Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 novembre 2010

Bruno GOLLNISCH à Marseille.

Dans le cadre de la campagne interne pour l'élection du Président du Front National, Bruno Gollnisch était ce dimanche 31 octobre à Marseille.

Après avoir donné une conférence de presse à la Fédération des Bouches du Rhône, Bruno Gollnisch a présidé un dîner débat dans les quartiers nord de la cité phocéenne, dîner qui a réuni 160 convives.

 

photo-3.jpg

Bruno Gollnisch lors de sa conférence de presse entouré du secrétaire regional Frédéric Boccaletti et du secrétaire départemental du FN13 (à sa gauche) Laurent Comas, tous deux conseillers régionaux de P.A.C.A.

 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

dimanche, 31 octobre 2010

Pas très politiquement correct tout ça...

Miss Monde est américaine

Miss États-Unis, Alexandria Mills, a remporté samedi le titre de Miss Monde 2010 devant plus de 100 concurrentes, au cours d’une cérémonie dans la station balnéaire de Sanya, sur l’île chinoise méridionale de Haïnan.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

samedi, 30 octobre 2010

Séance plénière: Dénomination " Lycée des Calanques " à Marseille


Assemblée plénière PACA S Ravier 22/10/10 Lycée calanques
Merci à Frèd.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Notre société est gravement malade, achevons là !

Un sondage montre l'acceptation massive de l'euthanasie en France


 

A l'Hôtel-Dieu de Lyon, en 2009.

A l'Hôtel-Dieu de Lyon, en 2009.AFP/FRED DUFOUR

 

L'immense majorité des Français se déclare favorable à une loi sur l'euthanasie dans certains cas, comme une de maladie incurable, selon un sondage CSA publié, samedi 30 octobre, dans Sud-Ouest. Selon cette enquête, 94% des personnes interrogées se disent pour une telle loi. En 2001, ils étaient 88%.

Si la progression est impressionnante, l'adhésion à l'idée d'une autorisation de l'euthanasie dépend fortement de la religion : 97% des personnes sans religion se déclarent favorables à une telle loi, contre 82% des catholiques pratiquants et 58% des musulmans.

De même, si les sondés sont en faveur d'une telle possibilité, ils souhaitent qu'elle soit strictement encadrée : 58% souhaitent que l'euthanasie soit possible "dans certains cas", 36% qu'elle "devrait s'appliquer à toutes les personnes atteintes de maladies insupportables et incurables".


Sondage réalisé par téléphone du 21 au 22 octobre sur un échantillon représentatif de 956 adultes selon la méthode des quotas..

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Brisez vos chaînes, cassez votre télé !

CRITIQUE TÉLÉ

Mère, fils et fiancée dans la tambouille de TF1

Par Emmanuel Berretta lepoint.fr

Mère, fils et fiancée dans la tambouille de TF1

"Qui veut épouser mon fils ?" est le nouveau programme de télé-réalité inventé par TF1 © Sipa

Click here to find out more!

Comment avilir le public ? Comment flatter ses instincts voyeurs, moqueurs, ricaneurs ? Comment détruire cet instant délicat et intime d'une rencontre amoureuse pour en faire un show racoleur ? Comment réduire la condition féminine au stade du harem qui attend le pacha ? Vous trouverez les réponses à toutes ces questions dans Qui veut épouser mon fils ?, nouveau programme de télé-réalité de TF1, diffusé vendredi soir, en lieu et place de Secret Story. Les amateurs du genre n'ont pas perdu au change.

Le principe de l'émission mérite qu'on s'y attarde : cinq "mamans" (sic) et leur fils encore au bercail vont sélectionner, ensemble, la "promise" parmi dix candidates. Procédé artificiel qui vient tordre à la sauce TF1 le lien oedipien entre une mère et son fils. Comme d'habitude en matière de casting "sexy", les chasseurs de têtes de TF1 se sont attardés dans le sud de la France (notamment dans les boîtes de nuit). D'où la profusion d'accents méridionaux qu'on a pu entendre... Philippe Bartherotte, un ancien casteur de L'île de la tentation, avait révélé cette ficelle dans son livre La tentation d'une île.

Le marché audiovisuel des êtres humains

TF1 n'a pas lésiné : jeune femme tatouée sur les cuisses et le dos, strip-teaseuse, regonflage mammaire à bloc, un homosexuel pour respecter le principe de "diversité"... TF1 expose ainsi aux braves gens les excentricités d'un monde - irréel - qui serait peuplé des personnes les plus exubérantes. C'est un show, ne l'oublions pas. Pas une enquête de l'Insee et encore moins un travail documentaire. TF1 se sent donc les coudées franches pour créer un divertissement dont les protagonistes sont sujets à moqueries. De là à parler d'atteinte à la dignité humaine, il n'y a qu'un pas...

Mais le CSA, si prompt à dégainer le carton jaune quand on parle de fellation sur Skyrock, ferme les yeux depuis des années devant ce goutte-à-goutte continu qui injecte de la vulgarité. Vendredi soir, 3,6 millions de téléspectateurs (23,7 % de part d'audience) ont ainsi été perfusés. "Peut-on critiquer la télévision sans critiquer son public ?" s'interrogeait avec acuité le critique cinéma Serge Daney, dont les réflexions sur la télévision et le cinéma étaient jouées, cette rentrée, sur la scène du théâtre du Rond-Point. Le spectacle était interprété par Nicolas Bouchaud (le programme de sa tournée en province). Son titre : La loi du marcheur. Vendredi soir, sur TF1, c'était plutôt la loi du marché. Il y a une demande, donc il y a une offre. Un marché audiovisuel des êtres humains, de leurs sentiments galvaudés, bradés, avilis. Banal. Terriblement banal.

 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Bientôt Noël, son rite catholique, ses achats frénétiques et se braquages homériques !

Marseille : l'incroyable audace des braqueurs de Grand Littoral

Publié le samedi 30 octobre 2010 laprovence.com

Jeudi soir, les malfaiteurs sont entrés dans la galerie sur leurs deux motos

http://www.lepilote.com/img/_lp/GdLittoral.jpg
Le magasin "L'Univers de l'Or", dont les vitrines ont été brisées lors du vol est resté fermé hier. Les vendeuses présentes au moment de l'agression restent très choquées.

Photo guillaume ruoppolo

Jusqu'où iront-ils ? Existe-t-il des limites à la furia des malfaiteurs, capables de vols à main armée sans cesse plus audacieux?  Après le braquage perpétré jeudi soir dans le centre commercial Grand Littoral, par quatre hommes sur une moto et un scooter, les forces de l'ordre se préparent à vivre des semaines difficiles, à l'approche des fêtes de fin d'années ,une période traditionnellement plus marquée par ce type de criminalité.

Jeudi soir, le niveau est monté d'un cran. Jusqu'ici, les braqueurs qui s'en prenaient aux centres commerciaux se contentaient de poster leurs voitures ou leurs motos à l'extérieur. Cette fois, les quatre hommes ont donné naissance à un nouveau mode opératoire, où les deux-roues sont utilisés presque comme une arme dissuasive. Léa se trouvait en première ligne. Vendeuse dans une bijouterie, en face de celle qui a subi les assauts des malfaiteurs, elle a assisté, terrorisée, à toute la scène: "D'abord, on a entendu des gens crier, puis un grand bruit de motos. Les pilotes faisaient vrombir les moteurs pour impressionner les clients à l'intérieur de la galerie marchande. Tout de suite, on a baissé les rideaux et éteint les lumières, de peur qu'ils viennent vers nous."

Pendant cinq minutes, les jeunes femmes du commerce, comme les dizaines de témoins vont assister à l'impensable. Un scooter de type TMax et une moto de grosse cylindrée se sont immobilisés devant la bijouterie "L'Univers de l'Or", en plein coeur du centre commercial. Le commando, quatre hommes vêtus de noir, de la tête aux pieds, venaient de lancer leur opération. L'un s'est posté devant la boutique, en pointant une kalachnikov pour dissuader toute intervention extérieure. En même temps, un deuxième complice, armé d'une masse, a brisé une vitrine, pour s'emparer des plus belles pièces du magasin.

Léa, toujours focalisée sur les braqueurs a alors surpris leur conversation : "Ils parlaient sans arrêt du temps qu'il leur restait. Ils disaient: on en est à combien là? L'autre répondait: encore deux minutes. Le troisième pointait un agent de sécurité avec son fusil mitrailleur. Il le menaçait de le tuer s'il ne lâchait pas son téléphone portable. Ils ont fini par partir de l'autre côté de la galerie, en ayant aussi emporté le contenu du coffre-fort". À l'intérieur, une grosse quantité de bijoux. Les malfaiteurs connaissaient, semble-t-il, les caractéristiques du magasin, spécialisé notamment dans le rachat d'or.

La boutique avait d'ailleurs déjà fait l'objet d'un braquage, moins spectaculaire, il y a deux ans. Léa, elle, garde de profondes séquelles de cette expérience: "Ce matin, je suis venue avec la peur au ventre. Je n'ai plus trop envie de venir dans cette boutique. Heureusement, je change lundi. Je suis rentrée chez moi en pleurant. Je ne parle même pas des deux vendeuses qui ont été braquées. Elles sont traumatisées."

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

"Une chance pour la France" mais pas pour Amélie...

 

200 personnes marchent en mémoire d’Amélie

L’adolescente tuée dimanche par un chauffard était très appréciée à Saint-Chéron. Ses amis ont tenu à lui rendre un dernier hommage.

 
 Louis Moulin | 30.10.2010  leparisien.fr

Ils sont arrivés les uns après les autres devant la gare de Saint-Chéron, vêtus de noir, une fleur à la main. Puis ils se sont mis en . Hier matin, quelque 200 personnes sont venues rendre un dernier hommage à Amélie Mathevet, tuée à 15 ans par un chauffard dimanche dernier. Alors que les funérailles de la jeune victime se déroulaient à Tours (Indre-et-Loire), d’où est originaire la famille, la marche a permis à de nombreux jeunes de Saint-Chéron et des alentours de célébrer son souvenir.

Le rassemblement s’est fait à l’initiative d’amis de la victime, grâce à une annonce postée mardi sur le réseau social . « C’était une amie, on voulait faire quelque chose pour elle », explique pudiquement Guillaume Riolte, 15 ans, à l’origine de la marche. « On a voulu faire ça pour les gens qui n’ont pas pu aller à l’enterrement. Tout le monde est là, que des gens qui la connaissaient. » C’est aussi un moment de communion pour les adolescents qui n’ont pu se retrouver au lycée en cette période de vacances. « Elle n’était scolarisée que depuis six semaines chez nous mais beaucoup de nos élèves la connaissaient depuis le collège à Saint-Chéron », explique Eric Bouragaa, le proviseur adjoint du lycée Francisque-Sarcey où Amélie entamait son année de seconde. Une cellule psychologique devait être mise en place dans les deux établissements à la rentrée.

Parmi les adultes, plusieurs élus de cette petite ville de 4500 habitants. La maire s’est, elle, rendue aux obsèques en Touraine. Deux gendarmes en uniforme ont ouvert la marche en solidarité avec le père d’Amélie, officier à la brigade de Saint-Chéron.

Après une vingtaine de minutes de marche silencieuse, le cortège s’est arrêté sur les lieux de l’accident, rue Aristide-Briand. Des dizaines de bouquets de fleurs jonchaient le sol. C’est là qu’Amélie, qui cheminait avec une amie sur le trottoir, a été fauchée dimanche dernier, par un homme de 23 ans au volant de sa Twingo. L’automobiliste qui venait d’arriver à Saint-Chéron roulait sans permis, sans assurance et drogué. En situation irrégulière, il a été mis en examen pour « homicide involontaire » et placé en détention. La jeune fille, Pauline, qui accompagnait Amélie a, elle, été sérieusement blessée mais ses jours ne sont pas en danger.

Sur les lieux du drame, de longues minutes de recueillement se sont écoulées. Puis le cortège est reparti vers la gare. Un livre d’or a été ouvert pour laisser un message à la famille d’Amélie. Inès et Thomas, 14 et 15 ans, qui ont fait tout leur collège aux côtés d’Amélie, se souviennent d’« une fille brillante, toujours de bonne humeur, prête à aider, qui ne faisait jamais la . Elle restera toujours avec nous ».

merci à fdesouche

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

vendredi, 29 octobre 2010

Séance Plénière suite...


Assemblée plénière PACA S Ravier 27/10/10
Dossier 31: Le retour du Grand Projet de Ville (GPV)

Merci à Frèd !

A noter: uen lecture rapide de l'intervention, Vauzelle, à la demande d'un élu communiste (!!) ayant décidé de faire respecter à la seconde près le temps de parole accordé pour chaque interveant, en l'occurence sur ce dossier de 16 millions d'euros...DEUX minutes !!!

S.R.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |