Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 décembre 2013

la gestion ruineuse de gaudin !

Dans son effort analytique et programmatique qui se concrétisera avec la présentation de son programme d'action et de gestion municipale, Stéphane Ravier s'est entouré de personnes qualifiées, travaillant parfois sous anonymat. Nous présentons ici les premiers éléments d'une analyse de la situation financière de la Ville de Marseille. Un document effarant ! A suivre...


- La dette à fin 2012 s'élève à 2 074 euros par habitant contre 1 214 euros pour la moyenne de la strate : elle est donc supérieure de 71% à la moyenne ;


- Les emprunts contractés par la ville de Marseille contiennent une part importante (et donc inquiétante) d'emprunts obligataires : au 31 décembre 2012, le capital restant dû de ses emprunts obligataires représentaient 220 millions d'euros ! Cela signifie que le moindre dérapage financier ne serait pas pardonnée par les agences de notation et aurait donc un effet boule de neige littéralement incontrôlable ;


- Cette dette colossale traduit une fuite en avant qui a continué de s'opérer en 2012, Marseille ayant souscrit 251 euros d'emprunt par habitant contre 124 euros pour la moyenne de la strate, soit plus de deux fois plus que la normale ! ;


- On peut d'ailleurs bien se demander à quoi servent tous ces emprunts car la ville de Marseille a sous-investi en 2102 : 256 euros par habitant contre 340 euros pour la moyenne de strate, soit 25% en dessous de la moyenne.


- Cette préoccupante dégradation financière explique que le ratio de rigidité structurelle, qui mesure les dépenses incompressibles de la commune (charges de personnel + charges d'intérêts + remboursement du capital des emprunts) en pourcentage des produits de fonctionnement, atteigne fin 2012 56% contre 51% pour la moyenne de strate. Ce niveau inquiétant ne manquera pas d'inquiéter la préfecture dont le seuil d'alerte est précisément fixé à 65% pour ce ratio.


En conclusion, Marseille est une ville qui cumule presque toutes les tares financières : surendettement, mauvais choix en matière d'investissements et possible mise sous tutelle des agences de notation.


note X n°1, analyste financier et professeur de finances publiques

Commentaires

C'est vraiment un inquiétant résultat de dettes.. A quoi servira le tram pour la rue de Rome, on va plus vite avec le métro, et ça n'arrange pas les commerçants
de cette rue, c'est vraiment jeter des euros par la fenêtre..Bravo et merci pour ces renseignements que les habitants ne connaissent pas..Nous espérons que
vous serez élu en Mars, et nous ferons tout pour surveiller les bureaux de votes
et voter et faire voter pour vous.. Huit cents de vos bulletins ont été mis dans les boîtes aux lettres de mon quartier en trois jours.. Nous espérons vous voir
demain soir au Repas de fin d'année....Vive le FN et qu'il soit plus fort après ces élections... Sincères salutations.... Nous n'avons pas eu de réponse pour ce dîner
à ce jour (4 personnes)...

Écrit par : DUIGU0 Georges | jeudi, 19 décembre 2013

Très intéressante analyse : enfin le dessous des cartes est dévoilé ! Intéressante et inquiétante !

Écrit par : Victoire | jeudi, 19 décembre 2013

Evidemment ces chiffres ne sont pas repris dans la presse régionale il serait normal que chaque contribuable sache ou va l'argent de ses impôts et connaisse l'état de déliquescence des finances publiques c'est pourquoi il serait judicieux de conseiller a nos sympathisants de diffuser largement ces informations ...On compte sur vous !

Écrit par : armel BRISSONde la MESSARDIERE | dimanche, 22 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.