Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 août 2011

Les Francs-macros du PRG toujours à la pointe de la décadence !

Euthanasie : Baylet demande une loi "fondée sur le respect de la laïcité"

Le Point.fr - Publié le 19/08/2011 à 13:51

Le président du PRG dénonce une politique de l'autruche sur la question du droit à mourir dans la dignité.

http://www.francetv.fr/2012/sites/elections/files/styles/512x256/public/images/photos/2011/08/baylet.jpg


Le président du Parti radical de gauche (PRG), Jean-Michel Baylet, a demandé le 16 août "une loi pour encadrer le droit de mourir dans la dignité, fondée sur le respect du principe de laïcité", réagissant à l'affaire de l'urgentiste de Bayonne soupçonné d'euthanasie active. "L'euthanasie se pratique en France de façon plus ou moins clandestine sans aucun contrôle", a fait valoir dans un communiqué Jean-Michel Baylet, par ailleurs "candidat à la primaire citoyenne" de la gauche.

"Ceux qui persistent à ne pas vouloir voir cette réalité se rendent complices de toutes les dérives et laissent les médecins et les juges seuls face à des questions sur lesquelles, en réalité, il appartient aux politiques d'apporter des réponses claires", a-t-il ajouté. La mise en examen pour "empoisonnement" du docteur Nicolas Bonnemaison "démontre une nouvelle fois que la politique de l'autruche sur la question du droit à mourir dans la dignité n'est pas une bonne solution", selon M. Baylet qui rappelle que les radicaux de gauche réclament depuis longtemps "une loi pour encadrer le droit de mourir dans la dignité fondée sur le respect du principe de laïcité".

Nicolas Bonnemaison, 50 ans, est soupçonné d'euthanasie active sur au moins quatre patients âgés entre avril et août. La loi Leonetti de 2005 interdit tout à la fois l'euthanasie active et l'acharnement thérapeutique.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Trop forts ces Marseillais....

"Very bad trip" à Marseille, un enterrement de vie de garçon tourne à l'alerte générale

lepoint.fr 20/8/11

Click here to find out more!
"Very bad trip" à Marseille, un enterrement de vie de garçon tourne à l'alerte générale

Cinq jeunes marseillais, dont un futur marié, ont tenu en haleine une partie de la journée de samedi la police et la gendarmerie des Bouches-du-Rhône en simulant un enlèvement avec violences, a indiqué une source proche de l'enquête.

 

Avec un scénario digne de la comédie hollywoodienne "Very bad trip", les 5 jeunes gens, âgés d'une vingtaine d'années et qui fêtaient l'enterrement de vie de garçon de l'un d'eux, ont mimé dans le centre de la citée phocéenne un enlèvement devant les yeux médusés d'un témoin.

Samedi en fin de matinée, dans le 11e arrondissement de Marseille, un automobiliste a assisté à cet enlèvement "d'une victime couverte de sang", menottée puis poussée sans ménagement dans un fourgon qui a démarré en trombe. Encore sous le coup de l'émotion, ce témoin, qui a réussi néanmoins à relever l'immatriculation du véhicule, alerte la police qui, prenant l'affaire très au sérieux, décide de lancer une recherche sur une partie du Sud-Est, mobilisant d'importants moyens de police et de gendarmerie.

L'identification du fourgon a rapidement permis aux forces de l'ordre de retrouver les cinq jeunes gens qui se préparaient, le plus tranquillement du monde, à célébrer la noce. Avant cela, ils ont eu droit à une sévère réprimande pour avoir organisé une telle mise en scène sur la voie publique.

"Il vont avoir droit à +un rappel à la loi un peu énergique+ pour leur faire prendre conscience des risques en cas de course-poursuite avec les forces de l'ordre", a prévenu un policier furieux.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

La Rose des Bouches du Rhône a poussé sur un tas de fumier(s) !

Silence dans les rangs sur le cas Guérini


 
 

Publié le samedi 20 août 2011 laprovence.com

La convocation par le juge du président du Conseil général ne fait parler qu'en coulisses. En vacances, les socialistes ne se précipitent pas pour commenter l'affaire.

http://4.bp.blogspot.com/_vW8FXbVhlic/S-QPBaYkPkI/AAAAAAAAPtc/hqTjQQ_mk2o/s400/Capt+-Guerini+JN_poing.JPG

En coulisses, beaucoup de socialistes s'interrogent sur les conséquences politiques de la convocation par le juge Duchaine de Jean-Noël Guérini.

 

Surtout éviter le faux pas. Plus ou moins en vacances, les socialistes du département ne se précipitent pas pour commenter la convocation, le 8 septembre par le juge Duchaine, de Jean-Noël Guérini. Ni son éventuelle mise en examen. Même s'il rappelle qu'il n'est"que convoqué" et que "mise en examen signifie présomption d'innocence", la situation du président du Conseil général des Bouches-du-Rhône pose question.

Au sein du PS comme chez les élus du Département, où l'on s'interroge beaucoup en coulisses. "Chacun reste chez soi prudemment, attendant le 8, résume l'un deux, mais tout le monde sent que l'atmosphère empire et que le nuage ne fera pas que passer. On craint une dégringolade au Conseil général." Si aucune date de rentrée n'est encore fixée au "vaisseau bleu", la commission permanente prévue fin septembre sera forcément précédée d'une réunion du groupe socialiste.

"S'il y a mise en examen d'ici là, des décisions dictées par Paris pourraient être prises." Une manière de dire que la rue de Solférino demanderait aux élus concernés -le sénateur maire de Berre l'Étang Serge Andréoni est également convoqué par la justice- de s'effacer. Une éventualité qui correspondrait à ce que préconise le rapport de la commission Richard. Rendu en juillet après une longue enquête sur les pratiques à la fédération PS des Bouches-du-Rhône, il recommande une mise à l'écart des mis en examens.

Au siège parisien du PS, personne ne tient à s'exprimer, mais on remet en mémoire des observateurs la "jurisprudence Jospin" qui, en 1999, avait conduit le Premier ministre à " démissionner" Dominique Strauss-Kahn, alors ministre de l'économie, mis en cause dans l'affaire Méry. Il a pourtant été relaxé après.

Ce qui est certain, c'est que se profilent, les 9 et 16 octobre, les primaires. Et personne au PS ne prendra le risque de soutenir, même en creux, deux sénateurs pris dans la tourmente. "Il va pourtant falloir qu'ils prennent position", note un conseiller général "très inquiet". L'autre interrogation vient de la fédération où le nouveau collège dirigeant, mis en place après le rapport Richard, ne s'est pas encore réuni.

"Il faudrait néanmoins que l'on se mette autour d'une table pour évoquer cette rentrée politique particulière," remarque Marie-Arlette Carlotti. Une rentrée prévue à Berre, ville de Serge Andréoni, le 10septembre. À l'occasion d'une Fête de la Rose à l'atmosphère incertaine, qui ne devrait pas attirer une foule d'élus autour de Jean-Noël Guérini.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

dimanche, 21 août 2011

Communiqué

 

Préfet débarqué à Marseille :

les hommes de l’Élysée passent, l’insécurité reste

Communiqué de Stéphane Ravier, conseiller régional de PACA, conseiller des 13e et 14e arrondissements de Marseille, membre du Bureau politique du Front National

Le Préfet délégué à la défense et à la sécurité Gilles Leclair n’aura tenu que neuf mois dans la cité phocéenne, tout juste le temps d’accoucher d’un bilan catastrophique au point d’en avoir « agacé » le principal responsable de cette situation, Nicolas Sarkozy !

Gilles Leclair paie sans doute moins pour ses résultats que pour son honnêteté intellectuelle, celui-ci n’ayant pas hésité à déclarer à La Provence il y a quelques jours « qu’il n’était pas Jésus-Christ et qu’il ne sauverait pas à lui tout seul une ville pauvre, après 50 ans de tradition de banditisme et d’immigration » donnant ainsi raison au Front National dans son analyse des causes de l’insécurité.

Un sarkozyste remplace donc un autre sarkozyste. Les têtes changent, l’absence de moyens et de volonté demeure : aucune augmentation significative des effectifs de police, aucun moyen supplémentaire pour la justice, aucune volonté d’expulser les délinquants étrangers, aucune volonté de couper les pompes aspirantes de l’immigration.

