Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 juillet 2013

Entretien de Marine LE PEN dans la Provence

Marine Le Pen : "À l'Élysée peut-être dès 2017"

 
PUBLIÉ LE DIMANCHE 07 JUILLET 2013 À laprovence
 

Entretien avec la présidente du Front national qui balaye l'actualité et évoque les objectifs de son parti pour l'horizon 2017

 

Quelle leçon tirez-vous des événements en Égypte ?
Marine Le Pen : Comme dans plusieurs pays arabes, on voit qu'il existe une fracture entre deux projets de société. L'un qui va vers la modernisation et la laïcité. Et un autre projet qui est islamique. Ils sont incompatibles, ce qui va rendre ces pays structurellement instables. Cela devrait amener l'Europe à revoir sa copie. La démocratie ne suffit pas à résoudre la question lorsque deux projets incompatibles se heurtent. Ceci conduit à la guerre civile. Et il ne faudrait pas qu'en France, un jour, s'affrontent également deux projets de société.

En l'occurrence, c'est plutôt vous qui incarneriez un projet traditionaliste...
M.L.P. : Oui, la culture européenne est de tradition chrétienne. C'est incontestable. Comme tout peuple, nous avons le droit de défendre cette identité, même si l'Europe essaye de nous expliquer le contraire.

Le Parlement européen a levé votre immunité parlementaire. Redoutez-vous que soit prononcée contre vous une peine d'inéligibilité ?
M.L.P. : Si vraiment il était envisagé de me condamner à une peine d'inéligibilité pour un délit d'opinion, je vous engage à parier l'intégralité de votre patrimoine sur mon élection à l'Élysée en 2017 ! Non seulement, je pense que je ne serai pas condamnée, mais je suis convaincue de pouvoir faire condamner l'association qui, avec la complicité de députés du Parlement européen, se sert des lois françaises pour mener contre moi un combat politique.

Au nom du principe de la liberté d'exception, Daniel Cohn-Bendit a voté contre la levée de votre immunité. Vous le remerciez ?
M.L.P. : Je n'ai pas à le faire. Quand il a lui-même bénéficié de son immunité lorsqu'il était poursuivi pour avoir caché le terroriste allemand Hans-Joachim Klein, cela me paraît la moindre des choses qu'il s'attache à faire respecter le même principe à ses adversaires. Ou alors, on n'est plus en démocratie.

N'y a-t-il pas de l'extrémisme dans vos propos quand vous évoquez l'occupation allemande lorsqu'il s'agit de prières dans les rues ?
M.L.P. : Qui détermine l'extrémisme ? Vous, la presse ? L'Assemblée nationale ? Il s'agit de liberté d'expression. Un principe qui permet de ne pas dire, tous, la même chose. Un principe qui vous amène à accepter que quelqu'un puisse exprimer une pensée différente de la vôtre et même une pensée contre laquelle vous vous battez. C'est ça, la liberté d'expression ! Je maintiens mes propos. Les Français, dans leur immense majorité, sont d'accord avec moi. S'il devait y avoir procès, cela me permettra de parler à nouveau de la laïcité bafouée.

Le débat sur le mariage pour tous a-t-il rapproché les électeurs des différents partis de droite ? 
M.L.P. : Non. L'UMP a tenté de tirer un bénéfice politique de ce débat. Elle a échoué. La fracture droite-gauche qui plaît tellement au PS et à l'UMP n'a duré que le temps de quelques semaines. La collusion UMP-PS est de nouveau totale.

Vous n'avez pas participé aux manifestations. Ça ne vous a pas affaibli au sein de votre parti ?
M.L.P. : Au contraire. Certains avaient mal compris ma décision dans un premier temps. Mais les études d'opinion montrent qu'à la réflexion, ils me donnent raison d'avoir pris de la hauteur à l'occasion de ce débat. Pour preuve, ces études démontrent que j'atteins le maximum de confiance au sein de mon propre parti, mais aussi chez des électeurs qui ne votent pas FN.

Les responsables UMP affirment ne pas vouloir faire alliance avec vous, parce que vous voulez la mort de l'UMP. C'est votre objectif ?
M.L.P. : C'est surtout le FN qui a décidé de refuser toute alliance avec un parti qui, dans ses idées, diverge fondamentalement avec nous. En revanche, il est sûr que beaucoup de cadres locaux de l'UMP sont de plus en plus nombreux à se rapprocher de nous et à accepter de participer à des rassemblements Bleu Marine.

