Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 février 2011

Les Algériens pourront toujours manifester en France...

Les autorités algériennes interdisent une marche de l'opposition

La manifestation devait avoir lieu, samedi, dans la capitale pour demander la levée de l'état d'urgence et un changement politique.

http://www.cawa.fr/IMG/arton3347.jpg

Click here to find out more!
Sur le Vieux-Port de Marseille, les Algériens sont -comme- chez eux...
Source AFP

La wilaya (préfecture) d'Alger a annoncé, lundi, avoir rejeté une demande d'autorisation d'une marche de l'opposition le 12 février à Alger et proposé comme alternative à ses initiateurs d'organiser une manifestation dans une très grande salle de la capitale. "En application des textes réglementaires en vigueur, un refus a été notifié aux auteurs de cette demande", a indiqué la wilaya dans un communiqué. La manifestation peut être tenue dans "l'une des différentes salles de la capitale, y compris la coupole du complexe olympique Mohamed Boudiaf d'une capacité de 10 000 places", a-t-elle ajouté, citée par l'agence APS.

La Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), regroupant opposition et société civile, née dans la foulée des émeutes contre la vie chère au début du mois de janvier, a appelé à une marche samedi à Alger pour demander notamment la levée de l'état d'urgence, en vigueur depuis février 1992, et un "changement de système". Samedi dernier, la CNCD avait décidé de maintenir sa marche malgré les mesures de libéralisation annoncées jeudi par le président Abdelaziz Bouteflika, un mois après les émeutes contre la vie chère qui avaient fait cinq morts.

Le chef de l'État avait aussi rappelé qu'Alger était interdite aux manifestations, mais que des marches pouvaient être organisées ailleurs. Pour les autorités, l'interdiction des marches à Alger est justifiée par "des raisons d'ordre public". Le 30 janvier, le ministre de l'Intérieur Dahou Ould Kablia avait aussi indiqué au journal francophone Liberté qu'aucune marche ne serait autorisée. Les manifestations de rue sont interdites dans la capitale depuis le 14 juin 2001 où une marche en faveur de la Kabylie avait tourné à l'émeute faisant huit morts et des centaines de blessés. La Coordination nationale regroupe notamment le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition), la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH) et des représentants de la société civile.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Français? Grâce à qui ?!!

Ces Français qui s'entraînent dans les camps d'al-Qaida

Le retour de djihadistes dans l'Hexagone est "le principal sujet d'inquiétude" des services de sécurité.

Ces Français qui s'entraînent dans les camps d'al-Qaida

30 à 40 Européens s'entraînent actuellement dans des camps d'al-Qaida dans la zone pakistano-afghane. © Anjvan naveed / AFP


Click here to find out more!
Le Point.fr

Une dizaine de Français figurent parmi les 30 à 40 Européens entraînés par al-Qaida dans la zone pakistano-afghane, selon plusieurs notes de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), a-t-on appris lundi de sources proches du dossier. Quatorze Français seraient concernés, selon le Figaro, qui cite "quatre notes" de la DCRI en sa possession, et ils seraient prêts à passer à l'action.

Cette dernière affirmation n'a été ni confirmée ni infirmée à l'Agence France-Presse (AFP) lundi, faisant l'objet d'un bref "no comment" de la part des mêmes sources. Le quotidien fait également état de prêches djihadistes dans plusieurs mosquées d'Île-de-France, depuis le début de la révolution tunisienne.

"Au total, ce sont quelques dizaines d'Européens qui sont partis combattre dans ces zones, des Français, mais aussi des Belges et des Italiens, dont les noms sont connus de longue date", avait précisé une autre source sécuritaire française, après l'interpellation de l'un d'eux, Ryad Hannouni, début octobre en Italie. Le retour de djihadistes est effectivement "le principal sujet d'inquiétude" des services de sécurité français, selon un acteur de l'antiterrorisme. Outre le risque d'attentats immédiats, les Français redoutent que les capacités d'organisation de ces combattants aguerris ne leur permettent de fédérer et de rendre opérationnels des groupes informels, pour l'heure atomisés, ajoute cette source. Les Français concernés ne sont "pas tous" rentrés en France, avait-on souligné de mêmes sources fin 2010, certains étant incarcérés à l'étranger, d'autres portés disparus.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Lutter contre l'amnésie de nos compatriotes, voilà le défi !

Pourquoi Nicolas Sarkozy reste confiant pour 2012

Par Charles Jaigu
07/02/2011 | 
«Le président a choisi une méthode, celle du dia­logue direct avec les Français, et il s'y tient. Elle finira par porter ses fruits», estime le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.(Crédits photo: Eric Feferberg/AFP)
«Le président a choisi une méthode, celle du dia­logue direct avec les Français, et il s'y tient. Elle finira par porter ses fruits», estime le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.(Crédits photo: Eric Feferberg/AFP)

Malgré les mauvais sondages, le président de la République croit toujours en sa réélection, à quatorze mois de l'élection présidentielle. 

«Sérénité». Souvent, quand le doute s'insinue dans son camp, Nicolas Sarkozy arbore une insolente sérénité. Cela n'atténue pas pour autant l'inquiétude de ses plus fidèles lieutenants. «Après la réforme des retraites, tout le monde pensait que le président connaîtrait une embellie dans les sondages. Mais il n'y a pas eu le moindre frémissement. Le remaniement n'a rien apporté non plus. Quant à son style plus présidentiel, l'opinion ne lui en donne pas quitus», constate lucidement un grand ministre du gouvernement. Et encore ne mentionne-t-il pas les cafouillages de Michèle Alliot-Marie, qui a brouillé l'image de la France dans la gestion de la crise tunisienne, ou des bisbilles entre François Fillon et Jean-François Copé, respectivement premier ministre et patron de l'UMP.

Le président, qui ne cesse de recevoir et de consulter depuis plusieurs mois, continue pourtant d'afficher cette fameuse «sérénité» qui rassure les uns et laisse les autres perplexes. Comment s'expliquer une telle confiance quand l'impopularité présidentielle continue d'atteindre des sommets? Et quand le report des voix sur Nicolas Sarkozy au deuxième tour semble incertain? Même si le socle de ses électeurs reste stable au premier tour, à 26%, de nombreux sondeurs considèrent qu'en l'absence d'autres candidats à droite -ce qui est le vœu de l'Élysée pour le moment- il doit réaliser au minimum «un score de 33% au premier tour pour espérer atteindre 51% au second» .

Mais la confiance demeure. «Le président a choisi une méthode, celle du dia­logue direct avec les Français, et il s'y tient. Elle finira par porter ses fruits», estime le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire. Un dialogue qu'il décline au cours de ses déplacements sur le terrain, et qu'il va engager jeudi sur TF1, dans l'émission «Face aux Français». «L'année va être très longue. Et, début janvier 2012, ça décollera. On va faire comme Chirac en 94-95», conclut même un très proche du président, qui a connu, de l'intérieur, les frayeurs du clan chiraquien. Et qui corrobore ce que répète Nicolas Sarkozy à tous ses visiteurs: «Cela va se jouer dans les trois mois de la campagne.»

 

Garder son sang-froid

Pour le moment, face aux courbes qui piquent du nez, un seul mot d'ordre: garder son sang-froid. Et une autre règle, qui apparaît dans certaines notes remises au président: «ne pas faire de c…» En clair, éviter le mot qui choque, la phrase à l'emporte-pièce. La saison de vœux présidentiels a été, de ce point de vue, «la plus réussie du quinquennat», se réjouit un contact régulier du président. «Elle a été très cohérente, sur la forme et sur le fond», ajoute-t-il. Les échanges d'amabilités entre Jean-François Copé et François Fillon n'ont pas non plus fait ciller Nicolas Sarkozy. «Que le premier débatte et que le second recadre, c'est dans le rôle de l'un et de l'autre», se réjouit un conseiller du président.

Sans doute le président fera-t-il quelques recommandations à l'occasion d'une rencontre avec les parlementaires de la majorité, le 16 février, mais «rien de plus», juge ce conseiller. «Le président reste sur son Aventin. Quand il y a plusieurs demeures dans la maison du père, cela veut dire qu'il y a un père», décrypte l'un de ses fidèles, qui assure que Sarkozy trouve «beaucoup de plaisir dans cette nouvelle posture». Ainsi, les élections cantonales du mois de mars ne sont plus considérées comme un enjeu pour 2012. «Les cantonales ? C'est l'affaire de Copé», glisse un conseiller élyséen.

«Le pic de haine est derrière toi. Ton travail paye», lui a dit l'un de ses «capteurs d'opinion». Et il est vrai que l'antisarkozysme déchaîné du mois de septembre a marqué le pas. Les sondages qualitatifs indiquent, selon l'Élysée, que la nouvelle retenue présidentielle est bien perçue. «Même si cela ne se traduit pas encore dans les sondages», concède un proche.

Nicolas Sarkozy poursuit donc l'effort du marathonien. Il lui faut en un an apparaître comme un président de la réforme et de l'intérêt général. Il le répète dans ses déplacements: «Mes réformes ne sont pas de droite ou de gauche, elles sont pour les Français.» Cela sonne presque comme un slogan de campagne: «Celui qui agit pour tous.» Agir pour tous, réformer… et rassembler: ce seront les objectifs de Nicolas Sarkozy en 2011.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Le FRONT NATIONAL, plus que jamais !

Cantonales : le FN peut-il y croire à Marseille ?


Publié le dimanche 06 février 2011  

lapravda.com  

(connue sous le nom de La Provence)

Des candidats partout et la volonté d'être au second tour

Les onze candidats marseillais, dont cinq élus, présentés par le Front National.

Les onze candidats marseillais, dont cinq élus, présentés par le Front National.

Photo Cyril sollier

La question taraude tous les esprits. Certains dans les états-majors à droite comme à gauche jouent à se faire peur. Et le FN en profite. "Nous serons au second tour, en deuxième, voire en première position et l'UMP sera derrière nous", assène Stéphane Ravier le porte-parole des candidats marseillais FN aux cantonales.

Dans une ville qui a donné à Jean-Marie Le Pen 22,75% des suffrages aux élections régionales en mars dernier, dans un département qui lui a apporté 22,99% des voix, le vote d'extrême droite a l'habitude de prospérer sur des terres fertiles.

Cette fois encore ? C'est incertain. Les échéances cantonales sont fortement personnalisées donc a priori défavorables à des candidats FN pour la plupart novices en politique (sauf cinq élus à Marseille) raison pour laquelle aucun représentant frontiste n'a jamais pu entrer dans l'hémicycle du Conseil général. Par ailleurs, le mode de scrutin oblige à passer la barre des 12,5% des inscrits, ce qui revient, si on table au mieux sur 50% de votants, à dépasser 25% des voix pour être qualifié au second tour. Pas facile.

Mais le FN ne s'émeut pas de ses écueils. Préférant parler, leitmotiv éculé, de "manipulation", de "tyrannie démocratique" et assénant comme une vérité qu'il est le "seul mouvement qui a le vent en poupe" sans pour autant se plier à la règle de la transparence qui consisterait à donner le nombre de ses adhérents. Sa cible favorite: l'UMP, "qui sera la victime de l'abstention" et de qui il entend détourner les déçus du sarkozysme alors que la droite locale a affirmé qu'elle ne fera pas alliance.

"Nous, nous tendons la main aux électeurs"
poursuit, on ne peut plus clair, Stéphane Ravier qui entend, également, surfer sur le climat politico-judiciaire pesant sur le parti socialiste marseillais pour faire son marché. Sauf que ce parti, d'ordinaire si prompt à la dénonciation, a été étrangement silencieux sur ces affaires qui agitent la classe politique locale.

 

Rappel: Ci dessous mon communiqué de presse en date du 7 juillet 2010 que Madame Chouraqui n'a pas publié. Et comme j'ai pu le préciser à cette "journaliste"

- L'affaire Guérini, c'est comme " Les feux de l'Amour" il y a un épidode par jour et cela ne fini jamais ! Aussi nous utiliserons notre cartouche au bon moment"

Et cela ne va pas tarder...

S.R.


De Sylvie Adrieux à Nicolas Sarkozy

Qui du PS ou de l'UMP décrochera le titre de Champion de la corruption?

 


 

A quelques jours de la finale de la coupe du monde de football, un autre  « match » oppose sur le terrain de la politique française l’équipe de l’UMP face à celle du PS.                                                            Un match à l’issu duquel le titre de champion de la  corruption pourrait être décerné par les juges-arbitres.

Mis personnellement en cause dans l’affaire Bettencourt pour avoir reçu selon un témoignage,  des sommes d’argent conséquentes,  le Président de la République et Président du club UMP Nicolas Sarkozy, et son co-équipier au Budget Eric Woerth,  semblaient avoir pris un avantage décisif.

Mais c’était sans compter sur les personnalités socialistes marseillaises qui, refusant de s’avouer vaincues, mènent une puissante contre attaque.

Les deux attaquants Alexandre et Jean-Noël Guérini soutenus par  « leur milieu » démontrent que si la bonne vieille méthode de « coach-Gaston » reposant sur un clientélisme forcené fait encore ses preuves, elle s’expose cependant à l’examen de la Justice.                                                                                                                                               

Le duo du PS des Bouches du Rhône peut désormais compter sur le renfort de Sylvie Andrieux, députée marseillaise qui sera entendue ce jeudi par le juge Landou dans le cadre des subventions – 700.000 euros ! -  accordées à des associations bidons  toutes situées dans la surface d’élection de la meneuse de jeu socialiste.

 

Ecrasés par la crise du mondialisme, par l’insécurité, par l’immigration de masse, les Français découvrent avec dégoût que décidément l’UMP et le PS constitue dans la corruption aussi, une seule et même équipe !                                                                                  

 Des députés au Président, en passant par les Ministres et autres Secrétaires d’Etat, l’UMPS surnage dans les égouts de la Ripoux-blique tête basse et mains sales.

Les consultations électorales de 2011 et  de 2012 doivent permettre à nos compatriotes d’infliger un carton rouge à ces corrompus. Il est grand temps que l’équipe du Front National, tête haute et mains propres, fasse son entrée sur le terrain.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

dimanche, 06 février 2011

Bougez -et lisez- avec La Poste !

Lenouvelobs.com

 

La Poste décerne un prix à Drieu la Rochelle

 



Si Céline était un « parfait salaud », la décence nous interdirait de qualifier la moralité de Drieu la Rochelle, qui eut des sympathies troubles sous l'Occupation. La Poste n’a pourtant pas hésité à inscrire son nom sur le tableau d’honneur qu’elle décerne chaque année, sous le nom de « prix Sévigné ». Lançons donc la question à la mode : doit-on célébrer Drieu ? Que se passe-t-il en France ? Va-t-on bientôt intégrer Brasillach au programme d’éducation civique des écoles primaires ? Indignons-nous !


LettresDrieuOcampo.jpgTrêve de plaisanterie. Le prix Sévigné n’a pas pour objet de réhabiliter les écrivains honnis. Parrainé par la Fondation d’entreprise la Poste, il s’occupe de récompenser annuellement un ouvrage de correspondance. Or, les éditions Bartillat ont justement publié l’an dernier les lettres échangées entre l’auteur du « Feu follet » et Victoria Ocampo (1), la noble éditrice argentine avec laquelle il avait eu une liaison à la fin des années 1920.


C’est un livre fort intéressant, qui a le mérite de retracer l’évolution politique de Drieu jusqu’à son suicide. Elle n’apparaît qu’avec plus de force, face à l’humanisme cosmopolite de la belle Ocampo. Amoureux des femmes qui le fuient, il tente de la faire venir en Europe, mais sent bien qu’elle a peur de « ce petit continent hérissé de canons et de sexes militaires ». Cette correspondance oscille entre l’échange littéraire, la passion épistolaire et le dialogue de sourds. Au fil des années, Drieu affirme un soutien de plus en plus décidé à la « passion » fasciste. Aucun des beaux principes de Victoria ne le fera dévier de cette route qui s'achève sur un mot, griffonné quelques instants avant son suicide en août 1944 : « Tu ne sais pas comme est bien ma mort ».

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Un dimanche matin en Provence...

Deux policiers blessés lors d'un braquage d'armurerie à Aubagne

Publié le dimanche 06 février 2011 laprovence.com

Un important stock d'armes a été retrouvé dans le véhicule des trois malfrats qui ont réussi à prendre la fuite à bord d'une voiture volée

DEUX POLICIERS BLESSÉS LORS D'UN BRAQUAGE À AUBAGNE

Les faits se sont déroulés tôt ce matin.

Thomson Reuters 2011

Ce matin vers 05h40 à Aubagne, deux policiers sont intervenus au quartier des Royantes après qu'une alarme a retenti. Sur place, des malfaiteurs, au nombre de trois, étaient en train de cambrioler une armurerie. Ils n'ont pas hésité à foncer avec leur fourgon sur la voiture des forces de l'ordre. Les deux agents ont été blessés (plusiuers fractures et contusions) et emmenés à l'hôpital de la commune.

Les assaillants, qui ont pris la fuite, sont partis sans les armes volées (un stock important) qui ont été retrouvées dans une camionnette.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

En attendant l'Algérie...

Le Point.fr - Publié le 06/02/2011

Les Frères musulmans "entament un dialogue avec les responsables" égyptiens

C'est la première fois que le régime égyptien appelle les Frères musulmans, sa bête noire, au dialogue afin de trouver une issue à la crise.

Les Frères musulmans "entament un dialogue avec les responsables" égyptiens

Après douze jours de contestation, les Frères musulmans sont appellés à négocier une sortie de crise.

Les Frères musulmans, l'une des principales composantes de l'opposition égyptienne, ont annoncé dans un communiqué, dans la nuit de samedi à dimanche, avoir décidé d'"entamer un dialogue" avec les responsables du pouvoir "pour savoir à quel point ils sont prêts à accepter les demandes du peuple". Un responsable du mouvement a affirmé à l'AFP sous le couvert de l'anonymat qu'une réunion est "prévue entre des responsables des Frères musulmans et le vice-président Omar Souleimane", sans en préciser la date.

"Désireux de préserver les intérêts de la nation et ses institutions et soucieux de préserver l'indépendance du pays et le refus de toute ingérence internationale ou régionale dans nos affaires intérieures, nous avons décidé d'entamer une session de dialogue afin de savoir à quel point ils sont prêts à accepter les demandes du peuple." Les Frères veulent ainsi se distancer notamment de l'Iran qui a appelé à la mise en place d'un régime islamiste en Égypte.

Des responsables du mouvement ont affirmé à plusieurs reprises cette semaine que les Frères musulmans "ne vont pas" présenter de candidat aux prochaines élections présidentielles prévues en septembre.

"Occasion précieuse"

Omar Souleimane avait annoncé jeudi que les Frères musulmans étaient invités au dialogue qu'il a entamé avec les représentants des diverses forces politiques sur des réformes démocratiques. Il avait affirmé que c'était "une occasion précieuse" pour le mouvement islamiste.

C'est la première fois que le régime égyptien appelle les Frères, sa bête noire, au dialogue afin de trouver une issue à la contestation populaire sans précédent qui se poursuit depuis 12 jours pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak.

Omar Souleimane a rencontré, au cours des derniers jours, plusieurs personnalités indépendantes et de l'opposition pour discuter des moyens de mettre fin à la crise politique que traverse le pays. L'opposant le plus en vue en Égypte, l'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Mohamed El Baradei, n'a pas été invité au dialogue jusqu'à présent. Il a exigé le départ du président Moubarak avant tout dialogue sur l'avenir politique du pays.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Dany le Rose roule pour le PS

Les idées de Cohn-Bendit pour éviter un nouveau 21 avril

Par lefigaro.fr
05/02/2011 | 

Si trois mois avant la présidentielle, il y avait un risque d'une élimination du candidat PS au premier tour, il faudrait que le candidat Europe Ecologie-Les Verts se retire, estime le leader écologiste.

Il l'a dit et répété. Daniel Cohn-Bendit craint un nouveau 21 avril à l'occasion de la prochaine élection présidentielle. Comme lorsqu'en 2002 le candidat socialiste, Lionel Jospin, avait été éliminé au premier tour de la présidentielle, laissant Jean-Marie Le Pen affronter Jacques Chirac. Pour éviter qu'un tel scénario se reproduise, le leader écologiste a une solution : «Si trois mois avant l'élection, le candidat ou la candidate des socialistes passe sous la barre des 25% et que Marine Le Pen passe la barre des 20%, alors c'est fini, il n'y aura pas de candidat écologiste», a-t-il déclaré sur Europe 1.

Pour lui, ce désistement est une sorte de «garde-fou» contre le risque d'une réédition du 21 avril 2002. «Je travaillerai pour (...), j'appellerai à voter socialiste», a-t-il promis. Il a évoqué aussi le cas «d'un aspirateur à trois où Nicolas Sarkozy passe sous la barre des 25%, le ou la candidate socialiste aussi et Marine Le Pen là où elle est». «On ne saura pas qui peut être au deuxième tour. C'est un jeu à trois. C'était le cas en 2002, Chirac est passé ric-rac, ça aurait pu être Jospin/Le Pen (...). Moi, je ne veux plus de zone d'incertitude», a-t-il insisté.

Le député européen a déjà fait part de sa crainte d'un nouveau 21 avril. Mi-janvier, l'ancien leader étudiant affirmait qu'il ne voyait «pas la gauche gagner» en 2012, ni Nicolas Sarkozy d'ailleurs. Pour 2012, il a déclaré son soutien à une candidature d'Eva Joly mais estime aussi que Nicolas Hulot ferait un bon candidat.

Daniel Cohn-Bendit a redit samedi qu'à ses yeux le plus important était d'avoir «un groupe (parlementaire, ndlr)» dans la prochaine Assemblée nationale. A ce propos, il a affirmé que les discussions avec les socialistes sur ce point seraient achevées «d'ici l'été».

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |