Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 avril 2013

Il se réclame d'Al-Qaïda, il est par conséquent présenté comme un "déséquilibré" !

Ce que l'on sait de la fusillade à Istres

Par LEXPRESS.fr, publié le 25/04/2013 

Un homme de 19 ans a ouvert le feu en pleine rue à Istres, dans les Bouches-du-Rhône, faisant trois morts et un blessé léger. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, est attendu sur place dans la soirée. Le point sur l'enquête. 

 

Un homme de 19 ans déjà connu des services de police pour détention d'armes est soupçonné d'avoir tué trois personnes à Istres ce jeudi.

AFP PHOTO / GERARD JULIEN

Stupeur à Istres. Ce jeudi, trois personnes ont été abattues en pleine rue et une autre blessée. Le tireur présumé est un homme de 19 ans déjà connu des services de police pour détention d'armes. Il a été interpellé peu après les homicides. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, est attendu sur place dans la soirée, à la demande de François Hollande. L'Express fait le point sur l'enquête.  

Que s'est-il passé ?

Ce jeudi, peu après 14 heures, un homme de 19 ans a ouvert le feu en pleine rue, dans un quartier résidentiel d'Istres, au bord de l'étang de Berre. Deux piétons, des hommes de 35 et 45 ans originaires de la ville, et un homme au volant de sa voiture sont décédés. Une quatrième victime, une femme âgée de 55 ans, a été légèrement blessée à l'oreille. "Le gars a tiré côté passager. Après il est parti tranquille sur le trottoir, je l'ai regardé s'en aller", raconte un témoin. Selon lui, le tireur paraissait calme. Des impacts ont également été retrouvés sur d'autres véhicules, dont les occupants sont indemnes. Une kalachnikov a été découverte dans un fossé, à proximité du lieu du crime. "Tout permet de penser qu'il venait de la jeter", a indiqué une source proche de l'enquête.  

Le tireur a été interpellé sur un rond-point, à quelques mètres du lieu de la fusillade, alors qu'il tentait de prendre la fuite. Il n'a pas opposé de résistance.  

Qui est le meurtrier présumé ?

L'auteur présumé des faits, né en juin 1993, était déjà connu des services de police pour une affaire de détention d'armes, notamment de guerre, datant d'il y a deux ans. Selon une source proche de l'enquête, il souffrirait de "troubles psychiatriques". 

Les premiers éléments laissent à penser qu'il s'agit de quelqu'un ayant agi de manière isolée, mais les enquêteurs s'attachaient à vérifier qu'il n'y a pas d'autres connections criminelles, a indiqué une source. Selon RTL, au moment de son arrestation, le tireur aurait affirmé appartenir à Al-Qaïda.  

Où en est l'enquête ?

Le parquet d'Aix-en-Provence a saisi la brigade criminelle de la police judiciaire pour faire la lumière sur ce triple homicide. Jeudi en milieu d'après-midi, des enquêteurs passaient le rond-point au détecteur de métaux. Une des rues donnant sur le carrefour avait été bouclée, et la police travaillait aussi du côté du garage Opel devant lequel un corps était étendu. Le président de la République a demandé à Manuel Valls de se rendre sur place. Il est attendu vers 20 heures.  

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Notre société a atteint, et depuis pas mal de temps son "seuil de déstructuration". Ce ne sont pas, ni les politiques du moment ni ceux qui les ont précédés qui pourront changer le sens du déclin. Notre société, par le jeu des institutions n’a d’autre choix que de s'en remette à des hommes politiques, produits d'un mécanisme vicié, sclérosé qui chaque jour déçoit mais se succède à lui même.
Il ne s'agit plus aujourd'hui seulement d’incompétence (mot lâché par la presse), dont il s’agit mais de haute trahison. En effet ces hommes là savent, que poussés par une ambition personnelle, induits par un mécanisme de cooptation clanique et partisan, ils se hissent à des niveaux qui ne sont pas les leurs. C'est en mesurant l'ampleur des conséquences, qu'ils occuperont des postes au dessus de leurs moyens. Ils auront de cette manière franchi le portique du monde politique, leur ouvrant dans bien des cas une carrière, courte ou longue, mais surtout accompagnée de beaucoup d'avantages. Une nation ne peut être conduite par des hommes au profil douteux ayant tout à fait bien compris que même incapables ils n'auront pas de comptes à rendre. L'objet de la politique ce sont des êtres humains. On n'a pas le droit de les tromper, pour ensuite s’excuser avant de se mettre en faillite puis disparaître porteur d’une belle rente.
La nation attend quelque chose de neuf et par là même des hommes nouveaux.

Écrit par : alain battalier | vendredi, 26 avril 2013

Les commentaires sont fermés.