Nicolas Sarkozy va participer au Bureau Politique de l'UMP. Vous redoutez son retour ?
M.L.P. : C'est tout de même naturel qu'il vienne à l'UMP à la suite de la décision du Conseil constitutionnel qui le rend, lui, redevable de 11 millions d'euros pris en charge par son parti ! Mais j'ai l'impression que les journalistes tirent des conclusions un peu hâtives de sa présence. De toute manière, je n'ai pas à redouter son éventuel retour. La montée la plus spectaculaire du Front National s'est enclenchée pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Il n'a pas représenté une gêne pour notre mouvement.

Le Conseil constitutionnel a pris une bonne décision à son égard ?
M.L.P. : Je suis avocat. Je n'ai pas à juger. En revanche tout ce qui a été dit par ses amis n'a aucun sens. Un dépassement, même de 2%, entraîne un non-remboursement total. C'est vrai pour tous les candidats, y compris aux législatives. C'est une règle brutale, mais acceptée par tout le monde. De plus, je crois que l'UMP n'est pas aussi en danger qu'elle le prétend. Son siège a une valeur de 40 millions. Elle reçoit 20 millions de subventions par an. Elle peut sans problème étaler les conséquences de cette perte exceptionnelle sans que cela mette en cause son existence comme le prétendent ses responsables.

Dans l'adversité, l'UMP pourrait se ressouder...
M.L.P. : Un mouvement politique ne meurt pas du manque d'argent. Il meurt du manque d'idées et c'est le cas de l'UMP. Elle est en train de mourir de sa proximité idéologique avec le PS. Elle est devenue un syndicat de défense des intérêts électoraux où on ne parle plus que de postures, de tactiques et de combats de personnes. Je crois que les municipales vont démontrer l'implosion effective de l'UMP.

Une grosse différence entre vous et l'UMP porte sur l'euro. Elle veut le garder. Vous voulez l'abandonner.
M.L.P. : Bien plus que ça, la différence porte sur l'Europe. Sur l'idéologie qui en est le socle, cette idéologie mondialiste, libre-échangiste, ultralibérale. Oui, un gouffre nous sépare ! Sur l'Europe, l'UMP partage la vision du PS concernant le fédéralisme européen, la défense de la puissance allemande, la soumission de la France aux États-Unis, la perte de souveraineté. Il va y avoir un grand débat au moment des élections européennes.

Aujourd'hui, les chaînes de production sont globales. Dans les produits français, on trouve beaucoup d'éléments en provenance de l'étranger !
M.L.P. : Il ne s'agit pas de vivre en autarcie. Mais les échanges doivent être équilibrés. Nous ne devons pas nous soumettre à la loi de la jungle et à cette concurrence déloyale qui détruit notre économie, fabrique du chômage de masse et provoque l'appauvrissement généralisé des Français.

Aucun des pays qui connaissent les crises les plus graves n'a quitté l'euro. Il doit bien y avoir une raison...
M.L.P. : Parce qu'ils sont victimes d'un chantage. On les menace de les jeter hors de l'euro. Je refuse cette procédure brutale. Je suis pour l'organisation d'une sortie concertée de l'euro. Je crois qu'il y a maintenant 60 économistes qui défendent la même position. Mais ils ne plaisent pas aux élites et on ne les voit pas trop souvent sur les plateaux de télé ou dans les colonnes des journaux.

Êtes-vous satisfaite du compromis François Hollande–Angela Merkel concernant l'ouverture des négociations sur l'accord de libre-échange entre l'Europe et les États-Unis, en même temps que la création d'une commission d'enquête sur l'étendue de l'espionnage américain au détriment de l'Europe ?
M.L.P. : Je voudrais surtout que l'on arrête de se moquer des Français. Ce traité transatlantique est un acte de soumission. Ce traité est mortel pour notre économie, notre agriculture, notre défense, notre liberté et notre indépendance. Y participer démontre que la France n'est plus un pays libre. La présidence de la République est en réalité vacante. Voyez l'épisode humiliant au possible d'un président de la République interdisant à un chef d'Etat étranger le survol du territoire français sur ordre de Washington.

