Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 octobre 2013

OM: Une vitrine privée qui ruine les finances publiques.

Marseille : 93 millions d'euros de gaspillage sur le chantier du Vélodrome

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE JEUDI 03 OCTOBRE 2013 laprovence
 

Dans un rapport confidentiel dont La Provence a eu connaissance, la Chambre régionale des comptes a analysé le montage de cette opération confiée par Jean-Claude Gaudin au nom de la Ville à la société Arema, filiale de Bouygues

Alors qu’il n’est pas encore terminé, sa livraison étant prévue pour juin 2014, le stade Vélodrome nouvelle version est au cœur d’une tempête financière qui ne manquera pas d’avoir des répercussions. Dans un rapport confidentiel dont La Provence a eu connaissance, la Chambre régionale des comptes a analysé le montage de cette opération confiée par Jean-Claude Gaudin au nom de la Ville à la société Arema, filiale de Bouygues.

Au-delà des réponses apportées en cours de contrôle à la Chambre et de quelques apartés (1), le sénateur-maire UMP s’est pour l’heure refusé à entrer sur le terrain. Il se réserve pour le conseil municipal prévu lundi matin. En sachant que la partie s’annonce rude : "analyse des risques (...) superficielle", choix d’un cadre juridique "sur la base d’une argumentation contestable", augmentation de capacité surdimensionnée, surcoûts en série, relations trop favorables avec Arema comme avec l’OM, les critiques des magistrats sont sévères.

Parmi les points soulevés dans le rapport, on trouve le "Partenariat public-privé" qui a permis à Arema d'obtenir un "pack" associant chantier et exploitation durant 35 ans. Un choix remis en cause par la Chambre, les conditions pour un tel "PPP" n’étant pas réunies puisqu’il visait surtout à compenser "le manque de marges financières de la Ville". Toujours est-il que ce choix a un coût : si la mairie s’était occupée elle-même du montage financier et de la maîtrise d’ouvrage, elle aurait économisé pour la Chambre quelque... 93 millions d’euros ! Une somme qui servira notamment à "la rémunération des actionnaires" d’Arema.

Dans sa réponse à la Chambre, la Ville conteste ce calcul.

(1) "Ce n’est pas la Chambre régionale des comptes qui doit décider de ce que nous faisons", a-t-il déclaré la semaine dernière lorsque "La Provence" a révélé les premiers éléments du rapport.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.