Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 avril 2013

Marseille détestée: "Plus belle la vie" n'aura pas suffit à masquer la réalité

Marseille, la ville que les Français aiment (toujours) détester

PUBLIÉ LE MERCREDI 24 AVRIL 2013 À 19H49

Au classement des grandes villes préférées des Français, la cité phocéenne est 10e et bonne dernière...

Marseille collectionne les prix "citron". Après avoir été désignée comme la ville la plus polluée de France par l'Organisation mondiale de la Santé, reçu du fabricant de GPS TomTom la palme de la plus embouteillée, puis décroché celle de la plus impraticable pour les cyclistes (un Clou rouillé enfoncé par la fédération des usagers de la bicyclette), la cité phocéenne vient d'obtenir la dernière place au classement des dix grandes villes préférées des Français ; sondage réalisé entre le 25 février et le 5 mars par l'institut BVA, en partenariat avec la presse quotidienne régionale. (agrandir infographie).

Il faut dire qu'avec toutes ces casseroles, le contraire eut été étonnant... Mais quel crédit peut-on accorder à ce genre d'enquête, surtout quand la question posée se résume à "Quelles sont, dans l'ordre, les trois villes que vous préférez ?"

L'effet climat n'influence pas le classement : Nice et Marseille sont 8e et 10e

Directeur de clientèle chez BVA Opinion qui a piloté l'enquête, Éric Bonnet reconnaît les limites de l'exercice :"Nous avons choisi de ne pas intégrer à notre questionnaire des critères sélectifs comme les transports, la sécurité ou l'offre de loisirs afin que les dix villes concernées soient logées à la même enseigne. C'est donc uniquement leur image qui transparaît au travers de ce sondage ; image le plus souvent véhiculée par les médias car, à part Paris, la plupart des personnes interrogées ne sont jamais allées dans les communes qu'elles disent apprécier".

Ce qui explique que la capitale pointe en tête de ce classement. La ville la plus visitée de France est en effet l'une des rares à représenter quelque chose de concret pour une majorité de sondés qui s'y sont rendus au moins une fois dans leur vie.

La Région Centre est la plus sévère vis à vis de Marseille (7% d'opinions positives)

Toujours selon BVA, "Marseille subit la surmédiatisation de ses problèmes de grève, de corruption ou de délinquance, à la différence d'une ville comme Bordeaux dont la plupart des reportages réalisés par les médias nationaux donnent une image positive et rassurante".

L'enquête permet également de constater l'absence "d'effet climat" puisque Nice et Marseille figurent respectivement en 8e et 10e positions de ce classement. La dimension des villes (en nombre d'habitants) n'entre pas non plus en ligne de compte puisque Bordeaux (2e) est l'une des deux plus petites avec Lille.

Concernant la répartition géographique des "votes", on constate que la région la plus sévère vis-à-vis de Marseille est celle du Centre (7 % d'opinions positives) tandis que le Languedoc-Roussillon manifeste l'opinion la plus favorable (21 %). En Paca, les sondés lui préfèrent de très peu Nice (48 %) et la placent en deuxième position, à égalité avec Paris (47 %).

"L'effet Capitale européenne apparaît inexistant"

"L'effet Capitale européenne de la culture apparaît pour l'heure inexistant,remarque Éric Bonnet, mais il est probable que si ce même sondage était réalisé en 2014, il situerait Marseille à une bien meilleure place."

Cette enquête a bien entendu fait réagir la municipalité. "Ce sondage va totalement à l'encontre de la réalité que nous observons sur le terrain, remarque Roland Blum, premier adjoint (UMP) au maire. Marseille accueille chaque année plus de 5 000 nouveaux arrivants, (qui viennent d'où et avec quels "bagages" ? ndlr) toujours plus de touristes et de croisiéristes - qui dépasseront respectivement 5 millions et un million en 2013 -, sans compter l'ouverture de nouveaux hôtels et l'installation d'entreprises." Le premier adjoint estime que "ce sont les effets de la campagne de presse très négative dont la ville a été victime à l'automne dernier".

Première du genre, cette enquête pourrait en effet permettre d'établir un état "zéro" de la notoriété des grandes villes françaises et donner lieu à un suivi périodique.

D'autant que le nombre de personnes interrogées (6 400, soit dix fois plus que pour une enquête d'opinion classique), fournit une base de travail a priori fiable. Et à ce petit jeu, la cité phocéenne ne peut que progresser...

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Marseille capitale européenne ne peut être qu'un plus pour la ville. on comprend pourquoi elle a parfois une si mauvaise image. il y a pourtant encore tellement à faire à Marseille, surtout en terme de tourisme. article très intéressant, merci

Écrit par : Mélanie Marseille | mercredi, 31 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.