Avant les Européennes, il y a les Municipales. Combien de mairies espérez-vous conquérir ?
M.L.P. : Impossible de le dire aujourd'hui. Nous aurons des municipalités et surtout, des centaines de conseillers municipaux qui vont porter le message du FN

Qu'est-ce que changerait, pour une localité, la présence d'un maire FN ?
M.L.P. : Tout ! On arrêterait d'augmenter les impôts, on rétablirait la sécurité, on cesserait de subventionner les associations communautaristes, on en finirait avec le clientélisme, une spécialité de l'UMPS.

Un maire FN appliquerait la "priorité nationale", doctrine de votre parti ?
M.L.P. : Vous savez pertinemment que nous voulons diriger les municipalités dans le respect de la loi. La priorité nationale sera appliquée lorsque nous aurons gagné le pouvoir au niveau national. Pas avant. Je ne raconte pas d'histoires. Je dis seulement aux Français : Voyez ce que nous sommes capables de faire dans une ville et, forts de cette expérience, vous pourrez nous confier la direction de notre pays. Une fois au pouvoir, nous ferons plus et mieux car nous pourrons changer les règles du jeu.

Un maire FN supprimerait les menus hallal ou casher dans les cantines des écoles ?
M.L.P. : Évidemment. Il faut rétablir la laïcité à l'école où elle est de plus en plus souvent violée. Il faut y supprimer tout ce qui a un aspect religieux.

Que répondriez-vous aux électeurs qui vous feraient remarquer qu'il y a déjà eu des municipalités FN à Vitrolles, Marignane et Toulon et que ça ne s'est pas bien terminé ?
M.L.P. : Je leur dirais que c'était il y a plus de 20 ans. Et que les résultats de ces municipalités n'étaient pas mauvais tant qu'elles étaient encadrées par le FN. Après, les maires ont repris leur liberté et ont fait n'importe quoi, d'ailleurs parfois sous l'étiquette de l'UMP.

L'élection de Villeneuve sur Lot a montré les progrès du FN. Mais vous butez toujours sur la marche la plus haute.
M.L.P. : Après l'élection de l'Oise, celle de Villeneuve-sur-Lot a surtout révélé que le Front Républicain ne fonctionne plus très bien. Dans les deux cas, c'est quand même ce qu'il en reste qui a permis à l'UMP de gagner. Ça prouve que dans une confrontation seul à seul, le FN serait le premier parti de France. Aux prochaines législatives, nous dépasserons cette barrière des 50%, comme nous l'avons déjà fait dans de nombreux cantons.

Vous êtes convaincue de la chute de l'UMP. Diriez-vous la même chose du gouvernement et du PS après les attaques de Delphine Batho ?
M.L.P. : Madame Batho énonce ce que nous disons depuis longtemps, à savoir que le PS n'a rien de social, qu'il défend une ligne ultra libérale, avec transfert de souveraineté. Comme Nicolas Sarkozy, qui avait le talent de mieux le dissimuler, François Hollande applique la feuille de route qu'il reçoit de l'Union européenne. Si Madame Batho s'en aperçoit seulement maintenant, c'est qu'elle est bien naïve.

Elle déplore que cela renforce vos chances électorales !
M.L.P. : Oui, comme tout le monde. Ils s'accusent les uns les autres de faire monter le FN. Ils feraient mieux de se préoccuper de l'étendue de leur incompétence économique et politique.

Comment imaginez-vous le scénario de l'arrivée du FN au pouvoir ?
M.L.P. : Par une victoire à la Présidentielle suivie d'une majorité confortable à l'Assemblée nationale.

Vous vous voyez à l'Élysée en 2017 ?
M.L.P. : Je pense que nous arriverons au pouvoir, au maximum dans les 10 prochaines années. Donc, peut-être en 2017. Il le faudrait. La destruction qui est imposée à la France commence à s'attaquer aux fondations.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

samedi, 06 juillet 2013

Qui est le plus faux de tous ?

Première mise en examen pour de fausses attestations

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE VENDREDI 05 JUILLET 2013laprovence
 

Un recours déposé contre l'élection de Patrick Mennucci (PS) par un petit candidat était basé pour partie sur des documents mensongers.

 

Un an après, les législatives dans la 4e circonscription (qui couvre principalement les 1er, 2e et 3e arrondissements) n'en finissent pas de faire des vagues. CommeLa Provence l'avait révélé, un recours déposé contre l'élection de Patrick Mennucci (PS) par un adversaire, Omar Djellil, a provoqué l'ouverture d'une instruction judiciaire : l'enquête préliminaire de la brigade criminelle de la Sûreté départementale a montré que ce recours, qui a été rejeté par le Conseil constitutionnel, était pour partie basé sur de fausses attestations. Les documents litigieux qui affirmaient que des votes auraient été achetés semblent avoir été réalisés avec des complicités à la mairie du 2/3. Signe de l'avancée de l'enquête, une personne qui a reconnu avoir fourni des "déclarations mensongères" a récemment été mise en examen par la juge Patricia Krummenacker. D'autres mesures similaires devraient suivre selon une source proche de l'enquête.

Des formulaires distribués en mairie

Plusieurs des attestations adressées par Omar Djellil au Conseil constitutionnel lui avaient été fournies par un autre petit candidat, Farid Soilihi. Plusieurs personnes qui ont reconnu qu'elles étaient téléguidées ont expliqué qu'elles avaient été obtenues dans des conditions rocambolesques. La personne mise en examen a ainsi parlé d'un document rédigé "dans le tramway". D'autres évoquent des formulaires distribués et remplis en mairie du 2/3 lors d'une réunion en juillet dernier, opération dont aurait eu connaissance la maire de secteur Lisette Narducci (PRG) et son actuelle directrice de cabinet.

L'espoir d'obtenir des avantages

Selon l'enquête, les personnes qui ont signé ces fameuses attestations auraient agi dans l'espoir d'obtenir des "avantages" (logements, emplois, etc.). Des questions se posent notamment sur le poste obtenu par Farid Soihili au Conseil général. Convoquée en mars en vue d'une mise en examen, cette personnalité de la communauté comorienne a obtenu un report du rendez-vous. "Pour l'heure, une nouvelle date n'a pas encore été fixée", indique son avocate, qui ne dispose pas d'éléments supplémentaires.

Des auditions en série

Fin 2012 et début 2013, les policiers ont notamment entendu comme témoins Omar Djellil, Lisette Narducci et sa directrice de cabinet, décrite par plusieurs acteurs du dossier comme "la blonde en Mini Cooper" (1). L'enquête entrant dans la dernière ligne droite, d'autres auditions sont actuellement en cours. Omar Djellil a ainsi été réentendu mi-juin.

Omar Djellil affiche sa sérénité

Contacté par "La Provence", Omar Djellil assure avoir été abusé par Farid Sohili :"S'il a fait des embrouilles avec Lisette Narducci ou quelqu'un de son entourage pour régler des comptes avec Patrick Mennucci, c'est son problème, pas le mien. Je n'ai rien à voir avec eux, d'ailleurs je soutiens désormais Solange Biaggi et l'UMP". Il a indiqué à la police avoir été en contact avec l'entourage de Lisette Narducci au moment où il préparait son recours.

La colère de Lisette Narducci

Lors de son audition par la police, Lisette Narducci a démenti tout lien entre cette affaire et la mairie du 2/3. Une position qu'elle a renouvelée auprès de "La Provence" : "Si j'avais dû déposer un recours après ma défaite aux législatives, je l'aurais fait. Ces attestations ne me concernent pas". Pour elle, l'organisation d'une réunion en mairie était impossible : "A la date évoquée, la seule salle disponible était en travaux".

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Mosquée de Marseille: Communiqué de presse de Stéphane RAVIER

Koweït, Arabie Saoudite  et Qatar : les pétro-islamo-dollars au secours de la grande mosquée de Gaudin !

 

Alors que le projet était annoncé mort-né il y a seulement un mois et ce, en raison  non seulement de l’absence de financement conséquent mais également en raison des plaintes déposées pour soupçons de détournements de dons, voilà que la grande mosquée renaît de ses cendres grâce aux pétro-islamo-dollars promis par l’Arabie Saoudite, le Koweït et le Qatar !


Le fait que ces trois pays participent au financement de l’islam à Marseille alors qu’ils sont bien connus pour leur soutien à l’islamisme radical et même pour le dernier d’entre eux, pour son financement aux mouvements islamistes et djihadistes,  est à la fois extravagant et très préoccupant.


Mais cela n’émeut ni Gaudin, ni l’ensemble de la classe politique marseillaise, tous continuent à privilégier la manne islamo-pétrolière pour voir cette étape décisive vers l’islamisation de Marseille se réaliser !


Car pendant que les pays où la démocratie n’existe pas financent la grande mosquée de la ville, Gaudin et l’UMPS continuent de financer avec l’argent public les mosquées de quartiers !

Stéphane Ravier  assure le peuple historique de Marseille que le Front National fera tout ce qui est en son pouvoir pour que Marseille demeure la ville de la liberté et de la Bonne Mère.


Il lancera prochainement une action de grande ampleur pour sensibiliser et mobiliser toutes celles et ceux qui restent attachés aux racines provençales, françaises et chrétiennes d’une ville à la tête de laquelle il devient urgent d’appliquer un grand changement. 

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

vendredi, 05 juillet 2013

De l'argent sale certes, mais certifié halal !

Un boucher de Marseille soupçonné de blanchiment

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE VENDREDI 05 JUILLET 2013laprovence
 

Une vaste escroquerie aux crédits immobiliers vient d'être mise au jour.

 

L'enquête a été menée dans le plus grand secret depuis deux ans par la Division économique et financière de la police judiciaire de Marseille. Et pour cause ! Un boucher bien connu du centre-ville, devenu marchand de biens, un courtier, des notaires, marseillais et parisien, ainsi qu'une dizaine d'autres personnes sont soupçonnés d'avoir organisé un vaste réseau de blanchiment d'argent grâce à l'achat de biens immobiliers acquis frauduleusement.

La réputation de pouvoir obtenir très facilement des crédits bancaires

Ce dossier tentaculaire débute, sur le plan judiciaire, en 2011. Les enquêteurs de la Division économique et financière avaient recueilli plusieurs renseignements assurant qu'Abdelkader El Keurti, un des fils de la célèbre famille de bouchers de Noailles, avait acquis, en quelques années, la réputation de pouvoir obtenir très facilement des crédits bancaires.

Une information judiciaire est ouverte en mars 2012 auprès d'un magistrat instructeur du TGI de Marseille et quelques mois plus tard, onze personnes sont interpellées, dont l'ancien boucher. Mis en examen et écroué à la maison d'arrêt des Baumettes en décembre dernier, Abdelkader El Keurti se voit reprocher une kyrielle d'infractions : "escroquerie en bande organisée", "blanchiment", "faux et usage de faux", "association de malfaiteurs"...

En deux ans d'investigations, les enquêteurs auraient acquis la conviction que cet homme de 35 ans, plutôt discret, propriétaire d'une magnifique villa au coeur du très chic parc Talabot (7e), avait eu l'ingénieuse idée de blanchir de l'argent grâce à de subtiles mais frauduleuses transactions immobilières.

D'abord "artisanale", sa combine aurait très vite été "industrialisée" et mise au profit de "connaissances", dont certains braqueurs chevronnés du centre-ville ou des trafiquants de stups désireux de "laver" leur agent sale.

"Les prête-noms étaient de vraies personnes dont la situation financière était falsifiée ou carrément des identités inventées"

Le mécanisme était sensiblement toujours identique : à partir de prête-noms, et grâce à la complicité d'un courtier, il parvenait à obtenir de crédits immobiliers auprès de plusieurs banques de la région. "Les prête-noms étaient de vraies personnes dont la situation financière était falsifiée ou carrément des identités inventées", précise une source proche de l'enquête.

Pour gérer l'ensemble de ces transactions douteuses, plusieurs Sociétés civiles immobilières (SCI) avaient été montées. Les unes achetant les biens vendus par d'autres, grâce à l'aide de notaires peu scrupuleux. Une petite bascule qui lui octroyait de généreuses plus-values. Un squat de Marignane acheté environ 100 000 € aurait été revendu cinq fois plus cher !

En l'état de leurs investigations, les enquêteurs auraient recensé une dizaine de biens acquis frauduleusement, principalement dans le centre-ville et les quartiers Nord de Marseille. Ce qui représenterait un patrimoine estimé à 10 millions d'euros environ...

L'astucieuse combine, mise en place dès 2006 selon les enquêteurs, aurait tellement été juteuse que l'ancien boucher reconverti dans les affaires n'aurait pas hésité à en faire profiter "certains amis", en leur vendant "le kit complet" pour monter de faux dossiers de crédit...

En mars dernier, deux notaires marseillais ont été interpellés, mis en examen pour "complicité" et placés sous contrôle judiciaire. Trois mois plus tard, c'est à Paris que les enquêteurs procédaient à l'arrestation d'un autre notaire et d'un agent immobilier. Ce dernier, originaire de Marseille, a été écroué. Il lui est reproché d'avoir eu un rôle actif dans les montages financiers.

Pour l'heure, quinze personnes ont été mises en examen. D'autres interpellations pourraient avoir lieu dans les mois à venir.


La réaction de l'avocat

Contacté hier par téléphone, Me Bruno Rebstock, l'avocat aixois d'Abdelkader El Keurti, affirme que son client "conteste farouchement être à l'origine de ces montages". ²S'il ne nie pas que son client, ancien boucher, "s'était lancé depuis quelques années dans l'immobilier", il réfute catégoriquement la qualification de"blanchiment". "En faveur du banditisme marseillais ? Une rumeur !, martèle l'avocat. Il a pu, par le relationnel qui est le sien, mettre en contact certaines personnes. Il tenait une boucherie bien connue à Marseille. Il voyait beaucoup de monde. Il n'est pas comptable dupedigree des clients de son commerce. Marseille c'est Marseille !""C'est vrai qu'il a certaines connaissances. Il s'intéressait de près à leur défense. Mais de là à blanchir l'argent de la drogue... Il n'y a rien de tout cela dans le dossier, note un autre proche de l'affaire. Il est propriétaire d'une belle maison. Mais il est surendetté ! On patauge surtout dans la médiocrité." "On est bien loin des 10 millions d'euros de patrimoine !, assure Me Bruno Rebstock. Ce dossier est très complexe. Il y a eu beaucoup de dossiers de financement. On lui reproche d'avoir monté des dossiers avec des identités ou des situations fictives. Mais le préjudice est virtuel. Les banques n'ont pas perdu d'argent. Les crédits ont été payés. Les banques ont été remboursées." Selon l'avocat aixois, Abdelkader El Keurti, incarcéré depuis plus de six mois vivrait"très mal sa détention". "Il n'a tué personne !", s'indigne Me Bruno Rebstock. En mai dernier, sa demande de mise en liberté a été refusée.

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Après avoir financé les mouvements islamistes et djihadistes, le Qatar financera la mosquée de Gaudin !

Le chantier de la mosquée de Marseille est lancé

Le Monde.fr avec AFP | 05.07.2013 

 

Le chantier de la grande mosquée de Marseille, au point mort en raison d'une bataille judiciaire longue de trois ans, a officiellement été lancé vendredi, les travaux devant concrètement débuter en juillet 2014, a-t-on appris auprès des porteurs du projet.

Après le dépôt en mairie de la déclaration d'ouverture des travaux le 19 juin dernier, le prototype de façade du bâtiment, permettant la "sécurisation" du permis de construire, a été dévoilé vendredi 5 juillet. A partir de septembre seront finalisées les études du projet ; les appels d'offre aux entreprises seront lancés au printemps prochain.

DSC_4369  Deferlement algérien  t shirt algerie.JPG

Grace à Gaudin et aux pétro-islamo-dollars, Marseille bientôt capitale du bled ?ndlr

 

"On espère ensuite démarrer les travaux en juillet 2014", a affirmé le secrétaire général de l'association La grande mosquéeAmmar Bekhazi. Selon l'un des architectes du projet, Maxime Repaux, les travaux devraient durer 19 mois, la livraison du bâtiment, construit en pierre ocre de Croatie et du Portugal, étant prévue pour février 2016.


LONGUE BATAILLE JUDICIAIRE


Il s'agit d'une "satisfaction", a estimé M. Bekhazi, le projet ayant connu un retard important en raison d'une longue bataille judiciaire et de difficultés de financement. Depuis la pose au printemps 2010 de la première pierre dans l'ancien quartier des abattoirs, à Saint-Louis (15e arrondissement), le chantier était en effet au point mort, paralysé par le recours déposé devant le tribunal administratif.

 

Craignant une dégradation de leur cadre de vie, des habitants et des commerçants ont cherché à obtenir l'annulation des permis de construire déposés en septembre 2009 puis en mai 2011. Le tribunal administratif leur avait d'abord donné raison le 27 octobre 2011, estimant notamment que des incertitudes perduraient sur les modalités de stationnement prévues pour l'édifice, avant que la cour administrative d'appel n'annule cette décision le 19 juin 2012.

 

DES DONS EN PROVENANCE DU QATAR ET DU KOWEÏT

pose 1-re pierre mosqu-e-1.jpg

Les quatre mousquetaires de l'islamisation ! ndlr


La collecte des fonds ayant été arrêtée pendant la procédure judiciaire, "on doit faire en sorte à présent que les promesses de dons se concrétisent", a expliqué vendredi M. Bekhazi. Le 26 septembre prochain, lors d'une cérémonie, les montants des dons provenant de pays favorables au projet, dont l'Arabie saoudite, le Qatar et le Koweït, seront annoncés, sachant que des "discussions sont en cours avec le Maroc et l'Algérie", a souligné M. Bekhazi.

"Nous n'accepterons pas qu'un pays donne plus qu'un quart du budget", estimé à 22 millions d'euros, a-t-il prévenu, "car on ne veut pas d'ingérence étrangère". La fréquentation attendue de la future grande mosquée est de 150 fidèles par jour en moyenne, 1 000 à 1 500 le vendredi et 10 000 à 14 000 pendant les fêtes.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

jeudi, 04 juillet 2013

Sarkozy: Nul, il aura été nul sur toute la ligne !

Le Point.fr - Publié le 04/07/2013 à 16:18 - Modifié le 04/07/2013 à 19:52

Cette annonce est une très mauvaise nouvelle pour l'UMP, qui doit déjà faire face à une situation financière extrêmement difficile.


Le
 Conseil constitutionnel a confirmé jeudi le rejet du compte de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy, une décision qui prive l'ex-candidat UMP du remboursement par l'État de quelque 10 millions d'euros de frais de campagne. Dans un communiqué, le Conseil constitutionnel a jugé que "c'est à bon droit que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a rejeté le compte de campagne de M. Sarkozy" le 19 décembre 2012. Il a déclaré que le montant des dépenses électorales du candidat UMP "excéd(ait) de 466 118 euros, soit 2,1 %, le plafond autorisé".

L'UMP dans le rouge

La décision de la juridiction suprême "implique que les dépenses électorales de M. Sarkozy ne sont pas remboursées forfaitairement", selon un communiqué du Conseil constitutionnel, qui a rendu cette décision dans une formation ne comprenant pas les anciens présidents de la République. Nicolas Sarkozy a dépensé près de 23 millions d'euros. La loi prévoyant que sont remboursées 47,5 % des dépenses engagées, il ne pourra prétendre à ce remboursement forfaitaire, qui équivalait pour lui à quelque 10 millions d'euros. En outre, selon le communiqué du Conseil, l'ex-candidat UMP devra "restituer au Trésor public l'avance forfaitaire qui lui a été versée", soit 150 000 euros. Enfin, il devra verser au Trésor public "le montant arrêté à 363 615 euros par la commission" des comptes de campagne correspondant au "dépassement du plafond" des dépenses.

Le Conseil constitutionnel a notamment estimé que 80 % des frais du grand meeting de Villepinte le 11 mars 2002 auraient dû être portés au compte de campagne de M. Sarkozy, et non 50 % comme cela avait été fait. De même, auraient dû être réintégrées au compte de campagne les sommes engagées pour la réunion publique de Toulon le 1er décembre 2011. 

C'est une très mauvaise nouvelle pour l'UMP, qui doit faire face à une situation financière difficile en raison de ses résultats aux dernières législatives, à partir desquels est calculée la dotation de l'État.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

L'UMP: l'hémorragie ne fait que commencer !

Municipales : la tentation frontiste gagne certains esprits à l'UMP

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE JEUDI 04 JUILLET 2013 À 14H15
 

Un élu de Carry-le Rouet vient de franchir le Rubicon. Le FN s'en réjouit

 

À neuf mois des municipales les candidats s'organisent. Au FN, l'optimisme est de rigueur. Tous les feux sont au vert. Selon Nicolas Bay, directeur de la campagne,"en 2012 beaucoup d'électeurs déçus de l'UMP nous ont rejoint, maintenant c'est au tour de la gauche... les Français ont été déçus successivement et dans un laps de temps très court par l'UMP et par le PS, ce qui place le FN comme un recours".

Dernier ralliement en date, celui de Patrick Amate. Élu UMP à Carry-le-Rouet, il va désormais conduire la liste du Rassemblement bleu marine (RBM) pour les municipales. "Le RBM, écrit ce chef d'entreprise qui dit ne pas vouloir prendre la carte du FN, est une association et non un parti politique dont la vocation est d'unir les partis et les organisateurs politiques ainsi que tous les patriotes de gauche comme de droite et ce, au-delà de leur sensibilité." Ce Carryen de 62 ans affirme vouloir rester fidèle à ses idées. "J'ai adhéré au RPR en 1978 et je reste très attaché à la mémoire du Général De Gaulle."

Selon lui, "les municipales de 2014 serviront de tremplin à une nouvelle politique". Ce qui a motivé son choix : "l'UMP, j'ai trop donné, nous sommes tombés dans l'inaction, on ne fait plus rien. Quand on fait des réunions, c'est pour parler du repas de la suivante".

Véritable séisme au sein de l'UMP

Sa décision ne reste pas sans réponse. Pour Bruno Gilles, sénateur et secrétaire départemental de l'UMP, "Patrick Amate a franchi la ligne jaune. Il doit démissionner, ou bien je demanderai son exclusion". Une perspective qui n'émeut guère Patrick Amate. "Ma démission, il ne l'aura pas. Je garde mon identité politique de l'UMP. Il peut toujours attendre." Le candidat du RBM va encore plus loin. Il annonce un véritable séisme au sein de l'UMP. "Beaucoup vont la quitter,pronostique-t-ilJe ne suis que le détonateur."

Un point de vue que partage Stéphane Ravier, le secrétaire départemental du parti lepéniste. Selon lui, "les responsables UMP ne se préoccupent que de leurs ambitions personnelles et se coupent des souhaits de la base. Le chômage, l'insécurité ou encore l'immigration, la hiérarchie n'en tient pas compte. Tant pis pour eux s'ils enclenchent la machine à perdre."

Sauver les meubles, c'est aussi l'argument de Roland Chassain, maire (UMP) des Saintes-Maries-de-la-Mer, qui s'était désisté en faveur de la candidate FN aux législatives de juin 2012 pour "faire barrage" à son plus vieil ennemi, le socialiste Michel Vauzelle, qui avait néanmoins été réélu. En décembre dernier, il appelait de ses voeux "des passerelles entre le FN et l'UMP" dans un entretien accordé à l'hebdo d'extrême droite Minute.

"Mais je n'ai jamais dit qu'il fallait faire alliance avec le FN, rappelle-t-il. J'ai simplement indiqué que pour battre le PS et le FN, il fallait aller chercher les électeurs frontistes en leur proposant un programme proche de celui du FN sur l'emploi, l'immigration et l'espace Schengen. Je sais que Paris n'est pas content que je le dise, concède Roland Chassain, mais ce n'est pas en restant sur des positions qui ont déçu nos électeurs qu'on gagnera les municipales." Nécessité fait loi.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Parler dans les assemblées c'est bien mais il y a aussi le terrain !

photo Olives.JPG

Les Balustres

photo CG.JPG

Château-Gombert

photo SJ.JPG

Saint Just

photo FV.JPG

Frais Vallon/ La Rose

photo LR.JPG

Les Olives...


...et bien d'autres quartiers encore que les valeureux Jean-Marc et Gérard ont recouvert d'affiches. Merci à eux !

Pendant le collage, le boitage continue; déjà 25.000 questionnaires distribués sur le 7ème secteur et des centaines de réponses !

Rendez-vous samedi matin pour une distibution massive sur le 13ème.

S.R

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |