Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 avril 2013

Ne dites pas à Gaudin qu'il est maire de Marseille, il se croit Président du Sénat....

Marseille : laissé pour mort devant son collège après des insultes

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE SAMEDI 06 AVRIL 2013 laprovence
 

Un élève de 15 ans victime d'une expédition punitive et gravement blessé

 

Les surveillants du lycée Don Bosco (6e) s'en souviendront toute leur vie. Ils ont dû en affronter des scènes de violences, lors desquelles le regard des jeunes gens qui se battent se transforme, où la haine domine tout. Mais jamais comme la semaine dernière. Devant leur établissement, six ou sept garçons, capuches relevées et écharpes nouées sur le visage ont participé à une expédition punitive, contre un seul adversaire. Un élève de 15 ans, en classe de 3e, finalement victime d'une hémorragie interne et sur lequel les médecins se sont résolus à pratiquer une ablation de la rate.

Des coups de poings, de pieds se sont abattus sur le jeune homme, à terre, qui n'a dû son salut qu'à l'intervention des "pions". "Mes surveillants ont été très touchés par ce qui s'est passé, déplorait hier le proviseur de ce lycée technique privé, Marie-Jeanne Criado. Surtout quand on leur a dit que l'élève aurait pu mourir dans leurs bras. Ici, nos élèves sont calmes. Beaucoup se font agresser dans le métro ou dans leur cité, où la violence s'est installée. Manifestement, ceux-là étaient venus pour démolir notre élève."

L'état de la victime s'est vite détérioré

Quelle faute irréparable a pu commettre le collégien pour recevoir pareil châtiment ? Avoir proféré des insultes, lors d'une après-midi sur un stade de football, dans le 11e arrondissement. Une engueulade comme il peut s'en produire des dizaines, chaque jour entre jeunes gens. Mais cette fois, ceux d'en face ont décidé d'organiser une riposte, extrêmement déterminée. Les six ou sept garçons ont attendu que l'adolescent quitte l'établissement, rue Stanislas-Torrents (6e) pour se ruer sur lui. Le visage masqué, les agresseurs se sont acharnés, avant d'être mis en fuite et de partir en courant dans les rues du quartier. L'état de la victime s'est vite détérioré. Transporté d'urgence à l'hôpital et souffrant d'une grave hémorragie interne, il a dû subir une intervention chirurgicale, l'ablation de la rate, qui va affaiblir son système de défense immunitaire. Il ne devrait quitter l'hôpital que lundi.

La brigade des mineurs de la Sûreté départementale, face à la gravité des faits, a été saisie des investigations par le parquet. Elle va évidemment enquêter sur les altercations précédant l'agression afin d'en retrouver les auteurs. Il y a une quinzaine de jours, d'autres violences, tout aussi démesurées, s'étaient produites devant le lycée Jean-Claude Izzo (2e). Un élève de 13 ans avait reçu des coups de couteau pour de futiles motifs. "En ce moment, on a une agression grave par semaine, déplore un enquêteur. Les conflits dans le milieu scolaire semblent prendre des dimensions de plus en plus importantes."

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Un long article assez drôle et sans concession sur les socialistes Marseillais qui vaut le détour :

http://www.lenouveleconomiste.fr/bons-baisers-de-marseille-17-quatre-primaires-et-un-enterrement-18072/#.UWGYVTcguE9

Pour l'UMP, c'est pas mal non plus :

http://www.marsactu.fr/politique/guy-teissier-il-est-temps-que-gaudin-passe-la-main-30790.html

Écrit par : simianais | dimanche, 07 avril 2013

Les commentaires sont fermés.