Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 31 mars 2014

ce n'est qu'un début, continuons le combat ! (bis)

© CORENTIN FOHLEN POUR "LE MONDE"

La victoire en chantant. Dimanche 30 mars, sitôt sa victoire connue, Stéphane Ravier est monté sur scène, dans les salons du Garden, la salle de réception louée bien loin des « quartiers Nord », sa terre d'élection. Le chef de file du Front national à Marseille a dédié sa victoire à son père, ouvrier électricien, puis s'est mis à entonner le tube bien-de-chez-nous de sa victoire à lui. « Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux. Qu'est-ce qu'on attend pour faire la fête, lalalala, Marseille est bleue… »

Marseille reste à Jean-Claude Gaudin, mais, pour la première fois, un secteur de la ville, le 7e, tombe aux mains du Front national. Une grosse mairie, la plus peuplée de Marseille, 150 000 habitants des 13e et 14e arrondissements de Marseille, dans le nord de la ville, faite de cités aux noms d'arbres et de fleurs qui racontent mal leur délabrement. Des « barres » investies depuis les années 1960 par des Maghrébins puis des Comoriens, et qui se sont données à Stéphane Ravier, offrant à l'extrême droite l'une des plus grosses prises de son histoire. Lire la suite

Source :  

Commentaires

Bravo Stéphane Ravier, quel courage!

Écrit par : carole Tarnec | mardi, 01 avril 2014

Bravo!!

Écrit par : Michele Dawn Saint Thomas | mardi, 01 avril 2014

Bravo , cent fois bravo pour votre talent et tenacité

Écrit par : constans | dimanche, 06 avril 2014

Les commentaires sont fermés.