Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 avril 2013

Bouteflika préfère se faire soigner à Paris... au risque d'être torturé par les médecins-colons !

Le Point.fr - Publié le 28/04/2013 

Le leader algérien a été conduit, sous escorte militaire, à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. Son état ne suscite "pas d'inquiétudes particulières".


Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a été transféré samedi en fin d'après-midi à Paris pour y effectuer des examens complémentaires après un "accident ischémique transitoire sans séquelles", un type d'accident vasculaire cérébral (AVC) sans gravité. "Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a été transféré samedi en fin d'après-midi à Paris, pour y effectuer des examens complémentaires, sur recommandations de ses médecins traitants", a indiqué l'agence algérienne APS, citant une source médicale.

Selon des sources proches du dossier à Paris, Abdelaziz Bouteflika est arrivé à 18 heures à l'aéroport parisien du Bourget et il a été immédiatement conduit, sous escorte militaire, à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, un établissement parisien qui accueille régulièrement des personnalités françaises et étrangères importantes. Bien que son état général soit stable et "ne suscite pas d'inquiétude particulière", ses médecins lui ont prescrit des examens complémentaires ainsi que quelques jours de repos, a précisé la source médicale à l'agence APS.

Plus tôt, le directeur du Centre national de la médecine sportive (CNMS), le professeur Rachid Bougherbal avait indiqué que le chef de l'État avait fait à 11 h 30 "un accident ischémique transitoire sans séquelles". "Les premières investigations ont été déjà entamées et Son Excellence le président de la République doit observer un repos pour poursuivre ses examens", a ajouté le Pr Bougherbal, cité par APS. Le directeur du CNMS a rassuré sur l'état de santé du chef de l'État qui "n'occasionne aucune inquiétude".

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal affirmé à Béjaïa (250 km à l'est d'Alger) où il était en visite samedi, que l'état de santé de Abdelaziz Bouteflika "n'est pas du tout grave". "Il y a quelques heures, le président a eu un petit malaise et a été hospitalisé mais sa situation n'est pas du tout grave", a déclaré M. Sellal, qui n'a pas écourté sa visite. Élu à la tête de l'État en 1999, réélu en avril 2004 puis en avril 2009, Abdelaziz Bouteflika, 76 ans, avait été opéré fin 2005 à Paris "d'un ulcère hémorragique au niveau de l'estomac", selon les autorités algériennes. Le président algérien annonçait un an plus tard "qu'il avait été très, très malade", mais qu'il s'en était "sorti de manière absolument fabuleuse". "Il faut cesser de parler de ma santé", avait-il prévenu. Depuis cette hospitalisation à Paris en 2005, l'état de santé d'Abdelaziz Bouteflika fait régulièrement l'objet de spéculations dans les journaux algériens. Il n'a pas encore indiqué s'il allait briguer un quatrième quinquennat en 2014.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Comment ce fait-il qu'un homme comme
Bouteflika ,soit admis dans un hôpital Français ,sachant qu'il ne fait rien pour que les Algériens vivant en France s'intègrent.

Écrit par : jean marie carrion | mercredi, 01 mai 2013

Les commentaires sont fermés.