Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 22 juin 2013

Roms: La première communauté à expulser, c'est celle des élus de l'UMPS !

Les habitants manifestent contre l'accueil de Roms

 laprovence 22 juin 2013

000_0021.JPG

A Marseille, quelques 150 habitants de Sainte-Marthe ont manifesté ce matin à 10h dans la rue Barelier contre la venue de familles roms dans le village. La préfecture a en effet décidé d'aménager la villa qui était utilisée par le personnel de l'Armée, pour abriter plusieurs familles (3 ou 4). 

Les choses pourraient se faire rapidement les locaux ne nécessitent pas énormément de travaux. Alors la population est inquiète. Robert Fuchs, le président du comité d'intérêt de quartier a souligné les raisons pour lesquelles le quartier refuse cette implantation même si elle est présentée comme faisant partie d'une expérience et d'un parcours d'insertion.

"Nous ne voulons pas stigmatiser ces populations mai nous avons déjà assez de problèmes à Sainte Marthe, n'en ajoutons pas!". D'autres au CIQ ont ajouté: "Que l'on nous fasse d'abord la preuve que cela fonctionne ailleurs, après on sera moins réticents". 

000_0015.JPG

La situation est grave mais elle ne doit pas nous empécher de rire un bon coup avec les St Marthois ! Merci à Martine pour les photos. ndlr

Les élus du secteur ou se présentant aux prochaines municipales dans le secteur (Garo Hovsépian pour le PS, Gérard Chenoz pour l'UMP et Stéphane Ravier pour le FN) n'ont pas pris la parole mais étaient venus soutenir cette action.

 

A noter que Chénoz était bien seul, pas un seul des élus UMP du secteur n'étaient présents, ni même la téte de litste annoncée pour 2014 Richard Miron. Quant à "Sylvie Hovsépian",  escorté par quelque ouailles socialistes, il avait perdu son double "Garo Andrieux" ...

J'ai pu rappeler aux nombreux St Marthois qui sont venus me questionner que les Roms présents dans le village n'étaient que l'avant garde de la déferlante à venir.

Dès le 1er janvier 2014 en raison des textes signés par la gauche ET par la droite, les Roms encore en Europe centrale, auront eux aussi la totale liberté de circuler au sein de l'Union et de s'installer dans n'importe quel pays.

Et quel est le pays de l'Union qui OFFRE le plus d'avantages sociaux ?

Et quelle est la ville de France dont le maire actuel a fait savoir "qu'il continuerait à acceuillir les populations qui viennent s'intégrer (!!!) à Marseille" ?

Les Roms sont aujourd'hui entre 1.500 et 2.000 à Marseille.

Dans un an, ils pourraient être 15.000, 50.000, voire 100.000  !

A moins qu'en mars prochain, les St Marthois et les Marseillais en général choisissent le bon bulletin de vote...

Stéphane RAVIER.


Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

vendredi, 21 juin 2013

Bientôt dans les boîtes aux lettres, déjà en ligne : le dernier National 13 est paru !

Encore en cours d'acheminement postal, nous vous proposons de découvrir en ligne le dernier numéro de National 13, bulletin de notre fédération départementale. Bonne et agréable lecture !

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Christophe ou la fin de la dynastie Masse

Christophe Masse se rêve en Manuel Valls marseillais

marsactu 20/06/13

Comme annoncé la semaine dernière, le conseiller général entre dans la course aux primaires socialistes. Avant la présentation de ces propositions début juillet, Christophe Masse se pose en candidat de l'ordre et de la sécurité.

JML


Ne pas laisser au Front national la thématique sécuritaire fait partie des leitmotivs de la gauche dite "décomplexée". Du coup, forcément, c'est au bar de la Marine que Christophe Masse a lancé sa candidature, celle d'un homme qui se positionne sans l'admettre à la droite du parti socialiste. En vrai, c'est surtout le symbole marseillais que recherchait le néo-postulant. Des critiques sur la dynastie qu'il représente aujourd'hui, il entend faire une force en revendiquant sa filiation (et sa petite filiation) :

Masse, c'est un nom et c'est une histoire.

Mais Masse a aussi des parentés idéologiques. Le principal lien mène directement à la place Beauvau. Avec Manuel Valls, ils se sont rencontrés sur les bancs PS de l'Assemblée nationale. De la même génération, tous deux honoraient leur premier mandat en 2002 et ont rapidement sympathisé. Depuis, l'un toujours réélu est devenu ministre de l'Intérieur, l'autre a perdu son siège dès 2007 mais les deux hommes se sont retrouvés sur un dossier emblématique du travail de Valls : les zones de sécurité prioritaire (ZSP) où, président de l'office HLM Treize habitat, Masse a été de tous les papiers témoignant de la joyeuse reconquête de l'espace public par les compagnies de CRS.

Dans le cadre de cette fonction confiée par Jean-Noël Guérini à l'été 2011, il a ainsi mis en place une grosse centaine d'agents de paisibilité publique destinés à organiser la médiation autour des immeubles gérés par cet organisme du conseil général. Mise en place depuis septembre 2012, l'idée est de "prévenir les petits conflits de voisinage et éviter d'avoir à appeler la police", comme il l'expliquait lors de l'annonce de l'embauche de ces gilets rouges.

Le candidat de l'ordre

De fait et même s'il ne présente pas encore d'orientations programmatiques (qui seront dévoilées le 5 juillet prochain), Masse entend placer sa campagne sous le signe de l'ordre. Il reprend à son compte le désormais habituel discours sécuritaire et plaide pour davantage de policiers municipaux et de caméras de vidéo-surveillance. À la présidence du groupe PS au conseil municipal - qu'il a abandonné à l'annonce de sa candidature - comme auparavant comme M. sécurité de l'opposition, il a multiplié les discours rejoignant la politique menée par le maire. Il a par exemple approuvé l'achat de flash-ball et parfois même devancé les futures orientations de Jean-Claude Gaudin en réclamant davantage de policiers municipaux.

Dans la campagne qui s'annonce, il entend capitaliser sur ce bilan. Comme son ami "premier flic de France", il visse le képi en ciblant aussi aussi "les incivilités du quotidien que les maires successifs ont tolérées". Effectivement, personne ne le contredira sur ce point et surtout pas le taquin correspondant local de Libé qui a pointé le scooter du candidat garé sur une voie piétonne à deux pas du Bar de la Marine.

Christophe Masse sourit, gentiment coincé, à la remarque du journaliste. Quand il arrête de parler sécurité, le dixième candidat parle rapprochement avec les entreprises et exhorte la gestion municipale à "prendre exemple sur le privé", notamment dans la rapidité de décision. Du coup et de lui-même, comme un certain Manuel Valls, il se sent obligé de rappeler, au cas où on en douterait, qu'il sait où il habite : "J'ai beaucoup parlé entreprise et sécurité. Mais je suis un homme de gauche avec des valeurs de gauche."  Problème pour Masse dans cette comparaison avec l'ancien maire d'Évry : lors de la primaire, Valls a fait 5 %. Depuis, il est devenu le ministre le plus populaire du gouvernement, promis à un bel avenir. À 50 ans, il les aura en novembre, Christophe Masse joue lui aussi le coup d'après
.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Harlem prend son Désir pour une réalité

Harlem Désir : "Le système Guérini est fini"

 
AIX-EN-PROVENCE MARSEILLE / PUBLIÉ LE JEUDI 20 JUIN 2013 laprovence
 

 

"Jean-Noël Guérini est en dehors du PS et le système Guérini est fini. Il n'y aura pas de retour en arrière", affirme Harlem Désir, le premier secrétaire du Parti socialiste, dans une interview à paraître demain dans La Provence. A Aix ce soir pour les "Ateliers du changement", Harlem Désir en profite pour balayer l'actualité du PS dans un département où la fédération est mise sous tutelle et où se préparent des primaires à Marseille et Aix. "Jean-François Copé, dans son manque de clarté, contribue à l'offensive idéologique de l'extrême droite",souligne-t-il également dans un entretien où il dévoile les priorités du PS sur la réforme des retraites.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Pour que Aix reste en Provence...

