Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 mars 2013

On a les hommes, et les femmes politiques que l'on mérite...

Carlotti : "Un rassemblement des candidats derrière moi"

 
MARSEILLE / PUBLIÉ LE VENDREDI 22 MARS 2013 laprovence
 

Candidate à la mairie en 2014, la ministre socialiste veut éviter les primaires

 

À la manière de Ségolène Royal, Marie-Arlette Carlotti a joué la carte happening pour officialiser sa candidature à l'hôtel de Ville en 2014. "Je veux être maire de Marseille pour que cette ville reprenne goût à l'avenir", a lancé, au milieu de quelque 200 personnes, la ministre socialiste. Elle devra d'abord composer avec ses camarades du PS, où la sénatrice-maire des 15e-16e Samia Ghali, le président de MPM Eugène Caselli, le député Henri Jibrayel et le député-maire des 1er-7e Patrick Mennucci se sont mis sur les rangs de primaires.

Vous êtes "candidate à la mairie de Marseille". Pas aux primaires. Pourquoi ?
Marie-Arlette Carlotti : "Parce que je n'en connais pas encore les règles. Je porte un projet pour Marseille. Je n'ai pas peur du vote des Marseillais pour les primaires. J'ai l'habitude de combats difficiles. Mais je ne veux pas que les primaires se transforment en pugilat. Je veux plutôt un rassemblement intelligent pour Marseille.

Derrière vous ?
M.-A.C. : Je ne suis pas la plus mal placée et je suis légitime. On devrait s'inspirer de ce qui se fait à Paris où Jean-Marie Le Guen s'est rangé derrière Anne Hidalgo. On peut former une équipe ici. J'appelle à un rassemblement des candidats derrière moi.

Le PS semble pourtant tenir aux primaires. Et la mise sous tutelle a été faite pour que "plus personne ne soit circonspect"...
M.-A.C. : S'il le faut, j'irai aux primaires. Mais je ne veux pas qu'on se batte pour un bout de gras. Je connais les atouts de mon parti, mais aussi ses turpitudes. Je veux des garanties sur le mode de sélection des candidats, les bureaux de vote, les listes électorales... Je ne veux pas me présenter pour perdre. Le maire est en place depuis longtemps. Il y a l'usure, mais aussi un lien. Chez nous, le moindre dérapage peut être rédhibitoire. Travaillons ensemble.

François Hollande, dont vous êtes très proche, peut-il désigner son candidat à la fin ?
M.-A.C. : Je veux être la candidate de Marseille. Les primaires relèvent de la responsabilité du parti. François Hollande ne se mêle pas de ce genre de choses. Il a suffisamment de travail.

La mise sous tutelle du PS 13 est-elle une bonne chose ?
M.-A.C. : Je ne veux plus me mêler des affaires de l'appareil du parti. Mais si c'est un électrochoc, un signe vis-à-vis des citoyens pour montrer que le PS sait faire le ménage, c'est bien. À l'égard des militants, aussi, qui doivent être respectés.

Quel est votre projet ?
M.-A.C. : Mon livre est une profession de foi, l'acte 1 de ma candidature. J'ai mon projet, je suis prête. Il sera concret et financé. Je veux tourner la page du clientélisme, mettre en avant des jeunes, des femmes. Sur la sécurité, je dois être intransigeante. On a laissé tomber des quartiers. Manuel Valls remplit ses premiers engagements en envoyant des effectifs. Mais il y a aussi un travail de longue haleine dans les réseaux. Je ferai aussi des propositions sur la police municipale.

Comment rester ministre quand on est en campagne ?
M.-A.C. : Je démissionnerai quand je serai maire. Je le serai à 100 % et mon exécutif aussi. J'ai une mission, des dossiers sur la table que je mènerai au bout au ministère. Je serai utile à Marseille en étant au gouvernement. Sur la santé, le port, les emplois d'avenir, je suis active.

Craignez-vous d'être victime d'un éventuel vote sanction ?
M.-A.C. : J'ai la conviction que ce que nous faisons portera ses fruits, que la courbe du chômage sera inversée avant la fin de l'année. À Marseille, il y a un autre enjeu, celui du rebond. Marseille souffre. 2014 est un grand rendez-vous. Soit on s'en sort, soit on continue à s'effondrer."

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.