Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 avril 2013

Ciot, Guérini, Andrieux et maintenant Jibrayel ! Cette rose es vraiment pourrie !

Clientélisme électoral à Marseille : Henri Jibrayel sur la sellette

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE MERCREDI 10 AVRIL 2013laprovence
 

Le député PS doit être entendu dans une enquête sur les associations

Henri "Riton" Jibrayel: une vraie tête de vainqueur ! ndlr

 

Rarement affaire politico-judiciaire aura autant donné lieu à des rumeurs, à de fausses informations, discrètement adressées aux rédactions nationales ou colportées sur les réseaux sociaux... Reste que l'enquête qui porte depuis 2011 sur plusieurs associations des quartiers Nord et qui est désormais assortie d'un volet "détournement de fonds publics" a connu plusieurs avancées ces dernières semaines, notamment suite à de nouvelles auditions et à l'analyse de documents saisis à l'automne dernier.

Au point que selon nos informations, l'équipe du juge Julien Retailleau envisage désormais d'entendre Henri Jibrayel, le député PS de la 7e circonscription. Des éléments de plus en plus probants montrent que les associations au coeur de l'enquête et qui touchaient des subventions du Département et de la Région auraient été utilisées pour du clientélisme électoral au bénéfice du parlementaire.

"Une implication très forte de l'élu"

De source proche de l'enquête, on indique que la Police judiciaire aurait mis au jour un système qui "pourrait être un dossier Andrieux bis", en référence à l'affaire pour laquelle le tribunal correctionnel doit prononcer son jugement le 22 mai : "On a un élu qui bénéficie de l'activité d'associations à des fins clientélistes ou électorales. La différence, c'est une implication très forte de l'élu. Il aurait été encore plus à la manoeuvre".

Henri Jibrayel aurait ainsi participé lui-même à l'organisation de "mini-croisières"autour de Porquerolles, auxquelles ont pris part un millier de personnes âgées qui vivent dans sa circonscription et qui pour les enquêteurs servaient à sa promotion.

Autre piste, la distribution de colis de Noël aurait été conditionnée à un engagement dans la campagne électorale du député, notamment en adhérant à la section socialiste "316" (1). Parmi les éléments qui confortent les enquêteurs, il y a le fonctionnement des associations : si elles avaient bien des activités, elles comptaient peu d'adhérents et elles étaient animées par l'entourage du parlementaire.

Henri Jibrayel parle de "complot politique"

Pour l'heure, on ignore sous quel statut serait entendu Henri Jibrayel. Comme témoin par la PJ ou directement par le magistrat ? Toujours est-il que l'élu dénonce avec force les rumeurs qui courent : "On dit que le trésorier de la section PS de mon secteur a été perquisitionné, c'est faux de chez faux ! Un tweet de quelqu'un du FN affirme que j'ai été mis en examen, c'est un mensonge et je vais porter plainte...". *

Concernant sa future audition, Henri Jibrayel explique ne pas avoir reçu de convocation : "Les enquêteurs veulent m'entendre ? J'irai et je ne cacherai rien parce que je n'ai rien à cacher. Je n'ai jamais eu aucun rôle dans ces associations". Pour lui, tout cela relèverait d'"un complot politique", à l'heure où candidat à la primaire organisée par le PS en vue des municipales, il doit lancer sa campagne la semaine prochaine.

Berthe Quero réentendue en mai

Ex-assistante parlementaire d'Henri Jibrayel, très implantée à St-Henri au sein du CIQ et d'associations, Berthe Quéro a été mise en examen fin 2012 pour "abus de confiance" et "recel d'abus de confiance". Elle est soupçonnée d'avoir encaissé l'argent des structures au coeur de l'enquête et de l'avoir utilisé à des fins sans rapport avec leur objet.

Le préjudice tournerait autour de 30 000 euros, somme qui correspond à ce qu'elle a dû verser dans le cadre du contrôle judiciaire qui lui a été imposé. Elle doit de nouveau être entendue au mois de mai. Contactée hier par La Provence,Berthe Quero a refusé de s'exprimer : "Comment savez-vous ça ? Je n'ai aucune explication à vous donner". Lors de sa mise en examen, son avocat avait précisé qu'elle contestait "le délit".

(1) Suite aux recommandations du rapport Richard, elle a été divisée en deux, la "316-1" et la "316-2".

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.