Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 mars 2013

Insécurité: Avec Carlotti, les crapules pourront trafiquer en toute "tranquilité" !

 

Marseille : Marie-Arlette Carlotti dégaine son programme sur la sécurité

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE SAMEDI 30 MARS 2013 laprovence
 

Candidate PS aux municipales 2014, la ministre déléguée avance 17 propositions

Les deux "Kalach' du PS": Elles crachent des paroles et tuent tout espoir de sécurité. Ndlr

 

 

Huit jours après avoir déclaré officiellement sa candidature à la mairie de Marseille pour 2014, Marie-Arlette Carlotti entre dans le vif du sujet. La ministre socialiste en charge des Handicapés et de l'Exclusion dégaine en avant-première son programme sur la sécurité. "Je serai intraitable sur cette question. Tant qu'on n'aura pas réglé cela, on n'arrivera pas à régler le reste." Si elle assure que"l'État a pris les affaires en main", elle juge que "la mairie reste les bras ballants".

Et s'avance sur dix-sept points pour un financement global estimé à 15 millions d'euros.

- Un conseil restreint de sécurité

Dès son éventuelle arrivée en mairie, Marie-Arlette Carlotti, qui aurait la charge de la sécurité et ne la déléguerait pas à un adjoint, convoquerait chaque semaine un conseil réunissant instances étatiques déconcentrées, police, justice, collectivités locales. "On fait le point des avancées, on se coordonne sur les actions et on rend compte", explique-t-elle en prenant exemple sur ce qui a pu être fait à Londres ou New York.

Elle mettrait également en place un contrat de coordination avec l'État sur la complémentarité des polices. Et créerait "un service municipal dédié à la tranquillité des Marseillais."

- Tripler les effectifs

"Avec seulement 320 policiers municipaux à Marseille, soit 0,27 pour 1 000 habitants, alors que le taux est de 0,52 à Lyon ou 1,1 à Nice, nous sommes en sous-effectifs, dit-elle. Des quartiers entiers sont délaissés."

Elle propose de passer à 1 000 policiers en deux ans en redéployant 2,5 % du total des agents municipaux. Une mesure dont le coût, incluant de nouveaux moyens et de la formation, est estimé à 2,8 M€. La candidate PS propose de "déployer les effectifs dans tous les quartiers," une demande relayée par de nombreux élus de droite comme de gauche. En revanche, elle ne souhaite pas qu'ils soient armés. "Ils auront des flash-ball et du matériel compétitif, mais je veux qu'ils soient eux-mêmes protégés."

- Une police montée

Vingt policiers à cheval seraient notamment visibles dans le centre-ville. "On les voit de loin, ils sécurisent et participent à une ambiance bon enfant." Cette mesure coûterait 135 000 euros, achat de dix chevaux inclus.

- Des équipes de nuit

La proposition de Marie-Arlette Carlotti est de recruter 30 agents municipaux qui, de 18 h à 2 h du matin, "seraient sur le terrain et répondraient à des appels sur ce qui relève de la tranquillité publique". Des médiateurs de nuit, comme cela se fait à Paris. Le coût est estimé à 880 000 euros.

Dans le même ordre d'idée, elle prévoit d'embaucher 400 personnes dans le cadre des emplois jeunes afin d'encadrer les enfants à la sortie des écoles, collèges et lycées. "Ils travailleront à plein-temps, auprès des centres sociaux en dehors des horaires scolaires"souligne la ministre qui a évalué le coût de la mesure à 2 millions d'euros.

- 1 500 caméras en 2016

Partant du principe que 350 caméras sont actuellement opérationnelles en ville, Marie-Arlette Carlotti compte passer à 700 en 2014 et à 1 500 d'ici 2016. "Gaudin en annonce 1 400 pour 2014, mais c'est excessivement cher, explique-t-elle. Je veux plutôt mettre l'accent sur un centre de supervision plus efficace qui regrouperait les flux vidéos des réseaux de la police, des pompiers, de la RTM et des grands magasins. Je ferai en outre établir une charte éthique." Le budget est évalué à 8,5 M€.

- Une brigade rapide contre l'incivisme

"Si on veut être respectés à l'extérieur, on doit d'abord respecter notre ville." Une phrase pour faire sienne "la théorie de la vitre brisée" qui, aux USA, interdit de laisser traîner toute petite dégradation. La candidate propose de créer, par un redéploiement d'effectifs municipaux à budget constant, un service d'intervention rapide pour réparer les petites dégradations liées à l'incivisme. Elle souhaite également recruter, en collaboration avec MPM et la RTM, 300 agents dédiés à assurer la médiation dans les transports et implanter 288 nouvelles caméras, notamment dans le métro.

- 2000 "garanties jeunes"

Partant du constat que "le RSA jeunes ne fonctionne pas," la ministre socialiste anticipe un projet du gouvernement consistant à tester, dans 10 villes, des "garanties jeunes" pour ceux qui sont en décrochage total. Elle compte en créer 2 000 à Marseille, dans un cadre destiné à "lutter contre les causes de l'insécurité."

Qu'elle ne chiffre pas, mais où elle inclut des médiateurs de quartier dans les logements sociaux, à l'instar de ce qu'expérimente le bailleur social 13 Habitat, des compétences élargies pour les bureaux de proximité et un soutien accru aux associations. Qui demandera un autre chiffrage.

 

 

 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.