Municipales - Aix : une candidature FN new look qui fait peur à la droite

 
AIX-EN-PROVENCE / PUBLIÉ LE JEUDI 20 JUIN 2013 la provence
 

Catherine Rouvier conduira sous les couleurs du Rassemblement bleu Marine une liste à la municipale de 2014. Une première depuis longtemps

Municipales - Politique - Actualités - Municipales - Aix : une candidature FN new look qui fait peur à la droite
Photo Sophie Spitéri
En février dernier, Marine Le Pen était venue adouber la candidature de Catherine Rouvier aux Milles.

 

Pendant que le PS se regarde le nombril en débutant péniblement une élection primaire, la droite s'organise pour 2014. Déjà deux listes : une UMP officielle conduite par Maryse Joissains, une UMP-UDI parallèle menée par le duo Genzana-Chorro et vraisemblablement une liste d'extrême droite, sous la bannière Rassemblement bleu Marine.

C'est ce que promet Catherine Rouvier, professeur de droit récemment installée à Aix et missionnée pour conduire cette liste, qui aura donc l'investiture du Front national. Mais une autre image à afficher : "Je fais partie des gens qui pensent que Marine mérite d'être présidente mais que cela ne pourra se faire sans rassemblement. En contribuant à la création de Siel (Souveraineté, indépendance et libertés) avec Paul-Marie Coûteaux, premier parti à s'allier au FN, nous sommes dans une stratégie consciente de rassemblement. Un peu comme ce fut le cas autour de De Gaulle. Même si nous ne sommes pas en guerre, nous sommes quand même un pays riche qui souffre".

L'investiture et le soutien du Front national - qui avait disparu du paysage aixois - et une certaine forme de renouveau et de liberté - la métaphore gaulliste entre autres : il y a de quoi inquiéter la droite républicaine aixoise. "J'ai été approchée par des proches de Maryse Joissains, sans jamais la rencontrer personnellement,raconte Catherine Rouvier. Elle cultive une certaine ambivalence qui me gêne : si nous ne sommes pas forcément très éloignées sur certains sujets, il est hors de question d'arrangements secrets".

"Pas question de laisser siphonner la boutique"

Car la stratégie 2014 du Front est d'aligner le plus de candidatures possible dans les communes et d'avoir des élus. Pas de se faire noyauter par une droite classique en difficulté. "S'il y a des alliances, elles doivent être clairesPas question de laisser siphonner la boutique d'à côté", dénonce Catherine Rouvier, qui rappelle qu'elle a quitté l'UMP de Sarkozy parce qu'elle entretenait toujours une "duplicité".

Si Catherine Rouvier ne lancera la campagne qu'à la rentrée avec un questionnaire pour sonder les préoccupations des Aixois, elle travaille déjà à la composition de la liste : "Deux tiers de FN, un tiers de gens qui viennent d'où ils veulent. Il y auradonc des gens qui viennent de l'UMP... Qui sont compatibles", sourit celle qui reconnaît avoir pris son temps pour "avoir l'assurance d'avoir les mains libres". "Je ne prendrai pas en numéro 2 de la liste un militant du FN, sous prétexte uniquement qu'il milite depuis dix ans, tance-t-elle. Le Rassemblement bleu Marine n'est fermé à personne : il faut simplement signer une charte commune".

