'entende. La justice va pouvoir poursuivre son travail et la Région obtenir réparation pour les vols qu'elle a subis", a-t-il estimé. Dans un communiqué, le conseil régional a rappelé que Michel Vauzelle avait "souhaité dès le début que la Région porte plainte et se constitue partie civile", dans ce dossier. Sylvie Andrieux a souligné à plusieurs reprises qu'elle ne détenait pas de délégation de signature pour les subventions et, selon des extraits du procès-verbal de son audition publiés dans la presse, elle aurait beaucoup insisté, devant le juge, sur le pouvoir du président de la Région. En mai 2009, Michel Vauzelle avait retiré à Sylvie Andrieux sa délégation à la politique de la Ville en raison de l'enquête.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

La re-crise se précise

La reprise économique mondiale s'essouffle


A peine relancée, la croissance économique mondiale "s'essouffle", estime  l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui prévient dans un rapport que la reprise mondiale pourrait être "plus lente que prévu". L'organisation réunissant les pays les plus riches estime toutefois qu'une nouvelle récession reste "peu probable".

Dans son évaluation intérimaire des perspectives économiques, l'OCDE ne fournit pas de prévisions annuelles, mais estime que "la croissance dans les économies du G7 (Etats-Unis, Japon, Canada, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni) pourrait tomber à environ 1,5 % en rythme annualisé au second semestre de l'année", contre une prévision de 1,75 % en mai dernier. Dans le détail, le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis devrait enregistrer une progression de 2 % au troisième trimestre 2010 puis de 1,2 % au quatrième et celui du Japon devrait croître de 0,6 % puis 0,7 %. Le PIB combiné des trois premières économies de la zone euro augmenterait de 0,4 % puis 0,6 %, avec des divergences, l'Allemagne faisant nettement mieux que la France, l'Italie restant à la traîne.

UN NOUVEL EFFORT MONÉTAIRE POURRAIT ÊTRE NÉCESSAIRE

Plusieurs "incertitudes considérables" planent sur la reprise, poursuit l'OCDE, citant notamment l'évolution de la consommation privée qui "pourrait être freinée par de nouveaux ajustements des dépenses des ménages" en raison du chômage élevé et des doutes sur la robustesse de l'économie. Il est encore difficile de dire si l'essoufflement de la reprise est temporaire", a prévenu Pier Carlo Padoan, le chef économiste de l'OCDE.

Selon lui, s'il s'avère qu'il est "durable", "un soutien monétaire supplémentaire pourrait se justifier, sous la forme d'un assouplissement quantitatif et d'un engagement à maintenir les taux d'intérêt à un niveau proche de zéro pendant une longue période", tandis que "l'assainissement budgétaire pourrait être un peu plus lent que prévu" dans les pays "où l'état des finances publiques le permet". "Nous continuons à recommander que dans la politique de consolidation budgétaire, il faut faire attention aux mesures qui sont favorables à la croissance", a expliqué le chef économiste, citant le soutien à la recherche et développement (R&D) et aux investissements dans les infrastructures.

Parmi les "points positifs" relevés par l'OCDE, figurent l'investissement privé, qui "ne devrait plus fléchir au cours des mois à venir", et une situation financière qui "s'est globablement stabilisée". Enfin, "la croissance reste soutenue" dans les grands pays émergents.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

2012: il y aura du beau monde sur la ligne de départ !

Le Bloc identitaire devrait annoncer, lors de son université de rentrée qui se tiendra du 10 au 12 septembre, une candidature sous sa  propre bannière à la prochaine présidentielle. “Une consultation en interne a été lancé auprès des adhérents pour savoir s’ils souhaitaient une candidature du Bloc identitaire en 2012, nous raconte Fabrice Robert, président du Bloc. Environ 90% se sont prononcés pour.”  Le processus avait été révélé par Jean-Yves Camus dans Charlie-Hebdo du 13 juillet. Quant à savoir qui représentera les identitaires, c’est “en octobre ou en novembre que nous déclarerons le nom du candidat”, annonce M. Robert.

Même s’il reconnait qu’il apparait “surement comme le plus légitime”, Fabrice Robert assure que “ce n’est pas automatique que le président du parti soit candidat. On veut un mouvement de chefs, pas le parti d’un chef”.

En tout cas, difficile de ne pas penser à une éventuelle candidature de M. Robert, 39 ans. Lundi 6 septembre, il a en effet publié un long texte intitulé “Retour sur un parcours personnel” qui fait figure de petit évènement.Un exercice dans lequel le président du Bloc Identitaire prend publiquement ses distances, la maturité aidant, avec certains de ses engagements antérieurs.  Un peu comme s’il souhaitait lever l’hypothèque, dans le cadre d’une éventuelle candidature présidentielle, des éléments “sulfureux” de son passé politique : ses prises de position négationnistes d’hier avec lesquelles il dit avoir rompu aujourd’hui, son passé nationaliste-révolutionnaire, son passage chez les skinheads d’extrême droite, l’”affaire”Brunerie, ou encore le groupe Fraction . Dans cet exerice inédit de mise à plat, il omet toutefois des épisodes moins “radicaux” de son parcours comme son passage à Nouvelle Résistance de Christian Bouchet, la création du label Bleu-Blanc-Rock ou encore son mandat d’élu local FN.

Ce texte, qu’il assure “sincère”, aurait été rédigé parce que “plus le Bloc se développe, plus les médias rappellent des éléments de [son] parcours”. “Un, je ne renie rien. Deux, tout ce ce que j’ai vécu depuis vingt ans, m’a formé. C’est important de montrer qu’il y a une évolution, il ya 20 ans, j’étais un militant nationaliste radical et en 20 ans on peut changer.” Et M. Robert d’ajouter: “Il y a aussi des militants nationalistes qui ne comprennent pas l’évolution du Bloc, c’est bien de remettre les points sur les i”.

 Des “contacts” avec Marine Le Pen

Le texte de M. Robert illustre toute l’ambiguité du Bloc Identitaire aujourd’hui. D’une part des dirigeants, quadragénaires et au delà,qui affichent leur volonté de s’extraire d’un milieu nationaliste qui les a formés pour faire de lapolitique en grand ; de l’autre des jeunes attirés par l’image de radicalité que véhiculent les structures et les sites du Bloc identitaire qui leur sont destinés. La nébuleuse identitaire envoie des signaux contradictoires: Quid de la contre-culture, clairement influencée par les néo-fascistes italiens, véhiculée par des sites proches du bloc? Quid de la branche jeunesse parisienne du BI, le Projet Apache, qui a investi le milieu hooligan d’extrême droite du Parc des Princes? Et de certains militants ou cadres régionaux qui se réclament clairement d’une extrême droite radicale?

Dans son texte, par exemple, M. Robert mentionne son passage chez les skinheads d’extrême droite. Une manière de ne pas taire cet épisode. Mais qui peut aussi avoir pour effet de ne pas le couper du milieu radical. Ainsi, le 8 septembre, à la manifestation de soutien pour René Galinier, organisée par le BI, des membres du Renouveau Français et des hooligans du PSG étaient présents. Pas de problème pour M. Robert à condition “qu’ils n’affichent pas leurs couleurs”.

Le texte de Fabrice Robert sonne donc comme le premier acte de sa candidature. Candidature qui lui servirai de tremplin avant de rejoindre les rangs du FN? Il n’a jamais caché qu’il y avait des “contacts” entre lui et Marine Le Pen. Cette dernière, qui s’est rapproché des thématiques défendues par le Bloc identitaire, spécialement sur l’islam, a même évoqué récemment, un éventuel débauchage de M. Robert. Il apporterait en effet des troupes jeunes, une maîtrise des outils de communications comme Internet et une science du buzz qui s’est encore vérifiée avec l’apéro saucisson-pinard à la Goutte d’Or du 18 juin.

Lui se défend de “vouloir faire carrière au FN”. “Le Bloc a un positionnement différent des autres partis politiques et il est légitime de présenter une candidature et diffuser notre message. On va marquer une différence avec le FN”. Mais M. Robert reconnait que cette candidature identitaire pourrait créer un “rapport de force” favorable pour lui. “En politique, c’est une histoire de rapport de force. Ce qui n’empêche pas à terme de garder nos relations cordiales avec Marine Le Pen.” Reste à savoir comment Marine Le Pen, si elle est candidate, prendra cette concurrence directe sur son terrain.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |