Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 août 2013

La route du Rom ? Faire du surplace pendant des années sur le circuit de l'UMPS !

Marseille : le nouveau parc de l'errance des roms

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE SAMEDI 03 AOÛT 2013 laprovence
 

Après la pelouse de la porte d'Aix, elle se retrouve parc Rathery (3e)

 

Un parc public squatté. Voilà qui doit évoquer de bien tristes souvenirs aux associations qui suivent l'errance des Roms. En 2011, sous les caméras de la France entière, la police faisait évacuer la pelouse de la porte d'Aix. Depuis, les Roms ont déserté le centre-ville. Aujourd'hui, c'est un autre parc, le square Rathery (3e) à l'entrée de l'autoroute nord, qui sert de campement à la communauté rom venue s'y réfugier après avoir été expulsée de la "caserne Cardot", au 91, boulevard Plombières, à Marseille.

Hier matin, l'élu communiste Jean-Marc Coppola, entouré des membres du "Collectif de solidarité avec les Roms", est venu dénoncer, une fois de plus, la politique du gouvernement : "Il y a un paradoxe entre ce qu'on entend actuellement, c'est-à-dire les recommandations concernant la canicule, et la situation des femmes et des enfants qui, ici, n'ont pas d'eau (...). Et qu'on ne me dise pas que le gouvernement ne peut pas s'occuper des 2 500 Roms de la région(...) Il piétine les droits de l'homme. Le changement de président n'a rien amené."

"C'est une véritable honte pour Marseille"

Du groupe de Roms expulsés de Plombières, quelques femmes et enfants ont été logés à l'hôtel. Les ferrailleurs seraient partis s'installer autour de Marseille. Seuls les chiffonniers, ceux qui "vivent" des poubelles, occuperaient le square Rathery. Jean-Marc Brémond, du collectif, insistait : "Il reste une soixantaine de personnes ici sans accès à l'eau, sans pouvoir bénéficier du strict nécessaire pour éviter les problèmes d'hygiène." A la Ligue des droits de l'homme, on était beaucoup plus cinglant : "Il y a aujourd'hui 28 sites de Roms dans la ville. C'est une véritable honte pour Marseille. Elle propose en 2013 une année de culture et d'ouverture mais ici c'est la fermeture totale."

Quel avenir pour ce groupe de Roms ? Pour l'heure, c'est l'impasse. Mais la situation pourrait s'aggraver à Marseille. Car, après l'expulsion de Plombières, c'est celle de la Capelette qui se prépare. Autrement dit, on va évacuer le plus grand camp de Marseille. 400 Roms dans la nature.

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

Dans peu de temps, de nombreux Roms (et autres nationalités !) se verront offrir de magnifiques logements à Ste Marthe, dans d'anciens locaux de l'armée. Que Môsieur Coppola se rassure, "ses" Roms vont être chouchoutés ; en attendant, qu'il les prenne chez lui.
N'oubliez pas de signer la pétition sur le site du CIQ de Ste Marthe, chers potes FN. merci de votre soutien : une habitante de Ste Marthe.

Écrit par : liske | dimanche, 04 août 2013

Mais, grâce à l'espace Schengen, la France ne leur imposera pas de rester. Ils peuvent retourner dans leur patrie-mère, la Roumanie (qui n'en veut plus d'ailleurs), pour espérer de meilleures conditions de vie...

Écrit par : Geo | dimanche, 04 août 2013

Les commentaires sont fermés.