A droite, les réseaux s'agitent : l'alliance Chorro (UMP, ex-RPR) et Genzana (UDI) espère que cette liste d'extrême droite plombera le score de premier tour de Maryse Joissains (UMP ). Qui elle ne s'est jamais cachée pour parler le langage du Front quand il y avait péril électoral mais qui cette fois semble ne pas arriver à ennoyer la difficulté. "Ils ne veulent pas entendre parler de nous", soupire-t-on dans l'entourage de Maryse Joissains. Qui, après une fin de non-recevoir, pourrait bien jouer une technique à l'ancienne : piloter depuis les coulisses une liste aux airs de droite nationaliste pour affaiblir le score du Front au premier tour et éviter le pire scénario pour elle: celui d'une triangulaire. Une stratégie à double tranchant : à force de dispersion des voix de droite, c'est son propre score que la liste Joissains pourrait affaiblir à ce jeu-là. Jusqu'à lui faire perdre un leadership nécessaire à droite pour arbitrer la stratégie du deuxième tour.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

mercredi, 19 juin 2013

Roms à Marseille: Conférence de presse de Stéphane RAVIER

 Le 18 juin: Sainte Marthe. 14ème arrondissement de Marseille.

 

De Gaudin à Caselli : Marseille, Préfecture des Bouches du Rom ?

 

 

Mesdames et messieurs vous aurez sans doute remarqué que depuis quelques mois, les responsables politiques marseillais, qu’ils soient de gauche comme de droite, rivalisent dans les déclarations aussi bruyantes qu’incendiaires pour dénoncer les problèmes que pose le développement des campements de Rom dans notre ville :

 

 1/ La posture médiatico-électoraliste de l’UMPS

 

-        On se souvient du pourtant très tolérant et parlementaire  Karim Zéribi qui l’année dernière estimait que si les Rom pouvaient travailler plus facilement, ils ne se jetteraient pas sur les offres d’emplois.

 

-        Puis ce fût la pourtant très tolérante et parlementaire Samia Ghali de  comprendre  l’évacuation manu militari d’un campement de Rom par les habitants de la cité (très cosmopolite) des Créneaux en septembre dernier.

 

-        A droite, c’est Jean-Claude Gaudin lui-même, le très tolérant et parlementaire maire de Marseille qui avait employé le terme  d’invasion pour qualifier la présence Rom à Marseille.

 

-        On se souvient de la sortie de l’adjointe à la famille de JC Gaudin, issue elle-même de l’immigration, Nora Présiozi qui en mai 2012 avait investi avec ses troupes un campement à Château-Gombert.

 

-        Et tout récemment encore, ce fût au tour du parlementaire Guy Teissier, d’estimer que la présence de dix Roms s’était encore trop !

 

Face à ce flot, à ce « déferlement de la haine qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire » comme le veut la formule consacrée,  c’est le mutisme total, le silence assourdissant à la fois des autorités religieuses, des états-major politiques, des centrales syndicales et des professionnels de l’anti racisme à sens unique.

 

Silence dans les rangs ! Les Marseillais ont besoin de décompresser,  et l’UMPS de faire illusion : les Roms sont là pour ça ! La branche Rom du baobab de l’immigration est celle sur laquelle vous pouvez vous acharner, c’est la communauté défouloir !

 

Car, la manœuvre consiste en effet à pousser les Marseillais à exprimer même violemment, leur ras le bol de l’immigration de masse, de l’immigration de peuplement issue du tiers monde, par l’acharnement envers la seule communauté rom, issue elle, non pas du tiers monde mais d’Europe, ou du quart monde de l’Europe.

 

On peut donc tomber dessus à bras raccourcis, comprendre qu’on violente des familles Rom, sous entendre qu’ils sont fainéants, parler d’invasion, il n’y a aucune crainte à avoir d’être taxé de racisme ni même d’islamophobie, les Roms ne sont même pas musulmans !

Vous pourrez ainsi dire que « tous les chemins -du vol- mènent aux Roms » ou que « Pour le cuivre, c’est la route du Rom » ou que « Marseille est devenue la Préfecture des Bouches du Rom ! »  C’est permis, c’est encouragé, cela reste républicain !

 

2/ OUI aux "Bouches du Rom" mais NON  aux "babouches du Rhône" !

 

Par contre si vous pouvez vous laisser aller à décrire « Marseille comme étant  la Préfecture des bouches du Rom » ne vous hasardez pas à seuelemnt insinuer que « Marseille est la Préfecture des babouches du Rhône », parce que ça, c’est raciste, c’est islamophobe c'est anti républicain !