Le baril de lessive change mais la poudre aux yeux sarkozyste reste la même !

Pour le plus grand malheur des marseillaises et des marseillais, les écuries de Gaudin ne sont pas prêtes d’être nettoyées…

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Fin de l'internet illimité : le bond en arrière inacceptable !

marinelepen2-c7d58-300x195.jpg

 

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La limitation de l’accès à internet, telle qu’elle serait envisagée par la Fédération française des télécoms et plusieurs opérateurs, marquerait un retour en arrière inadmissible.

Elle serait aussi une terrible injustice sociale pour les foyers qui n’auraient plus les moyens de s’offrir un accès illimité.

L’internet illimité est un progrès aussi bien technologique qu’économique et social. Il profite à des millions de foyers français, qui tiennent légitimement à leur liberté sur la toile.

S’il y a saturation de la bande passante, c’est à l’État et aux opérateurs de prendre les dispositions nécessaires, sans surcoût supplémentaire pour les consommateurs.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, demande au gouvernement de faire savoir immédiatement qu’il refusera toute restriction de l’accès à internet.

Dans le cadre de la grande loi « Liberté sur internet » qu’elle propose, Marine Le Pen fera inscrire le libre accès à Internet comme un droit fondamental pour tous les citoyens.

L’accès à internet peut être assimilé à un service public. Il n’est pas question d’en rendre le coût prohibitif ou d’en dégrader la qualité de service.

Merci à NPI le 21 août 2011

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

samedi, 20 août 2011

L'enquête d'Ipsos qui reste confidentielle...

Immigration : ce sondage terrible dont personne ne parle

Un récent sondage Ipsos fait état d’un durcissement des opinions dans le monde face à l’immigration. A qui la faute ?

Il n’y a quasiment que Fdesouche qui en parle. Ce site phare d'extrême droite relaie un récent sondage d’Ipsos sur l'état des opinions publiques mondiales face à l’immigration. L’étude a été menée du 15 au 28 juin dans 23 pays du monde sur tous les continents. Un chiffre choc : 54% des Français trouvent que l’immigration a un impact négatif sur leur pays. Mais à analyser le sondage dans le détail, on comprend que le rapport de l’opinion face à l’immigration est plus complexe qu’il n’y paraît.


Les chiffres d'Ipsos sont éloquents. Exemple : 80% de l'ensemble des interrogés pensent que l’immigration a augmenté ces cinq dernières années et 52% en moyenne trouvent qu'il y a trop d'immigrés chez eux :

Pour expliquer ces chiffres, il y a bien sûr les causes économiques. Les effets de la crise se voient surtout en Europe du Sud. En Espagne, 55% de personnes jugent que l’immigration a eu une influence négative sur le pays, 56% en Italie. De même, 52% des Italiens et des Espagnols pensent que les immigrés « prennent » leurs emplois. Et 52% des Espagnols sont en désaccord avec l'idée que l’immigration rend le pays d’accueil plus agréable à vivre. 

La crise a aussi joué sur l'opinion en Grande-Bretagne   : 71% des Britanniques pensent qu’il y a trop d’immigrés chez eux. Même conclusion en Russie, un des pays les plus hostiles à l’immigration : 77% pensent qu’il y a trop d’immigrés chez eux, 75% disent qu’ils prennent les emplois des locaux. La France n’est pas mieux lotie. On compte 41% de Français pensant que les immigrés prennent leurs emplois, 34% pensent le contraire, 56% disent que les immigrés coûtent trop cher aux services publics.

Une exception : la Belgique. Malgré une forte hostilité de l’opinion vis- à-vis des immigrés, le pays se porte mieux économiquement  que ses voisins. D’autres facteurs peuvent cependant entrer en jeu. L’association d’une récente et forte hausse de l’immigration (deux tiers de la croissance démographique en 2010 sont liés à l’immigration), d’un contexte politique hypertendu, des divisons entre Flamands et Wallons, sans parler du questionnement sur l’identité belge a pu entraîner une radicalisation des opinions. 
Un lien avec l'extrême-droite ?
Etat par Etat, 72% des Belges pensent qu’il y a trop d’immigrés chez eux, 67% en Italie, 52% en France et 53% en Allemagne. Le sentiment d’ « invasion » est donc réel, au moins dans les sondages. De même, 45% des sondés pensent que l’immigration a un impact négatif. Les Belges sont encore une fois les plus hostiles à 72%. En France, on arrive à 54% d’opinions négatives, 56% aux USA contre 35% au Canada. Mais il reste qu'au plan mondial, la crise économique a favorisé l'augmentation de l'hostilité aux immigrés. Ces résultats sont peu étonnants.

La hausse de la xénophobie est-elle liée aux scores de l’extrême-droite ou de la droite populiste ? Certes la Grande-Bretagne connaît la percée (très limitée) du British national party. Mais d’un autre côté, il n’y a jamais eu vraiment d’extrême-droite en Espagne, alors que c’est l'un des pays européens dans lequel le sentiment d'invasion est le plus fort. A l’inverse, la percée des Démocrates de Suède avait fait couler beaucoup d’encre en septembre dernier. Mais seuls 37% des Suédois pensent que l’immigration a un impact négatif sur leur pays, le même score pour ceux qui y voient un impact positif et 23% pensent que les immigrés prennent leurs emploi. A l'inverse, 44% disent que l’immigration rend le pays plus agréable à vivre.

De même, une forte immigration crée-t-elle mécaniquement une hausse de la xénophobie ? L’exemple de la Belgique pourrait prouver cette idée même si le contexte politique y est particulier. D’ailleurs, même en France, l’immigration est en hausse depuis longtemps. A l’inverse, le Canada est le parfait contre-exemple. Pays avec une longue histoire migratoire, il est un des plus importants pays d’accueil au monde et a une réputation de société multiculturelle. Mais seuls 35% pensent que l’immigration a un impact négatif sur le pays et 42% pensent qu’il y a trop d’immigrés ceux eux contre 48% qui pensent que l’immigration rend le pays plus agréable à vivre, 43% pensent même que l’immigration est bonne pour l’économie.

Pas d'écho en France

On peut alors établir une hypothèse pour expliquer le cas canadien. En effet, le débat sur le multiculturalisme, l’intégration des immigrés et la politique d’immigration en général est plus ancrée et plus ancienne qu’en France. Ainsi, le Canada a créé un Département de la Citoyenneté et de l’Immigration … en 1994. Certes, la question a parfois entrainé des tensions comme sur les « accommodements raisonnables  » au Québec. Mais le débat a le mérite d'exister à défaut d'être résolu. D'ailleurs, on peut se demander si occulter un débat, voire traiter de fascistes tout ceux qui abordent cette question, n'aboutit pas à renforcer la xénophobie en créant du ressentiment et en stigmatisant une partie de l’opinion.

Significatif de ce malaise, aucun média français n’a repris cette étude. Hormis Fdesouche, on trouve quelques traces du sondage sur des médias belges (ce qui peut s’expliquer par les scores obtenus dans ce pays) mais rien dans nos contrées. Comme si l’émergence d’une opinion majoritairement hostile aux immigrés était un sujet tabou. Au risque de laisser le thème aux plus extrémistes.
Source Marianne 2 le 20 août 2011

 

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Pas d'embellie pour Sarkozy : encore une chute dans son barômètre Iflop !

Popularité : La rechute de Sarkozy

Après un rebond en juillet, Nicolas Sarkozy perd à nouveau des points (-3) dans le baromètre Ifop du Journal du Dimanche,  à paraître demain. Les Français "veulent lui faire payer les conséquences de la crise", analyse Frédéric Dabi, directeur du département opinions à l’Ifop.

images.jpg

La cote du président de la République repart à la baisse en août : – 3 points (33%) après les + 6 du mois de juillet. La lente remontée de Nicolas Sarkozy, qui avait atteint des records d’impopularité au printemps (28% de personnes satisfaites en avril), est stoppée après quatre mois de hausse.

Une fois de plus, ce sont les catégories populaires qui décrochent. Le chef de l’Etat est minoritaire dans les segments de la population sauf… chez les sympathisants UMP. Plus embêtant, il repasse dans le rouge chez les retraités alors qu’il avait partiellement reconquis leur confiance le mois dernier.

L'Elysée relativise

Pour Frédéric Dabi, directeur du département opinions à l’Ifop, "les Français semblent à la fois saluer le volontarisme  dont fait preuve le chef de l’Etat pendant la crise des marchés et en même temps ils veulent lui faire payer les conséquences de la crise prévisibles avec le tour de vis budgétaire et la poursuite de la hausse du chômage ".

A l’Elysée, c’est la douche froide, même si on relativise la baisse. "Le climat n’est pas bon. La crise est là, difficile pour les gens et les rentrées ne sont jamais bonnes", dit-on dans l’entourage de Nicolas Sarkozy. Reste que les chiffres du baromètre démentent l’argumentaire des sarkozystes puisque c’est la première fois que le président voit sa cote baisser au mois d’aout depuis le début du quinquennat. Cela n’est pas très bon à neuf mois de l’élection présidentielle.

Source Le JDD le 20 août 2011

 

 


Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Des pains de coke sur la planche pour le nouveau Préfet...

Marseille : 10 kg de coke chez les frères importateurs

cocaine_bricks_scorpion_logo.jpg

La PJ a démantelé un réseau international de trafic de stups, via les Pays-Bas.

Une voiture discrète et un train de vie d'anonymes pour des jeunes gens capables d'engranger des centaines de milliers d'euros de bénéfices à chaque transfert de cocaïne entre les Pays-Bas et Marseille. Voilà ce qu'ont mis au jour, en début de semaine, les enquêteurs de l'antenne marseillaise de l'Office central de répression des trafics illicites de stupéfiants (OCRTIS).

Les hommes de la PJ marseillaise sont intervenus lundi après de longues semaines de filatures et d'investigations. La veille, la brigade chargée de cette enquête avait mobilisé l'ensemble du dispositif: leurs deux objectifs s'apprêtaient à quitter Marseille pour un nouveau transport de stupéfiants. Filés tout le long de leur parcours, les deux frères, âgés de 28 et 41 ans, rentraient bien vers la région, leur voiture chargée de cocaïne. La PJ les a suivis jusqu'à leur quartier, la Belle de Mai. Là, ils ont immobilisé leur véhicule dans un petit garage automobile.

Le mécanicien, un complice, s'est affairé sous la voiture, une Ford Focus, pour y défaire les paquets de cocaïne cachés sous le moteur. Après cette escale technique, les deux hommes ont quitté les lieux pour rejoindre le domicile du plus jeune, non loin de là. Le filet s'est refermé sur eux à ce moment-là. Une dizaine de policiers de la PJ ont alors procédé à l'interpellation des frères et du garagiste.

Dans l'appartement du suspect, ils ont mis la main sur les stupéfiants, environ 4kg de cocaïne quasiment pure, ainsi que sur 6kg de produits de "coupage" destinés à augmenter les quantités revendues. Du matériel de conditionnement a également été découvert dans l'appartement. Pour un enquêteur de la PJ, les bénéfices tirés de ce genre de trafic sont énormes : "Le prix de revente, c'est 6 000€ les 200grammes. Ce qui fait 300 000€ pour un seul voyage. Il s'agit d'une cocaïne de très bonne qualité."

Deux clients des suspects arrêtés, des grossistes qui revendaient notamment la drogue dans plusieurs cités marseillaises ont également été appréhendés, le lendemain, entre la Pomme (11e) et La Ciotat, où résidaient les deux autres trafiquants présumés. La PJ estime, aujourd'hui, que les deux animateurs du réseau ont pu effectuer trois ou quatre allers-retours du même genre. Une activité très lucrative que le Groupe d'intervention régional (Gir) va désormais étudier à la loupe, pour tenter d'identifier le circuit de l'argent ainsi gagné et les éventuels investissements à l'étranger qui ont été engagés. Pour l'heure, les cinq suspects ont été mis en examen et écroués.

 

Source La Provence le 20 août 2011

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |