Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 04 juillet 2013

L'UMP: l'hémorragie ne fait que commencer !

Municipales : la tentation frontiste gagne certains esprits à l'UMP

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE JEUDI 04 JUILLET 2013 À 14H15
 

Un élu de Carry-le Rouet vient de franchir le Rubicon. Le FN s'en réjouit

 

À neuf mois des municipales les candidats s'organisent. Au FN, l'optimisme est de rigueur. Tous les feux sont au vert. Selon Nicolas Bay, directeur de la campagne,"en 2012 beaucoup d'électeurs déçus de l'UMP nous ont rejoint, maintenant c'est au tour de la gauche... les Français ont été déçus successivement et dans un laps de temps très court par l'UMP et par le PS, ce qui place le FN comme un recours".

Dernier ralliement en date, celui de Patrick Amate. Élu UMP à Carry-le-Rouet, il va désormais conduire la liste du Rassemblement bleu marine (RBM) pour les municipales. "Le RBM, écrit ce chef d'entreprise qui dit ne pas vouloir prendre la carte du FN, est une association et non un parti politique dont la vocation est d'unir les partis et les organisateurs politiques ainsi que tous les patriotes de gauche comme de droite et ce, au-delà de leur sensibilité." Ce Carryen de 62 ans affirme vouloir rester fidèle à ses idées. "J'ai adhéré au RPR en 1978 et je reste très attaché à la mémoire du Général De Gaulle."

Selon lui, "les municipales de 2014 serviront de tremplin à une nouvelle politique". Ce qui a motivé son choix : "l'UMP, j'ai trop donné, nous sommes tombés dans l'inaction, on ne fait plus rien. Quand on fait des réunions, c'est pour parler du repas de la suivante".

Véritable séisme au sein de l'UMP

Sa décision ne reste pas sans réponse. Pour Bruno Gilles, sénateur et secrétaire départemental de l'UMP, "Patrick Amate a franchi la ligne jaune. Il doit démissionner, ou bien je demanderai son exclusion". Une perspective qui n'émeut guère Patrick Amate. "Ma démission, il ne l'aura pas. Je garde mon identité politique de l'UMP. Il peut toujours attendre." Le candidat du RBM va encore plus loin. Il annonce un véritable séisme au sein de l'UMP. "Beaucoup vont la quitter,pronostique-t-ilJe ne suis que le détonateur."

Un point de vue que partage Stéphane Ravier, le secrétaire départemental du parti lepéniste. Selon lui, "les responsables UMP ne se préoccupent que de leurs ambitions personnelles et se coupent des souhaits de la base. Le chômage, l'insécurité ou encore l'immigration, la hiérarchie n'en tient pas compte. Tant pis pour eux s'ils enclenchent la machine à perdre."

Sauver les meubles, c'est aussi l'argument de Roland Chassain, maire (UMP) des Saintes-Maries-de-la-Mer, qui s'était désisté en faveur de la candidate FN aux législatives de juin 2012 pour "faire barrage" à son plus vieil ennemi, le socialiste Michel Vauzelle, qui avait néanmoins été réélu. En décembre dernier, il appelait de ses voeux "des passerelles entre le FN et l'UMP" dans un entretien accordé à l'hebdo d'extrême droite Minute.

"Mais je n'ai jamais dit qu'il fallait faire alliance avec le FN, rappelle-t-il. J'ai simplement indiqué que pour battre le PS et le FN, il fallait aller chercher les électeurs frontistes en leur proposant un programme proche de celui du FN sur l'emploi, l'immigration et l'espace Schengen. Je sais que Paris n'est pas content que je le dise, concède Roland Chassain, mais ce n'est pas en restant sur des positions qui ont déçu nos électeurs qu'on gagnera les municipales." Nécessité fait loi.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.