 

Pour ces messieurs dames de l’UMPS, il y a donc la mauvaise immigration : environ 20 à 30.000 Roms en France dont 1.500 à Marseille répartis sur 38 campements selon les chiffres donnés par Manuel Valls lors de son dernier passage à Marseille.

Et il y a la bonne immigration : 400.000 étrangers du bout du monde ou du sud de la Méditerranée qui entrent chaque année dans notre pays, sans emploi, sans qualification, sans logement, sans ressource.

 Une immigration qui demeure  elle, respectable, enrichissante et pour laquelle vous êtes priés de vous saigner aux quatre veines sans broncher et sans mot dire !

Silence dans les rangs, sinon c’est le tribunal de la grande inquisition républicaine de la tolérance et du vivre ensemble !

 

Nous atteignons ici le sommet de l’hypocrisie et du calcul électoraliste de politicards qui ne reculent devant rien pour tenter de sauver leur siège !

 

3/ Immigration de masse : l’UMPS responsable et coupable !

 

A droite comme à gauche, on essaie de faire oublier que dans le cas de l’immigration rom et de l’immigration du tiers monde ils sont TOUTES et TOUS responsables de la situation actuelle et ils sont déjà TOUTES et TOUS responsables de la situation à venir qui va, soyez en assurés, se développer et donc s’aggraver.

L’immigration Rom est une composante de l’immigration planétaire dont Marseille est victime.

Car si les Roms sont à Marseille de plus en plus nombreux (campements de Plombières, La Rose, Fontainieu, Campagne Larousse, Capelette, St Antoine, Marché aux Puces, squat à la rue Sainte… ) c’est aux parlementaires que les Marseillais le doivent :

 

Zéribi, Ghali, Gaudin, Teissier, mais aussi Boyer, Mennucci, Gilles, Andrieux… tous parlementaires et tous ont soutenu la même politique menée par Chirac, Jospin, Sarkozy ou Hollande et qui a consisté à laisser entrer sur notre territoire plus de 6 millions d’étrangers en 15 ans dont des milliers de Roms.

 

Tous ces parlementaires ont signé ou soutenu  les traités européens qui ont abouti à l’effacement des frontières et qui, dès l’année prochaine, permettront aux ressortissants bulgares et roumains de circuler et de s’installer librement dans n’importe quel  pays de l’Union sans conditions de ressources ! Ceci étant vrai pour les 10 à 12 millions de Roms d’Europe centrale.

 

Aucun de ces matamores de prisunic n’a réclamé la suspension des accords de Schengen, aucun n‘a réclamé le retour de notre souveraineté nationale en matière de politique migratoire. Ni aujourd’hui ni au « bon mauvais temps » de Sarkozy !

 

Raison pour laquelle, ce dernier, bien conscient des contraintes européennes qu’il avait lui-même souhaitées, n’a fait que raccompagner dans leur pays d’origine  quelques dizaines de Roms  (pécule en poche) sous l’œil des caméras, afin qu’ils y passent quelques jours de vacances avant de revenir en France plus nombreux encore.

 

De Teissier à Ghali en passant par Manuel Valls, les déclarations des représentants de ce désastre ne sont destinées qu’à caresser dans le sens du poil un électorat exaspéré.

 

4/ Au delà des discours, la réalité.

 

Pourtant, la dernière étape dans l’installation définitive des Roms  Marseille est en train d’être franchie sous nos yeux.

C’est ici à Sainte Marthe qu’une bâtisse a été réquisitionnée pour y loger des dizaines de familles Roms.

Six ans après, c’est le grand retour à la case départ ou plutôt à la case « arrivée » !

C’est en 2007 que des Roms s’étaient déjà installés dans l’ancienne école désaffectée de Sainte Marthe (Tract des législatives)  A l’époque « Sylvie Hosvépian » et « Garo Andrieux » avaient proposé d’accueillir  ces populations dans les logements sociaux.

 

Et bien 6 ans plus tard, leur vœu est exaucé, grâce à la très immigrationniste Duflot et au très accueillant Gaudin qui a encore déclaré il y a quelques semaines que « Marseille est une ville ouverte où les populations viennent pour s’y intégrer » !

Les Saint Marthois n’ont évidemment pas été consultés et après des années de « démantèlement de campements » comme dirait Valls, des expulsions qui ont conduit ces Roms à franchir la frontière… d’un arrondissement tout au plus, et après des sommes colossales englouties, c’est une fois de plus le contribuable français, marseillais qui continue de payer l’incurie de la classe politique.

 

Partis de Sainte Marthe en 2007, ils sont de retour à Sainte Marthe en 2013 et sans avoir quitté Marseille ! A défaut d’épopée homérique, il s’agît là d’une ne véritable épopée rom-anesque !

Je signale que le conseil des 13ème et 14ème arrondissements qui s’est réuni mercredi dernier a voté à l’unanimité (moins une voix, la mienne !) une subvention de 5.300 euros pour la location de sanitaires, de douches et de branchement pour laves linge  pour une durée de six mois destinés au campement Rom de Fontainieu !!! 

 

Six mois renouvelable, ce qui démontre que les Roms n’en déplaisent aux habitants des Lions et du quartier, ne partiront pas car ils ont bien compris que les Pouvoirs publics ne souhaitent pas qu’ils partent ; d’ailleurs Manuel Valls a très clairemennt fait savoir lors de son passage à Marseille, qu’il avait demandé aux maires des communes des Bouches du Rhône de... garder les Roms !

 

Les déclarations des uns et des autres n’ont d’autre but que de gagner en intention de vote sans jamais avoir l’intention d’agir !

De Valls à Teissier, en passant par Ghali et Zéribi, c’est l’enfumage à tous les étages !

 

Voilà pourquoi il m’est apparu mesdames et messieurs nécessaire de m’adresser à la population par votre intermédiaire afin qu’elle sache la vérité.

 

Pour faire savoir au peuple historique de Marseille non seulement que le problème posé par l’immigration Rom va considérablement s’aggraver dans les prochains mois, et ce dépit des 2,2 milliards d’euros octroyés par l'Europe (et donc par le contribuable européen et français) à la Roumanie pour qu’elle intègre ses propres ressortissants !!!

 

Cet « arbre Rom » ne doit cependant pas cacher « la forêt de l’immigration de masse » qui a déjà fortement transformé notre ville, son image, ses traditions, ses coutumes et que c’est à  l’ensemble de la politique d’immigration qu’il faut de façon urgente s’attaquer. (Affaire dans le 1er arrondissement de la femme voilée en garde à vue pour outrage)

 

5/ Ce que fera le FN au niveau national et Stéphane Ravier à Marseille

 

C’est au plan national que ce problème gravissime peut être réglé,  à condition de le vouloir et le Front National lui seul, prendra le dossier de l’immigration à bras le corps :

 

- Arrêt de l’immigration.

- Sortie de Schengen.

- Mise en place de la priorité nationale dans tous les domaines.

- Abolition de la bi-nationalité.

- Allocations familiales réservées aux seules familles françaises.

- Expulsions des clandestins et de tous les délinquants et criminels étrangers.

 

 

Sur le plan municipal, élu maire, je stopperai quant à moi toute aide aux associations immigrationnistes, j’utiliserai mon pouvoir de police en matière de salubrité publique, je demanderai à la police municipale dont les effectifs auront été triplés et dépoyés sur l’ensemble des quartiers de la ville, d’agir dans l’heure suite à une « alerte » qui aura pu leur être signalée. Je saisirai imméditaments les services compétents afin que chacun puisse prendre ses responsabilités: le Préfet représentant de l'Etat.

Et je rendrai compte aux Marseillais.

Le but ne sera pas de démenteler les campements mais d’expulser également les « campeurs » !

 

Et en attendant que ces mesures soient appliquées, pour celles et ceux qui par solidarité et humanisme, souhaiteront venir en aide à ces populations, dont beaucoup de responsables politiques de gauche notamment (Hovsépian, Masse, Caselli, Carlotti…) les donneurs de leçons de morale, les experts en droits de l’homme, les dignitaires de la religion du vivre ensemble, et bien je les inviterai à adhérer à l’association municipale «  Les villas du cœur »

 

Chacun pourra ainsi accueillir chez lui, une famille Rom ou autre, afin de la loger, de la scolariser, de la soigner, de la nourrir avec ses propres deniers car voyez vous mesdames et messieurs, la Ville et les Marseillais  n’en n’ont  plus les moyens !

 

Je vous remercie.

 

Publié dans Blog | Commentaires (4) |  Facebook | | |

lundi, 17 juin 2013

Claude "Néant" mais pas pour tout...

Le Point.fr - Publié le 17/06/2013

Sous ses airs discrets et humbles d'éminence grise, l'ancien ministre accumule les casseroles. Que n'a-t-il l'air d'un flambeur ? explique Claire Gallois.


Le 16 mai 2007, jour de l'investiture de Nicolas Sarkozy, nous ne prêtons pas une attention particulière à Claude Guéant, nommé secrétaire général à la présidence. Guéant, devenu aussitôt "Monsieur Touche-à-tout", comme son maître, ne le cède en rien àBrice Hortefeux à qui il succédera au ministère de l'Intérieur et qui osait des blagues douteuses sur les Arabes. ("Il y a des comportements qui n'ont plus leur place dans notre société parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde", disait-il ainsi lors d'un colloque sur l'immigration le 4 février 2010.) 

À la réflexion, ces paroles sont peut-être prémonitoires des poursuites qui le rattraperont en juin 2013. Soupçonné de corruption, trafic d'influence, abus de bien sociaux, blanchiment, et quoi encore ? Ne pas oublier qu'il est présumé innocent. Et puis vous l'avez bien regardé ? Pommettes roses, costumes bleutés, cheveux plaqués, cravates serrées, pas trace de Rolex, lunettes modèle Sécurité sociale, maintien raide et discret, il a plutôt l'air d'un prix de vertu. Décoré, surdécoré, Légion d'honneur, Mérite, même si cela ne vaut plus un clou. Brillante carrière de haut fonctionnaire, aucun ragot sur des galipettes inappropriées ou autre délit de citoyen lambda. 

25 000 euros d'électroménager

Depuis la Révolution, les ministres de l'Intérieur se partagent en deux catégories : les faire-valoir et les dents longues. Celui-ci se veut serviteur de l'État consciencieux, sans ambition excessive - pas comme Valls qui se voit déjà Premier ministre, et plus si possibilité, et dont la femme refuse de dormir dans le lit de Guéant. Elle dit que ce n'est pas sain pour les enfants. Mais on le persécute, cet homme ! Quelle force d'âme il a ! Il répond à chaque accusation avec un sourire serein. 

Lors d'une perquisition chez lui, on trouve des factures payées en liquide pour 25 000 euros. Mais ce sont des factures d'électroménager et d'équipement de la maison, dit-il. S'il préfère ne pas fréquenter Darty ou Castorama, pourquoi lui reprocher de s'offrir des plaques de cuisson pour cuisine moléculaire ou le détecteur dernier cri du moindre acarien ? Si nous payons notre brosse à dents en liquide, où est le problème ? Les primes de 10 000 euros mensuelles non déclarées qu'il aurait touchées de 2002 à 2004 ? Des fonds dédiés aux opérations de police, à la rémunération d'indics ou aux enquêtes. Qui nous dit qu'il ne s'est pas rémunéré lui-même en participant, tapi dans le maquis, à la traque d'Yvan Colonna ou autre criminel ?

Notre gouvernement exemplaire fait mieux, il fiscalise ces mêmes primes, dites "primes de sujétion particulière"... qui perdurent. 24,8 millions d'euros, répartis entre les membres des cabinets ministériels et du personnel dit "de support", chauffeurs, gardes du corps, coiffeur quotidien de Miss Benguigui, etc. Rien que le ministère de l'Intérieur bénéficie de 1,547 million d'euros. 

Patate chaude

Guéant mérite-t-il sa totale disgrâce ou sert-il de cache-misère à d'autres ? Au moins sept vilaines affaires polluent actuellement la droite comme la gauche. À l'origine, l'argent bien sûr, objet de multiples manipulations, accomplies pour le bien de chaque parti politique, naturellement. Les informations judiciaires s'accumulent, "corruption active et passive, faux et usage de faux, blanchiment, complicité et recel de ces délits". 

Pour revenir à Claude Guéant, cela concerne surtout la période où il devient secrétaire général de la présidence. Dans l'affaire Tapie-Adidas, il est soupçonné d'avoir décidé seul le processus de l'arbitrage, après avoir eu l'aval de Sarkozy en lui ayant à peine exposé l'idée entre deux portes. Où sont les preuves ? Tous les témoins supposés se renvoient la patate chaude : Guéant. On découvre sur son compte un versement de 500 000 euros en 2008. C'est qui, c'est quoi ? Amateur d'art, il a vendu à un avocat malaisien deux petites marines d'un peintre flamand, d'environ 30 centimètres sur 60. Ce que Guéant ignorait, et nous aussi, c'est que la surface du tableau est un élément essentiel de son prix et se détermine en "points". Il est estimé à environ 100 euros du cm2 pour un artiste peu connu. Le compte n'y est pas pour Guéant. Et alors ? Il a fait une merveilleuse affaire, le veinard.

On dit tout sur Guéant. Il se serait mêlé de la libération des infirmières bulgares, aurait été personnellement impliqué dans les hypothétiques fonds secrets venus de Khadafi pour financer la campagne présidentielle. Certes, il a des amis, tel Ziad Takieddine que les scrupules ne semblent pas étouffer, mais Jean-François Copé lui aussi nageait dans la piscine de Takieddine, on a les photos. Et s'il fallait chaque fois obtenir un certificat de moralité pour faire trempette chez un copain...

Suspect

Le vrai chef d'accusation pour Guéant, c'est qu'il a trop d'argent et qu'il n'en a pas la mine. C'est suspect. Il fut l'homme le mieux payé de la Place Beauvau. Possède un patrimoine immobilier conséquent, des placements boursiers intelligents. Depuis 2010, après avoir pris sa retraite de haut fonctionnaire, il est désormais avocat dans un cabinet avenue George-V, où, avec son fils et son gendre, il facture ses avis au consortium Gazprombank au Liban et à des groupes pétroliers d'Afrique centrale.

Pour comprendre ce qui lui arrive, il suffit de relire Molière. Harpagon dit avoir perdu sa cassette contenant des milliers d'écus. Enquête. Le commissaire : "Je vois à sa mine qu'il est honnête homme [...]. Oui, mon ami, si vous nous confessez la chose, il ne vous sera fait aucun mal." Harpagon : " Ciel ! à qui désormais se fier ? Il ne faut plus jurer de rien ; et je crois, après cela, que je suis homme à me voler moi-même."

Voilà peut-être où ils en sont tous. Pauvre Guéant...

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Marseille, ville rom anesque...

Le camp de Roms de Saint-Antoine évacué

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE LUNDI 17 JUIN 2013 laprovence
 

 

La police a procédé ce matin à l'évacuation de 24 adultes et 15 enfants qui occupaient un terrain, avenue de Saint-Antoine (15e), depuis novembre 2012. Le tribunal administratif avait rendu une ordonnance d'expulsion le 21 mars dernier. Sur la soixantaine de caravanes recensées la semaine dernière par les autorités, une quinzaine se trouvaient encore sur place ce matin. Le départ des familles s'est déroulé sans incident. Le terrain appartient à Réseau ferré de France.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |