Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 septembre 2011

Guéant et Gaudin piétinent la laïcité !

Polémique autour d'une salle de prière

Publié le vendredi 16 septembre 2011 laprovence.com

 

http://38.img.v4.skyrock.net/384/nas5904/pics/673935866.jpg

Hier, Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur, a insisté sur la question des prières dans la rue, qui semble être devenu une vraie priorité pour le gouvernement : "Le problème persiste à Marseille autour de deux mosquées et à Nice. Ma vigilance sera sans faille pour que la loi soit appliquée. Prier dans la rue n'est pas digne d'une pratique religieuse et contrevient au principe de laïcité."

Coïncidence ou pas : hier, dans la soirée, un communiqué tombait, émanant des services de la préfecture : "Le préfet des Bouches-du-Rhône a, ce matin, repris l'attache du Conseil régional du culte musulman et de la Ville. Cette dernière a accepté de mettre à disposition des associations cultuelles concernées, un espace de 1000m² situé à proximité de la Porte d'Aix (l'ancien marché Velten). Cette mise à disposition sera provisoire et devra permettre à ces associations de rechercher des solutions pérennes."

 

http://fr.altermedia.info/images/gaudin_islam.jpg

L'information, que personne n'a voulu confirmer côté mairie centrale, a fait bondir le maire du 1er secteur PS Patrick Mennucci : " Je suis stupéfait. Cette salle n'est pas disponible. Il y a un engagement entre la Ville et l'État pour faire le centre social Belsunce. 10 M€ doivent être investis, de l'argent Anru qui sera perdu s'il n'est pas utilisé avant le 31 décembre 2013. Puis, l'endroit est un cloaque. Il va falloir près de 500 000€ pour le retaper. Je ne donnerai pas mon accord. Je peux essayer de prêter le gymnase du dessus pour la prière du vendredi mais l'ancien marché Velten, c'est impossible."

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Guérini connexion

Affaire Guérini : ex-cadre du CG 13, Jean-Marc Nabitz interpellé à son retour d'Israël


 
 

Publié le vendredi 16 septembre 2011 laprovence.com 16/9/11

L' ex-directeur de "Treize développement", un des satellites du Conseil général des Bouches-du-Rhône a été entendu par le juge Charles Duchaine.

http://www.publicsenat.fr/sites/default/files/imagecache/large/photo1316197750241-1-00.jpg

Jean-Marc Nabitz, ex-directeur de "Treize développement", un des satellites du Conseil général des Bouches-du-Rhône, chargé plus précisément des questions d'aménagement, s'est constitué prisonnier.

Placé en garde à vue, hier, dans les locaux de la Section de recherche de la gendarmerie de Marseille, il a été transféré ce matin peu après 9 heures, au Palais de justice de la cité phocéenne où il a été entendu par le juge Charles Duchaine. Le parquet de Marseille pourrait prendre dans la journée des réquisitions de placement sous mandat de dépôt.

Jean-Marc Nabitz est considéré par les enquêteurs comme un personnage-clef de l'affaire Guérini, mais aussi de plusieurs autres instructions liées à des fraudes présumées aux marchés publics, dont celle qui concerne Bernard Barresi, le parrain marseillais arrêté en 2010 après 18 ans de cavale. Jean-Marc Nabitz a travaillé de 1984 à 1993 chez Silim, une société de traitement des déchets appartenant à la Société des Eaux de Marseille. Il aurait également exercé des responsabilités dans une filiale de la Générale des Eaux (aujourd'hui Veolia) et a eu des activités en Afrique. Il a ensuite rejoint le Conseil général des Bouches-du-Rhône où il était l'un des collaborateurs les plus proches de Jean-Noël Guérini.

Spécialiste du traitement des déchets, Jean-Marc Nabitz intervenait régulièrement sur la question des décharges et de l’incinérateur. C'est notamment lui qui a piloté l'élaboration du Plan départemental d'élimination des déchets, qui a récemment fait l'objet de vives critiques de la part de la Chambre régionale des comptes. Ce plan défendait l'extension de la décharge de La Ciotat exploitée par une société appartenant à Alexandre Guérini, extension rendue possible par la préemption par le CG d'un terrain dans des conditions douteuses.

Autre domaine d'action de Jean-Marc Nabitz, les marchés de construction et de rénovation des bâtiments dépendant du Conseil général dont les collèges. Plusieurs personnes entendues par les gendarmes et des lettres anonymes ont fait part de "dysfonctionnements" dans ces dossiers.

Fin 2009, Jean-Marc Nabitz avait quitté la France pour s'installer en Israël. Depuis plusieurs mois, le juge Duchaine souhaitait l'entendre. En juin dernier, La Provence a révélé que dans le cadre d'une enquête ouverte pour "blanchiment d'argent", des magistrats helvètes ont découvert à Genève un compte bancaire appartenant à Jean-Marc Nabitz et à son épouse, sur lequel se trouvait 1,5 million d’euros.

