Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 août 2013

Français de papier: L'imprimerie Valls tourne à plein régime !

14% de naturalisations en plus en un an

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le 24 août 2013 à La Rochelle

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le 24 août 2013 à La Rochelle ALAIN JOCARD AFP

SOCIETE - Selon les chiffres avancés par Manuel Valls...

Le nombre d'étrangers ayant acquis la nationalité française est reparti à la hausse avec une augmentation de 14% des naturalisations sur un an, selon le ministère de l'Intérieur, qui a présenté mercredi en Conseil des ministres un décret sur le sujet. Manuel Valls, attaqué à gauche cet été pour des propos controversés sur le regroupement familial, avait défendu samedi lors des universités d'été du Parti socialiste ses réformes en matière de naturalisation, «un beau combat pour la France».

Revenir sur les pratiques du gouvernement précédent

Il s'agit, selon lui, de revenir sur les pratiques du gouvernement précédent, qui avait durci l'accès à la nationalité. Les naturalisations avaient été divisées par deux entre 2010 et 2012 (près de 95.000 décrets en 2010, 46.000 en 2012). Pour les «relancer», Manuel Valls, né en Espagne et naturalisé Français à 20 ans en 1981, avait publié dès octobre 2012 une circulaire assouplissant les critères pour les précaires, les jeunes et les talents, notamment. Ses consignes ont eu leur effet: sur l'ensemble des demandes, 40% obtenaient un avis favorable des préfets en 2011, ce taux est remonté à 61% aujourd'hui, a indiqué à l'AFP l'entourage du ministre.

En conséquence, le nombre d'adultes naturalisés a augmenté de 14% entre juillet 2012 et juillet 2013, selon cette source qui prévoit une hausse finale plus forte compte tenu des délais de traitement des dossiers (18 mois légalement). Pour «parachever» le dispositif, Manuel Valls a présenté mercredi à ses collègues un décret visant à harmoniser les pratiques des préfectures, un rapport de l'inspection générale de l'administration ayant fait état de taux de refus pouvant varier de 10 points d'un site à l'autre. En vue de créer des «pôles de compétence», le décret prévoit d'expérimenter trois «plateformes régionales» pour l'instruction des dossiers: à Nancy pour la Lorraine, Besançon pour la Franche-Comté (dès le 1er septembre) et Beauvais pour la Picardie (au 1er janvier).

Finis les QCM

Nancy testera également une «commission citoyenne d'assimilation»: il s'agit d'ouvrir à des tiers les entretiens d'assimilation, au cours desquels les candidats à la nationalité doivent démontrer leur connaissance du français, de la culture et des valeurs françaises. Outre le préfet ou un de ses représentants, l'entretien sera désormais mené avec deux «personnalités qualifiées». Un autre décret, qui sera publié vendredi au Journal officiel, entérine l'abandon du questionnaire à choix multiples (QCM) de culture générale, prévu dans une loi du 1er janvier 2012 mais jamais appliquée.

Ce second décret dispense par ailleurs les personnes âgées de plus de 60 ans (contre 65 dans la dernière circulaire) et les diplômés d'établissements francophones, des tests de langues menés par des organismes extérieurs pour vérifier la connaissance du français. Surtout, il prévoit que ce test ne soit plus éliminatoire en lui-même: l'étranger pourra toujours se rattraper s'il parle bien lors de l'entretien.

La naturalisation comme Français, ouverte selon des critères liés au séjour régulier, à l'intégration et à l'absence de condamnations pénales, n'est pas un droit : elle est soumise à la décision discrétionnaire de l'administration qui peut la refuser même si les conditions sont réunies. Environ 44% des immigrés vivant en France ont été naturalisés en moyenne après 14 ans de résidence sur le sol français, selon l'association France Terre d'Asile (FTA).

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

L'agressé était roux, et les agresseurs ?

Roué de coups parce qu'il est roux

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE MERCREDI 28 AOÛT 2013 Àlaprovence
 

 

L'affaire remonte au 5 août dernier et est passée inaperçue dans le flot d'une actualité judiciaire et policière trop chargée. Il a 18 ans et porte les cheveux roux. Pas vraiment une excentricité, ni même une bizarrerie de la nature. Il marche tranquillement sur le square Stalingrad (1er). Face à lui, un groupe de jeunes gens désorientés entame les hostilités et les moqueries. Au sein de cette petite bande de cinq garçons, âgés de 14 à 17 ans, le plus âgé - le meneur - est un petit caïd. Les services de police l'ont déjà interpellé à plusieurs reprises pour avoir commis de nombreux vols avec violences et des violences volontaires. Est-il à la tête de cette véritable opération punitive ? Toujours est-il que l'affrontement, déséquilibré, tourne vite à la bagarre. Le jeune homme est dépassé par le groupe qui devient de plus en plus violent. L'adolescent de 17 ans prend les devants. Avec une lâcheté incroyable, face à la victime encerclée par sa petite armée, il se saisit d'une barre de fer et la lance au visage du jeune homme.

Le choc le fait chuter. Sa mâchoire est brisée en de nombreuses parties. Il reste au sol. Dans un éclair de lucidité, les agresseurs préfèrent ne pas en rajouter et s'enfuient. Quelques jours plus tard, alors que le blessé est soumis à 45 jours d'ITT, les hommes du Groupe de voie publique (GVP du centre-ville) identifient tous les auteurs, malgré l'absence de vidéo. "Tous mes hommes connaissent désormais parfaitement le terrain, précisait le commissaire David Brugère, à la tête du GVP. C'est d'ailleurs leur mission, ils sont là pour récupérer le terrain."

Le principal auteur, arrêté le 14 août, a finalement été écroué. Ses complices sont mis en examen dans l'attente de leur procès.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

lundi, 26 août 2013

Hommage à Jacques Blondel

 - Publié le 26/08/2013 lepoint.fr

Un silence religieux pendant une marche d'une demi-heure, puis deux minutes d'applaudissements sans discontinuer sur les lieux du crime: la population de Marignane a rendu un hommage émouvant lundi à Jacques Blondel, ce retraité tué jeudi en tentant d'interpeller deux braqueurs.

Ils étaient près de 2.000 à avoir répondu à l'appel lancé dès le jour du drame par le maire de la commune, Eric Le Dissès (DVD).

De fait, seuls quelques avions en approche de l'aéroport tout proche de Marignane sont venus parfois troubler cette procession. Un symbole, si l'on veut: Jacques Blondel était salarié d'Air France sur le site aéroportuaire...

La marche s'est élancée vers 18h00 depuis le tabac "La civette du Rampal", en plein centre-ville, où deux jeunes gens ont commis le braquage.

"Cette marche est une très bonne chose. On se dit juste qu'il ne faudrait pas attendre de tels drames pour que les choses bougent", explique le gérant, avant de tirer le rideau, comme d'autres boutiques de cette rue très commerçante.

Les élus du conseil municipal, tous en chemises blanches, ont déployé une banderole en tête de manifestation. "Ton acte courageux t'a coûté la vie. Jacques, merci pour tes valeurs. Marignane t'accompagne", y lit-on. Une photo de la victime y est aussi imprimée.

Le maire, à qui la famille a demandé d'être son porte-parole, se tient au centre. Sur sa droite, il y a la belle-fille de la victime, seule représentante d'une famille souhaitant préserver son intimité. Sa petite-fille de 15 mois dort dans une poussette. l'enfant qui était dans la voiture lorsque Jacques Blondel, accompagnée de sa femme, a commis ce geste qui lui a coûté la vie, que certains qualifient d'héroïque.

"Merci Jacques"

"Jacques Blondel pourrait être notre père, nous avons l'âge de ses enfants. Tout Marignane ne parle que de cette histoire. C'est un héros, à l'ancienne cependant, car aujourd'hui on meurt pour cela. C'est honteux...", expliquent ainsi les Marignanaises Morgane Noël, 21 ans et Marion Geay, 22 ans, agent administratif et employée de banque.

Elles paraissent plus jeunes que la majorité des participants. Comme Marie-Thérèse et Claude, un couple de retraités, rose blanche en main. "Il a été héroïque, mais il a pris des risques. Qu'aurait-on fait à sa place...? Nous lui rendons hommage, mais nous avons la haine", disent-ils. Patrice, 40 ans, commerçant à Vitrolles, ville limitrophe, est venu pour "faire prendre conscience aux politiques qu'ils doivent régler le problème de cette violence qui monte".

