Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 juillet 2013

A Martigues plus qu'ailleurs, tout ce qui est national est nôtre !

Municipales : Martigues est une "priorité" affichée par le FN

laprovence 2/7/13

 

Stéphane Ravier, le représentant mariniste dans le département, pointe

"l'opposition de façade de l'UMP"

 

"Marine Le Pen rend la parole aux Martégaux". C'est le titre d'un questionnaire, sur quatre pages, qui a été distribué dimanche matin sur le marché de Jonquières. Un sondage décliné dans chaque ville que le Front national veut conquérir mais à chaque fois avec les mêmes questions... très générales. "On montera petit à petit en puissance", promet Stéphane Ravier, le secrétaire départemental du parti lepéniste. Il était hier à Carry-le-Rouet pour "adouber" Patrick Amate (lire ci-dessous). "Dans les Bouches-du-Rhône, il y a une quinzaine de villes où des listes du Rassemblement Bleu marine seront montées pour les municipales de 2014. En 2008, il n'y en avait que deux, à Marseille et Aubagne. Ici, à Martigues, on fait le forcing pour que l'on soit représenté. Martigues reste l'une de nos priorités. C'est une ville communiste où l'UMP brille totalement par son absence en tant que force d'opposition municipale. C'est une opposition de façade. Avec le cas martégal, on voit bien qu'il y a un partage des territoires entre les partis de gauche et de droite. L'UMP a décidé de laisser Martigues aux socialo-communistes".

En terme d'activité partisane, le parti à la flamme n'a pourtant pas de leçons à donner. Il brille par son absence. Les scores enregistrés ici par le FN (lire ci-contre) sont inversement proportionnels à sa présence sur le terrain. "C'est vrai,admet Stéphane Ravier. Il y a un problème de leadership et pas uniquement sur Martigues. Il n'y a plus de responsable sur la treizième circonscription (1) depuis trop longtemps". C'est d'ailleurs visible sur ce fameux sondage distribué : le questionnaire est à retourner à un certain Adrien Mexis, le candidat investi par le FN sur Istres qui habite... Aix et dont l'"adresse" sur Martigues est... le bureau de poste.

"Pour constituer une liste, il n'y a pas de problème. Il y a le nombre suffisant de volontaires. Reste à savoir qui en prendra la tête. Nous venons d'avoir une réunion avec une dizaine d'entre eux et personne ne se sent encore d'être la tête de liste. Nous ne sommes qu'en juillet. J'ai très bon espoir de la trouver", assure le représentant mariniste sur les Bouches-du-Rhône. Il affirme également avoir été "contacté" par Michèle Vasserot. La co-responsable de l'UMP sur la treizième circonscription qui, lors de la campagne des législatives, souhaitait des "alliances au cas par cas" avec le FN, est venue, dixit Stéphane Ravier, "prendre la température". Les discussions n'auraient pas abouti sur un accord mais "la porte n'est pas fermée", souligne le frontiste marseillais.

Les derniers scores

Au premier tour de l'élection présidentielle de l'an passé, Marine Le Pen était arrivée en tête dans la plupart des villes de la treizième circonscription : à Martigues, Istres, Fos-sur-Mer... Cette vague bleu marine avait à nouveau submergé l'Ouest de l'étang quelques semaines plus tard à l'occasion des élections législatives. Béatrix Espallardo, une inconnue au bataillon, avait obtenu 21,69 % des suffrages au premier tour, un score suffisant pour se maintenir. Après le retrait de René Raimondi, le candidat du PS, elle avait affronté en duel, au second tour, Gaby Charroux (Front de Gauche) et comptabilisé 39,72 % des bulletins. Dans la circonscription voisine (la 12e), Paul Cupolati, le candidat FN avait obtenu 26,68 % au premier tour, provoquant une triangulaire qui fut fatale au député sortant UMP Eric Diard.

EN écrivant qu'Adrien Mexis habite Aix, qu'il est candidat à Istres et que l'adresse pour le retour du tract est sur un bureau de poste de Martigues, le "journaliste" de la Provence trompe les lecteurs car il oublie volontairement les informations que je lui ai livrées:

Adrien Mexis est notre tête de liste à Istres et il y habite !

De plus, il a accepté la responsabilité de gérer la 13ème circonscription qui englobe la ville de Martigues. L'activité militante et la restructuration de nos forces sur la ville datant de quelques semaines à peine, le Front n'a pas encore de local et a donc préféré ouvrir une poste restante sur un bureau de poste la ville plutôt que de donner l'adresse de la fédération à Marseille.

Ceci démontre que nous avons désormais sur place une équipe (une quinzaine de candidats pour la liste désormais au compteur) qui chaque jour, va  développer son organisation et ses forces pour évacuer les "rouges" de l'Hôtel de ville et faire taire les petits télégraphistes de Moscou.

S.R.

 


Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.