Ouvert au nom d’une société de Panama, ce compte a été bloqué par les enquêteurs mi-avril... au moment où M. Nabitz tentait de transférer 1,1 million en Israël. En France comme en Suisse, la justice nourrit des soupçons sur les marchés publics qu’il a passés lorsqu’il dirigeait "Treize développement", ainsi que sur ses affaires privées.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

jeudi, 15 septembre 2011

Islamisation:Prier dehors pour mieux obtenir une mosquée payée par les contribuables français !

 

Marine Le Pen dénonce l'ouverture de la mosquée destinée à empêcher les prières de rue

LEMONDE.FR avec AFP | 15.09.11 |

 

Musulmans en prière à Marseille.

Musulmans en prière à Marseille.GAMMA/PATRICK MESNER

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a dénoncé, jeudi 15 septembre sur TF1, la transformation d'une ancienne caserne en lieu de culte musulman à Paris, une opération destinée à empêcher les prières de rue qu'elle dénonçait depuis des mois. "Je ne suis pas très satisfaite parce que je m'aperçois que l'Etat français se soumet à un véritable chantage, c'est-à-dire qu'on occupe les rues et on dit 'on occupera les rues tant que vous n'aurez pas violé la loi sur la laïcité en nous donnant un bâtiment'", a déclaré la patronne du parti d'extrême droite dans l'émission "Parole directe".

Lorsqu'il lui a été rappelé que le lieu, une ancienne caserne militaire, était loué, Marine Le Pen a immédiatement répliqué : "2 500 euros par mois pour 1 700 mètres carrés, ça fait, je crois, 1,47 euro le mètre carré". "Je pense qu'il y aurait beaucoup de Français qui aimeraient pouvoir accéder à un logement social à 147 euros par mois les 100 mètres carrés", a-t-elle dit.

"Demain dans des dizaines de villes, des gens vont pouvoir aller prier dans les rues, en exigeant des pouvoirs publics tel ou tel bâtiment", a ajouté Mme Le Pen. "C'est une caserne (...) qu'on a accordée à ceux qui violaient la loi en priant dans la rue, moi j'aurais préféré qu'on en fasse des logements sociaux", ou un "centre de détention ouvert", a-t-elle conclu. Marine Le Pen avait provoqué une vive polémique en décembre 2010 en faisant un parallèle entre les prières de rue et l'Occupation allemande.

NOUVEAU LIEU DE PRIÈRE À MARSEILLE

Après Paris, Marseille va également mettre à disposition, provisoirement, un lieu de culte musulman pour mettre fin aux prières dans la rue, le temps que les plus petites mosquées trouvent des solutions d'accueil pérennes.

"La plupart des associations gestionnaires de mosquées ont réussi à trouver des solutions permettant désormais d'éviter ces pratiques. En revanche, un petit nombre d'entre elles ne semblent pas pouvoir faire face à l'afflux des fidèles dans des locaux trop exigus", a expliqué la préfecture. "Pour permettre une résolution rapide de ces difficultés", la ville de Marseille a accepté de mettre à disposition des associations culturelles concernées un espace de 1 000 mètres carrés, situé près de la Porte d'Aix. "Cette mise à disposition sera provisoire et devra permettre à ces associations de rechercher des solutions pérennes", a souligné la préfecture, qui estime que "toutes les conditions sont donc désormais remplies pour qu'il n'y ait plus de prières dans les rues à Marseille".

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Les Marseillais qui travaillent paient toujours plus !

15/09  Paul Molga
Les echos

Marseille taxe plus les ménages et se désendette

Attelée à la réduction de sa dette (1,8 milliard) et à la poursuite de l'effort d'investissement, la municipalité augmente le taux de ses impôts de 1,5 %. 

Ecrit par
Paul MOLGA
Paul MOLGA
Correspondant à Marseille

Après avoir modifié l'an dernier la grille d'abattement des impôts ménages, entraînant une hausse moyenne de leur contribution de 100 euros, la ville de Marseille doit maintenant se résoudre à augmenter de 1,5 % les taux des taxes foncières et d'habitation. « La question se pose chaque année de recourir à l'emprunt pour moins peser sur la fiscalité locale. Mais un tel choix ruinerait dix ans d'efforts pour réduire notre dette », explique Jean-Louis Touret, adjoint aux finances. La mairie s'est fixé deux règles d'or qu'elle a du mal à tenir : se désendetter et continuer à investir.

La marge de manoeuvre de la municipalité UMP dirigée par Jean-Claude Gaudin est en effet des plus étroites. La deuxième ville de France dispose d'un potentiel fiscal faible, les dotations que lui verse l'Etat sont gelées et les grandes collectivités de la région, toutes acquises à la gauche, ne lui font pas de cadeaux.

Effectif en baisse

Environ 60 % de ses recettes proviennent de la dotation globale de fonctionnement de l'Etat, dont le gouvernement a bloqué l'évolution. Les concours de la communauté urbaine, versés sous forme d'un forfait, n'ont pas bougé depuis dix ans. Enfin, seulement 55 % des foyers marseillais payent des impôts à la ville, lesquels représentent 40 % de ses ressources. Cette faible représentation des ménages amplifie la charge fiscale : 1 % de dépenses supplémentaires provoque 2,5 % de hausse des taxes !

La municipalité veille donc aux dépenses. Elle applique la règle du « 2 sur 3 » pour le renouvellement des effectifs lié aux départs à la retraite. Ce qui lui a permis de réduire de 1.500 le nombre de ses employés (11.500 agents) en dix ans alors que Marseille gagnait 50.000 habitants. L'encours de la dette, sous l'effet conjugué de l'inflation, de l'augmentation de la population, de la renégociation des taux (passés à 3,16 % aujourd'hui), est revenu sous la barre des 2.000 euros par habitant (1,8 milliard au total). Au final, la ville réussit tout de même à sauver environ 200 millions d'euros chaque année qu'elle consacre à des chantiers de développement économique : Euroméditerranée et zones franches urbaines, entre autres. « Le chômage s'est réduit de dix points en dix ans », rappelle Jean-Louis Touret.

Merci à Guillaume

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Voleurs, étrangers mais toujours remis en liberté !

Marseille : deux enfants de 12 et 14 ans déjà spécialisés dans le vol

Publié le jeudi 15 septembre 2011 laprovence.com 15/9/11

Ces Roumains ont été arrêtés sur le Vieux-Port, reconnus par une victime

http://mode.glamourparis.com/wp-content/uploads/2010/09/plus-belle-la-vie1.jpg

 

Les deux mineurs semblaient spécialisés dans le vol de téléphones portables, aux terrasses des restaurants. Ils ont été remis à leurs parents.

 

La jeune femme n'a pas hésité une seconde. En dévisageant cet enfant sur la terrasse de ce restaurant du quai du Port (2e ) à Marseille, elle a immédiatement reconnu le voleur de son téléphone portable, une semaine plus tôt. Il s'agissait bien de lui. Et manifestement, il n'en était pas à son coup d'essai. Avec son complice, interpellé comme lui quelques secondes plus tard, il aurait commis de nombreux vols de ce genre dans le centre-ville, mais aussi à Aubagne et jusque dans les quartiers Nord.

Après l'avoir reconnu, la cliente du restaurant a alerté la police. Une patrouille de la Bac est intervenue pour le maîtriser sans mal. Les fonctionnaires venaient de mettre la main sur un voleur présumé, à peine âgé de 12 ans. Dans le même temps, son comparse, lui aussi repéré pour son comportement déroutant, a été appréhendé, non loin de là, par un deuxième équipage de la Bac.

Les fonctionnaires, qui l'avaient discrètement suivi pendant plusieurs minutes, s'étaient aperçus qu'il aidait son ami, en faisant le guet pour lui. Sur lui, les policiers trouvaient d'ailleurs un téléphone portable. Une rapide analyse de l'appareil permettait d'établir qu'il avait été dérobé, avec violences, quelques jours plus tôt à Aubagne. Lui venait à peine de fêter ses 14 ans.

Si ce ne sont que des enfants, les fonctionnaires les ont malgré tout interrogés à l'hôtel de police, pour en savoir davantage sur leurs agissements. Le plus âgé a été entendu sous le régime de la garde à vue, son complice comme témoin. Ils n'auraient pas fourni d'autres précisions sur leurs actes, mais simplement indiqué qu'ils vivaient avec leurs famille dans deux squats différents, dans le quartier de la Rose (13e) et à proximité de la cité Félix-Pyat (3e).

Ils ont finalement été remis à leurs parents avant d'éventuelles poursuites. L'affaire tombe mal pour ces deux mineurs, en pleine polémique sur la délinquance des mineurs d'origine rom et comorienne, à Paris ou à Marseille, pointée du doigt par le ministre de l'Intérieur. Vu le tollé suscité par ses propos, pas sûr toutefois qu'il soit tenté d'intervenir dans ce nouveau dossier.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

"L'action" du gouvernement Sarkozy face à la crise vue par la presse suisse

François Fillon, mesurettes et cacahuètes

"Paris continue de manquer de réalisme." Tel est le titre de l'éditorial publié par le quotidien suisse après le plan d'économies de 1 milliard d'euros que François Fillon a annoncé le 24 août – un gadget à visée électoraliste, estime cet éditorial.

25.08.2011 | Frédéric Lelièvre |Le Temps (quotidien suisse)

Courrier international
 
Françoise Fillon, lors de la conférence de presse à Matignon qui s'est tenue le 24 août 2011.

Françoise Fillon, lors de la conférence de presse à Matignon qui s'est tenue le 24 août 2011.

La conférence de presse avait pourtant bien commencé. Depuis des semaines, les prévisions de croissance officielles du gouvernement français faisaient au mieux sourire les économistes, au pire suscitaient les critiques du FMI, tant Paris péchait par excès d'optimisme. Mercredi soir [le 24 août], François Fillon a révisé à la baisse ses attentes pour 2011 et 2012. Le Premier ministre français n’a toutefois pas fait preuve de davantage de réalisme. Celui qui en 2007 déjà déclarait la France en "situation de faillite" veut rassurer les investisseurs, en particulier les non-résidents qui financent plus de la moitié de la dette française. On peut douter que l’objectif soit atteint.

Tout d’abord, l’ampleur de l’austérité annoncée se révèle minimale : 1 milliard d’euros cette année, 11 milliards l’an prochain, quand le déficit devrait frôler les 100 milliards fin décembre. Ensuite, la rigueur de Paris paraît pâle face aux 45 milliards d’économies annoncés ce mois par Rome. L’Italie sent davantage la pression du marché, mais les taux d’intérêt payés par la France ne cessent eux aussi d’augmenter. Sans oublier qu’en 2011 la charge de la dette est devenue le premier poste de dépense de l’Etat français, devant l’éducation. Surtout, il manque toujours un calendrier précis pour espérer un jour le retour à l’équilibre des finances publiques. François Fillon vante certes la "règle d’or". Cependant, cette mesure qui doit limiter l’endettement fait toujours débat. Et, en l’état, ne contient presque aucun caractère contraignant. Après quarante ans de comptes publics dans le rouge, les investisseurs savent donc à quoi s’attendre. Enfin, les dispositions annoncées ressemblent à une collection de mesurettes, quand ce ne sont pas des gadgets, à l’instar de la taxe sur les parcs d’attractions ou celle sur les sodas.

En réalité, il s’agit d’une austérité de campagne électorale, à moins d’un an de l’élection présidentielle. En témoigne la taxe sur les riches, qui a pourtant par le passé toujours manqué d’efficacité, et dont le montant, 200 millions, paraît symbolique vu les enjeux. Nombre de ces mesures vont d’ailleurs contribuer à augmenter la pression fiscale, alors que les dépenses de l’Etat représentent déjà près de la moitié de la richesse annuelle nationale. On voit mal dès lors la croissance de repartir. La France pense encore pouvoir repousser à 2012 le grand soir des réformes structurelles. Il n’est pas sûr que ses créanciers, qui souhaitent aussi son redressement pour récupérer leurs fonds, lui en laissent le temps.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Crédit à la consommation: Encore un record pour Sarkozy.

La contraction du crédit à la consommation s'accélère en France

lepoint.fr

Selon l'Association française des sociétés financières (ASF), la production de nouveaux crédits en juillet recule de 6,6 % sur un an.

Après une hausse tonitruante au premier trimestre de 9,3 %, la production de nouveaux crédits à la consommation - ce qui comprend les crédits renouvelables, les financements affectés, les prêts personnels et la location avec option d'achat - par les établissements spécialisés de l'Association française des sociétés financières (ASF) poursuit sa contraction entamée au deuxième trimestre. La dynamique baissière, en juillet, s'est accélérée à - 6,6 % sur un an, soit - 4 % en moyenne sur les trois derniers mois. La plus forte baisse depuis janvier 2010. Pour autant, elle est encore bien loin des - 18,5 % observés sur le trimestre écoulé en juillet 2009. Entre janvier et mars 2011, la détérioration était ressortie à - 1,7 %, un niveau qui reste modéré.

Les mesures de soutien à l'économie dans le secteur automobile (primes à la casse) sont arrivées à leur terme fin 2010 et leurs effets retardés liés au décalage de livraison avaient été quelque peu bénéfiques à l'économie française au premier trimestre. Depuis, le contexte a changé. En juillet, les financements de voitures, particulières neuves - par crédit classique et location avec option d'achat - ont reculé de - 7,3 % sur un an et de - 6,7 % en moyenne sur les trois derniers mois.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

mercredi, 14 septembre 2011

Guérini, Bourgi, Guéant: les "trois points" abordés sur LCM

 

http://www.paca.afpa.fr/uploads/tx_afpaboxfree/LCM_logo.gif

 

Pour visonner l'émission, cliquez sur le lien.

L'entretien débute à 7 ' 40 ''

 

http://www.lcm.fr/fr/programmes/date-20110914/id-230944-l...

Publié dans Blog | Commentaires (3) |  Facebook | | |