Dans la foule, le secrétaire départemental du FN, Stéphane Ravier, reçoit des marques d'attention. Son parti a réalisé 34,8% dans la commune au premier tour des présidentielles de 2012. Un maire d'extrême-droite, Daniel Simonpierri (MNR), dirigea aussi la ville en 2001. Alors que la famille a mis en garde contre toute tentative de récupération politique, il justifie sa présence "comme citoyen écoeuré par cette barbarie sous nos yeux".

Trente minutes après son départ, le cortège rejoint l'endroit où Jacques Blondel a été tué, à 300 m à peine de sa maison, face à une modeste résidence, pour faire halte devant une grande photo encadrée de la victime en t-shirt rouge. Le maire dépose ensuite une gerbe. "Merci Jacques, merci pour tout", dit-il simplement, avant d'applaudir, immédiatement suivi par la foule dans un moment d'émotion.

Puis les habitants viennent déposer des fleurs, se signant parfois. "La France aux Français!", lance l'un deux, applaudi par quelques-uns seulement. D'autres entonnent La Marseillaise. Marignane semble à vif.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Eugène Caselli, la créature du système dans le 7ème secteur.


LE SOCIALISTE CASELLI ADMET QUE LE FRONTISTE... par ANTISTAL


Ancien bras droit de Jean-Noël Guérini, toujours bras gauche de Jean-Claude Gaudin, tête choisie par Sylvie Andrieux, jambe droite de FO territoriaux, jambe gauche de la CGT Dockers, et ventre mou du parti socialiste, Eugène Caselli, la créature du Système, a été envoyée dans le "13-14" pour combattre le danger que représentent le Front National et son leader local Stéphane Ravier !

Certains auraient pu penser, bien naïvement, que "Gégène" descendait dans l'arène pour combattre l'insécurité, la pauvreté, la saleté des rues, le clientélisme, et bien pas du tout !!!

Le danger, ce ne sont pas les braquages à répétion, l'hyper violence, le trafic de drogue devenue la première activité économique de bon nombre de cités, ce n'est pas la "favélisation" de nos quartiers, non, tout ça ne met pas en danger la République, entendez la raie-publique des copains et des coquins !

Le seul "danger", l'unique, celui qui met en péril les magouilles, les turpitudes, le système UMPS à bout de souffle, c'est Stéphane RAVIER et le Front National qui peuvent remporter, démocratiquement, par la voix des urnes (rendez-vous compte !) le secteur le plus peuplé de Marseille.

Nous nous verrons donc bientôt monsieur Caselli, à l'issue des primaires socialistes, ou des socialistes primaires. En attendant, je serai dans le "13-14", comme chaque jour, depuis 14 ans...

Publié dans Blog, Vidéos | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Au suivant...

Il meurt après avoir été poignardé lors d'un baptême à Fos-sur-Mer

 
FOS-SUR-MER / PUBLIÉ LE DIMANCHE 25 AOÛT 2013 laprovence
 

 

De vieilles querelles, un différend familial ? On ignore encore le mobile de l'altercation qui a conduit au décès d'un jeune homme par arme blanche, ce soir vers 22h30 à l'hôpital de la Timone. La victime y avait été conduite dans un état très préoccupant aux environs de 17h après avoir été blessée au couteau à Fos-sur-Mer.

Une bagarre l'avait opposée quelques minutes plus tôt à un autre garçon âgé d'une vingtaine d'années, à l'occasion d'un baptême dans la communauté des gens du voyage. Plusieurs témoins avaient semble-t-il assisté à la scène, mais l'auteur des violences s'était enfui. Il s'est finalement présenté au commissariat de Martigues en début de soirée. C'est son beau-père qui l'aurait convaincu de se rendre et c'est lui qui l'a accompagné auprès des services de police.

L'enquête avait brièvement été confiée à la police judiciaire de Marseille, mais la reddition du principal suspect devrait modifier la procédure qui avait été engagée. Les investigations vont évidemment se poursuivre pour comprendre les raisons d'un tel geste, quinze jours après la mort d'un autre garçon mort poignardé sur le Vieux-Port et trois semaines après celle de Jérémie, l'étudiant tué à proximité de la gare Saint-Charles.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

dimanche, 25 août 2013

Lundi à 18h, comme annoncé, nous marcherons.

Drame de Marignane : la famille ne veut pas de "récupération politique"

 
MARIGNANE / PUBLIÉ LE DIMANCHE 25 AOÛT 2013 laprovence
 

Jacques Blondel a reçu deux balles dans l'abdomen et dans la cuisse jeudi soir. Tirées par deux braqueurs qui n'ont laissé aucune chance au sexagénaire

Hebergeur d'image

Le voyou et - présumé- assassin Marwan Rezgui

Près de trois jours ont passé. Mais l'émotion est toujours aussi intense à Marignane, autour du lieu où Jacques Blondel a reçu deux balles dans l'abdomen et dans la cuisse jeudi soir.

Une émotion qui atteindra son paroxysme demain, à 18 h, avec l'organisation d'une marche blanche, à la mémoire du sexagénaire. Le cortège va se réunir devant le tabac "La Civette du Rampal", celui-là même que les braqueurs avaient "visité" avant de croiser le chemin de Jacques Blondel, puis effectuera une petite boucle pour terminer sa route au Parc Perrussons, à l'endroit même où les malfaiteurs ont tiré sur ce retraité d'Air France.

Si, depuis deux jours, les réactions sont de plus en plus nombreuses, la famille ne souhaite pas pour autant que cette marche blanche serve "de prétexte pour une quelconque récupération politique, a expliqué Thierry, un ami proche de la famille, joint hier par téléphone. La marche est ouverte à tous et toutes, on ne peut interdire à personne de venir. En revanche, c'est simplement et uniquement un moment de recueillement. Il est hors de question que les différents hommes et femmes politiques se servent de ce décès pour une raison ou pour une autre."

Un message clair qui fait écho aux volontés de certains de venir se greffer à la marche. Stéphane Ravier, le secrétaire départemental du Front national, avait dès vendredi exprimé son envie d'être présent. Vincent Burroni, le député de la 12e circonscription a, lui aussi, dans un communiqué, affirmé qu'il serait présent. La femme de Jacques et ses deux fils, en revanche, ne devraient pas être là. Une épreuve "trop dure", selon Thierry...


Le suspect risque la perpétuité

Il devait fêter ses 18 ans le jour du drame. Le jeune homme soupçonné d'avoir braqué le buraliste avant de tirer sur Jacques Blondel, le retraité, a été mis en examen hier soir pour "vol avec arme" et "meurtre ayant pour objet l'impunité de son auteur", ce qui peut lui valoir la réclusion criminelle à perpétuité.

Le garçon, qui reconnaît sa participation au vol à main armée, mais pas sa responsabilité dans l'homicide, était connu des services de police pour une douzaine de délits, comme des vols et des cambriolages, entre 2011 et 2012. Le tribunal pour enfants l'a condamné trois fois pour ces faits. Des témoins auraient par ailleurs fourni des éléments clairs permettant d'indiquer que le garçon mis en examen, originaire de la cité Parc Saint-Georges à Marignane, est bien l'auteur du coup de feu mortel.

Lors de sa garde à vue, il n'aurait livré que des informations "fantaisistes" sur son complice.

La police judiciaire est en train de vérifier ces éléments, mais ne fonde pas vraiment d'espoirs sur ces allégations.

La brigade criminelle poursuit ses investigations pour localiser le deuxième homme.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commémoration de la libération de Marseille

C'était ce dimanche matin à 10h devant le char le " Jeanne d'Arc" au pied de Notre Dame de la Garde.

Gaudin (enfin de retour à Marseille) et Caselli étaient présents, mais ils n'ont pas jugé utile de me saluer.

L'hommage du vice à la vertu ? 

Rassemblement 14 août  Commémoration Libé Marseille 28 août 052.jpg

 

Rassemblement 14 août  Commémoration Libé Marseille 28 août 051.jpg

Rassemblement 14 août  Commémoration Libé Marseille 28 août 061.jpg

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Discours intégral de S. Ravier prononcé le 14 août à l'occasion du rassemblement contre l'insécurité à Marseille.

Rassemblement contre la criminalité et à la mémoire de Jérémie

14 août 2013 Marseille

 

"Samedi matin, j’ai effectué une visite du quartier de Saint Just dans le 13ème arrondissement.

Accompagné de plusieurs militants du secteur nous avons distribué un tract estival de « bonnes vacances » aux commerçants et aux habitants du quartier. Une visite bon enfant, détendue…

Nous étions loin de nous imaginer qu’un jeune étudiant de 22 ans était entre la vie et la mort.

Pour s’être rendu à la gare Saint Charles, la gare de la deuxième ville de France, Jérémie Labrousse a reçu un coup de couteau à la gorge, porté semble t’il par Ali Hamadou, marginal présenté dans les secondes qui ont suivi son arrestation, comme un déséquilibré, un irresponsable, forcément irresponsable…

Comme vous, j’ai suivi quasiment heure par heure l’évolution de la situation, l’évolution de l’état de santé de Jérémie

L’annonce de son décès dimanche après midi a, comme pour vous, comme  pour chaque Marseillais déclenché en moi plusieurs sentiments : tout d’abord une immense tristesse, une véritable douleur physique car ce jeune homme ne méritait pas, Il ne devait pas mourir ainsi, si vite, si violemment  alors qu’il commençait à peine de vivre…

Puis ce fût l’indignation, et la colère, de la légitime colère !

Car à la lecture des faits et des antécédents de ce « déséquilibré » on constate très vite qu’il n’en a pas toujours été ainsi :

La Provence nous apprend que ce « déséquilibré » cet « irresponsable » en plus d’un dossier médical,  possède un solide casier judiciaire comprenant pas moins de 10 condamnations !

Preuve que cet « irresponsable » n’a pas toujours été considéré comme tel !

On apprend  également que tout le monde dans le quartier connaissait et subissait son agressivité, que sa tête était connue des policiers et que ces derniers jours on avait même pensé à l’interner.

Tout ceci démontre que l’ON, que ON savait ! On savait que cet individu avait été condamné à plusieurs reprises pour violence, ON savait qu’il s’agissait d’un récidiviste, ON savait qu’il était agressif et qu’il pouvait passer à l’acte à tout instant. « ON » savait mais «ON » a laissé cet « irresponsable » dans la nature !

« ON» a laissé errer dans la ville un fauve sans surveillance, sans garantie qu’il ne s’attaquerait pas à un innocent, et c’est précisément ce qu’il a fait ce vendredi soir en s’attaquant à Jérémie.

Désormais, la colère et l’indignation doivent laisser la place à la recherche des responsables de cette situation, la recherche de ces ON qui savaient et qui n’ont rien fait. Car si Ali Hamadou a frappé, si sa culpabilité est reconnue, il y a d’autres responsables !

 

Ces « ON », mesdames et messieurs il est très facile de les identifier, ce sont celles et ceux qui depuis le meurtre de Jérémie se renvoient par communiqué de presse interposé la responsabilité de l’explosion de l’insécurité à Marseille :

« C’est pas moi, c’est lui »   « C’est pas le PS c’est l’UMP » « C’est pas l’UMP c’et le PS » « C’est Valls qui ne fait rien » « C’est Gaudin qui n’a jamais rien fait » Le problème c’est que pour une fois, ils ont tous raison, car ils sont tous responsables ! Et chacun, surtout à gauche,  tenant soudainement des discours aussi alarmistes que leurs propositions sont ridicules.

-Christophe Masse, emblématique de cette gauche de l’excuse qui évoque aujourd’hui un chaos à Marseille mais qui cet été encore proposait que l’on ouvre les écoles pour y accueillir les « jeûnes » ! Déjà qu’ils n’y vont pendant l’année scolaire…

- Eugène Caselli, qui ne sait jamais exprimé sur le sujet depuis que Gaudin l’a fait élire à la tête de la CUM, à demandé que Marseille soit entièrement mise en ZSP : en Zone Socialiste Paralysée sans doute…

- Et puis il y a la recette de Marie Arlette Carlotti qui propose elle des policiers à cheval ! Face à des individus qui se déplacent en moto surpuissante ou en berline, cela risque d’être très efficace…

Mais madame Carlotti a tenu à préciser que cela donnerait une allure « bon enfant «  Il y a toujours un côté festif chez les socialistes…

-Il n’y en a qu’un qui reste cohérent, reconnaissons lui ça au moins, c’est Patrick Mennucci. Pour lui, il ne s’agit que d’un manque de moyens sociaux.

Au lendemain de la tentative de noyade d’un policier par une meute de hyènes sur la plage des Catalans, monsieur Mennucci a estimé que cette violence était la conséquence d’un manque de structures sociales !

Mais ces jeunes étaient sur la plage, sous un beau soleil, que leur faut-il de plus ?!!! Leur offrir des vacances sur les plages tropicales pour qu’ils comprennent qu’un policier cela ne se noie pas ?!!!

Dans l’affaire Jérémie, Patrick Mennucci récidive, selon lui c’est la concentration dans le centre ville des structures d’accueil de « malades » qui pose problème !

-Valls qui ne s’est même pas déplacé utilise la méthode Coué comme l’avait fait avant lui l’UMP Guéant évoquant ses « très bons résultats »  Un déni de la réalité qu’il dispute à l’UMP

- Le ministre Lamy  a fait une proposition que le ministre de l’intérieur n’a pas désavouée : Il demande aux  policiers d’aller dans les cités à la rencontre de la population, des « jeûnes », pour leur expliquer en quoi consiste leur travail !!!   Ce serait donc la Police la responsable, ce serait elle qui par manque d’explications sur son métier, pousserait les crapules à agir !

Et puis j’oubliais Samia Guérini, ou Samia Ghali qui elle, a proposé il y a déjà quelques mois, l’intervention  de l’armée devant les cités, devant, pas dedans ! Courageuse mais pas téméraire ! Mais elle a quand même tenu à faire savoir qu’à cette idée, elle ne croyait pas elle-même, il s’agissait seulement de mettre « un coup de pied dans la fourmilière   pour faire bouger les lignes »

On le voit une fois de plus, avec le PS on chasse le naturel, et il revient au Ghali et au triple galop !

Le laxisme dogmatique de la gauche n’a rien à envier à la couardise et à la veulerie de la droite.

 -A l’UMP et son 1er représentant ici à Marseille, Jean-Claude Gaudin : 18 ans de silence, 18 ans de déni, il souhaite aujourd’hui dans un moment d’éveil, davantage de policiers mais il ne s’est pas élevé quand Sarkozy en réduisait le nombre de 12.000 ! Il a refusé d’utiliser les pouvoirs qui sont les siens pour combler ce déficit de l’État ! Comme la police municipale ou les arrêtés anti-mendicité.

L’UMP, Gaudin, Teissier, Tian dénoncent le laxisme judiciaire du PS et de Taubira, mais  madame Taubira  ne fait qu’emboiter le pas à l’UMP Rachida Dati (Moins de 2 ans de prison= 0 jour de prison !)

 

TOUS ! Ils sont tous responsables de l’explosion de l’insécurité et de la barbarie à Marseille ! UMP, PS, FDG, MODEM, VERTS, tous ont ignorés les alertes que je lançais il y des années déjà !

Tous m’ont répondu que  je surfais sur la peur, que l’insécurité n’était qu’un sentiment et que si insécurité il y avait, il s’agissait tout au plus d’une insécurité sociale !  Que les milliards déversées dans la politique de la ville, cache sexe de la politique d’immigration, allaient résoudre comme par enchantement le problème. Les milliards sont partis en fumée, l’insécurité s’est aggravée !  Que de temps perdu, que d’innocents sacrifiés !

 

L’abandon de nos valeurs, de la morale, le consumérisme effréné entretenu par les marchands du Temple, la folle politique d’immigration, la réduction des effectifs de police, le laxisme judiciaire, l’angélisme politique, la corruption politique, voilà ce qui unit l’UMP et le PS et voilà ce qui a crée les conditions de l’explosion de l’insécurité qui vire à la barbarie dans la ville de la Bonne Mère !

 Mais il est aussi l’abandon d’une réelle politique de santé publique NATIONALE !

Alors que l’on dilapide l’argent public en accordant AME et CMU à tous les prétendus malheureux de la terre, alors que la classe politique accueille toute la misère du monde, il n’y aurait plus de crédit pour notre système de santé et plus particulièrement dans sa branche psychiatrie ; c’est ainsi que l’on apprend que les rues de Marseille constituent le plus grand hôpital psychiatrique de la ville ! Parmi les 12.000 SDF que compte la ville, 4.000 sont jugés malades et un médecin rapporte dans la Provence que seulement 20% de ces malades sont réellement suivis. Plusieurs milliers de « malades » d’irresponsables sont la nature, prêts à passer à l’acte, pour la simple et détestable raison que nous n’aurions pas les moyens de créer de nouvelles structures !

L’UMP trouve chaque année 800 M d’euros pour soigner les clandestins, Gaudin et ses amis du PS trouvent 100.000 euros pour financer l’europride, mais ne trouvent pas un centime pour mettre hors d’état de nuire des individus que l’on sait potentiellement dangereux !

C’est une fois de plus se moquer du monde et un véritable scandale !

-J’affirme, que le meurtre  de Jérémie n’est pas la faute à « pas-d’chance » et qu’il ne s’agit pas non plus, comme j’ai pu le lire que la mort de Jérémie serait comme un accident de la route.

A ceci près mesdames et messieurs que sur la route, il n’y a pas de tolérance, ce sont des radars partout, des contrôles permanents, des PV, on traque l’automobiliste comme un délinquant, et le délinquant réel lui, il est dans la nature !

 -J’affirme, que ce drame aurait pu être évité, si une politique sécuritaire et sanitaire cohérente avait été mise en place.

Permettez-moi Mesdames et Monsieur de vous lire l’article L.343 du code de santé publique :

: “En cas de danger imminent pour la sûreté des personnes, attesté par un certificat médical ou, à défaut, par la notoriété publique, le maire arrête, à l’égard des personnes dont le comportement révèle des troubles mentaux manifestes, toutes les mesures provisoires nécessaires, à charge d’en référer dans les vingt-quatre heures au Préfet qui statue sans délai et prononce s’il y a lieu, un arrêté d’hospitalisation d’office. »

Voilà ce que prévoit le texte, AVANT que le mal soit commis, AVANT que le mal soit fait, ON peut agir mais ON n’a pas agît, On a préféré ne pas interrompre ses vacances.

L’ensemble du personnel politique a préféré se défausser en privilégiant l’utilisation de l’arme de distraction massive : la Tolérance, la sacro-sainte Tolérance républicaine ! Et bien moi la seule Tolérance républicaine que j’appliquerai dans cette ville dès le mois de mars prochain, c’est la Tolérance zéro !!!

Tolérance zéro pour les délinquants quels qu’ils soient : les délinquants à capuche et les délinquants à cocarde !

Quand on a un Président du Conseil général, sénateur, mis en examen à trois reprises pour association de malfaiteurs, détention d’armes, détournements de fonds publics et qui continue à parader, à faire la Loi.

Quand on a pour exemple une députée socialiste, « la Reine Sylvie » toujours assise sur son Trône, condamnée elle à un an de prison ferme et qui continue à faire la Loi, comment voulez cous que les jeunes dans les cités se disent « mais moi, je vais la respecter la loi » Ils voient des élus qui en ont tellement plein les poches que ça déborde et qui ne sont pas punis…

Il y a un devoir d’exemplarité à mettre en place dans cette ville plus qu’ailleurs. Le personnel politique doit être exemplaire.

Avant de nettoyer les rues de Marseille, il faut d’abord nettoyer les hémicycles !!!

Il est temps que les honnêtes citoyens soient protégés et les délinquants châtiés comme ils le méritent, pas plus mais pas moins !

Et si je vous ai demandé de venir ici ce soir devant la Préfecture, ce n’est pas pour récupérer quoi que ce soit. Personne n’a fait ce grief à monsieur Mennucci pour avoir réuni quelques membres de son entourage sur les lieux du crime, où le sang n’était pas encore sec. Je suis venu récupérer la raison, la raison des responsables politiques pour qu’ils en finissent avec cette idéologie du laxisme.

Je ne suis pas venu pour verser une larme devant les caméras, nous avons tous souffert de cette tragédie : mais cette souffrance, l’expression que nous pouvons en avoir, nous gardons ça pour nous.

Les responsables politiques, les élus, ne sont pas mandatés pour verser des larmes devant les caméras, ils sont mandatés pour qu’à l’assemblée nationale, ils votent des lois, pour que dans les conseils municipaux, ils prennent des arrêtés pour que justement les larmes ne soient plus versées, c’est ça leur boulot !! Alors monsieur Mennucci, vos larmes vous pouvez vous les garder !

 

Si nous sommes là, c’est pour faire savoir que nous n’accepterons plus désormais  la banalisation…

- De l’insécurité : voitures volées, incendiées, viols, tout ça n’existe pas à Marseille. Aucune Marseillaise n’est violée dans cette ville, ce n’est publié nulle part en tout cas… Voilà une délinquance extrême déjà que l’on ne publie plus, que l’on évoque même plus. Elle ne fait même plus partie des faits divers mais des faits occultés.

- De  la barbarie : Qui se souvient de l’avocate égorgée dans son bureau sur cette même place il y a quelques mois ? Du chauffeur de car de Mazargues tué pour sa sacoche. Mazargues, quel symbole… Ce chauffeur de car pour qui une cérémonie religieuse avait été donnée ; une cérémonie à laquelle j’ai participé  sans avoir appelé à quoi que ce soit, sans aucune presse,  et bien au moment même où débutait cette cérémonie, à la minute près, était diffusé sur France 3 un documentaire ayant pour titre «  En attendant Gaudin » un reportage à la gloire de l’enfant de Mazargues…

Et puis qui se souvient du pompiste des Catalans, du bijoutier de la Rose, de la mamie des Jonquilles et plus récemment, même s’il en a réchappé, ce jeune qui, pour avoir refusé de donner une cigarette, a reçu lui aussi un coup de couteau dans la gorge, alors il n’en est pas mort, tant mieux, mais voyez comme l’information a été évacuée.

« Au suivant » se disent les responsables politiques qui font tout quand même pour allumer des contre feux :

Une fête sur le Vieux Port par ci, un match victorieux de l’OM par là, et  « ON » aura réussi à faire baisser la pression, à contenir la légitime colère populaire.

Comme vous, je n’accepte plus cette routine sanglante, je n’accepte plus que des jeunes soient tués  et des familles anéanties pour que quelques jours après, ces ignominies soient rangés sur les rayons des faits divers.

Un meurtre Monsieur  Gaudin, ne sera jamais un fait divers !!!

Et c’est vous Monsieur le Sénateur Maire qui devriez être là, à ma place, pour hurler cette vérité et pour réclamer et obtenir des moyens, pour exiger que la Justice ne soit pas injuste, et pour obtenir que les Marseillais, vos administrés, puissent vivre enfin en sécurité.

Alors, si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour dénoncer ces phénomènes.

Aujourd’hui on me reproche de jouer sur les mots. A d’autres on pardonne déjà d’avoir joué du couteau,  moi, on m reproche de jouer sur les mots car j’ai demandé que les Marseillais se saisissent des armes…démocratiques, légales, que constitue le bulletin de vote ; car je crois moi encore à al politique, à l’état de droit, je crois que force doit rester à la Loi à condition qu’on l’applique. Dix sept lois sur la sécurité ont été votées sous N. Sarkozy, mais pourquoi faire ? Pour rien, puisqu’elles ne sont pas appliquées.

Il y a des arrêtés à prendre. Jean-Claude Gaudin n’a pas souhaité les prendre ; ne comptez pas sur les représentants de la Rose qui sont dans l’angélisme permanent, et bien moi je les prendrai ces arrêtés, je ferai appliquer la Loi.

Je voulais vous remercier pour votre présence, et pour rendre un dernier hommage à Jérémie dont le corps sera inhumé samedi dans ses Vosges natales.

Jérémie, étudiant brillant qui aurait du décrocher son diplôme, qui aurait du trouver un emploi et fonder une famille, une nouvelle famille marseillaise peut être, mais l’incurie du personnel politique et la barbarie de nos rues en ont décidé autrement. 

D’habitude, les manifestations et les rassemblements du Front National se terminent par « La Marseillaise » et bien exceptionnellement, je souhaiterais que nous observions une minute de silence après avoir présenté en votre nom, en mon nom, au nom de tous ceux qui ont souffert de cette tragédie, nos condoléances à la famille et aux proches de Jérémie.

(…)

Je vous remercie.

Merci pour votre mobilisation, nombreux sont nos amis qui nous ont contacté pour nous faire savoir qu’ils regrettaient de ne pas pouvoir participer à notre action car en vacances à l’extérieur de Marseille.

Soyez convaincus que nous sommes ici la voix de l’écrasante majorité des Marseillais et des Français !

Soyez convaincus que les Marseillais sont désormais prêts à renverser la table sur laquelle s’est endormie depuis trop longtemps une classe politique qui vit de ses rentes.

Et bien au mois de mars, je vous invite à licencier tout ce beau monde, de prendre votre destin en main pour qu’enfin, nous puissions vivre en sécurité dans la deuxième ville de France."                  

 

 

 

 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |