Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 décembre 2010

D'ici 2012 l'UMPS n'a pas fini d'en baver !

 

PS et UMP face au "piège" de Marine Le Pen

LEMONDE.FR | 13.12.10 |

 

 

Marine Le Pen, en mard à Nanterre.

Marine Le Pen, en mard à Nanterre.AFP/JOEL SAGET

Que faire face à Marine Le Pen ? La question se pose, à gauche comme droite. En pleine campagne interne pour la succession de son père, l'eurodéputée a réussi en l'espace d'une semaine, grâce à un "bon" sondage, une émission télévisée et une petite phrase, à monopoliser l'attention.

En comparant la prière sur la voie publique, pratiquée notamment dans le quartier parisien de la Goutte d'Or par des fidèles musulmans qui ne disposent pas d'une mosquée, et l'occupation de la France par l'Allemagne nazie, Marine Le Pen a provoqué un tollé. Qui a poussé toute la classe politique a réagir, du PS Benoît Hamon à Jean-François Copé, désormais secrétaire général de l'UMP.

 RETOUR AUX ANNÉES 1990

La polémique fait la une, lundi 13 décembre, d'une bonne partie de la presse française. Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) a annoncé son intention de porter plainte, tandis que le ministre de la justice, Michel Mercier, s'y refusait. Et Marine Le Pen s'est invitée dans les rassemblements organisés par le PS comme l'UMP. Pour le plus grand bonheur de l'eurodéputée : "Je mets le doigt où ça fait mal. Et cette vérité renvoie la classe politique à ses renoncements, à son aveuglement, à sa lâcheté", s'est-elle félicitée, critiquant "l'UMP, le PS et les Verts", "fossoyeurs de la République française".

L'opération est un succès de visibilité pour le FN. Probablement ravie, Marine Le Pen feint pourtant de s'en étonner, rappelant qu'elle a déjà évoqué le même sujet : c'est en effet loin d'être la première fois que le parti agite le spectre d'une supposée "islamisation" : le 2 septembre, elle évoquait par exemple "l'installation de la 'charia' dans notre nation". En février, elle parlait de "la planification par l'Etat UMP d'une politique d'islamisation accélérée de la société française".

Cette fois-ci, les partis ont décidé de réagir. Sans doute car Marine Le Pen a été récemment très présente dans les médias, avec en point d'orgue son invitation jeudi dans l'émission "A vous de juger", sur France 2, après une polémique sur le refus de Michel Drucker de l'inviter dans son émission, "Vivement dimanche".

Autre élément de débat pour la droite et la gauche, sa stratégie de "dédiabolisation" et sa rhétorique mêlant stigmatisation de l'immigration et critique de la mondialisation ou de la finance semblent obtenir des résultats. Si l'on en croit les sondages, elle est créditée d'un potentiel électoral de 17 % dans une récente étude BVA et de 12 % à 14 % d'intentions de vote suivant les enquêtes, soit plus que son père. Son rôle est jugé "utile" par 43 % des Français, alors que Jean-Marie Le Pen n'a jamais dépassé 35 %.

 

"Je crois que c'est une évidence : je pense que l'efficacité commande que lorsque les adhérents du Front national se choisiront un dirigeant, ils décident de faire de lui le candidat à la présidentielle", a déclaré Marine Le Pen.

"Je crois que c'est une évidence : je pense que l'efficacité commande que lorsque les adhérents du Front national se choisiront un dirigeant, ils décident de faire de lui le candidat à la présidentielle", a déclaré Marine Le Pen.AFP/PHILIPPE HUGUEN

L'UMP ENTRE CRITIQUE ET SÉDUCTION

Pendant un temps, politiques comme journalistes avaient cru trouver la bonne stratégie en ne relevant pas les sorties de Marine Le Pen, pour éviter d'en faire la promotion. Avec les réactions à la "petite phrase" de Marine Le Pen ce week-end, on semble retrouver une indignation généralisée qui était de mise avant 2002. Ce qui ravive de vieux dilemmes.

Spécialement à l'UMP, où l'on cherche à retrouver la formule qui avait permis à Nicolas Sarkozy de s'attirer une partie des voix de Jean-Marie Le Pen. "Je considère que nous sommes en danger du point de vue électoral", a affirmé Jean-François Copé devant les militants, samedi. Une forme de réponse à ceux qui au sein de l'UMP croient possible un "21 avril inversé". Le jour de la provocation de Marine Le Pen sur les musulmans, le nouveau patron de l'UMP a insisté sur le thème de la sécurité et de l'immigration, mais aussi souhaité relancer le débat sur l'identité nationale. Un débat dont le chef de l'Etat a lui-même pourtant admis implicitement l'inefficacité lors de sa dernière intervention télévisée, en novembre.

Comme les fois précédentes, se pose une question pour l'UMP : durcir et droitiser son discours est-il productif ? Faut-il plus "taper" sur Marine Le Pen ? Certains élus, notamment le récent club "La Droite libre", positionné à la droite de la majorité, poussent pour de nouvelles propositions, comme l'expulsion du territoire pour tout étranger naturalisé passible de plus de trois mois de prison. Une mesure probablement inconstitutionnelle, mais qui permettrait selon eux de retrouver la sympathie de cet électorat populaire tenté par le FN. Mais pour d'autres élus de la majorité, suivre cette voie serait retomber dans de vieux travers. Le secrétaire d'Etat au logement, Benoist Apparu, estime ainsi qu'"il ne faut pas que cela devienne le credo principal du parti car nous n'avons pas collectivement intérêt à replacer le FN au centre du débat".

LA GAUCHE PAS SI À L'AISE

Sûrement ravie des problèmes stratégiques de l'UMP, la gauche semble plus à l'aise mais risque pourtant elle aussi la division. On a vu à l'occasion de la polémique à propos de la loi sur le voile intégral qu'elle était embarrassée sur les questions touchant à la laïcité ou à l'islam. Quant au fait de riposter pied à pied aux provocations des Le Pen, cela reste un motif pour la gauche de se voir accuser de servir des buts électoraux. "Il y a une collusion entre le PS et le FN" et "des fils qui se touchent", n'a pas manqué de dénoncer Jean-François Copé, pour qui les socialistes, "alliés objectifs" du parti d'extrême droite, ont tout intérêt à la hausse du FN, qui affaiblit l'UMP.

Bertrand Delanoë n'est pas d'accord. "Les socialistes ne peuvent pas laisser passer les propos abjects de Marine Le Pen", estime le maire de Paris, interrogé par Le Monde.fr. Pourtant, ce dernier est conscient de la publicité faite au parti d'extrême droite. "Si nous pouvions dénoncer les paroles de Marine Le Pen sans faire d'écho médiatique nous le ferions. C'est malheureusement impossible." Comme le résume Laurent Fabius, lundi 13 décembre sur France Inter, "c'est toujours le même piège, la famille Le Pen tient des propos scandaleux. Si on ne réagit pas, ça laisse entendre qu'on approuve, si on réagit, on fait un peu leur jeu".

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

JFK dévoile le coup tordu et l'amateurisme de l'Elysée.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Occupation: Stéphane RAVIER soutient Marine LE PEN

Suite aux déclarations de Marine LE PEN sur "l'occupation moderne", j'étais interrogé ce matin par un journaliste de Radio France Provence.

Pour écouter l'entretien, cliquez sur le lien:


DOWNLOAD_READ.html?IDMSG=10446&PJRANG=3&NAME=Memo...

 

 

Publié dans Blog | Commentaires (3) |  Facebook | | |

lundi, 13 décembre 2010

La Pieuvre Rose perd un tentacule.

Affaire "Alexandre Guérini" : Eugène Caselli débarque Franck Dumontel

Publié le lundi 13 décembre 2010 laprovence.com

http://marseilleinsolite.hautetfort.com/media/00/01/1330546804.jpg

Franck Dumontel, déjà cité dans "l'affaire Andrieux"des subventions aux associations bidons, en compagnie de son épouse Samia Ghali.

Samia Ghali maire PS des 15ème et 16ème arrondissements et sénatrice, protégé de Guérini (Jean-Noël) au sujet de laquelle Roland  Balalas, ancien bras droit et cheville ouvrière d'Anrieux, a affirmé au Juge Landou "qu'elle avait son propre réseau de financement"  -ndlr-

 

 

Le feuilleton de l'affaire "Alexandre Guérini" a fait aujourd'hui une nouvelle victime à la communauté urbaine Marseille Provence Métropole. Après Michel Karabadjakian, directeur général adjoint chargé de la propreté, mis en examen pour corruption et aussitôt relevé de ses fonctions, Eugène Caselli, président PS de l'institution, a décidé de se séparer de son directeur de cabinet, Franck Dumontel.

Publié dans Blog | Commentaires (3) |  Facebook | | |

Marine LE PEN: La voix du Peuple !

Marine Le Pen "persiste et signe"

La vice-présidente du FN assure que sa comparaison des prières musulmanes dans la rue à l'Occupation est le fait d'une "analyse tout à fait réfléchie".

Marine Le Pen "persiste et signe"

La vice-présidente du Front national met de l'huile sur le feu après la polémique suscitée par ses propos sur les musulmans © Sichov / Sipa


Click here to find out more!
Par Source Reuters lepoint.fr

Lors d'une allocution prononcée au siège de son parti, à Nanterre, Marine Le Pen a dit n'avoir fait que décrire une réalité en comparant les prières "de rue" des musulmans à l'Occupation allemande. "S'agissant du terme occupation, je persiste et je signe", a-t-elle déclaré devant les journalistes. "Mes propos ne constituent en aucune manière un dérapage, mais bien une analyse tout à fait réfléchie, d'autant plus assumée qu'elle ne procède que d'une banale constatation d'une réalité physique et juridique", a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen a donné une liste de rues de Paris et de villes victimes, selon elle, d'un "phénomène d'occupation de rues loin d'être marginal". "Ces occupations physiques du domaine public, qui interdisent les rues toutes les semaines, sont souvent accompagnées de haut-parleurs qui diffusent le prêche en arabe à de très forts volumes dans toute la rue, audible sur plusieurs pâtés de maisons", a-t-elle dit.

"Petite tempête dans un verre d'eau"

La majorité et l'opposition ont unanimement dénoncé les propos tenus ce week-end par la vice-présidente du FN. La Ligue des droits de l'homme et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) ont dit leur intention de porter plainte pour incitation à la haine raciale. Affirmant une fois de plus "dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas", Marine Le Pen a souligné que "le principe de liberté religieuse n'autorise pas tout et n'importe quoi". "En refusant de condamner l'inadmissible comportement de ceux qui violent la loi, l'UMPS et ses acolytes effectuent un amalgame entre l'islam et islamisme et participent à la crispation légitime des Français", a-t-elle dit.

"Cette petite tempête dans un verre d'eau a, comme d'habitude, fait ressortir de leur terrier les professionnels de la subvention, de la publicité facile, des autorités prétendument morales de l'antiracisme", a-t-elle ajouté. En réponse à la plainte du Mrap, Marine Le Pen a dit son intention de saisir le ministère de l'Intérieur du cas de cette organisation "qui reçoit des subsides indécents des pouvoirs publics".

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Un décalage ? Non ! Un gouffre !!!

Décalage

Par Anne Fulda lefigaro.fr
12/12/2010 |

Chaque jour, Anne Fulda livre son humeur sur un thème ou une personnalité qui fait l'actualité.

Vendredi soir, Marine Le Pen compare les «prières de rue» pratiquées par les musulmans dans certaines villes à une «occupation». Aussitôt, le temps que la machine médiatique se mette en marche, les réactions politiques, unanimement outrées, se multiplient. Tous dénoncent la continuité entre le père et la fille et la fausse «dédiabolisation» du FN entamée par Marine Le Pen.

Comment se fait-il que personne n'ait songé, dimanche, au-delà des indignations convenues, à rappeler purement et simplement que la France est un pays de tradition laïque? S'il est évident que des lieux de culte décents doivent être mis à disposition des musulmans, il est cependant compréhensible que l'exercice ostentatoire d'une religion dans un lieu public puisse choquer et s'assimiler, si ce n'est à une occupation, à un sentiment d'occupation de l'espace public. Ou en tout cas à un manque de respect de l'autre. Signe intéressant: dans le même temps que la classe politique fustige comme un seul homme les propos de la fille de Jean-Marie Le Pen, les sites de beaucoup de médias sont inondés de témoignages de citoyens affirmant, sans être pour autant proches du FN, ne pas être choqués par ces propos.

Décalage, c'est le mot qui vient à l'esprit pour évoquer cette différence de perception entre certains Français et leurs représentants.

Merci à Simianais

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

La Justice "française " complice de l'islamisation

Port du niqab au volant : le tribunal annule le PV de Nantes.

NIQAB.jpg

 

La principale intéressée Sandrine Mouleres, 31 ans, n'était pas présente au tribunal, empli d'une foule dense de journalistes.

L'affaire de ce PV a surtout contribué à rendre célèbre le compagnon de Mme Mouleres, Lies Hebbadj, accusé de polygamie par le ministre de l'intérieur, Brice Hortefeux.

Depuis la contestation du PV, fin avril, Lies Hebbadj a été placé trois fois en garde à vue et mis en examen deux fois, pour "viols aggravés" et "escroquerie, fraude aux aides sociales et travail dissimulé". Il a aussi été condamné le 17 novembre à une amende de 700 euros pour "abus de confiance" mais a fait appel.

Source AFP/Orange le 13 décembre 2010

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Petite phrase, grandes conséquences...

1421963_3_d580_pour-les-quotidiens-lundi-marine-le-pen.jpg

 

Vendredi, elle comparait les "prières de rue" des musulmans à une "occupation". Les semaines précédentes, elle dénonçait à l'envi – et à tort – les "discriminations" des boucheries et abattoirs halals qui n'emploieraient, pour des raisons religieuses, que des musulmans. Lundi 13 décembre, la plupart des quotidiens reviennent sur les déclarations islamophobes de Marine Le Pen. Ils concluent qu'elle est bien "la fille de son père", et qu'elle pourrait rééditer en 2012 le coup de Jean-Marie Le Pen, présent au second tour de la présidentielle de 2002.

Dans Libération, Laurent Joffrin assure : "C'est un fait, le Front national a changé : il est plus dangereux qu'auparavant. La haine de l'Autre demeure. Le Front s'adapte. Il ne change pas." "C'est la grande découverte du week-end : Marine Le Pen est la fille de son père", ironise de son côté Francis Brochet dans Le Progrès de Lyon. "Franchement, nos hommes politiques auraient pu s'en apercevoir plus tôt", s'exclame Jacques Camus dans La République du Centre.

Constatant que Marine Le Pen est en campagne pour prendre la direction du FN, L'Union souligne que "la classe politique, PS et UMP en tête, aurait voulu lui offrir la présidence du FN sur un plateau qu'elle n'aurait pas claironné plus fort qu'elle est la digne fille de son père". Pour Le Télégramme, Marine Le Pen gagne aussi en embarrassant l'UMP : "Comment noircir le FN quand Nicolas Sarkozy et plusieurs de ses lieutenants, comme Brice Hortefeux, donnent tant l'impression de courir après ses électeurs ?"

"RÉÉDITION DE LA PRÉSIDENTIELLE DE 2002"

Ce qui fait écrire à l'éditorialiste du Journal de la Haute-Marne que "le 'buzz' créé autour de la petite phrase témoigne surtout d'une crainte diffuse à droite comme à gauche : la réédition de la présidentielle de 2002". "Qu'il se produise un 21-Avril à l'envers à la prochaine présidentielle, que Nicolas Sarkozy ne figure pas au second tour, devient une hypothèse qu'il n'est plus possible de balayer d'un revers de la main !", écrit dans le même sens Libération Champagne.

"L'islam, voilà l'ennemi, et il est à craindre que cette préoccupation plus 'contemporaine' rencontre quelque écho dans une large frange de la population", estime Sud-Ouest. D'autant, remarque La Charente libre, que "les thèmes identitaires – notamment face au prétendu 'péril' islamiste – se confirment d'élection en élection comme une valeur politique en hausse dans toute l'Europe". Dans une "islamophobie actuellement à la hausse en Europe", souligne enfin La République des Pyrénées, "les réactions indignées, si légitimes soient-elles, risquent d'installer Marine Le Pen au centre du débat politique, ce qui ne peut que la renforcer dans l'opinion".

Source Le Monde du 13 décembre 2010

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |