Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 juin 2013

Pour que Aix reste en Provence...

Municipales - Aix : une candidature FN new look qui fait peur à la droite

 
AIX-EN-PROVENCE / PUBLIÉ LE JEUDI 20 JUIN 2013 la provence
 

Catherine Rouvier conduira sous les couleurs du Rassemblement bleu Marine une liste à la municipale de 2014. Une première depuis longtemps

Municipales - Politique - Actualités - Municipales - Aix : une candidature FN new look qui fait peur à la droite
Photo Sophie Spitéri
En février dernier, Marine Le Pen était venue adouber la candidature de Catherine Rouvier aux Milles.

 

Pendant que le PS se regarde le nombril en débutant péniblement une élection primaire, la droite s'organise pour 2014. Déjà deux listes : une UMP officielle conduite par Maryse Joissains, une UMP-UDI parallèle menée par le duo Genzana-Chorro et vraisemblablement une liste d'extrême droite, sous la bannière Rassemblement bleu Marine.

C'est ce que promet Catherine Rouvier, professeur de droit récemment installée à Aix et missionnée pour conduire cette liste, qui aura donc l'investiture du Front national. Mais une autre image à afficher : "Je fais partie des gens qui pensent que Marine mérite d'être présidente mais que cela ne pourra se faire sans rassemblement. En contribuant à la création de Siel (Souveraineté, indépendance et libertés) avec Paul-Marie Coûteaux, premier parti à s'allier au FN, nous sommes dans une stratégie consciente de rassemblement. Un peu comme ce fut le cas autour de De Gaulle. Même si nous ne sommes pas en guerre, nous sommes quand même un pays riche qui souffre".

L'investiture et le soutien du Front national - qui avait disparu du paysage aixois - et une certaine forme de renouveau et de liberté - la métaphore gaulliste entre autres : il y a de quoi inquiéter la droite républicaine aixoise. "J'ai été approchée par des proches de Maryse Joissains, sans jamais la rencontrer personnellement,raconte Catherine Rouvier. Elle cultive une certaine ambivalence qui me gêne : si nous ne sommes pas forcément très éloignées sur certains sujets, il est hors de question d'arrangements secrets".

"Pas question de laisser siphonner la boutique"

Car la stratégie 2014 du Front est d'aligner le plus de candidatures possible dans les communes et d'avoir des élus. Pas de se faire noyauter par une droite classique en difficulté. "S'il y a des alliances, elles doivent être clairesPas question de laisser siphonner la boutique d'à côté", dénonce Catherine Rouvier, qui rappelle qu'elle a quitté l'UMP de Sarkozy parce qu'elle entretenait toujours une "duplicité".

Si Catherine Rouvier ne lancera la campagne qu'à la rentrée avec un questionnaire pour sonder les préoccupations des Aixois, elle travaille déjà à la composition de la liste : "Deux tiers de FN, un tiers de gens qui viennent d'où ils veulent. Il y auradonc des gens qui viennent de l'UMP... Qui sont compatibles", sourit celle qui reconnaît avoir pris son temps pour "avoir l'assurance d'avoir les mains libres". "Je ne prendrai pas en numéro 2 de la liste un militant du FN, sous prétexte uniquement qu'il milite depuis dix ans, tance-t-elle. Le Rassemblement bleu Marine n'est fermé à personne : il faut simplement signer une charte commune".

A droite, les réseaux s'agitent : l'alliance Chorro (UMP, ex-RPR) et Genzana (UDI) espère que cette liste d'extrême droite plombera le score de premier tour de Maryse Joissains (UMP ). Qui elle ne s'est jamais cachée pour parler le langage du Front quand il y avait péril électoral mais qui cette fois semble ne pas arriver à ennoyer la difficulté. "Ils ne veulent pas entendre parler de nous", soupire-t-on dans l'entourage de Maryse Joissains. Qui, après une fin de non-recevoir, pourrait bien jouer une technique à l'ancienne : piloter depuis les coulisses une liste aux airs de droite nationaliste pour affaiblir le score du Front au premier tour et éviter le pire scénario pour elle: celui d'une triangulaire. Une stratégie à double tranchant : à force de dispersion des voix de droite, c'est son propre score que la liste Joissains pourrait affaiblir à ce jeu-là. Jusqu'à lui faire perdre un leadership nécessaire à droite pour arbitrer la stratégie du deuxième tour.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.